Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Souvenir : La justice turque condamne le pianiste Fazil Say au silence

de : Marc SEMO et Ragip DURAN (à Istanbul)
lundi 19 janvier 2015 - 14h49 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 54.5 ko

Athée revendiqué, le musicien écope de dix mois avec sursis pour insultes à la religion via des tweets. L’UE s’inquiète de cette attaque contre les libertés.

Dix mois pour « insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population » au travers de quelques tweets ricanant sur l’obscurantisme de l’islam ou citant des vers d’Omar Khayyam, grand poète persan du XIe siècle et inlassable pourfendeur des hypocrisies de la religion : « Vous dites que des flots de vin coulent au paradis/Est-ce que le paradis est une taverne ?/Vous dites qu’il y a au paradis deux houris pour chaque croyant/Est-ce que le paradis est un bordel ? » La condamnation de Fazil Say, 43 ans, est certes assortie du sursis, mais si le célèbre pianiste récidive pendant « une période probatoire de cinq ans », la condamnation sera exécutoire, s’ajoutant à la nouvelle peine.

Durement critiqué par l’UE, le verdict émis hier par un tribunal d’Istanbul reste comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de ce pianiste et compositeur contraint à un quasi-silence public depuis l’ouverture de cette procédure judiciaire, il y a un peu plus d’un an. Elle se fondait sur la plainte de trois particuliers s’estimant « blessés » par ces propos blasphématoires. Mais nul ne se faisait d’illusion. « C’est politique tout ça ; derrière il y a des gens de l’AKP [le parti issu du mouvement islamiste, au pouvoir depuis novembre 2002, ndlr] », affirmait en décembre à la chaîne privée CNN-Türk ce musicien qui n’hésitait pas à revendiquer publiquement son athéisme comme sa fidélité à une certaine idée de la laïcité et de la république fondée par Mustafa Kemal sur les décombres de l’empire ottoman.

« Arabie Saoudite ».« C’est la Turquie qui a changé, pas moi », nous confiait en juillet (lire Libération du 13 juillet) l’artiste qui, depuis le début de ses déboires judiciaires, reçoit autant de mails de soutien que d’insultes. Comme le relève un de ses proches « il est difficile d’être consensuel dans un pays où une partie de la population vit comme en Italie et l’autre comme en Arabie Saoudite ». Ce pianiste au jeu puissant autant que transgressif, qui n’hésite pas à « jazzifier » une sonate de Mozart ou une fugue de Bach ni à se lancer dans des improvisations échevelées mêlant aux thèmes classiques ceux des musiques traditionnelles anatoliennes, est devenu une célébrité mondiale. Le verdict à son encontre relance le débat sur la liberté d’expression en Turquie, alors que près d’une centaine de journalistes et d’écrivains subissent des procès, dans leur quasi-totalité pour « propagande terroriste » ou « appartenance à organisation terroriste » dans des enquêtes liées à la rébellion kurde. En revanche, les procédures à l’encontre du romancier et prix Nobel Orhan Pamuk, mis en cause pour des propos sur les massacres de Kurdes et d’Arméniens, ou les accusations d’atteintes aux valeurs de la religion visant Nedim Gürsel pour son roman les Filles d’Allah, avaient rapidement abouti à des relaxes. C’est donc la première fois depuis une décennie et le lancement des réformes démocratiques dans le cadre du processus d’adhésion à l’UE qu’un artiste ou intellectuel d’une telle renommée est condamné pour un pur délit d’opinion. « Les procès de l’inquisition étaient les mêmes et cherchaient à interdire tout ce qui pousse les gens à penser et à rire », a réagi son ami sculpteur Mehmet Aksoy, dont une immense statue installée à la frontière avec l’Arménie comme appel à la réconciliation a été détruite en 2011 sur ordre du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan.

Oratorio. Le parti au pouvoir et ses partisans détestent Fazil Say, qui n’a jamais caché ses engagements. Il a été à bonne école. Musicologue de renom et militant de gauche, son père, lors du coup d’Etat de septembre 1980, cachait les livres interdits dans le piano du gosse. Dès ses premières créations, le pianiste, déjà devenu célèbre pour ses interprétations, n’a pas hésité à parler de ce qui fâche, comme le massacre, à Sivas (Anatolie centrale), de 37 intellectuels laïcs brûlés vifs dans l’attaque d’un hôtel par des islamistes radicaux, le 2 juillet 1993. En 2007, il écrivit un oratorio dédié à l’une des victimes, le poète Metin Altiok. Mais le gouvernement lui a interdit de projeter en même temps les images du massacre. Un oratorio précédent dédié au poète communiste turc Nazim Hikmet, mort en exil à Moscou, n’a pu être joué qu’en Allemagne. « J’écris maintenant des symphonies, il n’y a pas de livret ni de problème de traduction », nous expliquait-il l’été dernier.

« La pression du conservatisme religieux est de plus en plus forte et je pense qu’il est temps pour moi de m’installer au Japon », avait-il lancé, provocateur, il y a un an dans une interview au grand quotidien Hürriyet. Les propos du pianiste, tout aussi renommé, voire plus, à New York, Paris, Berlin ou Tokyo qu’à Istanbul, avaient fait la une partout. Il a laissé entendre qu’en cas de condamnation il quitterait le pays. A l’issue du verdict, ses seuls mots sur sa page Facebook ont été pour évoquer « sa tristesse pour le pays » : « Je n’ai commis aucun crime et cette condamnation est moins inquiétante pour ma personne que pour la liberté d’expression et de croyance en Turquie. »

http://www.liberation.fr/monde/2013...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite