Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Article de Sylvia Zappi sur le NPA après les européennes : un tissu de contrevérités...

samedi 20 juin 2009 - Contacter l'auteur - 8 coms

Le comité NPA de Nice tient à apporter un démenti ferme et clair à l’article de Sylvia Zappi paru dans le Monde du 16 juin

En effet, il est tout simplement faux, comme le prétend Sylvia Zappi dans son article, d’affirmer que le NPA compte poursuivre son chemin "seul" après les européennes et il est faux aussi d’affirmer que le NPA a prétendu incarner "la seule vraie gauche". Nous rappelons que le NPA est justement né d’une volonté de rassemblement des forces de gauche anticapitalistes, qui l’a conduit en moins d’un an à rassembler bien au-delà de l’ancienne LCR. Nous rappelons aussi que, conformément à ses principes fondateurs, le NPA se veut force de proposition et d’unité à gauche du PS, et que la question d’un rassemblement des forces de gauche radicales sur des bases clairement indépendantes du socio-libéralisme est pour lui une priorité. Le NPA a ainsi dès le lendemain des élections européennes décidé de rencontrer rapidement les instances nationales du PC, du PG, des Alternatifs, de LO, entre autres, pour discuter d’un rassemblement unitaire. Au niveau local, les comités NPA sont en train ou sont sur le point de rencontrer ces mêmes organisations pour savoir ce qu’il est possible d’envisager ensemble à l’avenir. Enfin, la prochaine réunion du Comité Politique National du NPA, qui se tiendra les 20 et 21 juin, aura à se prononcer sur la question du rassemblement, et on ne saurait préjuger comme le fait Sylvia Zappi des décisions qui seront adoptées démocratiquement par l’assemblée représentative des 500 comités NPA du pays.

Il est tout aussi faux de laisser entendre que le NPA aurait décidé par avance de ne participer à aucun exécutif pour les prochaines élections régionales. Certes, le NPA ne saurait (contrairement à d’autres) se satisfaire d’une cogestion socio-libérale des régions avec le PS. Mais le NPA est prêt à participer à des exécutifs régionaux, à condition que ce soit sur la base d’un projet clairement anticapitaliste et indépendant du PS ! Là encore, il serait malvenu, comme le fait Sylvia Zappi, de préjuger du résultat des discussions en cours, au niveau national et local, pour caricaturer sans autre forme de procès le NPA en le rejetant dans une posture "isolationniste" et de "repli contestataire" qui est en totale contradiction avec ses principes fondateurs et sa volonté politique d’unité durable de la gauche de gauche.

Il est encore faux d’affirmer sans nuances que le NPA a rejeté la proposition d’unité du Front de Gauche (puisque, nous le rappelons encore, le NPA a proposé une unité durable pour les européennes et au moins pour les régionales au PC et au PG, et que ces deux organisations l’ont rejetée pour décider de constituer alors un "Front de Gauche" limité aux seules européennes au moment de sa constitution). Il est faux enfin d’affirmer que le NPA aurait rejeté une proposition d’unité des Alternatifs, puisque ce n’est pas ainsi que les discussions se sont déroulées : tout simplement, le NPA a proposé un rassemblement aux Alternatifs pour les élections européennes, et ceux-ci au terme d’une consultation démocratique interne, ont décidé pour ce scrutin de ne rejoindre ni le NPA ni le Front de Gauche en absence d’une unité large à gauche du PS. Nous tenons d’ailleurs à rappeler qu’à Nice, le NPA est engagé depuis un an et demi dans un travail d’unité des forces de gauche radicales, au sein de l’association Nicea, qui regroupe le NPA, les Alternatifs, ainsi que des militant-e-s associatifs et syndicaux et des citoyen-ne-s, qui ont permis de présenter des listes d’union de la gauche indépendantes du PS aux municipales à Nice et aussi aux récentes élections cantonales partielles dans les 12e et 11e cantons.

Enfin, il est faux de présenter le NPA en concurrence avec le Front de Gauche, comme si la vie politique du NPA, du PCF et du PG devait se résumer (et se réduire) à se combattre de manière stérile au moment précis où les luttes de la population ont plus que jamais besoin d’un rassemblement de toutes celles et ceux qui veulent transformer la société ; au moment précis où un Parti Socialiste affaibli et à la dérive permet d’entrevoir la possibilité de construire une gauche de gauche forte et capable de relayer dans les institutions la voix et les luttes de toutes celles et ceux qui ne veulent pas se résigner à une société injuste, sécuritaire, liberticide, antisociale et xénophobe et anti-écologique. Nous ne nous trompons pas d’adversaire, et c’est bien la droite et Sarkozy qu’il faut affronter !

Des initiatives de rassemblement récentes, comme l’unité de la gauche de gauche aux élections cantonales partielles de Mantes-La-Jolie (réunissant le NPA, le PCF, Décil, les Verts, le Parti de Gauche, Alternative Citoyenne et les Alternatifs), ou pour les municipales à Aix-en-Provence prouvent si besoin en était que l’unité est possible, n’en déplaise à toutes celles et ceux qui ont intérêt à faire croire de façon caricaturale que le NPA voudrait faire "cavalier seul", ou qu’il chercherait à "diviser" à gauche du PS.

Le NPA entend bien, dans les mois à venir, consacrer toutes ses forces à réaliser cette unité, à Nice comme ailleurs, et rappelle qu’il va engager (ou a déjà engagé) des discussions unitaires au niveau national et local avec toutes les organisations politiques désireuses de travailler à la construction d’une gauche de combat, indépendante du social-libéralisme et porteuse de transformations sociales.

Le 17 juin 2009,

Pour le comité NPA de Nice,

Antonio Molfese

Mots clés : FR - Sud Est (04) / Partis politiques / Sylvia Zappi /

Messages

  • Ce n’est pas la première fois qu’il y a un tel dérapage de cette journaliste !
    mais bon, si c’était la seule !!!

  • comment faire pour que ceux qui sont à la gauche du ps toutes tendances confondues, entendent enfin une bonne fois pour toute ce que nous réaffirmons sans cesse sur le terrain depuis le congrès de fondation et les européennes hier, pour les municipales aujourd’hui, et pour les régionnales demain, face à cette volonté de certains journalistes et/ ou politiques de (je vais etre gentil) désservir le NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE, nous devons tout simplement réaffirmer la vérité de notre posturecomme vous le faites sur nice.

    il est vrai que nous n’avons quasiment pas été relayer par la presse dans ce sens, nos detracteurs si, ainsi sur béziers nous allons certainement affirmer par voie d’affichage notre fidèle posture.

    NPA = UNITE
    à gauche du PS

    NPA = UNITE
    durable

  • Il faut en convenir : Sylvia Zappi est une journaliste du Monde. Elle n’est pas la porte-parole ni du Front de Gauche, ni du PC, ni du croupion qui a quitté le NPA tout en s’en revendiquant le plus longtemps possible sous les noms fantasmés de "Minorité du NPA", "Minorité de la LCR-NPA", "Gauche unitaire", etc.

    Comme journaliste du Monde, Sylvia Zappy ne garderait pas sa place bien longtemps si elle louangait longtemps le NPA. On ne lui en demande pas tant, mais il est clair qu’une certaine mauvaise foi la caractérise puisqu’elle suivit José BOVE avant d’en pincer pour MELANCHON, mais toujours dans le sens d’une opposition à la majorité de la LCR, puis au NPA. Nul ne sait ce qu’elle écrira demain, mais on peut deviner ce qu’elle ne dira pas. Et puisqu’elle "suit" l’actualité de "l’extrême-gauche" sans jamais nous dire en quoi celle-ci est extrême, pourquoi ne désigne-t-elle pas comme traîtres à l’unité tous ceux, et ils sont nombreux, qui ne se sont pas ralliés à MELANCHON, à commencer par José BOVE qu’elle aimait tant il y a peu ?

    Sylvia Zappy nous dira peut-être un jour pour quelle motivation elle exprime ainsi sa détestation du NPA puisque ses changements d’orientation vont jusqu’ici toujours dans le sens d’un rejet du NPA. Point n’est besoin d’être un militant du NPA pour en arriver à cette conclusion simplement honnête : il suffit de lire Sylvia Zappy.

  • Le Monde a deja commis des indélicatesses démocratiques envers le npa telle cette tribune d Onfray appellant a voter front de gauche apres la fermeture de la campagne officielle ,sans possibilité d y repondre ! Citons aussi les nombreuses confidences de C piquet et de ses 50 militants presentes d une maniere inexacte comme une tendance du npa (dont ils n ont jamais frequenté les reunions a part le jour du congres) Les articles de S Zappi expriment une proximité politique (aux presidentielles pour bove contre besancenot) et la pour le front de gauche contre le npa .Le refus de passer une tribune libre exprimant les positions du npa sur les europeennes en particulier sur la question du front de gauche est antidemocratique ! Apres cela le numero de certains sur le npa, chou chou des medias, parait totalement hors de propos !!! En attendant il faut dans la rue et pour les regionales s opposer a sarkozy et a ses mesures antiouvrieres !!!

    • En plus, Sylvia Zappi est tellement soucieuse de malmener le NPA qu’elle arrive quand même à dire dans le même article :
      - que le NPA veut poursuivre son chemin seul
      - mais que le NPA dès la fin des élections a contacté le PCF, le PG, les Alternatifs, etc. en vue d’un rassemblement pour les prochaines élections régionales

      Ce qui est une bien étrange manière de vouloir poursuivre seul son chemin !

      Bref, en attendant que Sylvia Zappi s’achète un tant soit peu de rigueur intellectuelle, on pourra zapper sans peine ses exercices de zapping logico-politiques absurdes ...

    • Ce qui caractérise avant tout S. Zappi c’est son objectivité et son analyse toujours impartiale, sa déontologie... un grand moment ou la plume n’est jamais partisane. Bref une leçon de journalisme, avec des articles toujours argumentés, bien renseignés sans parti pris...

      Un discrédit pour ce quotidien du soir, qui fait encore référence, en utilisant ce genre de méthode perd de sa valeur et du sérieux nécessaire dans l’exercice du métier. A moins que les bases de celui-ci n’ai jamais été acquises.

  • Quand S. Zappi et d’autres disent que "le NPA veut poursuivre son chemin seul", il faut traduire par "le NPA ne renonce pas à son exigence d’indépendance vis à vis du PS".

    Pour elle, comme pour le PCF ou le PdG, le NPA méritera le label "unitaire" le jour où il se ralliera à la stratégie de ces deux partis et acceptera de participer à une nouvelle gauche plurielle.

    Qu’elle soit feinte ou sincère, c’est une erreur : le NPA est unitaire, il continuera à chercher à rassembler un pôle anticapitaliste indépendant du PS, tout simplement parce que nous sommes convaincus que c’est la meilleure voie possible pour faire bouger vraiment les lignes et les rapports de force.

    Certains rétorquent que c’est un faux appel à l’unité car le PCF ne rompra jamais avec le PS. Moi je crois qu’il ne rompra jamais... jusqu’au jour où il le fera, ou alors jusqu’au jour où une fraction non négligeable de ses militants le fera (la réalité est têtue...). En outre, vu la faiblesse de tous les partis, l’enjeu est surtout de rassembler et d’amener à l’action politique une masse de gens qui n’ont aujourd’hui aucun lien avec la moindre organisation politique.

    Chico

  • Ce n’est pas nouveau.
    Tant que la Sylvia Z. ne se sera pas achté un peu de rigueur et d’honnêteté intellectuelles, il faut la zapper.
    Elle est à l’image du journal Le Monde.

    Jean-François

Derniers articles sur Bellaciao :