Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Bellaciao au Forum Social d’Athènes

mardi 2 mai 2006 - Contacter l'auteur - 2 coms

Jeudi 4 Mai de 14h à 17h dans la salle S 208 au Forum Social d’Athènes, le Collectif Bellaciao organise la projection du film

"Viva Zapatero" de Sabina Guzzanti

Tout de suite après, le débat :
"Contrôle des moyens d’information, liberté d’expression : l’Italie avant et après Berlusconi"

Interventions de :
- Luciana Castellina, fondatrice de "Il Manifesto"
- Gigi Sullo, directeur de "Carta"
- Doriana Goracci, Donne in Nero, Bellaciao Italia
- Checchino Antonini, journaliste de "Liberazione"
- Angelo Mastrandrea, journaliste de "Il Manifesto"

coordination :
Giovanna Fassetta et Mariangela Casalucci, Bellaciao UK

Le documentaire italien "Viva Zapatero", écrit et réalisé par Sabina Guzzanti, montre les problèmes de la censure en Italie, de la liberté d’expression et de la vie difficile d’un auteur satyrique pendant le gouvernement Berlusconi.

Mais il est aussi un message pour le prochain gouvernement italien, un appel aux élus et aux élues afin qu’ils mettent en pratique ce qu’ils ont promis pendant la campagne électorale.

Sabina Guzzanti a donné à ce film le titre "Viva Zapatero" pour nous rappeler que, dès qu’il a été élu, le premier ministre espagnol a montré tout de suite de forts signes de discontinuité avec le passé et cela est ce que maintenant nous attendons aussi du nouveau gouvernement de centre-gauche.

Que se passera-t-il en Italie après qu’aux élections d’avril nous nous sommes enfin libérés du gouvernement Berlusconi ?

Comment peut-on éviter que les mêmes fautes se répètent en Italie et dans d’autres pays d’Europe ?

Ensemble pour faire la différence !

Film et débat en VO sous-titrée/traduction en anglais.

Mots clés : Bellaciao GB / Bellaciao Italie / Cinéma-vidéo / Dazibao / Forum Social / Rencontres-débats /

Messages

  • Se débarasser du gouvernement Berlusconi, en effet, n’est rien si les pouvoirs auxquels il était dévolu persistent avec autant de parts léonines dans la société, et notemment les pouvoirs liés au contrôle des médias.

    Je souhaiterai que deux orientations profondes soient suivies :

    1) Là où il y a utilisation de l’espace public qu’il y ait impossibilité, par un gros cheque, de disposer d’un haut-parleur sur concession de l’espace public, la culture et la liberté d’expression n’étant pas
    des marchandises.

    2) Le net, et je reprends là au vol la déclaration de la commissaire européenne qui souhaitait la gratuité du net, doit avoir ses canaux gratuits en haut, très haut débit, en WIFI et en Wimax et toutes techniques de transmissions haut débit. La liberté d’expression doit être alignée sur la liberté de la presse la plus large possible. Conjuguer démocratisation du net et liberté d’expression sur celui-ci serait créer les conditions pour avancer des alternatives de plus en plus importantes aux médias unipolaires, pyramideaux.

    Baisser les coûts du net, c’est baisser les coûts des alternatives aux canaux habituels de l’idéologie dominante, canaux qui se sont construits par le coût enorme necessaire à l’appropriation des médias traditionnels (qui ne peuvent être, sauf exeptions, que d’états ou de puissants groupes privés).

    Libertés, socialisations des coûts et vous aurez, non pas 100 fleurs épanouies, mais des millions de fleurs épanouies, des dizaines de millions.....

    Le net, qui a puissemment contribué à lier et battre les liberaux au referendum français de 2005, ne peut être contourné quand on parle du contrôle des moyens d’information et de la liberté d’expression.

    La bataille sur les moyens d’information tourne maintenant autour du net dont l’énorme puissance promet de balayer les médias traditionnels. Mais cette promesse sucite un puissant désir, de la part des bouregois, de contrôle et d’appropriation pour censurer, interdire, construire un net sous influence ....

    Nous avons beaucoup appris, tous, du 29 Mai 2005, mais en face aussi. Les recentes lois en Europe sur la DADVSI sont une attaque biaise contre le net, pour imposer des moyens généralisés et obligatoires de flicage des internautes, pour mener des attaques contre la socialisation remontante du net (antinomique aux grands groupes financiers, industriels et médiatiques) en essayant de démanteler le principe des logiciels ouverts comme recemment Mr Charasse qui s’est exité contre la liberté du logiciel libre et les associations de consomateurs (encore un socialiste dont on ferre les ânes....), http://www.ratiatum.com/news3084_M_...
    en montrant ainsi combien la génuflexion devant les interets des groupes financiers verole les représentations politiques.

    Toutes ces batailles tournent autour de la liberté sur le net.

    La liberté et la démocratisation du net sont largement insuffisants, il s’agit d’en developper l’acces par la gratuité des tuyeaux et des ondes, par une liberté d’expression totale garantie par un traité européen, aider à la création logicielle ouverte, notemment en recherchant à créer des systèmes stables et puissants qui, par nature, ne peuvent être controlés d’aucune façon, comme le projet Freenet ( http://www.agoravox.fr/article.php3... ) qui necessiterait une aide vigoureuse (allez voir le lien, j’ai trouvé celà très interessant).

    Paralellement developper les experiences alternatives par milliers, centaines de milliers en Europe (bellaciao est une de ces tentatives inombrables), aller vers des radios et télés du net à faible coût.

    Copas

    • Ciao,
      tous ceux qui veulent bloquer le net savent que la politique est menacée par les réseaux, le net quoi.
      Grâce à lui on pourrait se débarasser des politiciens et gérer notre monde, sans nous faire manipuler tout le temps et éliminer la pauvreté, les guerres etc ; bref un autre monde, mais pas avant 30 ans minimum.

Derniers articles sur Bellaciao :