Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

ECRIVAINS DES FRONTIERES INFOS ET SEANCES au ciné st-Michel 3 fois/jour

vendredi 26 mars 2004 - Contacter l'auteur

INVITEZ VOS AMI-E-S A UN "VOYAGE EN PALESTINE(S)" AVEC : "ECRIVAINS DES
FRONTIERES"
Un film documentaire de Samir Abdallah & José Reynès

AU CINEMA ESPACE SAINT-MICHEL
PROGRAMME DU 26 au 31 MARS 2004
3 SEANCES PAR JOUR
15h10 - 18h 55 - 22h20
7, Place saint-Michel 75005 Paris - M° Saint-Michel - 01 44 07 20 49 (à
partir de 13h)

DEPUIS SA SORTIE LE MERCREDI 10 MARS A PARIS VOUS ETES PLUS DE 2000
PERSONNES A ETRE VENUS VOIR LE FILM AU CINE ST-MICHEL
NOUS AVONS TOUJOURS BESOIN DE VOUS, POUR NOUS AIDER A FAIRE CONNAITRE CE
FILM, CAR NOUS N’AVONS TOUJOURS PAS DE DISTRIBUTEUR, PAS DE PUB ET PAS DE
VERITABLE SOUTIEN PRESSE.

LES SEANCES SONT L’OCCASION DE BELLES RENCONTRES, CONSULTEZ LE SITE DU FILM
POUR EN SAVOIR PLUS : www.ecrivainsdesfrontieres.org
VOUS TROUVEREZ AUSSI PLUS LOIN LES INFORMATIONS CONCERNANT UNE TENTATIVE DU
CRIF DE TOULOUSE DE PERTURBER LA SORTIE DU FILM AU CINEMA UTOPIA DE LA
VILLE.

NOUS SOMMES HEUREUX DE LA REPONSE DE L’EQUIPE DE CETTE BELLE SALLE
QUI A REFUSE DE SE LAISSER INTIMIDER ET A DECIDE DE PROGRAMMER LE FILM
PENDANT 3 SEMAINES A PARTIR DU 20 MAI. NOUS NE TOMBERONS PAS DANS LE PIEGE
DE CEUX QUI VEULENT DETOURNER L’ATTENTION DES PROPOS REELS DE CE FILM VERS
UNE POLEMIQUE SUPERFICIELLE SUR QUI OCCUPE LA SALLE OU NON, LES SOUTIENS DE
L’EQUIPE SHARONIENNE AU POUVOIR OU AUTRES PLUS OU MOINS BIEN INTENTIONNES.

LE FILM FAIT SON CHEMIN SANS LAISSER PLACE AUX PROVOCATIONS.
CONTINUEZ A VENIR NOMBREUX ET NOMBREUSES, PARLEZ EN A VOS AMI-E-S POUR
REMPLIR LE CINEMA SAINT MICHELCES PROCHAINS JOURS AUX SEANCES DE
L’APRES-MIDI ET DU SOIR.

DES EXPLOITANTS ONT COMMENCE A NOUS CONTACTER POUR QUE LE FILM SOIT
PROGRAMME EN BANLIEUE ET EN PROVINCE, MAIS LE MOUVEMENT EST ENCORE TROP
TIMIDE.

GRACE A VOTRE PRESENCE NOUS AURONS LA CHANCE DE MONTRER LE FILM DANS
D’AUTRES SALLES ET DANS D’AUTRES VILLES CAR LES EXPLOITANTS DE SALLES
ET DISTRIBUTEURS REGARDENT LES RESULTATS A LA LOUPE.

NOUS SORTONS LE FILM AVEC NOS PROPRES MOYENS ET NOUS SOMMES UNE PETITE
STRUCTURE NON-COMMERCIALE.

VOUS POUVEZ NOUS AIDER A REUSSIR NOTRE PARI DE SORTIR LE FILM SANS LA GROSSE
MACHINE MARCHANDE ET QUE CE SOIT UN SUCCES.

RENDEZ-VOUS AU CINE SAINT-MICHEL DONC CETTE SEMAINE.
SI VOUS VOULEZ NOUS CONTACTER POUR NOUS DONNER UN PEU DE VOTRE TEMPS POUR
DISTRIBUER NOS AFFICHES ET INFOS OU NOUS AIDER COMME VOUS POUVEZ, CONTACTER

NOUS PAR MAIL :

frontieres@hotmail .com

ET VENEZ VISITER LE SITE DU FILM :

www.ecrivainsdesfrontieres.org

MERCI A TOU-TE-S.

DES RENCONTRES AVEC LES AUTEURS & LEURS INVITES
APRES LA SEANCE DE 18h 55 HEURES DU FILM, A L’ESPACE SAINT-MICHEL

Vendredi 26 mars 19 h

Farouk Mardam Bey écrivain et directeur de collection à Actes Sud
"Jérusalem, le Sacré et le Politique", Sindbad, 2001 "Le Droit au retour",
Sindbad, 2002
Taoufik Ben Brik écrivain et journaliste tunisien, « The Plagieur », Exils
2004

Samedi 27 mars 15 h

Mouvements de l’immigration et Palestine
Mogniss H. Abdallah journaliste, directeur de Agence IM’média "J’y suis, j’y
reste : les luttes de l’immigration des années 60 à aujourd’hui", Reflex,
2001 "Douce France, la saga du mouvement beur" film documentaire, IM’média
Ahmed Boubeker sociologue "Les mondes de l’ethnicité, la communauté
d’expérience des héritiers de l’immigration maghrébine", Balland, 2003
Omeya Seddik Mouvement de l’Immigration et des Banlieues
19 h
Michel Warchawsky journaliste, militant anti-colonialiste israélien « Sur la
Frontière », Stock, 2002 "A tombeau ouvert, crise de la société
israélienne",Hazan, 2003

Lundi 29 mars 19 h

Michèle Sibony vice-présidente de l’Union Juive Française pour la Paix « A
contre choeur, voix dissidentes en Israël » , Textuel, 2003
Youssef Haji Association des Travailleurs Maghrébins en France

Mardi 30 mars 19 h

journée de la terre
Dr Zahalka, co-animateur du mouvement des Palestiniens de 1948 en Israël
avec Azmi Bechara
Nahla Chahal coordinatrice de la Campagne Civile Internationale pour la
Protection du Peuple Palestinien "Avril à Jénine", La Découverte, 2002
Youssef Boussoumah porte-parole de la CCIPPP
José Bové (sous réserve) et des militants de la Confédération Paysanne de
retour de Palestine

Mercredi 31 mars 19 h

Dominique Vidal rédacteur en chef adjoint du Monde Diplomatique "Les 100
clefs du Proche-Orient", Hachette 2003
Monique Chemillier-Gendreau professeur de droit international "Droit
international et démocratie mondiale : les raisons d’un échec", Textuel,
2002

en partenariat avec :

Le Monde Diplomatique

Politis

Fréquence Paris Plurielle

L’association des Amis du Monde Diplomatique

Et avec le soutien de

Radio Méditerranée

Pour en savoir plus consultez le site du film :

www.ecrivainsdesfrontieres.org

Pour ceux qui n’ont pas l’occasion de prendre LA GAZETTE UTOPIA à Toulouse

LA DERNIÈRE TENTATION DU CRIF

« Celui qui voit l’hostilité partout provoque l’hostilité » (Théo Klein,
ancien président du CRIF)

Nous avions prévu le 25 mars, à l’Utopia Toulouse, une avant-première du
film Écrivains des frontières, de Samir Abdallah, avec Leïla Shahid,
déléguée de la Palestine en France.

Des amis juifs nous ont fait passer un message lancé par le CRIF
(représentant les institutions juives de France) en direction de la
communauté juive de Toulouse, en nous signalant qu’une mobilisation se
mettait en place pour faire en sorte que Leïla Shahid se retrouve seule ce
soir-là en face d’une salle de spectateurs peu accessibles au dialogue
(euphémisme, si l’on en croit les manifestations d’hostilité que nous
recevons chaque jour). Évidemment, ce genre d’attitude provoque des
réactions, et certains proposaient une mobilisation inverse pour contrer…

Nous refusons d’entrer dans ce processus où la haine répond toujours plus à
la haine.
Nous annulons cette séance unique qui n’aurait abouti qu’à un affrontement
sans issue, et faisons appel à l’intelligence de tous, pour répondre par le
dialogue à la provocation.

Néanmoins, nous interrogeons le CRIF :
Ce n’est pas la première fois que vous vous manifestez auprès de nous :
quand David écrit, il y a quelques mois dans la gazette « Pitié pour les
Palestiniens », quand nous affichons dans le hall l’appel des intellectuels
juifs au dialogue, quand nous passons un film qui ne correspond pas à vos
critères… nous devons répondre à votre agressivité, à vos paroles
déplaisantes, vous lacérez nos affiches, maculez d’encre le contenu de notre
distributeur de gazettes…

On vous le dit tout cru : vous jouez contre votre camp.
La belle image de démocratie dont vous rêviez pour Israël va commencer à
s’écorner sérieusement si, même en France, il n’est pas possible de mettre
en question un tant soi peu la politique d’Ariel Sharon sans être taxé
d’antisémitisme ou, si on est juif, d’être traité de traître ou de « juif
honteux »… s’il n’est pas possible de suggérer qu’il faudra bien que les
Palestiniens aient aussi une terre sans provoquer votre colère, s’il est
impossible d’attirer respectueusement votre attention sur le fait que ce mur
risque d’être une tache terrible sur l’histoire du peuple juif.

Vous jouez contre votre camp, en tentant de faire croire que la communauté
juive est formée d’un seul bloc uni par la haine.
Le plus sûr rempart contre cette exaspération qui monte dans les couches les
plus variées de la population, plus ou moins analysée, plus ou moins
raisonnée et qui dérive parfois vers l’antisémitisme… ce sont tous ceux qui,
dans la communauté juive, allument des contre-feux, et nous rappellent que
le peuple juif est aussi celui des « Armes de l’Esprit* », celui qui élève
le niveau alors même que le dialogue semble impossible.

C’est l’association des Rabin for Human Right, qui sont les premiers
acheteurs de l’huile de Birzeit qu’on nous a reproché de vendre au prétexte
que nous finançons le « terrorisme ». Ce sont les pères de jeunes victimes
juives qui créent une association avec les pères palestiniens pour créer des
solidarités et lutter ensemble pour la paix. Ce sont les signataires du
Pacte de Genève, les soldats qui refusent de servir dans les territoires
occupés, le Mouvement des Refuznik, celui des Femmes en Noir, le groupe
Ta’ayush… Ce sont ces danseurs, ces musiciens, ces théâtreux, ces
réalisateurs Arabes et Juifs qui travaillent ensemble pour faire savoir que
le pire n’est pas inéluctablement sûr… toutes ces associations qui, envers
et contre toutes les pressions, rappellent, avec un formidable courage,
qu’il y a des deux côtés des gens prêts à travailler ensemble pour la paix.

Du 20 MAI au 6 JUIN 2004
ÉCRIVAINS DES FRONTIÈRES n’est pas un brûlot agressif ou haineux, mais un
appel à la réflexion et à la paix, tout comme :

ROUTE 181, réalisé par un juif et un Palestinien, qui vient d’être interdit
à Beaubourg par le ministère de la culture, à la suite de pressions.

Nous programmerons ces deux films, et d’autres encore, chacun à plusieurs
reprises, entre le 20 mai et le 6 juin. Il y aura une exposition, des
débats… avec l’UFJP l’Union Juive Française pour la Paix, le collectif
PasEnMonNom, d’autres… et pourquoi pas des représentants du CRIF ? _ Il nous
serait à ce propos agréable que vous veniez dans un esprit de dialogue,
contrairement à ce qui point dans votre message :

LA LETTRE DIFFUSÉE SUR LE SITE DU CRIF Midi-Pyrénées (texte supprimé du
site !)
http://www.cedj.org/

Le 25 mars prochain, le cinéma Utopia Toulouse projette en avant-première le
film documentaire "Ecrivains des frontières" de Samir Abdallah et José
Reynès, fondateurs des campagnes civile internationale pour la protection du
peuple palestinien (CCIPP).

Cette soirée débat se fait bien entendu l’honneur de recevoir la reine du
mensonge, j’ai nommé Leïla Shahid.
Vous l’aurez compris, notre présence à tous est indispensable pour que sur
les 230 sièges de la grande salle soit occuppés par, disons, 150 de nos
paires de fesses.
Pour cela, il est indispensable d’acheter les places en prévente le 17 mars
à partir de 12h00.
Etant donné la présence à Toulouse de nombreux afficionados de Leila Shahid
et des Palestiniens, il faudra impérativement acheter les places ce jour et
le plus tôt possible dans la journée, sinon ce sera trop tard.
Arrangez-vous entre vous pour les acheter par petit paquet (en acheter trop
d’un coup fera louche et je ne sais pas même si ce sera possible).
Je vous joins en attachement un petit dossier sur ce film (pour les pressés,
vous pouvez ne lire que les phrases en gras ; pour les pas pressés, vous
pouvez aller sur le site http://www.ecrivainsdesfrontieres.org/)
D’ici quelques jours, je vous joindrai un argumentaire de façon à pouvoir
intervenir intelligemment et calmement lors du "débat", avec des éléments
précis et factuels.
Même ceux qui ne prennent pas la parole, leur présence est très importante,
ça fait une sorte de tampon pour ne pas laisser la haine se déverser.
Je sais qu’il est pénible de se mobiliser pour cela, que l’on préfère soit
rester au chaud en famille, soit se voir entre amis ou faire des choses plus
intéressantes, mais c’est à nous aujourd’hui qu’incombe la responsabilité de
faire barrage à la démonisation d’Israël, et au-delà, des Juifs.
Si ce n’est moi, alors qui d’autre ? Sinon maintenant, quand ? Mais si ce
n’est que pour moi, qui suis-je ? (c’est à peu près ça...)

Catherine Leuchter
Responsable de la commission média du CRIF Midi-Pyrénées
2, place Riquet 31000 Toulouse

ECRIVAINS DES FRONTIERES
Un voyage en Palestine(s)
Un film documentaire de Samir Abdallah & José Reynès (80 mn)

« Sous Israël, chaque jour la Palestine est engloutie.
Cela ressemble de moins en moins à un pays.
C’est en train de devenir une métaphore. Puisse l’art lui donner un sens ».
Samir Abdallah et José Reynès

Résumé :

Répondant à l’appel du poète palestinien Mahmoud Darwish, membres fondateur
du Parlement international des écrivains, assiégé à Ramallah, une délégation
d’écrivains
de 8 pays est allée sur place pour manifester aux côtés des Palestiniens une
« belle collaboration linguistique » dans ces « hauts lieux de la
spiritualité » (Ramallah en arabe) où le programme israélien d’humiliation
est aussi une « guerre verbicide ».

« Nous voulons écouter et faire entendre d’autres voix dans le fracas de la
guerre,
celle des écrivains, des artistes, des universitaires, de tous ceux qui
préparent l’avenir… Opposer à la logique de la guerre, non pas une force
d’interposition mais des forces d’interprétation », dit l’écrivain français
Christian Salmon, membre de la délégation internationale, avec l’Américain
Russell Banks, le Nigérian Wole Soyinka, le Portugais José Saramago, le
Chinois Bei Dao, le Sud-africain Breyten Breytenbach, l’Espagnol Juan
Goytisolo, l’Italien Vincenzo Consolo, accompagnés de Leïla Shahid et Elias
Sanbar. Le carnet de voyage de cette délégation a été filmé et réalisé par
Samir Abdallah et José Reynès.

Production : L’Yeux Ouverts & Les Films du Cyclope,
en coproduction avec C9 Télévision et le CRRAV
avec le soutien du Centre National de la Cinématographie et de la Région
Nord Pas de Calais
Durée : 80 minutes ; montage : Louis Bastin ; chant : Kamilya Jubran
frontieres@hotmail.com

site : www.ecrivainsdesfrontieres.org

Mots clés : Cinéma-vidéo / Guerres-Conflits / Rencontres-débats /
Derniers articles sur Bellaciao :