Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’illusion meritocratique

de : Emrah K.
samedi 8 mai 2010 - 12h00 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 29.8 ko

de Emrah KAYNAK

L’éducation est une problématique politique fondamentale. En son sein se nouent les questions de justice, d’autonomie et de liberté.

Bien que l’artifice du mérite soit allégué pour justifier la hiérarchie dans la société, la filiation sociale demeure encore et toujours l’atout décisif dans la détermination du futur rang social.

L’idéal méritocratique suggère que les institutions sont strictement impartiales et que la réussite est conditionnée uniquement par les aptitudes et caractères de chacun.

S. Mc Namee et R. Miller dans « Le rêve américain et l’idéologie méritocratique » révoquent cette hypothèse : « dans les sociétés modernes démocratiques, la justice sociale s’organise autour du principe de l’égalité des chances, qui semble accepté par tous. Pourtant, un tel principe, loin de renforcer l’identité collective, est porteur d’une menace de décohésion, tant il autorise les inégalités réelles. L’éducation a précisément pour finalité de permettre et de légitimer la réussite des enfants initialement les plus favorisés ».

L’emprise de la bourgeoise sur l’éducation est un moyen de légitimation et de préservation des inégalités. Le système scolaire est intrinsèquement discriminant et conservateur. Il vise à classifier les élèves selon leur origine et leur finalité sociales. Il enseigne la soumission à l’autorité et à un ordre inique tout en assurant la promotion des valeurs dominantes. Il permet de distinguer les futurs dirigeants d’un côté et les futurs exécutants de l’autre, en faisant en sorte que chacun se persuade de sa condition immuable. Autrefois, le Souverain attribuait des titres de noblesse, aujourd’hui c’est l’école qui intronise la bourgeoisie dans sa fonction dirigeante.

Les savoirs transmis, supposés exempts de toute idéologie, sont asservis aux exigences économiques et politiques. La division des filières s’articule à la division de la société entre travail intellectuel et manuel, entre classes dominantes et dominées. Chacun reçoit une éducation circonscrite et fonctionnelle pour remplir son rôle social et contribuer ainsi à la bonne marche de la société.

L’éducation se trouve dans un « état de falsification systématique et préméditée » disait M. Bakounine. Le constat de P. Bourdieu est similaire : « l’école sanctionne et valorise certains habitus que possèdent déjà en y arrivant les membres des classes dominantes, qui y sont donc d’emblée chez eux, tandis que les autres doivent faire d’immenses efforts pour y réussir. Au total, l’école est donc une instance qui fonde et légitime l’inégale appartenance et l’inégale participation à la société. Par elle, la classe dominante se reproduit et si des membres des classes moyennes font occasionnellement l’expérience, fort utile à la persistance de la domination, de la mobilité sociale ascendante, les classes dominées y sont massivement renvoyées au monde du travail, mais en ayant intériorisé à la fois la conscience de leur infériorité culturelle et la conviction que le système est juste et leur a accordé leur chance ».

Le milieu social conditionne en amont et en aval la réussite sociale. La valorisation du diplôme est liée au capital culturel et relationnel du groupe familial. La maîtrise du savoir-être bourgeois est une qualification informelle impérieuse pour se faire valoir sur le marché de l’emploi.

L’égalité des chances est un mythe infirmé par une enquête réalisée en 2003 par l’Insee sur la formation et la qualification professionnelle. On observe très clairement que l’enseignement n’est pas ouvert en pleine égalité. Il y a une monopolisation du pouvoir économique et culturel qui se transmet par hérédité et népotisme.

L’ascension sociale n’est pas exclue mais elle est fortement compromise en pratique. Ceux qui sont issus de milieux peu qualifiés doivent faire des efforts plus importants pour réussir. Les universités françaises n’accueillent qu’une petite minorité des enfants d’employés et d’ouvriers. Quelle que soit la filière, les enfants de cadres et professions libérales représentent plus du quart des effectifs. Plus généralement, plus le diplôme du père est élevé, plus on a de chances d’avoir soi-même un diplôme élevé. Les deux tiers des enfants d’enseignants et plus de la moitié des enfants de cadres sont titulaires d’un diplôme supérieur ou égal à Bac+3, contre 10 % des enfants d’ouvriers non qualifiés ou d’inactifs. Ces derniers représentent à l’inverse 60 % des individus qui disposent d’un diplôme inférieur au Bac ou qui n’ont pas de diplôme.

La raréfaction du travail va de pair avec son éloge et l’invocation incessante du mérite et de l’individualisme. On se souvient tous du « travailler plus pour gagner plus » ou « de la France qui se lève tôt » de N. Sarkozy.

L’idéal méritocratique est un pilier important de l’édifice bourgeois, à titre pratique et psychologique.

Cette idéologie postule que la société concède équitablement ses faveurs aux plus doués et aux plus volontaires. Les inégalités ne feraient que refléter les qualités et défauts de chacun. On peut dès lors en inférer que le succès et l’échec sont mérités. Chacun est cause de son propre sort.

Il s’ensuit que : la collectivité ne doit pas prêter assistance à des personnes qui ont galvaudé leurs chances ; la pauvreté, expression de l’inaptitude et de l’inutilité, est une tare morale ; le riche est digne d’estime ; l’inégalité est dans l’ordre des choses.

La question de l’éducation est indissociable d’un projet politique sous-jacent. Elle n’est jamais neutre. Pour réformer la fonction et les missions du système éducatif, c’est la société dans son ensemble qui doit changer d’orientation. Seule l’émancipation intégrale - économique et politique- est en mesure d’assurer une émancipation intellectuelle et d’actualiser toutes les virtualités qui se trouvent en l’homme.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
L’illusion meritocratique
8 mai 2010 - 19h32 - Posté par Mengneau Michel

Non seulement il y a l’école, mais ce concept touche aussi le travail. C’est alors une notion particulièrement discriminatoire et créatrice d’inégalités. Chacun doit pouvoir vivre correctement quelques soient ses capacités. C’est d’ailleurs pourquoi ce que certains appellent le revenu inconditionnel, ou la dotation inconditionelle d’autonomie, ce qui sort l’individu du concept de la méritocratie et par la même occasion modifie le rapport avec la otion de pouvoir d’achat qui devient alors un "pouvoir vivre", ce qui est une notion tout à fait différente. Le droit du pouvoir vivre estompe de fait la forme inégalitaire de la méritocratie car les individus sont considérés alors sur un plan plus égalitaire..Il va sans dire que l’on est aussi hors le concept propductivisme et le travail en retrouve sa fonction de monaie d’échange.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite