Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

CESARE BATTISTI LIBRE (photos)

mercredi 14 janvier 2009

Communiqué de l’auteur de polars Fred Vargas aux membres du comité de soutien à Cesare Battisti cette nuit à quatre heures.

"Mes amies/amis,

ON A GAGNÉ !!!!

Croyez-le ou non, mais oui c’est vrai ! Après 4 ans et onze mois de combat incessant, nous avons réussi : Cesare, le 13 janvier 2009, vient d’être déclaré Réfugié politique par le ministre de la justice brésilien Tarso Genro !!!

Tous, je vous remercie. Tous “juntos”, (comme disent les Brésiliens : “ensemble”), nous avons gagné cette cause que l’on craignait perdue.

A vous tous !!!

Chaleureusement,

Fred"


D’autres informations suivront, mais la nouvelle méritait d’être immédiatement diffusée.

Maxime Vivas


http://www.lemonde.fr/societe/portf...

Messages

  • La preuve est faite qu’il fallait la jouer fine dans cette affaire et ne pas insulter Lula comme certains l’ont fait et comme ne le font jamais Daniel Ortega, Rafael Correa, Evo Morales, Hugo Chavez, Fidel et Raul.

    C’est compliqué, la situation là-bas (sauf vu d’ici, peut-être).

    Enfin, Cesare échappe aux fascistes italiens. C’est l’essentiel

    • Il ne faut pas tout mélanger, à savoir la défense de Cesare et la politique de Lula !

      Lula gére l’Etat brésilien, il a trahi ses (assez anciens) engagements pour servir la bourgeoisie. C’est un fait, il faut le dire et combattre sa politique au Brésil.

      Cesare et ses avocats ont choisi de ne pas faire de large campagne publique contre son emprisonnement au Brésil et de mener le comba( sur le terrain juridique. Ce choix est respectable : c’est Cesare qui est en taule, pas ceux qui le soutiennent. Que se serait-il passé si une campagne publique en direction du Brésil avait été menée ? On n’en sait rien.

      Pour l’heure, réjouissons nous de cette tardive libération et félicitons ceux qui l’ont soutenu jusqu’au bout.

      En espérant qu’il n’y aura pas de mauvais rebondissement, car, si j’ai bien compris, il doit encore passer devant une autre juridiction ?

    • Gérard Delteil a raison : « il faut combattre Lula ». C’est d’ailleurs l’avis de la bourgeoisie brésilienne, des USA et pas du tout celui du Venezuela, de la Bolivie, de l’Equateur, du Nicaragua, de Cuba.

      Mais ils n’y connaissent rien, ces embusqués de latinos qui laissent des écrivains français prendre tous les risques contre l’impérialisme depuis Paris en dénonçant les traîtres.

      Là-bas, péinards, loin de l’Oncle Sam, à l’abri d’une invasion, d’un coup d’Etat téléguidé par la CIA, de troubles civils concoctés par l’ambassade US, de tentatives de partitions, d’assassinat de leur leader, de campagnes de désinformation préparant le terrain, ils devraient essayer, pour voir, de suivre les conseils de pantouflards experts, conseils qui ont fait capoter toutes les révolutions, toutes les tentatives d’émancipation depuis un siècle en Amérique latine (hors Cuba).

      C’est contre le radicalisme germanopratin et supérieur (dame, nous sommes la France, eux des latinos !) que Fred Vargas ne cessait de mettre en garde les amis de Battisti en leur demandant de respecter le Brésil, ses dirigeants et in fine de comprendre la complexité de la situation, du contexte, du rapport des forces, ce qui ne passe pas par une analyse au front de taureau du genre : « Fonçons dans le tas, vingt dieux et qui n’avance pas au rythme que je souhaite est un vendu. »

      Delteil s’interroge : « Que se serait-il passé si une campagne publique en direction du Brésil avait été menée ? On n’en sait rien ».

      Mais si. Si elle avait été menée par toi, on le sait bien, au contraire.

      Delteil, fine bouche, trouve la libération « tardive ». Que n’a-t-il commandité un commando de son obédience politique pour régler ça en trois coups de fusil.

  • Enfin !

    Pourvu qu’il ne soit pas malade !

    e

  • bonne nouvelle

    continuons de nous battre pour Jean Marc Rouillan, Georges Cipriani, Régis Schlecher, les inculpés de Tarnac (Julin et Ydlune), les inculpés de Vincennes (Isa...), Georges Ibrahim Abdallah N’oubliez pas de leur écrire

  • MErci Maxime pour cette excellentissime nouvelle
    C’est pas tous les jours qu’on a de quoi se réjouir alors VIVA !

    Évidemment on est très heureux pour Cesare, particulièrement dans ce collectif ritalo-calendos ! On va déboucher une bouteille pour fêter ça !

    LL

  • Maintenant il ne reste plus qu’a donner l’asile politique aux italiens actuellement réfugiés en France , que Marina, après avoir retrouvé ses proches ,retrouve la santé et son poste. Puis que tout les prisonniers politique encore incarcérés en France
    soit libérés. Ansi, avec un peu de chance, on pourra à nouveau se croire dans le pays des droits de l’homme. JP

  • Le Brésil accorde l’asile politique à Cesare Battisti

    Le ministre brésilien de la Justice Tarso Genro a décidé d’accorder le statut de réfugié politique à l’ex-activiste italien d’extrême gauche, Cesare Battisti.

    "Le ministre de la Justice Tarso Genro a décidé en faveur de l’octroi du statut de réfugié à l’Italien Cesare Battisti en raison de l’existence fondée d’une crainte de persécution" en raison de ses opinions politiques, a indiqué le ministère dans un communiqué publié dans la nuit.

    "Je serais assassiné"

    Cesare Battisti, 52 ans, après avoir fui la France en 2004, s’était réfugié au Brésil où il avait été arrêté en 2007 et écroué dans l’attente d’une éventuelle extradition vers l’Italie.

    Dans un entretien publié le week-end dernier dans l’hebdomadaire Epoca, il avait affirmé craindre pour sa vie s’il était extradé. "Je suis certain que si je vais en Italie, je serais l’objet de vengeance. Je serais assassiné", avait-il assuré.

    Il avait appelé Tarso Genro, "qui a lui-même personnellement souffert de la répression politique quand il était militant" sous la dictature militaire (1964-1985), à refuser son extradition.

    Statut de réfugié politique

    La décision de ce jour du ministre brésilien contredit l’avis de la commission pour les réfugiés, qui avait estimé en novembre que Cesare Battisti devait être extradé vers l’Italie.

    En avril, le Procureur général de la République, Antonio Fernando Souza, avait rendu, de son côté, un avis favorable à la demande d’extradition de Battisti, refusant de considérer ses crimes comme "politiques". Il avait estimé "qu’ils avaient été marqués par une certaine froideur et un certain mépris pour la vie humaine".

    En fuite depuis 2004

    Condamné à la prison à perpétuité par contumace dans son pays pour l’assassinat de quatre personnes entre 1977 et 1979, Battisti avait été arrêté à Rio de Janeiro en 2007 et écroué à Brasilia, dans l’attente d’une décision de la justice brésilienne sur la demande d’extradition déposée par l’Italie.

    Battisti, qui nie avoir participé aux quatre homicides dont il est accusé, était en fuite depuis août 2004. Il avait quitté clandestinement la France, où il avait trouvé refuge en 1981 sous la présidence du président socialiste François Mitterrand, peu avant que la justice française ne donne le feu vert à son extradition vers l’Italie en octobre 2004.

    ouest-France

    • Alors ça c’est une superbe nouvelle,fantastique !!!Ma femme et moi sommes vraiment très heureux et pensons au bonheur enfin retrouvé de Césare ,sa femme et son(ses)enfant (s)

      Pourvu qu’il n’y ait pas de rebondissements...Mais bon goûtons la bonne nouvelle à pleines dents,on verra pour la suite.Nous sommes d’ailleurs, tous,toujours décidés à nous battre par conséquent,il peut continuer de compter sur nous.

      Sans bien-sûr oublier les autres :Jan Marc,Cipriani etc...

      Vous n’êtes pas seul, nous sommes là.

  • Quelle joie !

    Vive Marina et Cesare
    chacun a mené son combat selon sa situation son lieu et sa personnalité
    et tous les deux ont gagné !

    Vive la vie !
    (on ose à peine dire ça tellement il y a d’horreurs à Gaza, mais il n’y a pas de chiffres pour dire la vie quand elle s’arrache !)

  • Ciao Cesare

    speriamo che tutto vada bene adesso e che non cambiano idea...

    Brindiamo a questa buona notizia a presto

    ciao

    Dr
    Furioso

    PS : Bonjour Cesare

    nous espérons que tout va bien maintenant et que ne changent d’idée ...

    Un toast à cet bonne nouvelle a bientôt

    • Quels que soient les gens qui l’ont aidé, et que sans doute il a lieu de remercier — c’est aussi le cas de Marina et ce n’est pas une aliénation pour autant que d’être poli de façon lucide et et reconnaissante sans servilité —, à un moment interviennent toujours des "Justes" dans de tels cas, on le sait, sinon la cause sera sans réponse... mais je ne pense pas qu’il changera d’idées car les motifs sont clairs, correspondent à la dernière déclaration de Cesare devant la dernière commission qu’il était convaincu risquer le harcèlement et peut-être jusqu’à l’assassinat s’il était confié aux prisons italiennes (et on n’en doute pas car il aurait pu craindre pour sa peau en outre de l’incarcération) ; j’ai trouvé la dépêche de l’AFP dans romandie.com :

      http://www.romandie.com/infos/news2/090114015401.8yb2yese.asp

      Le Brésil accorde le statut de réfugié politique à Battisti

      RIO DE JANEIRO - Le ministre brésilien de la Justice Tarso Genro a décidé d’accorder le statut de réfugié politique à l’ex-activiste italien d’extrême gauche, Cesare Battisti, dont l’extradition était réclamée par l’Italie où il a été condamné pour quatre assassinats, a annoncé mardi le ministère.

      "Le ministre de la Justice Tarso Genro a décidé en faveur de l’octroi du statut de réfugié à l’Italien Cesare Battisti en raison de l’existence fondée d’une crainte de persécution" en raison de ses opinions politiques, a indiqué le ministère dans un communiqué publié dans la nuit.

      Cesare Battisti, 52 ans, après avoir fui la France en 2004, s’était réfugié au Brésil où il avait été arrêté en 2007 et écroué dans l’attente d’une éventuelle extradition vers l’Italie.

      (©AFP / 14 janvier 2009 02h54)

  • Bonne, très bonne nouvelle ! Question : la cour suprême brésilienne peut-elle rendre une décision contraire ?
    Dan

  • Un soulagement qui permettra à Battisti de tourner la page même exilé.

    Cette crise est venue de Sarko qui a renié la parole de l’état français sur cette question.