Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Archives Bellaciao FR - 2002 -2021 Archives : IT | EN | ES

Cristina, demi-soeur cachée d’Edvige !!!!

lundi 21 juillet 2008

C’est en lisant la délibération de la Cnil consacrée au projet de décret créant le fichier Edvige [1] que l’on apprend la création d’un autre fichier. Mais aucune information n’est donnée sur Cristina (centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux), en dehors du fait que cet outil sera mis à la disposition du tout nouveau “FBI à la française”.

La réforme des services de renseignement a conduit à la création, le 1er juillet 2008, d’un service de renseignement intérieur unique, la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), obtenu par “fusion” de la DST (direction de la surveillance du territoire) et des RG (Renseignements généraux). Mais alors que les effectifs de la DST tournaient autour de 2000 personnes, la DCRI disposera du double !

Le décret portant création de la DCRI [2] précise qu’“elle contribue à la surveillance des communications électroniques et radioélectriques susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’Etat” ; Cristina pourra garder traces des données provenant des écoutes (téléphoniques et internet) de ceux que les autorités voudront surveiller.

Les deux balances de la République

par D. H., Le Canard enchaîné du 9 juillet 2008

On les disait définitivement sortis par la petite porte des commissariats. Promis-juré, c’en était fait de la « police politique ». Patatras ! les Renseignements généraux (RG) reviennent par le grand portail de la place Beauvau. Depuis le 1" juillet, les RG n’existent plus, fondus dans la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, notre CIA à nous). Mais, le 27 juin dernier, Michèle Alliot-Marie a signé un décret pour la création d’un fichier dénommé « Edvige » (« Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale »).
Derrière ce charmant vocable se dissimule le fichage systématique des élus, syndicalistes et religieux de tout poil, à l’usage de la DCRI. Sous la seule « condition que les informations (répertoriées) soient nécessaires au gouvernement ou à ses représentants pour l’exercice de leurs responsabilités ». Difficile d’être plus précis !

Décidément très coquine, Edvige fait mieux que les RG. Alors que le décret de 1991 n’autorisait les chaussures à clous qu’à répertorier les individus « qui peuvent porter atteinte à la sûreté de l’Etat ou à la sécurité publique », celui de 2008 permet aux flics de cibler les « personnes susceptibles de porter atteinte à l’ordre public ». En se mouchant bruyamment ?

Ça la fiche mal

A sa naissance, Edvige promettait d’être plus vicieuse encore. D’abord parce que le ministère de l’Intérieur n’avait pas prévu de dévoiler son existence. C’est la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) qui l’a souhaité. Et cette même Commission a obtenu que le décret ne prévoie plus l’enregistrement systématique de données relatives au « comportement » ou aux « déplacements » des personnalités politiques et administratives.

Contrairement à Edvige, sa copine Cristina restera dans l’ombre. Cet autre fichier reprend et étend des données qui existent depuis 1997 à la Direction de surveillance du territoire (DST) et sont classifiées « secret-défense ». Elles concernent de présumés terroristes, leurs amis et les amis de leurs amis.

Consultée, comme la loi l’exige, la Cnil s’est contentée d’émettre un « avis favorable avec réserves » sur le projet de décret portant création au profit de la direction centrale du renseignement intérieur d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « CRISTINA » [3]. Sans qu’on sache en quoi elle y est « favorable ». Ni sur quoi portent ses « réserves ». Nous voilà pleinement rassurés.

D. H.

L’avis de la Cnil sur le projet de décret créant Cristina — bref sinon rassurant...


La direction centrale du renseignement intérieur fait ses premiers pas
[LEMONDE.FR avec AFP, le 1er juillet 2008]

La direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), qui absorbe la DST (direction de la surveillance du territoire, contre-espionnage) et la DCRG (direction centrale des renseignements généraux), est effective depuis mardi 1er juillet à minuit.

La DCRI, qui voit le jour après l’adoption en conseil des ministres le 25 juin du décret de sa création [2], sera animée par le préfet Bernard Squarcini, qui devrait en être nommé directeur mercredi, lors du prochain conseil. Sa naissance marque la disparition des mythiques DST et RG. Cet outil se veut un " FBI à la française" en matière de renseignement.

Imaginée par le candidat Nicolas Sarkozy, elle a été imposée par le nouveau président, qui en avait confié la mise en œuvre à la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, dès son arrivée à l’Elysée.

Installée à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans des locaux ultra-sécurisés et forte de 4 000 fonctionnaires, dont 3 000 policiers dits "actifs", la DCRI traitera de ce qui "relève de l’intérêt de la nation" : terrorisme, grands mouvements de contestation, intelligence économique. C’est ce que les policiers nomment, dans leur jargon, le "milieu fermé", auparavant du ressort quasi exclusif de la DST.

Les policiers de la DCRI, dotés de l’habilitation "secret défense", seront implantés par zone dans chaque département. 175 commissaires, soit 10 % de l’effectif total, y seront affectés, dont une centaine à Levallois.

"RÉPARTITION DES TÂCHES INUTILES"

Pour le "milieu ouvert", plus traditionnel – comptage des manifestants, violences urbaines, conflits sociaux –, une sous-direction de l’information générale (SDIG) de 1 000 policiers est créée à la direction de la sécurité publique (DCSP).

Les 4 000 policiers des RG et les 2 000 de la DST ont été répartis dans ces deux structures "sans trop de dommages", selon leurs syndicats. La base a pourtant exprimé ses craintes face à une réforme inédite supprimant de facto deux services de police aux succès retentissants dans la lutte contre le terrorisme, mais parfois qualifiés de "barbouzes" à la suite de scandales.[...]


Notes

- [1] La délibération de la Cnil sur le projet de décret créant le fichier Edvige.

- [2] Le décret n°2008-609 du 27 juin 2008 , publié au JO du 28 juin 2008, définit les missions et l’organisation de la DCRI.

- [3] Comme vous pouvez le constater, l’avis de la Cnil, publié au JO du 1 juillet 2008 — délibération n° 2008-177 — comporte pour seule indication "Avis favorable avec réserves ".

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?...

Messages

  • La CNIL est à la "liberté" ce que le CSA est à l’audiovisuel....
    Y roupillent, empilant les jetons de présence, un tas de cumulards dont on peut voir le CV ici

    On constate que, comme partout, la race UMP (député, sénateur, assimilé etc) y foisonne à commencer par son président même si, précautionneux, il se dépeint sur sa fiche comme "non-inscrit" ...

    Pour réveiller ces Assis assoupis il faudrait, au moins, un nouveau Statut des Juifs... (aïe, voici que l’Askolo machin bidule va me dénoncer comme antisémite et son complice Val (dingue) m’exclure de ce site qui ne l’est pas. J’aurais du dire : un Statut des Musulmans, ça serait mieux passé. De même que passent beaucoup mieux, dans Charlie, les propos islamophobes dans un journal qui, il est vrai, l’est)

  • Tiens, ledit président de cette CNIL ("Autorité indépendante" selon ses statuts, défense de rire) , le sénateur "non-inscrit" Alex Turk donc, a voté pour l’adoption de cette "réforme des institutions"...

    Un avis favorable avec des réserves, sûrement

    Avec Lang ils ont réussi un bon sauvetage du soldat Sarkon. Qu’ils en soient remerciés (comment ça ils le sont déjà ?).

  • Quand je pense à tout ce qu’ils ont pu dire sur le fichage dans les pays se disant socialistes,pays sans libertés,police omniprésente etc...l’on va avoir la même chose sans medecine gratuite,mtro à 5kop. Opéra à prix dérisoire etc...
    Bref on a le régime policier sans le socialisme il ne nous reste qu’ conquérir le socilisme avec la liberté. bon courage JP

  • Il est clair que ces fichiers constitués en cati-mini sans aucun controle de la part d’une haute court de justice "indépendante", avalisés par une pseudo commision dite la CNIL impuissante à faire valoir et exercer un véritable pouvoir de contole ( bref une CNIL à botte de dirigeants cyniques) me confirment que ce régime n’est pas totalement démocratique et glisse vers une perversion bonapartiste ....ayant à sa tête le petit Napoléon III SARKOZY avec sa petite cours d’amis grands amateurs de fric à forte odeur de magouilles (Une relecture de ZOLA en vrai....)
    N’oublions pas que la prochaine étape de ces grands humanistes qui feront armes de ces fichiers et d’obliger chaque citoyen à incorporer une puce électronique au corps humain comportant toutes les données biométiques, civiles,administratives, patrimoniales sous peine d’être exlu du cortex social ....Cela est prévisible pour 2020 ....non je réve pas, croyez moi c’est déjà techniquement possible .....les caisses de réglement automaiques sans caissiéres sont un avant gout de ce déplorable futur vers lequel nous y glissons sournoisement...L’objectif est naturellement de controler les mouvements et resistances populaires face à une paupérisation organisée en réponse à une raréfication de ressources alimentaires, énergétiques et dégradation des écosystémes envisageables en 2ème moitié de 3ème millénaire....et à la confiscation des richesses restantes au profit d’une classe restreinte de privilégiés internationaux héritiers, grands seigneurs et vassaux des grands groupes capitalistiques.
    Je suis étonné du peu de réaction du parti socialiste sur ces questions primordiales de liberté....sont-ils aveugles à ce point ...non tout simplement englués dans leurs querelles minables de pouvoirs pourqui sera le petit chef.... sans envergure ...complétement hors la plaque sinon complices pour le grand amour à vouloir à tout prix exercer un pouvoir sans partage ....aussi écoeurants que les ump skarkoszistes.