Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Critique du bilan fait par Mélenchon de son séjour à La Réunion

vendredi 29 avril 2011 - Contacter l'auteur - 1 com

JLM analyse sur son blog le sens et la portée de ce séjour. On trouvera en fin de page le lien donnant accès à ce texte.

Dans la continuité des critiques que j’avais émises sur ce voyage (1) voici ce que m’inspirent ces lignes.

Il y a ici un recours, peu habituel chez JLM, à une "expression amortie" (ce qu’en langage savant on appelle des euphémismes) pour aborder les questions dérangeantes, en particulier la rencontre avec Paul Vergés. Loin du tonitruant et désormais célèbre "Je suis le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas" (2) qui ouvrait une rude mise en garde envers les coalitions opportunistes et sectaires de la gauche ciblant les candidats du FdG aux cantonales, JLM se laisse en effet aller, pour reprendre un vocabulaire qu’il affectionne, à tortiller du derrière en écrivant par exemple "Cette violence sectaire [des opposants à Vergès] permet de comprendre du coup la difficulté pour constituer un bloc majoritaire autour de la gauche ici. Et donc les arrangements déroutants auxquels il faut recourir pour repousser l’UMP." Relisons bien : JLM n’est plus ici dans son si caractéristique registre de l’imprécation, il est en compréhension envers les "arrangements déroutants" d’un Paul Vergès qui n’hésite pas, après les avoir bousculés, à s’unir avec les socialistes et même avec des secteurs de la droite. Le «  tous contre la droite UMP » peut donc se comprendre, selon JLM, et déboucher sur des unions ... déroutantes. Incontestablement il y a, chez notre homme, des façons de parler et de penser qui virent de bord dès qu’on met le cap vers l’Outre-mer !

Et la question que cela peut légitimement susciter c’est : "n’y aura-t-il pas des situations, dans les toutes prochaines années et à une autre échelle que La Réunion, où le FdG pourrait envisager de faire un "arrangement déroutant" pour créer, comme fait Paul Vergès dans son île, une coalition de gouvernement avec le PS ou soutenant un gouvernement socialiste afin de "repousser" la droite ?".Surtout avec le précédent des arrangements qui actuellement, dans les collectivités locales, "déroutent" (au sens premier du mot) le FdG de ses proclamations d’indépendance vis-à-vis du PS.

On pourra me rétorquer que JLM précise immédiatement qu’il n’approuve pas vraiment "cela", c’est-à-dire lesdits "arrangements déroutants" pratiqués à La Réunion, mais lisons bien ce qui s’apparente à la figure rhétorique de la litote : "Je ne dis pas que cela me convienne". JLM ne nous avait décidément pas habitués à ces contorsions conciliatrices par la négative pour éviter d’avoir à dire que "tout simplement" un Paul Vergès dérogeait à son schéma analytique habituel pourtant a priori dépourvu de compréhension pour les combinaisons politicardes ! Le fin mot de l’histoire est en fait que notre champion du parler radicalement vrai escompte un soutien à sa candidature pour la présidentielle de 2012 du dirigeant communiste de l’île : " Je suis sans illusion sur les motifs qui conduiront ou non le PCR à décider de prendre place ou non dans le rassemblement que propose le Front de Gauche." Ce sera donc dit, malgré les compromissions politiques du PCR, on l’incite à passer au FdG. Mais voilà, Paul Vergès hésite... et de quelle façon (3) !

D’euphémisme en litote, JLM en vient même à pratiquer une humilité, là aussi assez ...déroutante pour qui connaît le bonhomme, envers celui à qui, il est vrai, il a décerné le brevet de « maitre à penser » : "Je veux faire mieux que de donner des leçons", "On pense ce que l’on veut de Paul Vergès sauf qu’il n’y aurait pas à apprendre de lui.". «  On pense ce que l’on veut… sauf que » voilà peut-être la formule la plus significative de tout ce texte et, au fond, de tout ce voyage à La Réunion, et qui doit nous faire réfléchir, tous ceux qui voulons créer une union de la gauche radicale qui assume que la rupture avec le PS est un incontournable de sa radicalité : JLM sait mettre de l’eau dans son vin suivant les circonstances. Et les circonstances font souvent les orientations quoi que l’on ait dit et quoi que l’on dise !

Nous savions déjà que JLM n’avait jamais tiré un vrai bilan de sa participation au gouvernement calamiteux de Lionel Jospin. Nous savions qu’il considère comme un maître à penser (un autre !), et à faire de la politique, l’artisan du virage à droite de la gauche (François Mitterrand). Nous avons maintenant la confirmation, depuis La Réunion que, contrairement à ce que peut dire Clémentine Autain, dans son rapprochement accéléré avec le FdG (4), JLM peut combiner un radicalisme de l’indépendance politique avec une compréhension envers des jeux tactiques-tacticiens niant cette indépendance politique…A chacun de méditer la chose mais on peut toujours faire l’autruche…et voler dans les plumes du NPA pour s’étourdir devant tant de cruauté du réel !

On trouvera le texte intégral de JLM ici

(1) Jean-Luc Mélenchon est à La Réunion...problème...et Mélenchon à La Réunion : une revue de presse à méditer !

(2) http://www.wat.tv/video/melenchon-je-suis-bruit-fureur-378l7_2eyr9_.html

(3) Juste après sa rencontre à La Réunion avec JLM, Paul Vergès s’est empressé de se rendre au “Forum des idées” sur l’Outre-mer organisé, en métropole, par le PS. Un quotidien de La Réunion écrit à ce sujet : « Aux délégations des Partis socialistes des départements d’Outre-mer [venues à ce forum], il faut ajouter le Parti communiste réunionnais. Paul Vergès doit faire le déplacement. Lors des cinq dernières présidentielles, le PCR a appelé à trois reprises à voter dès le premier tour pour le candidat socialiste. Ce n’était pas le cas en 2007, mais le PS espère que ce sera le cas en 2012 car il faudra éviter de prendre le risque d’une dispersion des voix. Axel Urgin ne sait pas encore si la préférence ira au PS plutôt qu’à Jean-Luc Mélenchon pour le Front de Gauche ou au candidat écologiste. Mais il se veut optimiste : “Il y a eu un accord PC-PS lors des cantonales. Si nous étions restés sur la séquence des régionales, avec une querelle qui a abouti à faire perdre la Région à la gauche, je doute que le PCR soit venu au forum. Un accord politique a été négocié localement. Il y a une espèce de réconciliation qui nous a permis de prendre le conseil général”. » (Clicanoo.re)

En résumé : Le PCR de Vergès est réconcilié avec le PS mais, pour 2012, il hésite entre soutenir celui-ci, JLM ou le candidat écolo. Il n’y a pas à dire, le « maître à penser » de JLM et son parti sont toujours aussi éclectiques !

(4) Voir mon texte sur Bellaciao : Front de Gauche/NPA : Clémentine Autain prépare activement son ralliement au premier...

Mots clés : Jean-Luc Mélenchon / Outre Mer - Régions / Partis politiques /

Messages

  • Il est parti pour être humilié, électoralement au moins, s’il fréquente Paul Vergès qui est devenu le repoussoir absolu pour la grande majorité des Réunionnais. Il n’a qu’à demander à MGB qui en sait quelque chose.

    Il nous prend pour des imbéciles, nous les Réunionnais. Pour moi, depuis son allégeance à Vergès, voter pour lui est devenu impossible.

    De très nombreux articles, sur ce site même, décrivent les alliances absolument incompatibles avec une idéologie de gauche et parfaitement immorales que Paul Vergès est capable de faire.

    Ce que Mélanchon n’accepte pas en métropole, il le juge convenable pour la Réunion. Les Réunionnais sont des abrutis pour Mélanchon.

    Zembrocal (Réunionnais)

Derniers articles sur Bellaciao :