Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Procès de militants de la Confédération paysanne : jusqu’à quatre mois ferme requis

jeudi 8 septembre 2005 - Contacter l'auteur - 2 coms

Quatre mois d’emprisonnement ferme ont été requis mercredi contre Jean-Emile Sanchez, ancien porte-parole de la Confédération paysanne, lors de son procès en compagnie de 15 autres militants devant le tribunal correctionnel de Rodez, a-t-on appris auprès de José Bové, qui participait à la mobilisation en marge de ce procès.

Les militants comparaissaient principalement pour "vols en réunion" chez un semencier et un groupe laitier. Le procureur a par ailleurs demandé pour les autres prévenus des peines d’amendes et d’emprisonnement avec sursis après deux actions syndicales, dont les dossiers ont été joints.

En avril 2004, dans un entrepôt près de Rodez, des agriculteurs et des apiculteurs avaient dérobé des sacs de semences enrobées d’insecticide, le Régent, soupçonné de surmortalité chez les abeilles. En novembre 2004, des militants de la CP manifestant contre la baisse du prix du lait avaient volé puis redistribué dans des quartiers défavorisés des packs de lait et du fromage de la société Valmont (groupe Lactalis), seule partie civile au procès.

Un troisième dossier était également examiné mercredi par le tribunal : Jean-Emile Sanchez, en tant que représentant de la CP, est accusé d’avoir proféré des menaces concernant des blocages de récolte du lait, qui n’ont finalement pas eu lieu.

Le procès de ces trois affaires, qui a débuté mercredi matin, devrait se poursuivre jusqu’en début de soirée.

En marge de l’audience, environ un millier de personnes au plus fort du mouvement, selon la police, ont participé durant la journée aux actions de soutien aux prévenus lors de plusieurs défilés dans le centre de Rodez et autour de forums et conférences sur les thèmes de la Politique agricole commune, des pesticides ou de la répression anti-syndicale.

"On veut visiblement criminaliser la Confédération paysanne, dont les idées dérangent. De très nombreux contrôles routiers, à la demande du procureur, ont eu lieu ce matin pour les véhicules qui voulaient rentrer dans Rodez, ça ne s’est jamais vu", s’est inquiété José Bové, ancien porte-parole de la Confédération Paysanne, venu soutenir les militants. RODEZ (AP)

Mots clés : Agriculture - Pêche / Justice-Droit / Prison / Syndicats /

Messages

  • C’est proprement scandaleux ! Dans ce pays deux poids, deux mesures . La FNSEA peut tout se permettre, casser par exemple les abattoirs de Fougères (35) souvenez-vous, l’état (socialiste !) à tout remboursé, (quelques milliards de centimes si mes osubvenirs sont exacts) les meneurs FNSEA-RPR (UMP) n’ont pas été inquiété. La gôche au pouvoir ménage la droite, la droite au pouvoir judiciarise les actions de la GAUCHE.

    Une justice de classe chargée de défendre la propriété privée.

    Un seul syndicat paysan : FNSEA, et un seul syndicat des salariés, la CFDT et les vaches seront bien gardées. Le petit Goebels pourra diminuer l’ISF sans que personne bronche. NOUDEDIOU, VAIN DIEU DE NOM DE DIEU

Derniers articles sur Bellaciao :