Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

LE MINIMUM VITAL DÉCENT

samedi 2 septembre 2006

de Le Yéti

Tous les jours, comme des millions de Français, je donne à manger à mon chien. Des croquettes hors de prix. Le chien, lui, il s’en fout. À part s’engloutir les ruineuses croquettes, il passe sa journée à roupiller ou à courir le guilledou dans la campagne environnante. Vous remarquerez que tout le monde trouve ça normal. Pas un qui proteste. Me regardent même de travers si le chien fait mine d’être affamé ou malheureux.

Qu’est-ce que ce serait s’il s’agissait d’un être humain ! Quoi, comment, un fainéant qui bosse pas, s’empiffre et se la coule douce ? Halte là, pas de boulot, pas de picaillons ! Et pas de picaillons, pas de croquettes !

Je pense, moi, qu’un programme politique un tant soit peu décent devrait traiter les humains aussi bien que nos chiens de compagnie.

Et offrir à chacun un MINIMUM VITAL DÉCENT [1]. Pas seulement cet os à ronger qu’est le revenu très minimum d’insertion, simple moyen pour maintenir le clébard humain à la niche et éviter qu’il ne s’ensauvage.

Les raisons : d’abord, les biens et services de base destinés à satisfaire les besoins de chaque individu existent en quantité désormais suffisante. Je vous mets au défi de me trouver un exemple contraire ! La croissance n’est plus là pour satisfaire les besoins des individus, elle s’échine juste à en créer des nouveaux, des artificiels, pour alimenter une machine devenue folle.

Ensuite, le travail n’est plus la valeur référence qui permet à chacun de gagner les moyens monétaires de satisfaire ses besoins. Le plein-emploi est devenu un mirage pour gogos, un peu comme les gros lots qu’on nous exhibe dans les baraques de fêtes foraines. La valeur-travail est maintenue sous perfusion pour deux raisons : permettre à la foutue machine sus-citée de perdurer ; et préserver les pouvoirs arrogants de ceux qui en tiennent les manettes.

Partant de là, qu’est-ce que le MINIMUM VITAL DÉCENT ? Comme la croissance, on devrait l’évaluer en volume minimum de biens et services mis à disposition de chaque individu. Mais puisqu’on s’obstine à utiliser la valeur monétaire comme référence, allons-y.

Tout d’abord, cette idée de MINIMUM VITAL DÉCENT n’est pas une idée nouvelle. On la connaît aussi sous le nom de revenu citoyen ou universel (avec Voltaire et Victor Hugo comme précurseurs) et d’allocation universelle. Celle-ci existe déjà dans un pays - l’Alaska où 845 $, soit env. 660 €, sont attribués par l’État à chaque citoyen - et est expérimentée actuellement au Brésil.

Il s’agit d’un véritable service public. Et je pose, sauf corrections d’amis économistes alter and co, qu’il doit être aujourd’hui de 1000 € pour chaque citoyen adulte [2]. Son financement est parfaitement envisageable dès lors qu’on procède à une véritable répartition équitable des richesses publiques existantes.

Je laisse aux opposants le soin de fourbir leurs arguments techniques (et à mes amis économistes d’y répondre), mais surtout qu’on nous épargne l’objection morale ! Cette scie judéo-chrétienne sur la "récompense de l’effort", et du seul effort, que des gens qui souvent n’en foutent pas une, nous rabâchent depuis des millénaires et nous présentent comme valeur inaliénable.

Parlez-en donc à mon chien, il va bien rigoler !


[1Notez bien qu’on ne peut limiter le mot "vital" à la seule notion de survie, mais qu’il faut, qu’on doit, y inclure une certaine idée de confort.

[2Dans cette perspective, le SMIC, qui suppose un travail ou une fonction, devrait ne pas être inférieur à 1500 €.

Messages

  • il y en a qui croit encore au Père Noel

    • non, le yéti a raison et c’est un sujet qui est déjà travaillé depuis de nombreuses années ; j’ai même trouvé une étude chez les francs-maçons sur le sujet, pour dire !!

      il faut essentiellement considérer qu’il n’y a pas de "travail" pour tous, il nous faut donc reconsidérer nos notions sur le travail et assumer le droit de chaque être humain à la vie, à un logement : bref les droits de l’homme ça vous dit quelque chose aussi ???
      le progrès a été détourné de ses origines, ce qui devait être pour le bienfait de l’humanité a été utilisé contre l’humanité par les financiers.

      pour l’instant le patronat et les financiers ont la main mise sur le travail humain et sont en train de nous transformer majoritairement en esclaves !!!
      il faut oser la réflexion dans le contexte du droit à la vie et cesser de penser le travail avec cet esprit malsain judéo-chrétien qui nous a été inculqué.

      essayer de penser d’abord à la vie comme notion essentielle plutôt que le travail et vous arriverez à saisir le concept et son importance.

      ne gardons pas nos oeillères, elles nous aveuglents et nous asservissent, d’autres savent très bien les utiliser et nous devenons ainsi nos pires ennemis.


      la vie ce n’est pas le travail

      satya

    • tous propos ajoutés ne seraient que superficiels tout est dit... simple vérité .

  • moi je suis pour ce raisonnement de singe : ça valorise le travail au SMIC à 3.3 € de l’heure....
    (1500 € - 1000€ = 500 € que je divise par 151.5 h / mois= 3.3 € / heure)

    (y ’en a qui ferait mieux de rester couché au pied de leur maître : la médiocrité)

    • ouais mais y faut pas oublier que du job y en a pas pour tout le monde , alors quest ce que tu fait pour ceux qui statistiquement ne peuvent pas en avoir ? ( et avant de repondre pense bien que tu pourais tres bien faire parti du lot , personne n est a l abri de nos jours) y crevent ???

  • Le Droit pour tou(te)s à un revenu garanti décent,est une revendication legitime qui doit etre prise en compte par tous

    http://revenugaranti.free.fr/

  • YETI JE t’ADORE !
    mais tu reste en dessous de la verité pour ce qui concerne ton chien , tu nous dis :
    ""Tous les jours, comme des millions de Français, je donne à manger à mon chien. Des croquettes hors de prix. Le chien, lui, il s’en fout. À part s’engloutir les ruineuses croquettes, il passe sa journée à roupiller ou à courir le guilledou dans la campagne environnante. Vous remarquerez que tout le monde trouve ça normal. Pas un qui proteste. Me regardent même de travers si le chien fait mine d’être affamé ou malheureux.
    Mais il couche ou ton chien ?
    Soit tu es comme moi , quand j’avais un chien (gros ) , et il se pousse un peu pour te laisser un peu de place sur ton canapé , soit tu lui a acheté un tapis de chien qui trone pas tres loin du canapé , soit il a une niche dehors car tu habites à la campagne .
    Bien entendu tu l’a fait vacciner , tu lui met du produit anti-puces derriere la nuque , et quand il est malade , direction veto !
    Donc tu lui assure à ton chien , le gite , les repas et les soins .
    Mais cela ne s’arrete pas là , car la relation que tu as avec ton chien n’est pas que materielle , tu l’aimes ce bestiau !
    donc promenades , jeux affectueux et de temps en temps une place dans la voiture , il n’y a pas de raison que medor ne voyage pas !
    Et tu sais lire dans le regard de ton chien de la joie de la tristesse et souvent de l’amour .
    Vous remarquerez que tout le monde trouve ça normal.
    Qu’est-ce que ce serait s’il s’agissait d’un être humain !
    Quand il s’agit d’un etre humain , YETI , souvent le regard se detourne de celui qui vit dans la rue et quemande une piece , il devient transparant le bonhomme , on ne veut surtout pas le voir , quand il s’agit d’un etre humain , on rale l’été , car ces gens là ont le culot d’utiliser en été les tentes qu’on leur avait données pour l’hiver !
    je suis triste YETI , car l’homme ou la femme fera de toutes façons plus pour son chien que pour son frere humain !
    A bientot ami ,
    claude de toulouse .

    PS : dis à Léa qu’elle peut ouvrir le fou de bassan si l’envie la prend , comme c’est ta création , elle n’ose pas !

    • Super, cet article, mordant, rigolo, plein d’humour et sérieux aussi.
      Merci le Yéti, ton histoire me passionne (j’ai aussi un toutou) et je vais réfléchir pendant des heures et des jours. Merci pour le complément de réflexion de Claude, surtout quand c’est dit avec humour. Et merci à Satya pour le côté posé, sérieux de la question. Normal c’est une femme, comme moi.

      J’imprime l’article, le sujet touche trop des questions existentielles.

      Toutefois, même si l’idée me séduit beaucoup, je m’interroge sur le fait que ce principe ne semble pas avoir bien marché chez les indiens d’Amérique dans leurs réserves (ennui,sauf les artisans, alcoolisme...).

      Juliette

    • Je ne pense pas, Juliette, que l’on puisse comparer avec les Indiens d’Amérique. Il s’agit d’un peuple nomade spolié de ces terres, sédentarisé de force dans des réserves, privé de sa culture originelle. Un cas bien différent de celui qui nous préoccupe.

      Le Yéti

    • Bonsoir Juliette ,
      content de te retrouver , au sujet des indiens dans les reserves , j’ai peut etre une explication , tu as bien noté que le chien du YETI , il passe sa journée à roupiller ou à courir le guilledou dans la campagne environnante.
      alors les indiens , d’accord ils roupillaient parce que les yankees leur vendaient de l’alcool frelaté , mais pour courir c’etait autre chose , et de plus pour le guilledou , enfin ce que j’en dis , c’est pour faire avancer la reflexion !
      bises ,
      claude de Toulouse .

    • Je vais essayer de te repondre douce juliette , chez les indiens d’amerique il manquait la liberté
      et sans liberté meme le chien du YETI s’ennuirait et finirait tout triste , voir meme alcoolique dans sa reserve , pardon , dans sa niche .

      As tu observé des chiens de chasse enfermés dans leur enclos en dehors des periodes de chasse , ils sont tristes .
      bises

      claude de Toulouse .

    • Ah ! J’ai cru qu’on y était au Fou.
      Léa.

    • Un minimum vitale qui permette de vivre decement (comme le suggère le Yeti), ça veut dire effectivement que l’on n’a plus l’obligation de ce lever aux aurores tout les matins pour aller s’emm.... au boulot à enrichir un parton pour gagner de quoi survivre. On est effectivement libre, maitre de son temps. A partir de là, pour s’ennuyer vraiemnt (autant que moi je m’ennuie durant une journée de boulot quand je bosse), il faut vraiment le vouloir.

      Ne plus avoir à ,passer son temps à gagner un peu d’argent, ça veut dire que tu peut utiliser ton temps pour tout le reste, te cultiver, t’amuser, voir du monde, discuter, te renseigner, reflechir. Ca veut aussi dire que tu n’as plus le stress du boulot en rantrant chez toi, que tu peut dormir autant que necessaire, te détendre, et donc que finalement, tu es plus disponible pour rencontrer les gens, comprendre, ecouter, etc....

      Je crois que tu y gagne beaucoup, et les gens autour de toi aussi. Et surout, en faisant ce que tu aime, tu t’investi forcement plus, puisque tu le fait pour toi et par plaisir. Donc tu le fait mieux. Et si un truc te parais une mauvaise manière de faire, tu peut tout a fait en utiliser une autre, expirimenter et faire progresser ta passion en fin de compte, pour ton bénéfice mais aussi pour celui de tout les gesn autour de toi. Pour moi, tu est infiniment plus productif a t’investir dans ce qui te plait qu’à serrer un boulot à longueur de journée à l’usine (enfin sauf si c’est ta passion dans la vie).

      Et tu le feras naturellement, puisque tu n’a pas envie e t’ennuyer, tu vas t’occuper, et t’occuper à des choses qui te plaisent.
      Bien usr, ça ce ferais pas comme ça, il faudrais créer de toute pièces de nouvelles structures, de nouvelle manières de faire, mais en y reflechissant et en faisant les choses bien, je suis sur qu’il y a un enorme potentiel.

      Même pour l’entreprise, ça serais finalement bénéfique. Plus de charges sociale à payer, tu peut donc payer plus tes employé pourr attirer le chaland dans ta boite, et surtout, le gars qui viens, comme finalement il n’a aucune obligation de le faire, ben si il viens, c’est qu’il est vraiment motivé, et donc qu’il fera du bon boulot.

      Pour moi, c’est tout simplement un des seul chemins possible et interressant pour l’aven,ir (en plus d’être logique)....

      Neko-miaou, fallais bien que je finisse par poster ici un jour !!!!

    • NEKO MIAOU ,

      ce n’est plus une vie de chien que tu nous fais entrevoir , c’est les 101 dalmatiens chez W. DISNEY !
      waou waou
      C de T.

    • Salut Léa ,
      tu sais bien que les chiens du fou , molosses ou toutous , ne se contentent jamais du minimum , fut il vital . Quant aux chiennes , elles ne sont pas de garde !
      bises
      claude de T.

    • Salut Claude, le Yéti et Neko-Miaou,
      Pas mal la prestation de Neko Miaou, il y aurait de quoi creuser pour beaucoup de monde et même pour W.Disney. En effet, il a dit le mot magique : créatif. Nous nous tuons à la tâche, parce qu’on ne veut pas nous reconnaître notre pouvoir créatif qui nous sauverait de bien des maux. Quel plaisir que de pouvoir faire des choses par soi-même, selon son humeur et sans contraintes de qui que ce soit. C’est pas de la blague, c’est une affaire sérieuse.

      Quant à "courir le guilledou", je ne sais pas si ça fait avancer la réflexion, en tout cas ça peut faire couler beaucoup d’encre, ou alimenter des discussions assez marrantes, comme au Fou, par exemple.

      A plus, amigos,
      Juliette

    • MON CHIEN EST MORT HIER...

      Hector, mon Labrador aurait eu 14 ans le mois prochain.
      Depuis 2 jours il ne mangeait plus sa pâtée (de 850 grammes) et même depuis hier matin, il ne buvait plus.
      Nous l’avons conduit chez le vétérinaire, à Vitry hier à 11 heures. C’était grave : occlusion peut-être mais pas sûr, mauvais examen du foie... Hector était le compagnon d’enfance de nos enfants et le compagnon de notre âge plus "avancé"... Nous avons tout fait pour le sauver...
      L’après-midi, après arrangement pour un rendez-vous et une prise en charge entre la véto de Vitry et une autre véto à la clinique vétérinaire de Reims, j’ai repris Hector dans mes bras pour le coucher dans la voiture, et avec Lorenzo mon futur gendre, ma femme et notre fille, à 2 voitures, nous l’avons conduit à 82 kilomètres de là pour des radios, échographies, examens divers, etc. plus complets.
      il a été perfusé, et hospitalisé... en attendant les résultats des examens et dans l’espoir de le revoir lundi en meilleure forme, nous sommes rentrés chez nous, après l’avoir caressé et bichonné...
      On nous a prévenus, après notre retour qu’il était nécessaire de l’opérer pour en savoir plus et pouvoir le soigner. Nous avons donné notre autorisation dans l’espoir de soins efficaces.
      Vers 20 heures on nous a informé qu’Hector, très faible, avait un cancer du pancréas très avancé, que l’estomac était pris et comprimé dans la tumeur et que le foie était également métastasé... qu’il valait mieux ne pas l’obliger à subir une douleur inutile et insupportable qui ne débouchait que sur une mort très proche... d’ici lundi.
      Nous avons accepté qu’il ne soit pas réveillé.

      Que penser, au-delà de notre chagrin et de celui des enfants ?
      Hector et nous, nous nous comprenions. Nous avions des activités ensemble. Il couchait au pied de notre lit. Il mangeait avec nous. Il avait son canapé devant la télé. Parfois, on avait l’impression qu’il y était plus accro que nous ! Nous allions en vacances avec lui et ne le laissions jamais seul. Nous l’avions, le temps de presque une année, éduqué à accepter notre petit chat Marcel, un éclopé dès la naissance que nous avions recueilli, balafré et la peau sur les os à l’entrée de l’hiver. Hector était au départ jaloux et intraitable avec Marcel, comme un "vieux con".
      Là depuis une paire de mois, ils s’étaient mis à jouer et se promener ensemble dans le jardin. Marcel grimpait au mirabellier, aux cerisiers et au cyprès bleu pour montrer à Hector ses nouveaux muscles tout neufs... comme un gamin fier de grandir.
      Cette merveille qu’on appelle l’éducation, l’acceptation de l’autre, la possibilité de vivre ensemble, ils l’avaient apprise !
      Et on ne pourrait pas réussir cela avec un animal "plus" intelligent : l’homme ?
      Nous voulons croire comme toi Yéti, comme toi Claude et tous les amis ici de Bellaciao, que si c’est possible ! Mais que c’est difficile, c’est vrai !

      NOSE DE CHAMPAGNE

    • Désolée Nose. Je t’embrasse tendrement.
      Affectueusement,
      Léa.

    • Nose, je partage ta peine, mais c’est la vie. C’est vrai qu’il arrive que ces merveilleux compagnons nous donnent de temps en temps des leçons de vie. Si eux y arrivent, alors pourquoi pas nous. J’ai repris un autre toutou, et c’est le chat qui l’a adopté. Duo plein d’enseignement et de richesse.
      Amicalement,
      Juliette.

  • Si ton chien te ruine apprend lui ,comme on le fait dans certaines communen a preparer des repas economiques et a se contenter de ce qu’il a, ou abaondonne le comme dans d’autre communes.

  • au fait la spirale inflationniste ça vous dis quelque chose ?

    • Il est clair que le risque de spirale inflationniste ne peut être ignoré.

      Ce risque tient du système néo-libéral. Il provient du déséquilibre abyssal de pouvoir entre l’offre (les entreprises) et la demande (le consommateur). Le but des premiers étant de pomper le maximum de pognons aux seconds, il est sûr qu’augmenter le pouvoir d’achat des citoyens suscitera la convoitise ogresque des rapaces.

      AUCUNE VRAIE POLITIQUE SOCIALE n’est possible sans un strict contrôle du niveau des prix. Les moyens de contrôle existent. Je suis persuadé que les économistes d’un véritable pouvoir de gauche alternif sauront trouver les plus adaptés à chaque situation.

      Le Y.

  • Je ne sais si la solution suivante a été étudiée, j’y ai pensé à partir de cette idée que tu exprimes de revenu citoyen d’allocation minimale pour tous.

    Voilà : et si les salaires étaient versés par l’Etat ?
    Alors salaire minimal de 1500 euros pour tous, comprenant toutes les prestations sociales actuelles.
    Les entreprises payant les salaires à l’etat d’une somme équivalente au salaire de base minimale disons smic pour chaque salarié qu’elle emploie. Pour ses cadres et ses chouchous et tous ceux qu’elle décide de rénumérer au delà de la somme de base elle rajoute la mise directement sur leur compte en banque.

    Voilà le principe en gros. Ce qui donne : le salarié n’est plus à la merci de son patron privé, il est payé par l’Etat quand même de son revenu de base de 1500 euros quoiqu’il advienne, ce serait un droit acquis, le travailleur peut essayer plusieurs boites à la suite avant de trouver la bonne, idem pour les patrons qui peuvent changer sans que cela amène les drames du chômage.

    • Personnellement, je ne suis pas trop partisan d’un État acteur économique. Je me défie des entreprises nationalisées. Les nationalisations ne se justifient, selon moi, que pour les richesses naturelles du pays et pour les services publiques vitaux : santé, éducation, transport routier ou ferroviaire, poste ... Pour le reste, les partisans des nationalisations ne les conçoivent bien souvent que s’ils détiennent eux-mêmes le pouvoir.

      Mais quand il advient que par le jeu démocratique le pouvoir change de main, alors voilà les richesses de l’État livrées pieds et mains liés aux nouveaux gouvernants, qui n’ont souvent de cesse de les utiliser à leur propre profit et à celui des "copains", au détriment de l’intérêt général.

      Le rôle de l’Etat est un rôle de régulateur, étant cependant bien entendu que le politique doit primer sur l’économique.

      L’État, c’est l’arbitre du match. Il régule, il sanctionne à coups de cartons jaune ou rouge. Mais il ne tape pas dans le ballon.

      Le Y.

    • Bonjour,

      allez voir sur ce site www.vivant.org,

      vous y trouverez tout ce que vous souhaitez concernant l’allocation universelle, les études de faisabilité et tout le bien être qui en découle.

      N’hésitez pas à les interroger.

      Bien à vous

      Skblllz

    • Je me permets d’ajouter :
      - regardez la ligne de discussion (topic) "la décroissance" du forum en français (http://www.vivant.org/forum/viewtopic.php?t=1248) qui – en dehors de quelques interventions qui ne sont pas à leur place – met en exergue le principal problème de notre civilisation : comment réconcilier économie et écologie.

      ruir

  • Moi, Je suis d’accord avec tout ça, mais il y a bien un moment où il faut poser la question du COMMENT !
    1000 € * 60 millions = 60 milliards €

    J’ai beau additionné tous les bénéfices réalisés par les sociétés, y ajouter les plus values des stocks options, soustraire le RMI rendu obsolète, éventuellement les allocs chomage. Je ne trouve pas mes 60 milliards.
    Donc comment fait-on ?

    Poil à Gratter

    • Mauvais calcul ! Il n’y a pas pas 60 millions de Français adultes.

      Et surtout ces 1000 € sont un MINIMUM VITAL GARANTI à chaque citoyen. Ils ne sont pas versés aux Français percevant un salaire supérieur à ce minimum.

      Le Y.

    • ... Tu as dû aussi zapper quelques chiffres dans ton addition des bénéfices d’entreprises du CAC 40.

      NB : le résultat net pour 2005 d’une seule d’entre elle, Total, s’élève à 12 milliards d’euros (soit l’équivalent du trou de la Sécu), ceci hors stock-options, réserves occultes et salaires mirobolants des dirigeants.

      Le Y.

    • le budjet est de300 milliardsau total ...deja baissons celui de l’armée ..construire des porteavions qui ne marchent pas est peu utile on divise par deux cela fait 17 milliards
      la securité une fois que tout le monde aura 1000€cela devrait aller beaucoup mieu de ce coté on baisse d’un tiers hop 5milliards
      nous voila a 22milliards
      l’anpe les assedics le rmi ma foi cela devient obsolete 10 milliards de recuperes

      deja la moitié 32 milliards

      action exterieure de l’etat diplomatie ...pfff d’abord que cela tourne chez nous 2milliards
      34milliards
      les transports devraient aussi pouvoir reduire leur budjet du fait du changement de structure de la societée allez encore 2milliards a recuperer
      nous voila a 36 milliards
      le probleme c’est l’interet de la dette 40millliards pour rien pffff
      l’enseignement 80milliards... entre nous vu comment cela fonctionne ne me dites pas que des economies y sont impossible sans sacrifier la qualité de l’enseignement minimum 5milliards a recuperer
      41milliards ...je donne 700€par mois qui dit mieux

    • Là, pas d’accord. Si tu ne verse un minimum vital de 1000 euros que quand la personne ne travaille pas, et que tu arrete de le verser dès la reprise d’emploi, il n’y as plus des masses d’interet monétaire à bosser. Si je doit aller bosser (même si le boulot m’interresse beaucoup) 8 heures par jour pour toucher 1300 euros, mais qu’en restant chez moi j’en touche 1000, l’interet financier est quasi nul.

      Il n’y as pas de raison à mes yeux de ne pas récompenser (monetairement ou autrement) un effort fournis, la satisfaction de faire un boulot plaisant étant une bonne chose, mais pas forcement suffisante. Qui plus est, si tu donne 1000 euros à un "chomeur" mais que tu lui enleve dès qu’il bosse, la plupart des gens (je crois) ne vont plus ce fouler à tenter de bosser et de faire des choses, ce qui est tout de même dommage.

      C’est ce qui me fait penser que ce revenu minimum doit être versé en permanence, éventuellement completé par le revenu d’un éventuel travail. Enfin bon, il y aurais de toute manières matière à très ample reflexion pour mettre ça en place, et sans doute beaucoup de discussion a avoir sur la meilleure manière de le faire ou comment l’accompagner intelligement....

      Je n’arrive pas à acceder au site dont on parle plus haut, snif....

      Neko.miaou in disneyland....

  • Pour reprendre ton point de départ, cher Yéti, de la même façon que tu donnes tous les jours à manger à ton chien, je donne tous les jours à manger à mes enfants... Et ils ont bien d’autres besoins aussi... Ils étudient, ils font du sport, des acitivités culturelles, toute choses qui sont nécessaires pour développer leur créativité. Je ne vois donc pas pourquoi ils n’ont pas droit à un revenu vital eux aussi.

    De la même façon , je ne donnerai ce revenu vital garanti uniquement aux sans emplois car dans ce cas ça s’appelle le RMI ou les Assedic et ça existe déjà.

    Enfin pour mes calculs , je sais que Total a fait 12 milliards de bénéf , quelques autres 1 à 2 milliards , d’autres 0,5 (ce qui fait encore beaucoup) mais on est encore loin de 60 milliards.

    Poil à Gratter

    • A ce point du débat , 30.000.000 de salariés X 1000 euros X12 = 360 milliards d’euros par an !
      donc comme on n’est plus à cela pret , il faut que le chien ou et le chat du YETI et de tous les autres recoivent aussi une prime mensuelle pour le developpement créatif de l’animal.
      C de T.