Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Pourquoi "la France d’après" veut-elle extrader Marina Petrella ?
de : Carmela
mardi 8 juillet 2008 - 21h40 - Signaler aux modérateurs

Signez la pétition de soutien ici

Par Enrico Porsia

Italie, années 70. Tentatives de coups d’Etat militaires. Troubles sociaux. Bombes meurtrières, posées par les milices fascistes. Des milices liées au pouvoir en place. Le pouvoir visible, la Démocratie chrétienne, véritable parti-régime qui a régné pendant presque 50 ans sur la Péninsule. Et le pouvoir occulte. L’organisation clandestine de l’OTAN Gladio. La loge maçonnique atlantiste, putschiste et antirépublicaine P2. Regardez la liste de la P2, la "loge occulte". Le cavaliere Berlusconi y figure en bonne place. Aujourd’hui, il a conquis le pouvoir. C’est la P2 qui a gagné. La P2 avec les "post"-fascistes de Gianfranco Fini. Celui qui, il y a encore quelques années, définissait Mussolini comme le plus grand homme d’Etat du XXe siècle, est aujourd’hui le président de la Chambre des députés. Une Chambre où aucun député se réclamant sans ambiguïté de la gauche n’est plus présent. Les Italiens ont voté. La P2, les "post"-fascistes avec les "néo"-xénophobes de la Ligue du Nord sont les maîtres du pays. Une fois le scrutin terminé, les pogroms contre les campements des Roms ont pu commencer. Et le pouvoir a pu justifier "l’exaspération" des Italiens.

En d’autres temps, l’Europe s’inquiétait. Rappelons-nous lorsque le parti de Haider accéda au pouvoir en Autriche. En Europe, on parlait de cordon sanitaire. Souvenirs. Aujourd’hui, alors que la P2 est au pouvoir avec les xénophobes et les héritiers du Duce, l’Europe félicite le nouveau gouvernement italien… Sait-on ici que le président de la Chambre, le "post"-fasciste Gianfranco Fini, n’est autre que le préfacier du livre "Témoignage", une œuvre signée Nicolas Sarkozy ?

C’est sous la présidence de Jacques Chirac que la République française a trahi sa parole. La promesse avait été faite par le président François Mitterrand : les militants des organisations armées de l’extrême gauche italienne, seront accueillis sur le territoire de la République, du moment où ils déposent les armes. Ainsi, pendant 20 ans, les réfugiés politiques italiens ont pu vivre officiellement sur le territoire de la République française. L’asile qui leur avait été accordé était-il une faveur du prince ? Non. Le président de la République avait engagé la parole de la France, car il avait estimé qu’un conflit politique avait eu lieu en Italie. En pleine cohabitation avec Jacques Chirac, le Premier ministre Lionel Jospin avait été très explicite : La France n’extradera pas les ressortissants italiens recherchés dans leur pays pour avoir commis "des actes de nature violente d’inspiration politique".

Les mêmes conclusions étaient celles de la commission parlementaire italienne qui avait pour mission d’enquêter sur les "années de plomb". Le sénateur Giovanni Pellegrino, qui présidait la commission, explique : "L’Italie a vécu une guerre civile jamais reconnue. C’était une guerre civile de basse intensité". Le président de la commission d’enquête parlementaire souligne aussi que, contrairement aux groupes paramilitaires de la droite extrême, aucune organisation révolutionnaire de l’extrême gauche n’était liée à aucun service secret, ni manœuvrée par aucune puissance étrangère.

Une guerre civile, de basse intensité, une guerre civile jamais officialisée a eu lieu au beau milieu de l’Europe dans les années 70 et le tout début des années 80. Le droit d’asile que la France avait accordé n’était donc nullement une faveur. La France considérait simplement les faits historiques et assumait sa responsabilité de terre d’asile en acceptant sur son territoire les perdants d’une guerre civile qui avait secoué le pays voisin.

2001. Al-Qaïda frappe New York. Le choc est énorme. La "guerre au terrorisme" est déclarée. C’est en exploitant le choc émotionnel causé par les attentats que le gouvernement de Berlusconi met la pression sur Paris. Et, le gouvernement Chirac cède.

Paolo Persichetti, enseignant à l’université de Saint-Denis, est arrêté et extradé vers Italie le 24 août 2002. Ensuite, c’est Roberto Castelli, ministre de la Justice italien et responsable politique de la très xénophobe Ligue du Nord qui se rend à Paris pour traiter d’autres extraditions. Rome et Paris se mettent d’accord sur une liste.

En février 2004, l’écrivain Cesare Battisti est arrêté et placé sous écrou extraditionnel. Trois ans plus tard, c’est le tour de Marina Petrella.

Avec une nonchalance inquiétante, le gouvernement français extrade aujourd’hui des personnes qui avaient été accueillies, hier, en toute connaissance de cause. Elles avaient été accueillies officiellement, car Marina Petrella est bel et bien titulaire d’une régulière carte de séjour d’une validité de dix ans, délivrée par les autorités françaises. Et, par là même, la France se défausse de ses responsabilités vis-à-vis de personnes qui vivaient depuis des dizaines d’années sur son territoire, qui ont fondé des familles, qui se sont intégrées à la société.

L’Etat italien n’a pas le courage de regarder son histoire. Il n’a pas le courage de tourner la page des années de plomb, il n’a pas le courage d’admettre les conclusions de sa commission parlementaire et d’en tirer les conséquences politiques qui s’imposent : décréter une amnistie et tourner la page du conflit civil qui a endeuillé le pays.

Pourquoi la République française doit-elle se rendre complice de la vengeance infinie que demande aujourd’hui le cavaliere Berlusconi, l’ancien adhérant à la loge antirépublicaine et putschiste P2, secondé par Gianfranco Fini, ancien cadre fasciste et actuel préfacier de l’hôte de l’Elysee ?

http://www.amnistia.net/news/articl...

Par Enrico Porsia

Italie, années 70. Tentatives de coups d’Etat militaires. Troubles sociaux. Bombes meurtrières, posées par les milices fascistes. Des milices liées au pouvoir en place. Le pouvoir visible, la Démocratie chrétienne, véritable parti-régime qui a régné pendant presque 50 ans sur la Péninsule. Et le pouvoir occulte. L’organisation clandestine de l’OTAN Gladio. La loge maçonnique atlantiste, putschiste et antirépublicaine P2. Regardez la liste de la P2, la "loge occulte". Le cavaliere Berlusconi y figure en bonne place. Aujourd’hui, il a conquis le pouvoir. C’est la P2 qui a gagné. La P2 avec les "post"-fascistes de Gianfranco Fini. Celui qui, il y a encore quelques années, définissait Mussolini comme le plus grand homme d’Etat du XXe siècle, est aujourd’hui le président de la Chambre des députés. Une Chambre où aucun député se réclamant sans ambiguïté de la gauche n’est plus présent. Les Italiens ont voté. La P2, les "post"-fascistes avec les "néo"-xénophobes de la Ligue du Nord sont les maîtres du pays. Une fois le scrutin terminé, les pogroms contre les campements des Roms ont pu commencer. Et le pouvoir a pu justifier "l’exaspération" des Italiens.

En d’autres temps, l’Europe s’inquiétait. Rappelons-nous lorsque le parti de Haider accéda au pouvoir en Autriche. En Europe, on parlait de cordon sanitaire. Souvenirs. Aujourd’hui, alors que la P2 est au pouvoir avec les xénophobes et les héritiers du Duce, l’Europe félicite le nouveau gouvernement italien… Sait-on ici que le président de la Chambre, le "post"-fasciste Gianfranco Fini, n’est autre que le préfacier du livre "Témoignage", une œuvre signée Nicolas Sarkozy ?

C’est sous la présidence de Jacques Chirac que la République française a trahi sa parole. La promesse avait été faite par le président François Mitterrand : les militants des organisations armées de l’extrême gauche italienne, seront accueillis sur le territoire de la République, du moment où ils déposent les armes. Ainsi, pendant 20 ans, les réfugiés politiques italiens ont pu vivre officiellement sur le territoire de la République française. L’asile qui leur avait été accordé était-il une faveur du prince ? Non. Le président de la République avait engagé la parole de la France, car il avait estimé qu’un conflit politique avait eu lieu en Italie. En pleine cohabitation avec Jacques Chirac, le Premier ministre Lionel Jospin avait été très explicite : La France n’extradera pas les ressortissants italiens recherchés dans leur pays pour avoir commis "des actes de nature violente d’inspiration politique".

Les mêmes conclusions étaient celles de la commission parlementaire italienne qui avait pour mission d’enquêter sur les "années de plomb". Le sénateur Giovanni Pellegrino, qui présidait la commission, explique : "L’Italie a vécu une guerre civile jamais reconnue. C’était une guerre civile de basse intensité". Le président de la commission d’enquête parlementaire souligne aussi que, contrairement aux groupes paramilitaires de la droite extrême, aucune organisation révolutionnaire de l’extrême gauche n’était liée à aucun service secret, ni manœuvrée par aucune puissance étrangère.

Une guerre civile, de basse intensité, une guerre civile jamais officialisée a eu lieu au beau milieu de l’Europe dans les années 70 et le tout début des années 80. Le droit d’asile que la France avait accordé n’était donc nullement une faveur. La France considérait simplement les faits historiques et assumait sa responsabilité de terre d’asile en acceptant sur son territoire les perdants d’une guerre civile qui avait secoué le pays voisin.

2001. Al-Qaïda frappe New York. Le choc est énorme. La "guerre au terrorisme" est déclarée. C’est en exploitant le choc émotionnel causé par les attentats que le gouvernement de Berlusconi met la pression sur Paris. Et, le gouvernement Chirac cède.

Paolo Persichetti, enseignant à l’université de Saint-Denis, est arrêté et extradé vers Italie le 24 août 2002. Ensuite, c’est Roberto Castelli, ministre de la Justice italien et responsable politique de la très xénophobe Ligue du Nord qui se rend à Paris pour traiter d’autres extraditions. Rome et Paris se mettent d’accord sur une liste.

En février 2004, l’écrivain Cesare Battisti est arrêté et placé sous écrou extraditionnel. Trois ans plus tard, c’est le tour de Marina Petrella.

Avec une nonchalance inquiétante, le gouvernement français extrade aujourd’hui des personnes qui avaient été accueillies, hier, en toute connaissance de cause. Elles avaient été accueillies officiellement, car Marina Petrella est bel et bien titulaire d’une régulière carte de séjour d’une validité de dix ans, délivrée par les autorités françaises. Et, par là même, la France se défausse de ses responsabilités vis-à-vis de personnes qui vivaient depuis des dizaines d’années sur son territoire, qui ont fondé des familles, qui se sont intégrées à la société.

L’Etat italien n’a pas le courage de regarder son histoire. Il n’a pas le courage de tourner la page des années de plomb, il n’a pas le courage d’admettre les conclusions de sa commission parlementaire et d’en tirer les conséquences politiques qui s’imposent : décréter une amnistie et tourner la page du conflit civil qui a endeuillé le pays.

Pourquoi la République française doit-elle se rendre complice de la vengeance infinie que demande aujourd’hui le cavaliere Berlusconi, l’ancien adhérant à la loge antirépublicaine et putschiste P2, secondé par Gianfranco Fini, ancien cadre fasciste et actuel préfacier de l’hôte de l’Elysee ?

 http://www.amnistia.net/news/articl...



Imprimer cet article





Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. Dalaï Lama
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite