Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

QUAND ERIC BESSON JOUE DU VIOLON... et quand la CDMT-Postes lui répond.

jeudi 26 janvier 2012, par Nemo3637 - 1 com

Tout le monde connait le sympathique ministre « de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique », fidèle parmi les fidèles du Président Sarkozy, loyalement à son service après avoir été au Parti Socialiste et soutenu un moment la candidate Ségolène Royal en 2007.

Cet honnête homme n’hésite pas à répondre à ceux qui sont victimes d’injustice. Et ne le prouve t-il pas en écrivant ainsi à Hervé Pinto, Secrétaire Général de la CDMT-Postes, Syndicat Martiniquais qui se voit interdire, en dépit du droit élémentaire, toute activité syndicale au sein de La Poste depuis 2006 ? (*)

Avec application, le vertueux ministre rappelle des droits et des obligations… que justement La Poste ne respecte pas, quoiqu’il en dise !

Ainsi, est mis en avant, pour justifier les exactions de la Direction de La Poste, une prétendue « autonomie dans la gestion de son personnel ». Or, textes à l’appui (*), tout le monde sait bien, surtout le ministre, que c’est l’Etat qui fixe les orientations et dirige le Conseil d’administration du Groupe La Poste (loi de 1990).

Depuis des années ledit Groupe a cherché constamment, par de multiples actions, à interdire l’expression du droit syndical. Et, bénéficiant d’appuis, il a partiellement réussi dans sa malfaisante entreprise. Monsieur Eric BESSON l’ignore t-il ? Nous n’osons pas croire qu’il resterait hypocritement indifférent !

Ainsi un accord cadre du 27 janvier 2006 avait fermement interdit toute activité syndicale à la CDMT-Postes, et ce en violation de la Constitution et des lois en vigueur (*). Il a fallu engager une longue procédure parallèlement à une série d’actions sur le terrain. Une décision du Conseil d’Etat du 15 Mai 2009 a finalement annulé ledit accord-cadre.

Il est flagrant que l’imposant Groupe La Poste, aidé depuis Paris par un puissant cabinet d’avocats, la SCP GRANRUT, ait engagé d’énormes moyens pour parvenir à ses fins. Une « étrange collaboration » a été remarquée par la HALDE concernant le Responsable Juridique de la Direction Exécutive de La Poste d’Outre-mer.

Mais cependant Monsieur Eric BESSON, connu pour ses sympathiques déclarations à l’égard des salariés, n’en démord pas. Visites de contrôle effectuées au sujet de la mise à disposition de panneaux syndicaux pour la CDMT-Postes…Tout est en règle ! Pour lui les déclarations des dirigeants de La Poste lui suffisent. Il leur fait confiance.

Nous n’osons pas croire qu’il ignore les modalités de l’exercice du droit syndical.

Pourtant ses principaux dirigeants locaux, qu’il défend, font actuellement l’objet d’une procédure.
La Poste de la Martinique, qui dispose du soutien du Tribunal Administratif de Fort de France, est néanmoins l’objet d’une enquête préliminaire, au niveau pénal cette fois, ordonné par le magistrat de permanence du Tribunal de Grande Instance de Fort de France et plusieurs responsables de La Poste ont été ainsi auditionnées.

Ce n’est qu’après une lutte acharnée de plus de trois ans, que finalement la sanction de suspension de 2 ans prise à l’encontre de Hervé Pinto, Secrétaire Général de la CDMT-Postes (**), a été annulée, après de multiples procédures devant le Tribunal Administratif de Fort de France. Et celle-ci a été très vite substituée par une autre sanction de 18 mois celle-là, initiant une nouvelle procédure, où La Poste risque à nouveau d’être condamnée, cette fois comme récidiviste .

Monsieur Eric BESSON ne semble pas au courant de ces exactions. Faut-il mettre tout sur le dos de son Chef de cabinet ? Ou bien ferait-il mine de ne pas être informé complètement ? Une chose est sûre : ces déclarations, sa correspondance, montre son ignorance du dossier et un art du discours creux et lénifiant. Mais de qui un si brave homme s’est-il aussi mal inspiré ?

(*) La correspondance avec Eric Besson sera mis en ligne sur le site de la CDMT-Postes :

http://cdmt-postes.wifeo.com

Les pièces du dossier peuvent être envoyées sur demande.

(**) Il avait été sanctionné pour avoir prétendument introduit une personne étrangère au service. C’était en réalité un délégué syndical qui tentait d’entreprendre des négociations avec la Direction dans le cadre d’un droit de retrait …

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :