Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE
de : Enrico Campofreda
jeudi 11 janvier 2007 - 07h25 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 9.2 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa

Les journaux et nos oreilles sont pleins des divagations concernant l’Histoire au profit des tours de valse que font quelques politicards de ce qui fut la Gauche. Ainsi, quand D’Alema [ministre des Affaires étrangères, NdT] prend un ton doctoral et dit que Mussolini devait pas être exécuté, il affirme une absurdité historique et politique qui annule intentionnellement le climat du 25 avril et de la capture du chef du fascisme.

D’Alema est trop malin pour ne pas le savoir, il a été aussi l’un des derniers à fréquenter l’école du Parti [Communiste Italien, NdT] aux Frattocchie [localité des environs de Rome, NdT], mais il force et instrumentalise à son profit très personnel aussi bien pour débarasser sa personne de la dernière poussière « communiste » en se déguisant en bon enfant, jusqu’ici un rôle sur mesure pour Veltroni [maire actuel de Rome, NdT]. Cette boutade astucieuse – qu’il y croit ou non – lui donnera des chances pour ses recyclages politiques futurs. A l’ombre, le cas échéant, d’une social-démocratie spectrale sans même plus un fil de socialisme ni de socialité.

Piero Sansonetti [directeur du quotidien Liberazione, proche du Parti de la Refondation communiste, NdR], au contraire, est difficile à comprendre. En récitant il y a quelques jours la même litanie sur la fin du duce, il fait le chantre et le pisteur pour de nouvelles idées libéral communistes du Grand Chef du Parti – qui, même de sa chaise à haut dossier de Montecitorio [siège de la Chambre des Députés, NdT] reste le sous commandant Fausto – basées sur de futurs raccourcis électoraux sur la non violence. Ou bien il cherche, pas des idioties pareilles, une crédibilité électorale que Liberazione ne lui fournit plus. Partir de la pendaison de Saddam et la comparer à l’exécution sommaire de Mussolini est un non sens que seulement des visionnaires, superficiels ou nostalgiques peuvent exprimer. Cela, peut le faire sa petite-fille Alessandra, à court de visibilité après la marginalisation subie par tous ses compères ministériels ou cogneurs irréductibles. Cela peut être fait par le journalisme chiffonnier de Feltri [directeur de Libero, journal de droite, NdT] ou ce stal de Ferrara [directeur de Il Foglio, journal de droite, NdT]. Peut-être même le révisionnisme historique ne l’a-t-il pas fait.

Sortir l’Histoire de son contexte est toujours une opération aveugle et insensée. Naturellement, on aurait pu faire un procès au responsable de 23 ans de crimes italiens institutionnalisés au risque de le voir échapper au procès comme il était arrivé à filer de Milan assiégé par les forces de la Résistance, aidé par les agents secrets de son admirateur Churchill et des milieux fréquentés par le cardinal Schuster. Les partisans des Brigades Garibaldi de Côme qui heureusement l’interceptèrent, déguisé tragi comiquement en soldat de la Wehrmacht, décidèrent que pour lui l’heure était arrivée de payer une addition politique longue de plus de vingt ans. Ils le firent pour la Résistance toute entière et pour le peuple italien antifasciste qui ne leur contesta rien. Ni tout de suite, ni plus tard. Prirent-ils des ordres du CLNAI [Comité de Libération Nationale de l’Italie du Nord, NdT] ? De Longo ou de Secchia ? Il importe peu de le savoir. Cela peut importer du point de vue de l’entêtement documentaire, pas sur le plan politique. Et pas sur le plan militaire non plus. Parce que, Audisio ou un autre, celui qui avait appuyé sur la gâchette pouvait être livré à des vengeances posthumes. Pas que des vengeances militaires, si nous pensons aux persécutions juridiques contre les partisans qui firent surface dans la République antifasciste née de la Résistance dès que le gouvernement Parri fut sacrifié à la Realpolitik d’après guerre. On aurait pu le savoir, le cas échéant, dans les années suivantes, mais la guerre froide entraîna jusqu’aux années soixante autant de « mystères ». Et le temps a balayé, avec les protagonistes et les témoins, la vérité des faits.

L’exposition à Piazzale Loreto des cadavres des dirigeants fascistes et leur abandon dans un coin « à la manière fasciste » comme les corps des martyrs du 10 août 1944 fut sans doute un geste fou, dicté plutôt par la rage et l’excitation du moment que par le jugement politique. L’exhibition de la mort n’appartenait ni à la culture de la Résistance ni à celle du communisme de chez nous. Si quelques garibaldiens se salirent d’ « infamies » il ne s’agit pas d’épisodes fréquents. Les tueries de Porzus sont sûrement plus graves que les « entorses » faites par les rouges comme le Fenoglio, loin de l’orthodoxie sanctificatrice, le raconte dans ses merveilleux romans. Mais il s’agit là d’un cas sui generis, interne au climat insurrectionnel particulier à cause de la VII fédérative de Tito qu’on vivait au Frioul. Innombrables, au contraire, les massacres nazis fascistes pendant les mois lugubres de la République Sociale dans une terre que Pavolini, Graziani, Borghese et autres Buffarini Guidi – même plus que le déjà cadavérique Mussolini – voulaient mouillée de sang italien.

Sofri, en parlant de tyrannicide le 2 janvier dernier dans « La Repubblica » rappelait avec les yeux d’Useppe, le personnage d’Elsa Morante, les corps pendouillant, peut-être à Turin, où agissait le fédéral Solaro, passé lui aussi par les armes pendant la Libération et revendiqué par les pleureuses vulgaires et tardives de Pansa. Ou ceux de Padoue, ou ceux qui flottaient dans le delta du Pô avec l’écriteau « Partisans » des séquences inoubliables de « Paisà ». Ou encore les corps narrés par Vittorini dans « Hommes et non » qui font comprendre même à ceux qui ne les vécurent pas et n’eurent pas les récits de ceux qui y étaient ce que furent les vingt mois de massacre de la vie que le Mussolini du dernier acte voulut dans son final et damné sursaut de violence. Qui ne justifie jamais l’horreur de son gros crâne et des cadavres des ennemis, même si c’étaient des fascistes haïs, à Piazzale Loreto. Mais il fait comprendre la folie forcenée du moment. Et qui établit comme fatalement juste la fin du satrape.

Il n’y avait pas seulement cinq morts au Largo Augusto : il y en avait d’autres sur le trottoir d’en face ; et il y en avait quatre sur le corso di Porta Vittoria ;il y en avait sept sur la piazza delle Cinque Giornate, aux pieds du monument. Des écriteaux disaient derrière chaque rangée de morts : Passés par les armes. Ils ne disaient rien d’autre, les journaux non plus ne disaient rien d’autre, et parmi les morts il y avait deux garçons de quinze ans. Il y avait une fillette aussi, il y avait deux femmes et un vieillard à la barbe blanche. Les gens allaient du largo Augusto et du corso di Porta Vittoria jusqu’à la piazza delle Cinque Giornate, voyaient les morts au soleil sur un trottoir, les morts à l’ombre sur un autre trottoir, puis les morts sur le corso, les morts sous le monument, et n’avaient rien besoin de savoir d’autre. Ils regardaient les visages morts, les pieds nus, les pieds dans les chaussures, ils regardaient les mots des écriteaux, ils regardaient les têtes de morts avec les tibias croisés sur les bérets des hommes de garde, et il semblait qu’ils comprenaient tout… »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE
12 janvier 2007 - 09h04

Chaque année, les Garibaldiens fêtent le 25 avril.
C’est un moment de joie et de souvenirs pour les anciens qui ont vécu ce jour et un moment de respect et de remerciement pour les nouvelles générations envers les anciens.
Ce qui est fêté ce jour là c’est la libération de l’Italie et surtout la fin de l’horreur de la guerre. La fin de Mussolini et de sa chérie se conprenne parfaitement, d’une part par l’ambiance d’une fin de conflit et d’autre part par la terreur qu’a fait régner pendant de nombreuses années le Duce.
Mon pére me parlait souvent de la condamnation à mort de mon grand-père par Mussolini, et cela 60 ans après. Il y a des choses qu’il est difficile de pardonner.
Mais, il n’y a pas de fierté non plus à pendre un homme et une femme, c’est une fin que je trouve très logique pur une ordure pareil, mais il n’y a pas de gloire non plus.
En tout cas, ils ont été pendu par des hommes et des femmes en colères contre lui, des Italiens, des Garibaldiens, bref le peuple, et pendu dans le feu de l’action.
Rien à voir par exemple avec la pendaison de Saddam Hussein qui a été pendu à des fins politiques par des politiques et organisée à distance par des grandes puissances.
Rien à voir non plus avec la mort de Milosevic.

La mort de Mussolini, c’est uniquement l’histoire des hommes.
Et aujourd’hui, ces hommes politiques qui veulent sous couvert de popularité pratiquer une forme de négationnisme, ces hommes là qui ont une vraie connaissance de l’hisoire sont méprisables.
Les Garibaldiens



ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE
12 janvier 2007 - 19h30 - Posté par

D’Alema... Son nom evoque toujours cette scene du film de Nanni Moretti (Aprile). Moretti et sa maman regardent a la tele un debat televise opposant Berlusconi a D’Alema. D’Alema, timore, centriste, calculateur, antipathique, se fait tailler en pieces par Berlusconi. Exaspere, Moretti finit par crier en direction du televiseur : "Mais D’Alema, dis au moins quelque chose de gauche !"
D’Alema incarne mieux que tout autre le sabordage de la gauche italienne et de ces DS, le parti le plus blairiste en Europe.





CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mise dans les mains d'un psychopathe. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite