Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Drancy victime du succès des cantines gratuites

dimanche 21 janvier 2007 - Contacter l'auteur - 6 coms

L’événement

EN LANÇANT avec son voisin du Bourget, Vincent Capo-Canellas, la
restauration gratuite pour tous dans les écoles primaires, le député-maire
de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, espérait motiver les familles. Il est
servi. Deux semaines après la mise en place de ce dispositif pilote, dans le
cadre de la toute nouvelle intercommunalité qui lie les deux villes UDF, les
cantines des 18 écoles de Drancy accueillent chaque midi en moyenne 900
nouveaux demi-pensionnaires.
Alors que les élus en attendaient au maximum 400. Cet afflux, qui touche
dans une moindre mesure Le Bourget (entre 30 et 45 élèves supplémentaires
par jour, répartis sur deux écoles, qui avaient déjà 90 % de
demi-pensionnaires), en fait déchanter certains. La CGT, le syndicat
d’enseignants FSU-Snuipp et les parents d’élèves de la FCPE de Drancy, qui
approuvaient la mesure des deux maires pour ses vertus sociales, en
dénoncent aujourd’hui ses « graves conséquences » : restaurants et matériels
sous-dimensionnés, repas et couverts en nombre insuffisant, employés
municipaux appelés en urgence pour suppléer les animateurs... Le président
de la FCPE de Drancy, Gérard Gressin, cite plusieurs écoles où les enfants
ne mangent pas avant 13 h 20, et doivent donc patienter plus d’une heure et
quart dans la cour. Des situations confirmées, sous couvert d’anonymat, par
des directeurs d’école. « Cela pose non seulement des problèmes de sécurité
et d’hygiène, mais aussi de stress pour les enfants, qui doivent manger à
toute vitesse, dit-il. Quand ils mangent... J’ai reçu un message d’une maman
dont l’enfant en CM 2, au dernier service, n’avait eu qu’une moitié de
viande et de haricots. »
« Des problèmes de sécurité et d’hygiène mais aussi de stress pour les
enfants » « Dans une école, il manquait dix repas encore hier (NDLR : jeudi)
et les enfants ont dû partager la soupe qui restait, ajoute le responsable
du Snuipp, François Chelers. Moi-même, je réfléchis à retirer ma fille de la
cantine. Elle se jette sur le goûter en rentrant parce qu’elle ne mange pas
assez. Si la cantine gratuite c’est au rabais, ça ne m’intéresse pas. Je
préfère payer si le repas est de qualité. » Selon le syndicaliste, le
dispositif poserait aussi des problèmes aux enseignants. « Ils se plaignent
d’avoir en classe des enfants plus excités, parce qu’ils ne déjeunent pas
dans de bonnes conditions. Les retards de la cantine ont même provoqué des
retards dans les cours. » « Le dispositif a été mal organisé et mal
anticipé, résume Henri Tamar, des territoriaux CGT. Si le maire avait
organisé une concertation, on aurait évité de nombreux problèmes. Parents
d’élèves et syndicats organiseront vendredi prochain, à 18 heures, à la
bourse du travail, une réunion publique pour faire le point.
DRANCY, ECOLE CRISTINO-GARCIA, LE 8 JANVIER. Le jour de la rentrée, les 18
cantines de Drancy comptaient une centaine de nouveaux convives. Depuis, la
fréquentation moyenne est passée à 900 élèves. (LP/E.B.)

Eric Bureau

« Cela démontre que notre mesure était nécessaire »

Parents d’élèves et syndicats dénoncent de gros problèmes d’organisation
dans vos cantines. Jean-Christophe Lagarde. Il y a eu des soucis le
lendemain de la rentrée, le 9 janvier.
Du jour au lendemain, on est passé de 100 nouveaux demi-pensionnaires à
600... qui se sont inscrits le matin en classe. Forcément, cela a entraîné
des retards dans la livraison des repas par notre prestataire (NDLR : la
Sogeres) , mais uniquement ce jour-là. Et il n’y a jamais eu de problèmes de
sécurité. Dans l’urgence, nous avons demandé à des agents d’aider à
l’animation et, depuis, nous avons recruté 22 nouveaux animateurs. On parle
aussi de longue attente, de restaurants trop petits, de matériel
insuffisant... Les écoles où quelques élèves ont mangé à 13 h 20 ont cumulé
les problèmes. Il faut aussi tenir compte du fait que les 900 nouveaux
demi-pensionnaires doivent s’habituer à un nouveau système. Les écoles
Dewerpe et Jean-Macé, par contre, manquent réellement d’espace et nous
allons agrandir les cantines. Le principal problème, qui touche encore 7
écoles sur 18, est d’ordre matériel. Nous devons recevoir lundi prochain les
plateaux, couverts et assiettes qui manquaient et avons créé trois emplois à
plein temps pour le nettoyage. Avez-vous suffisamment anticipé ? Comme pour
tout, il faut le temps de l’adaptation. Les problèmes de repas et de
personnel sont réglés et, hormis pour les travaux d’extension, tout sera
rentré dans l’ordre à la rentrée de février. On nous dit victimes de notre
succès. J’en suis au contraire très content. Il démontre que notre mesure
était nécessaire. D’ailleurs, nous avons aussi enregistré une hausse dans
les cantines des maternelles (NDLR : une cinquantaine selon lui, entre 80 et
100, selon la FCPE) . Vous annonciez un coût de 1,1 million d’euros pour
l’intercommunalité. Cet afflux de demi-pensionnaires entraînera-t-il une
augmentation ? Cela nous coûtera 160 000 € supplémentaires. On prendra dans
la dotation de l’Etat (NDLR : estimée autour de 600 000 € cette année, entre
1,5 et 1,8 million d’euros en 2008) et on trouvera d’autres endroits pour
faire des économies. Cela ne coûtera évidemment pas un centime aux
habitants.

Propos recueillis par E.B.

parisien du samedi 20 janvier 2007

Mots clés : Alimentation / Ecole-Université / FR - Ile de France (01) /

Messages

  • si 4000 repas font 1,1 millions combien font 1000 repas de plus ??
    Monsieur le député maire, vice président de l’assemblée nationale nous dit 160 000 euros ????

    O/20

    suivant ses chiffres c’est 275 000 euros....

    Faut peut ètre retouner dans les écoles pour aussi constater que 3 agents pour nettoyer ce que font 1000 enfants, ça ne résoud aucun probléme.

    comparativement au 18 écoles

    ça veut dire qu’il y a 9 agents actuelement soit un demi poste ???

    Il est bien sur la meme planète ou non ???

    Un parent qui a été à l’école...
    Enfin un peu seulement...

    • Très bien cet article ! Il en faudrait aussi un sur les agents engagés en CDD et travaillant pour la Municipalité (3 CDD consécutifs achevés, ce qui n’est déjà PAS normal) qui, arrivant à la fin du CDD, ne touchent pas d’allocation chômage donc, RIEN pendant des mois (auxquels ils ont évidemment légalement droit) Cela se passe à Drancy, oui oui, et ailleurs, et les agents se retrouvent ensuite dans une merde noire, obligés d’aller jusqu’au tribunal administratif ! Y a-t-il encore une justice ? Merci Lagarde !!!

    • "suivant ses chiffres c’est 275 000 euros.... "

      ...pas forcement, puisque les prix sont généralement degressifs dans l’alimentaire des collectivités.

    • les marchés publics sont réglementés dans les procédures, il semble étonnant qu’on annonce sans meme avoir anticiper l’afflut d’usager aucune entreprise ne s’amuserait à jouer sur une incertitude de marché.

      Lagarde semble lui avoir une évaluation certaine...
      Or avec ce genre de marché c’est au moins disant !

      Et entre temps c’est la qualité du repas sogeres qui va sans douté diminuer car un minimum de temps existe pour installer un marché public, et l’afflut des 1000 usagers n’avait pas été mesuré.

  • Quand lagarde dit que cela ne couteraa rien aux habirtants de Drancy moi je croix le contraire puisqu’il dit dans le meme temps que il fera des economies ailleurs

    c’est le Mot AILLEURS qui signifie tout

    Personnellement je ne trouve pas normal que certains parents ne paient rien

    encore une idée libérale qui part du postulat selon lequel les parents sont tous les memes

    le souci étant de revoir les quotients familiaux et évidement le pouvoir d’achat des parents

    Autre question : lagarde , qui est loin d’etre un idiot, voit arriver 2008 à grands pas et sais dans quel condition il a été elu au prelier tour en 2001 : 35% d’abstention

    hors ce député a voté toutes les lois qui aggrave les conditions de vie de ses administés

    et maintenant il nous joue robin des bois ?,

    Tout ca est un peu gros mon cher jean christophe...

  • Pour moi, ce n’est pas un succès mais un échec, un coup de pub électoral assurément !
    Les contribuables électeurs de DRANCY et du BOURGET ne seront pas trompés et sauront s’en souvenir à la réception de leurs feuilles d’impôts locaux et quand ils seront dans l’isoloir !
    Ils savent bien sûr que ce sont eux qui paieront la cantine soi-disant "gratuite".
    Sans parler du désastre dans les conditions d’accueil des enfants, du personnel municipal et des enseignants,au delà des limites de la sécurité.
    Aucun parent d’élève ne epeut accepter de telles conditions.
    Cette décision n’honorent pas les édiles locaux.
    Il est juste qu’un service public réclame une participation financière même modeste en rapport avec les ressources des familles.Ce n’est que justice et le quotient familial est le moins inégalitaire.Rien n’empêchait de le repenser.Mais il fallait faire vite à cause des élections !
    Ce coup de pub fait un flop maintenant !

Derniers articles sur Bellaciao :