Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

"Parrainages"...

mardi 28 février 2012 , par René HAMM - Contacter l'auteur - 3 coms

Hier, le quotidien "Les Dernières nouvelles d’Alsace" a inséré le résultat du sondage effectué auprès de son lectorat à propos des "parrainages" en vue de l’élection présidentielle, dans le cadre de la "question du lundi".
Sur 1707 votant(-e)s, 63% se prononcent en faveur de l’anonymat.
Christine Boutin, qui a, comme je l’avais pronostiqué, rallié entre temps Nicolas Sarkozy, Corine Lepage et Marine Le Pen avaient saisi le Conseil constitutionnel en ce sens.
Si je trouve assez logique que la haute instance ait refusé, le mardi 21 février, une modification d’une des règles afférentes au scrutin précité à soixante et un jours de celui-ci, je ne percevrais pas comme une sottise d’introduire pour l’échéance de 2017 un système novateur quant à la « présentation » (terme officiel) des candidat(-e)s.
Pourquoi ne pas envisager, comme le suggère Jacques Pélissard, le président de l’association des maires de France, que les élu(-e)s puissent, facultativement, mais publiquement, accorder leur aval à deux personnes, une en phase avec leurs orientations, l’autre pour permettre l’expression du pluralisme ?
Je préconiserais un mode mixte, associant la participation populaire à ce qui précède. Ainsi, un(-e) candidat(-e) issu(-e) de la société civile se qualifierait pour briguer la magistrature suprême s’il (si elle) jouit du soutien d’un nombre déterminé d’électeur(trice)s, par exemple dix mille.
La procédure actuelle résultant de la loi organique du 18 juin 1976, qui avait augmenté de cent à cinq cents le total des signatures requises, visait à circonscrire les candidatures « fantaisistes ».
Or, des citoyen(-ne)s porteur(-se)s d’un véritable projet et qui, par leur engagement actif dans des associations et/ou des mouvements de solidarité, démontrent leur attachement à des valeurs immuables tout comme leur sens aigu des responsabilités, me semblent infiniment plus dignes que des professionnel(-le)s de la politique, plutôt enclin(-e)s à ne pas tenir leurs promesses ou à arrêter, dès leur accession au pouvoir, des dispositions incompatibles avec l’intérêt général.

René HAMM Bischoffsheim (Bas-Rhin)

Mots clés : Démocratie / Elections-EluEs /

Messages

  • Corinne (avec deux "n") Lepage.
    J’espère que l’auteur de "La vérité sur le nucléaire. Le choix interdit" (Albin Michel, juin 2011, 230 pages, 17 euros) me pardonnera.

    René HAMM

  • l’autre pour permettre l’expression du pluralisme ?
    Heu,ben ;marine c’est le pluralisme ?Enfin,oui tant qu’elle n’est pas elue,après.......momo11

  • le vrai problème , ce ne sont pas les parrainages , mais la constitution de la 5 ème république et l élection du président au suffrage universel qui permet d’ accorder des pouvoirs exorbitants à un seul homme au mépris des droits du parlement et du peuple .

    se contenter de réclamer la fin des parrainages , c ’est quémander le droit de participer à ce grand cirque antidémocratique et donc le cautionner .

Derniers articles sur Bellaciao :