Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

ILS N’AVAIENT PAS DE PLAN A !!!

de : Michel Husson
samedi 25 juin 2005 - 17h17 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 12.8 ko

de Michel Husson, économiste

L’échec spectaculaire du sommet de Bruxelles résulte du télescopage de deux crises. Il y a évidemment la crise du « non » : après sa victoire en France et aux Pays-Bas, la première question à laquelle devaient répondre les gouvernements bourgeois était de savoir s’il fallait continuer ou non le processus de ratification.

Les conclusions officielles du sommet affirment que « les développements récents ne remettent pas en cause la validité de la poursuite des processus de ratification » et fixent un rendez-vous au premier semestre 2006 pour "procéder à une appréciation d’ensemble des débats nationaux et convenir de la suite du processus".

La réalité est bien différente : les référendums prévus en septembre au Danemark et en octobre au Portugal sont reportés. Au Luxembourg, la décision concernant le référendum programmé le 10 juillet a été renvoyée aux députés, et Juncker est en faveur du report.

Le Premier ministre tchèque proposera lui aussi de repousser le référendum à la fin 2006 ou au début 2007. En Irlande, où le recours au référendum est obligatoire, il est probable que le vote n’aura pas lieu comme prévu en 2006. Avec le Royaume-Uni, qui avait déjà annoncé sa décision, ce sont donc tous les référendums qui sont renvoyés à des jours meilleurs. Même chose dans les pays à ratification parlementaire, comme la Suède ou la Finlande, où les votes sont reportés. Seule l’Estonie maintient la ratification parlementaire prévue à l’automne.

Mais cette crise en a télescopé une autre : les gouvernements n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur le budget européen pour la période 2007-2013. Blair a refusé de réviser à la baisse son « chèque » (de 7,1 milliards à 5,5 milliards d’euros par an), comme le proposait la présidence du Conseil. De son côté, Chirac a fait très fort en militant pour une baisse du budget à 1 % du PIB, tout en refusant de renégocier la politique agricole commune, qui représente environ 40 % de ce budget. Qu’elles sont loin les envolées lyriques sur les merveilles du projet constitutionne l ! La victoire du « non » a permis d’exposer le refus des gouvernements bourgeois de dégager les moyens d’une véritable harmonisation.

Le débat sur le budget européen condense en effet l’opposition entre deux méthodes : soit l’extension de ce budget, nécessaire pour assurer l’accueil des nouveaux États membres (qui commencent à mieux comprendre le film), soit la mise en concurrence des systèmes sociaux. Certes, les libéraux vont chercher à rejeter la responsabilité de la crise sur les partisans du « non », mais tous les éléments en étaient déjà réunis, et la victoire du « non » n’a été qu’un révélateur. Cette crise inévitable est salutaire : elle signifie que les gouvernements bourgeois, pris la main dans le sac, sont dorénavant incapables de continuer leurs petits arrangements libéraux entre amis. Ils ont exposé leur minable hostilité à tout projet d’Europe solidaire et se trouvent plongés aujourd’hui dans une profonde crise de direction.

La tâche immédiate des partisans du « non » est donc claire. Il faut profiter de cette crise pour conforter notre avantage en bloquant toutes les directives scélérates qui sont encore dans les tuyaux : Bolkestein, temps de travail, privatisation des transports. Après avoir déstabilisé le syndic des gouvernements bourgeois, il faut exercer la même pression sur les parlementaires européens pour bloquer ces directives. Il faut transformer la victoire du « non » en une victoire antilibérale, en montrant qu’ils ne pourront plus jamais faire leurs mauvais coups en catimini.

C’est l’occasion d’un bond en avant irréversible de la démocratie sociale européenne, sans commune mesure avec les millimétriques « avancées » que vantaient les ouiouistes dits de gauche. Un tel objectif suppose la mise en place d’un « front antidirectives » où les mouvements sociaux, notamment le Forum social européen, mettent les syndicats en face des contradictions qui commencent à les travailler, entre une position souvent favorable au « oui » et la nécessité de s’opposer aux régressions sociales programmées. C’est sur la base de cette lutte antidirectives que peuvent être élaborées les alternatives, à la fois sur le terrain institutionnel, et celui des politiques.

Il faut combiner la perspective d’un processus constituant européen et la formulation de revendications unifiantes sur les salaires et les minima sociaux, sur la politique économique et monétaire, sur les services publics et les droits sociaux. On doit en effet tenir les deux bouts de la chaîne : la construction de la Constitution idéale n’aura pas d’impact si elle ne s’ancre pas dans les luttes sociales ; et, réciproquement, celles-ci ont besoin d’une perspective institutionnelle. À l’issue de ce sommet européen, les choses sont donc claires : le projet de Constitution est mort ; le traité de Nice est bloqué. C’est le moment ou jamais de mettre en marche notre plan A : A pour Autre Europe.

http://hussonet.free.fr


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite