Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

"QUELQUES JOURS POUR FAIRE GAGNER LE NON"

de : Yves Salesse
vendredi 13 mai 2005 - 15h33 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 19.5 ko

de Yves Salesse, coprésident de la Fondation Copernic

La puissance de feu des défenseurs de la « constitution » a logiquement permis une remontée du Oui. Il aurait été étonnant qu’elle reste sans effets. Elle produit aussi dans nos rangs un certain fléchissement. Nombreux sont ceux, dans les collectifs, qui n’ont pas l’habitude de ce type d’affrontement, de cette violence mensongère, d’une telle débauche de moyens. Et qui ont le sentiment que nous ne faisons pas le poids avec nos documents, tracts, nos réunions-débats.

La disproportion des moyens est évidente. Mais le bombardement ne peut remplacer l’occupation du terrain. Nous avons une force qu’ils ne peuvent nous enlever : la force militante. La capacité de s’adresser personnellement aux citoyens, sur les lieux de travail, dans les quartiers ; de prendre le temps pour donner nos raisons : porte à porte, réunions de proximité, coups de fil aux amis, etc. Mais il faut maintenant cibler plus précisément.

Peu nombreux sont les convaincus du Oui, après plusieurs mois de débat, qui changeront de position. Nous devons nous adresser prioritairement aux indécis et aux abstentionnistes. Et plus précisément encore à ceux des couches populaires qui ont l’expérience vivante des politiques libérales. Parce qu’avec un peu d’habileté rhétorique et beaucoup de mauvaise foi, les défenseurs du Oui peuvent prétendre que, contrairement à ce que nous prétendons, tel article veut dire autre chose que ce qu’il dit, que tel autre représente une avancée insoupçonnée, etc. Et il est facile de ne plus s’y retrouver devant ces analyses contradictoires. Mais les mêmes ne se laisseront pas abuser sur les politiques libérales, c’est à dire sur leur vie. Nous devons partir de là et ne pas hésiter à invoquer la défiance légitime vis à vis de responsables politiques qui ont déjà beaucoup promis et beaucoup menti. L’heure n’est plus aux explications de texte détaillées mais aux quatre sujets clé : démocratie, chômage, services publics, Europe sociale.

Démocratie : 1) La constitutionnalisation des politiques par le plus grand nombre des articles de texte. Trois exemples : l’interdiction de gêner la libre circulation des capitaux (investissements spéculatifs, délocalisations) : article III-156 ; l’obligation pour les Etats d’améliorer leurs capacités militaires (I-41) ; la compatibilité de la politique de sécurité et de défense de l’Europe avec la politique de l’OTAN. 2) Des institutions non contrôlées. Ex : la banque centrale européenne, indépendante, qui a une influence décisive sur la marche de l’économie et donc le chômage par la fixation des taux d’intérêt et la politique de l’euro fort.

Chômage : 1) Les salariés du privé savent les sacrifices qui leur sont demandés au nom de la compétition internationale. La banque centrale européenne, que son statut rend indifférente au chômage, annule tout cela en laissant l’euro gagner + 30% par rapport au dollar, ce qui veut dire que les produits européens deviennent plus chers de 30% par rapport aux produits payables en dollars ! 2) La réponse de la Constitution au problème du chômage est celle du patronat européen : compétitivité (article I-3), ne pas gêner le marché (articles III-177 et 178) ; flexibilité du marché du travail (article III-203).

Services publics : 1)le traité d’Amsterdam proclamait que les services d’intérêt économique général sont une valeur commune de l’Union. Cela n’a pas empêché l’offensive systématique dans tous les secteurs, chemin de fer, énergie, poste, etc. La »constitution » reprend tous les articles qui ont permis cette offensive. 2) Elle en ajoute de nouveaux : celui, par exemple, qui constiutionnalise la libéralisation de l’énergie (article III-256). 3) Elle interdit la reconstitution de monopoles de services publics. 4) Elle ne permet pas la création de services publics européens : aucun statut n’est prévu en ce sens.

Europe sociale : 1) avec le dernier élargissement, l’Europe a changé de doctrine, installant officiellement une fracture économique et sociale dans l’espace européen. C’est cette fracture que la directive Bolkestein veut mettre au service des firmes qui peuvent délocaliser. 2) L’harmonisation sociale est soit interdite, soit soumise à l’unanimité des Etats pour seulement énoncer des minimas sur les sujets les plus importants (article III-210). Cet article a déjà paralysé l’harmonisation sociale par le passé. Cela sera pire encore maintenant avec les nouveaux adhérents qui ont le dumping social et fiscal comme arme majeure dans la concurrence sur le marché européen.

Ajoutons la réponse à un argument qui semble avoir eu une certain impact : l’isolement de la France et son affaiblissement en cas de victoire du NON.

1) On ne peut répondre ainsi aux questions essentielles. Au nom de l’isolement, fallait-il faire la guerre en Irak ? 2) Un pays est fort internationalement s’il défend une orientation claire qui répond à l’aspiration des peuples (ce fut le cas sur l’Irak), pas s’il se couche systématiquement. 3) La montée du Non en France a déjà payé : changement d’attitude sur la directive Bolkestein, le pacte de stabilité, etc. 4) L’Europe est un sujet trop sérieux pour être laissé aux chefs d’Etat et de gouvernement.

Face à l’Europe libérale, le Non de gauche apporte une alternative. Nous avons une alternative programmatique avec des propositions précises sur les sujets évoqués ci-dessus. Nous avons aussi une alternative stratégique : sortir le débat européen du cercle fermé de la diplomatie ; le faire prendre en charge par les citoyens. Ce que nous avons déjà en partie réussi en France.

Si le Non l’emporte nous serons dans la situation juridique actuelle : il n’y aura aucun vide. Mais il y aura un fait politique nouveau en Europe : un pays majeur aura dit stop, il faut arrêter la folie libérale qui a pris le contrôle de la construction européenne, nous voulons remettre l’Europe à l’endroit, au service des peuples.

Nous mettrons à profit en France même le rapport de forces politique ainsi créé contre les offensives libérales en cours. Nous le mettrons aussi à profit au niveau européen. Il servira à débloquer le débat dans les autres pays où il a été verrouillé. Des initiatives en ce sens sont en cours tels que les appels européens pour le Non qui ont été rendus publics récemment. Si le Non l’emporte nous proposerons la création d’un collectif européen pour une autre Europe avec la constitution de tels collectifs dans tous les pays, sur le modèle de ce que nous avons fait ici. Ces collectifs aideront l’intervention dans les pays où il y aura referendum. Ils faciliteront la mobilisation contre le directives Bolkestein, temps de travail, etc. Il seront un cadre pour élaborer des propositions alternatives communes.

Cette orientation peut aussi être mise en œuvre si le Non est battu de peu en France. Nous devrons discuter, même dans cette hypothèse, du maintien de nos collectifs unitaires. Mais pour l’instant, la perspective est la victoire du NON. La situation restera indécise jusqu’au dernier moment. Jusqu’au 29 compris, nous devons gagner des voix. Il nous reste quelques jours...

Fondation Copernic

Email : fondation.copernic@ras.eu.org

Site internet : http://www.fondation-copernic.org

www.appeldes200.net


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
La disproportion des moyens est évidente
13 mai 2005 - 16h04

C’est vrai, que "La disproportion des moyens est évidente" entre d’un côté les moyens mis au service de la propagande mensongère du Oui, et de l’autre les moyens dont disposent les partisans du NON pour rétablir la vérité.

A mon avis, la meilleure façon de contrer cette différence des moyens, c’est de mettre la France en Grève.

Car en effet, en Assemblée Générale de grève, les gens deviennent intelligents et insensibles aux "arguments" du pouvoir : Les partisans du NON pourront enfin être vraiment entendus !

Les motifs de grève ne manquent pas, Salaires, Services Publics, Sécurité Sociale, Retraites, etc.

Et il y a un motif de grève d’une importance extrême : Grève contre la répression subie par le mouvement lycéen :

Il est indispensable de mettre toutes les facs et tous les lycées de France en grève contre la répression subie par le mouvement lycéen !

Il est temps que les adultes se mettent en grève contre l’immonde répression subie par leurs enfants !

GRÈVE GÉNÉRALE SAUVAGE TOTALE ET ILLIMITÉE DANS TOUS LES SECTEURS PUBLICS OU PRIVÉS !



> La disproportion des moyens est évidente
13 mai 2005 - 21h24 - Posté par

LANCER UNE GREVE GENERALE SERAIT DU PLUS MAUVAIS EFFET SUR L’ELECTORAT. CE SERAIT DU PAIN BENIT POUR LES PARTISANS DU OUI. ALORS DU CALME, NE PERDONT PAS NOTRE SANG FROID. LA VICTOIRE DES PARTISANS DU NON TIENT DANS LEURS ARGUMENTS. CALMEMENT ET SÛREMENT NOUS ALLONS VERS LA VICTOIRE .
VIVE LE NON !


> La disproportion des moyens est évidente
14 mai 2005 - 15h04 - Posté par

Salut,

Tu te trompes de stratégie !

Je n’ai jamais dit qu’il fallait lancer cette grève générale en tant que "partisans du NON". Il y a suffisemment de motif de grève comme ça !

Il n’y a rien de tel qu’une bonne grève bien dure pour aiguiser les esprits ! Donc même si personne ne prenait la parole en AG pour expliquer le NON, une vraie grève générale ferait gagner le NON.

Ensuite, cette grève affolerait les partisans du Oui et c’est tout. Elle n’affolerait bien sûr pas les partisans du NON qui savent tous que c’est le mécontentement social qui fera gagner le NON.

Rien de tel qu’une vraie grève pour prendre conscience des raisons d’être mécontents.

Une grève générale ferait gagner le NON, c’est évident !

A+

do

http://mai68.org


> "QUELQUES JOURS POUR FAIRE GAGNER LE NON"
14 mai 2005 - 02h37

Yves Salesse dit avec toujours autant de talent ce qu’il nous reste à faire, si il y a autant d’agréssivité de la part des partisans du oui, c’est que le non a une réelle chance de l’emporter.
La bataille de terrain, c’est là que nous devons investir nos forces. Si je peux convaincre encore quelqu’un en allant voter le 29 mai, je le ferais.Cette campagne est terrible, mais il n’y a pas un jour sans un rebondissement.Eprouvant, mais passionnant. Nous avons passé depuis longtemps l’étape du découragement, nous ne pouvons avoir ce luxe...Pour argumenter, ce n’est pas toujours facile, mais il faut se concentrer sur quelques exemples que l’on connait bien. Pour les écrits, il faut faire court, je le dis par expérience, car j’ai remarqué que les gens ne lisent pas beaucoup, alors le TCE...Il y a de quoi faire sur le net pour défendre le non.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite