Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Florence AUBENAS parle de l’Arche


de : Ben59
samedi 10 novembre 2007 - 19h59 - Signaler aux modérateurs

« Pourquoi ils ont volé sans demander ? »

Trafic d’organes, traite des Noirs... Les habitants de N’Djamena accusent l’Arche de Zoé des méfaits les plus sombres. Et dénoncent les pressions de la France sur leur justice. Reportage de Florence Aubenas dans une capitale en proie à toutes les rumeurs Ce n’est pas la peine de chercher un coin de banc pour s’asseoir dans les salles d’attente des dispensaires de N’Djamena en ce moment. Tout est plein.

« comme au théâtre », dit Djamila. Il n’y a que des femmes. Peu ont l’air souffrantes. « En réalité, on vient ici parce que l’endroit est discret pour causer entre mères de famille », dit Eulalie.

Le sujet dont elles veulent parler est de ceux qu’on considère au Tchad comme plutôt délicats à aborder en public. « C’est un peu comme discuter de h police ou des élections, du top secret-défense, les plus hautes autorités ont posé leur main dessus. Une gaffe, et c’est la prison. » Djamila en est sûre.

L’infirmière passe la tête dans le couloir en béton brut. On se tait aussitôt. Djamila chuchote : « On vient parler de l’Arche de Zoé. » Et Eulalie : « C’est notre feuilleton, personne ne peut plus s’en passer. » Djamila est persuadée que les 103 enfants que l’association humanitaire française s’apprêtait à embarquer clandestinement « devaient être vendus comme esclaves dans les pays arabes ». Eulalie n’est pas d’accord. « Ils devaient être élevés comme des moutons dodus pour mieux leur prélever ensuite tous leurs organes un par un. » Elles l’ont entendu à la télé, « de la bouche même d’un dignitaire » dont elles n’osent prononcer le nom, même à voix basse. « Mais est-ce qu’il nous dit toute h réalité ? Ici tout est caché. » Depuis « l’affaire », Eulalie ne laisse plus ses enfants « dans les seules mains de Dieu » pour aller à l’école : elle les accompagne en personne. Elle se rengorge : « Hier, les fils ont mangé de h viande. » Dans la salle d’attente, les autres se cachent dans leurs mains pour rire. Elles sont persuadées qu’Eulalie ment. « Son mari est professeur :sa famille dîne de boules de mil trempées dans du jus, comme tout le monde. Même le riz est devenu un luxe pour les middle class, dit Djamila. Une seule ethnie vit à l’aise : celle de cet homme que nous ne pouvons nommer. » L’infirmière ouvre la porte. On se tait.

Dans la rue passe un de ces gros 4x4 blancs qu’utilisent les fonctionnaires internationaux ou les ONG. Sur les flancs se distingue la trace fraîche des autocollants qui viennent d’être décollés. Pour un Français, s’afficher dans les quartiers nord de la ville, majoritairement peuplés de gens de l’Est, serait aujourd’hui considéré comme une provocation. Plus loin, la pancarte d’un marchand de rue annonce : « Ici carburant pour tout le monde : essence, recharge de portable, nouvelles fraîches de l’Arche de Zoé. » Cela va faire quinze jours que N’Djamena ne respire plus qu’au rythme de « l’affaire ». Le visiteur en quête de renseignements sur la politique tchadienne à l’enfance est orienté vers un petit bâtiment trapu, une des directions du ministère des Affaires sociales. A l’intérieur, la poussière recouvre tout, comme si les portes n’avaient pas été ouvertes depuis des années. Le service compte une centaine d’employés. On ne croise que le gardien du parking et Fortuné, sous-chef de bureau, qui finit un « petit travail personnel sur son ordinateur ». Onze heures sonnent. Beaucoup de ses collègues sont partis pointer à leur « deuxième boulot ». Ce service est-il chargé des dossiers d’ONG, type Arche de Zoé ? Un second employé vient de surgir. Il se défend : « Non, non, je vous assure. Ici, on ne fait rien du tout. » Fortuné précise qu’il y a parfois « des projets, mais jamais de réalisations, sauf si elles sont financées par des aides internationales, et encore. On a zéro crédit public. Je dis bien :zéro ». Toute la vie du service semble s être concentrée denors, près du parking, où une quinzaine de chaises s’imbriquent en un casse-tête savant pour tenir toutes dans l’unique et minuscule flaque d’ombre. Ca chahute. On parle de quoi ? « L’Arche de Zoé », résume Fortuné. Les employés expliquent que « beaucoup de papas n’arrivent plus à nourrir toute h famille, surtout à l’est du pays ». C’est une terre de misère que ravage, en plus, un double conflit : l’un au Darfour, juste de l’autre côté de la frontière, et un autre au Tchad même. « Les parents sont désespérés. Es sautent sur tout ce qu’ils trouvent pour sauver leurs enfants. »

Une habitude s’est peu à peu créée, surtout avec l’installation des grands camps de réfugiés ou de déplacés. Des émissaires font des tournées en se recommandant d’une tribu, d’une famille ou d’une ONG. Ils proposent d’« emmener les enfants pour les éduquer ». Fortuné explique qu’il faut faire attention. « Parfois, l’enfant se retrouve à travailler dans les champs ou comme un presqueesclave chez un riche cousin. Les humanitaires étaient les derniers dont on pensait encore qu’Us n’avaient pas de mauvaises choses derrière la casquette. Il faut voir les bousculades des parents pour qu’Us prennent leurs enfants. » Il y a quelques mois, un programme financé par deux grandes ONG a été pris d’assaut : il s’agis- sait de réinsérer dans la vie civile 400 enfants-soldats enrôlés dans les troupes rebelles au régime tchadien. « Les parents suppliaient les rebelles défaire passer leurs enfants pour des combattants », explique l’associatif. Pour eux, c’était la garantie d’école, de soins médicaux, de trois repas par jour. Les rebelles appréciaient aussi cette situation, un moyen d’avoir l’air de faire repentance tout en gardant les vrais enfants-soldats dans leurs rangs.

La course au « placement des enfants » a gagné N’Djamena. Jean-Baptiste a eu « la chance », comme il dit, qu’un orphelinat accepte deux de ses enfants à la mort de sa femme. Les voisins l’envient, « mais ce n’est pas facile, il y a des centaines de dossiers. Il faut au moins un des deux parents décédés et du piston ». Jean-Baptiste dit avoir « eu l’eau à la bouche » à l’idée d’une adoption à l’étranger. « Qui dans la misère n’y voit pas l’assurance d’une vie meilleure ? » A l’orphelinat, les employées font la lessive en parlant de l’Arche de Zoé. L’une dit : « L’Arche aussi avait envoyé des émissaires. On a l’impression d’être tombés dans le piège. Pourquoi ils ont volé et pas demandé ? »

Au Tchad, Samory Ngaradoumbé, 50 ans, est un journaliste vedette. Selon lui, dans l’affaire de l’Arche, la presse nationale « s’est surtout rythmée sur h façon dont les autorités géraient l’affaire. Ici, la politique dévore tout ». Son hebdomadaire, « l’Observateur », considéré comme indépendant, tire à 2 500 exemplaires avec six journalistes. En 2005, il a fait trois mois de prison pour la publication d’une « lettre ouverte » critiquant la police et émanant d’« une ethnie hostile à la présidence ».

A l’époque, Reporters sans Frontières et Robert Ménard avaient largement contribué à le sortir de là. Mais le même Samory s’est senti pris entre deux feux quand RSF et Robert Ménard sont venus l’autre jour à N’Djamena expliquer la situation des trois reporters français embarqués dans le dossier de l’Arche. La conférence de presse est tendue. « C’est juteux pour vous, ce genre d’affaire ? », lance un journaliste tchadien. Un autre : « Vous passez votre temps à nous donner des leçons sur l’Etat de droit et l’indépendance de la justice, mais aujourd’hui vous vous faites complice de ce que vous dénoncez : des pressions politiques pour sortir vos journalistes à votre convenance. » William Bourdon, avocat du reporter de Capa, se sent coincé à ce « bal des hypocrites » : « Ils n’ont pas tort. Cela peut être meurtrier pour nous et nos valeurs, on court le risque de nous décrédibiliser. »

Le palais de justice de N’Djamena est devenu une sorte de champ de course où toute la ville parie chaque jour à qui gagnera, entre la présidence ou les juges. Cela a commencé sérieusement à tanguer l’autre weekend, avec l’annonce de la visite surprise de Nicolas Sarkozy. « Il était convenu qu’il repartirait avec les journalistes et les hôtesses », explique un juge. Le substitut en charge du dossier ne voulait pas trancher leur sort avant le lundi 5 novembre, au lendemain de la visite du président français. Il est destitué en pleine nuit. En catastrophe, une troisième magistrate est littéralement sortie de sa douche le dimanche matin. Ses protestations pour aller à la messe ne sont pas davantage entendues. « On ne lui donne qu’un conseil : accélère. » Un juriste propose un jeu. « Je vais vous dire exactement ce qui va se passer : l’instruction va être réglée en quelques semaines pour stopper les pressions. Les gens de l’Arche prendront cinq ans de travaux forcés mais partiront vite les faire en France. Ici, tout est toujours arrangé entre puissants. »

Ce dimanche-là, parmi la foule massée à l’aéroport de N’Djamena, personne ne hausse le ton, mais une rage froide a tout recouvert : « La venue de Sarkozy signifiet-elle que notre président est un sous-préfet à ses ordres ? s’écrie un homme. Voilà des années que les Français nous imposent nos présidents. Et si ça ne nous plaît pas, on ne peut même pas demander de visa pour nous. » Quelqu’un murmure : « Ils ont fait la traite des esclaves, maintenant ils font la traite des enfants. » La rumeur court que Sarkozy va évacuer tout le monde en cachette. « Quelqu’un a des jumelles ? Si ceux de l’association ne sont pas jugés ici, il y aura des émeutes. »

Florence Aubenas Le Nouvel Observateur



Imprimer cet article





Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite