Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

La lettre d’infos du forum « En avant le PCF ! »

lundi 18 juin 2007

Les élections législatives ont réservé quelques surprises et sueurs froides pour l’UMP. La vague bleue annoncée au premier tour s’est transformée en « petite marrée » bleue.
Un bastion de droite est même tombé. On ne peut que se féliciter de la défaite cinglante de Alain Juppé dans une circonscription tenue par la droite depuis 60 ans. C’est une défaite pour le Premier Ministre qui avait fait le pari de faire élire tous les principaux ministres de son gouvernement.

Le PS a réussi à augmenter son nombre de députés. Le PCF quant à lui a sérieusement redressé la barre. Alain Bocquet dans le Nord fait même un score très important, avec 69% des voix. Cela montre que le PCF reste une force militante de terrain.
Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que le « bipartisme » s’installe dans le paysage politique français.

De même, il ne faut pas oublier que aujourd’hui le gouvernement à les mains libres pour mener sa politique de casse et sa « révolution conservatrice ». La gauche a l’obligation de relever le défi. Mais ce qui est sûr c’est que les luttes à venir trouveront des relais à l’Assemblée Nationale grâce aux élus communistes.

Cela ne sera pas suffisant pour changer la donne. Le PS continu dans sa dérive « centriste » qui inquiète une partie importante des militants de ce parti. En effet, à force de faire du « réformisme sans réformes » le PS en perd son identité.
Le PCF n’est pas non plus à l’abri. Si ce parti ne disparaîtra pas, il doit pourtant réinventer un projet politique cohérent qui change la donne à gauche et rénove celle-ci dans le bon sens : celui de la politisation des luttes sociales.
Des débats doivent avoir lieu entre toutes les composantes de la gauche désireuse de construire l’alternative nécessaire au capitalisme.

Le forum « En avant le PCF » espère participer à ce grand débat malgré ses petits moyens.

Fraternellement.

Ulrich Savary.

http://enavantlepcf.all-forum.net/

Messages

  • Ulrich, est-ce que ce forum est ouvert aussi au non-encartés ? Est-ce que ce forum ne pratique pas la censure, donc admet tous les points de vue ? Dans le respect des uns et des autres, bien-sûr !

  • Oui le travail immense, politique, est devant nous.

    J’espère que le PCF ne va pas refermer la porte et nous le faire style LCR après le 1er tour des présidentielles : Y a que nous et c’est autour de notre nombril que ça se passe.

    Pour certains du PCF, si j’en juge certaines réactions , il semblerait qu’il y ait des chevilles qui enflent et qu’ils se croient dans le supertanker de la lutte des classes... Ce n’est pas le cas.

    Regardez, analysez pourquoi il y a eu petit sursaut à gauche ! Au travers de quel système électoral, qui a été élu, même parmi ceux qui seront dans le groupe communiste.

    Il y a plusieurs PCF comme il y a apparemment deux LCR, deux PS ..... l’ensemble de la gauche est en recherche avec des pratiques des fois concurrentes, des fois confluentes, des fois opposée, des références paralysantes des fois, fécondes d’autres fois.

    Les divergences ne passent pas toujours entre les courants et organisations mais à l’intérieur de ceux-ci, l’heure est donc venue de tout mettre à plat politiquement et organisationellement.

    Et de recomposer.

    3 grands courants me semblent suceptibles de se cristalliser en organisations (mouvements ou partis) en France :

    1) Un centre gauche avec le MODEM, les radicaux , la droite du PS, une partie des verts (grosso-modo ceux qui sont pour le liberalisme et le capitalisme, souhaitant juste un petit zeste de social et d’écolo dans la politique). Au concret ça sera une pure machine électorale comme l’est l’UMP du côté de la droite

    2) Un courant réformiste (qui souhaite par une succession de réformes amener à un changement de société et qui aura une politique social-démocrate à l’ancienne) qui au concret défendra les interets directs des travailleurs et essayera d’être autre chose qu’une machine électorale, un vrai parti. Attention, quand je parle de socio-démocrates à l’ancienne, je ne parle pas de DSK ou des socio-démocrates allemands actuels, mais de ce que furent à certaines époques les socialistes ( notamment avant le grand schisme des socialistes après la première guerre mondiale)

    3) Un courant révolutionnaire (qui pense que la rupture d’avec le capitalisme ne se fera pas par des réformes mais qu’à un moment il faudra passer en force contre la bourgeoisie) qui au concret défendra les interets directs des travailleurs et essayera de se constituer en parti.

    Je crois honnêtement que, dans le PC , il y a des gens dispersés sur ces trois tentations , de même que chez les verts et le PS.

    Quand à l’extrême gauche je pense qu’on la retrouvera sur les deux dernières tentations.

    Les deux réformistes et les révolutionnaires peuvent très bien cohabiter dans un seul parti, l’essentiel est de renvoyer le courant libéral dans l’isolement et d’avoir une gauche fidèle aux interets des travailleurs (seul moyen de retrouver un soutien populaire puis éventuellement comme conséquence un électorat populaire) qui soit dominante.

    Je pense que, quand on a enlevé les urticaires identitaires (les patriotismes de parti), la situation se présente ainsi. Pour l’instant le courant social libéral domine par ses liens avec la bourgeoisie, ses appareils et ses hommes l’ensemble de la gauche , alors qu’il est probablement très minoritaire. Nous lui laissons, en quelque sorte, la direction politique, par faiblesse, lâcheté des fois, par des divisions stériles et enfin parce que nous sommes des fois tétanisés par le risque de perdre des postes obtenus par des alliances avec les liberaux.

    Débattre, à nouveau débattre, à tous niveaux, en se calant sur les batailles sociales de défense des interets des travailleurs, des populations, de l’écologie, des services publics sous contrôle des comités d’usagers et des travailleurs...., etc, pour illustrer les éventuelles divergences et confluences.

    Copas

    • "En avant" oui, mais vers quoi ? Si c’est pour ressasser les mêmes thèmes sans aucune action alors à quoi bon ?

    • Je crois qu’il ne faut pas laisser d’espace politique et social-économique aux réformistes sociaux-libèraux comme le parti radical de gauche ou comme les socialistes strauss-kahniens .Une confédération des courants révolutionnaires anti-capitalistes,pour la socièté socialiste ou communiste,est à mettre en place à l’image de l’expérience actuelle des révolutionnaires italiens .L’exemple Allemand est à étudier sans réserve aussi .Notre dérive social-démocrate de gauche est terminée à la lumière des résultats électoraux qui ont mis en place Une droite extrème qui va nous faire "vomir" le capitalisme mondialisé à l’anglo-saxonne .

      Les débats c’est bien mais il faut très vite nous confronter au capital en le déboussolant et en l’empêchant d’appliquer sa politique .Créons un contre-gouvernement,des contre-pouvoirs partout dans l’économie,le social,la santé,l’énergie,les transports,l’éducation.Ne laissons aucune entreprise se délocaliser,créons notre banque socialiste comme Chavez.Ayons une confrontation franche et ouverte avec les petits et moyens patrons,les petits commerçants et artisans,les professions libèrales pour les arracher à l’influence du grand capital qui les spolie et les réduit à la faillite ou à la précarité.Proposons aux salariés une alliance solide pour satisfaire leurs revendications et leurs aspirations à mieux vivre en leur proposant de construire avec eux et pour eux la socièté socialiste et communiste de plus en plus d’actualité face au capitalisme ravageur .Encourageons la jeunesse à se mettre en action pour un avenir exaltant qui lui est refusé par la bourgeoisie .Parlons à nos anciens pour qu’ils n’aient pas "peur" de la délinquance organisée par les maffias en tous genres et de l’immigration ,conséquence de la main mise du capital sur les richesses.Les députés UMP élus ne retourneront pas aux masses et se contenteront de "voter " les lois SARKO d’adaptation de l’économie française à la règle d’or du programme du MEDEF et du capitalisme anglo-saxon .Alors notre proximité avec les citoyens devrait produire très vite une colère de plus en plus en mouvement qu’il faudra canaliser intelligemment sur le devenir d’une autre socièté socialiste et communiste .C’est possible,les semaines et les mois qui viennent le démontreront .

      Ce plan de travail est quand même plus grisant que la "séparation" Hollande-Ségo ou la défaite des malfrats Juppé et Carignon .Il nous reste encore à déboulonner 340 députés malfrats qui entourent le chef Sarko,allié du Malfrat en chef Bush.Mais pourquoi donc certains élèments du peuple votent pour ces gens-là ????Je comprends les siciliens qui risquent tous les jours leur vie avec leur maffia historique,mais nous pourquoi en sommes-nous là ? Je pense que c’est parce que nous ne sommes pas assez "révolutionnaires" pour la majorité des citoyens,et puis nous avons eu le pouvoir sans pratiquement rien faire ,si ce n’est de gérer les affaires du capital avec ses actionnaires rapaces .Retrouvons notre soif de changer la socièté pour nous et pour nos proches dans la liberté et la fraternité.Camarades-citoyens c’est mieux que messieurs et mesdames du monde bourgeois qui se laissent souvent aller à la grossièreté quand le peuple leur tourne le dos .......

      Bernard SARTON,Section d’ Aubagne

    • Sur ce forum, il y a une rubrique de mise en commun des tracts... donc il y a une volonté d’être dans le concret.

    • Mais pourquoi donc certains élèments du peuple votent pour ces gens-là ????Je comprends les siciliens qui risquent tous les jours leur vie avec leur maffia historique,mais nous pourquoi en sommes-nous là ?... Bernard SARTON,Section d’ Aubagne

      C’est une question qui me travaille depuis longtemps ! Je suggère que c’est en raison d’un trop fort quadrillage sur le terrain, qui a donné l’impression d’être emprisonné dans un système mental, obligé de payer l’Huma et autres objets, et même d’être jugé, si par cas on émet des idées nouvelles ! Ce système, je ne veux surtout pas vous vexer, mais m’a fait penser au "versant négatif" de la religion catholique (ou autre), dont on a essayé de s’extirper au fil des siècles !

      Je me permets de vous donner ma vision des choses, moi qui suis de l’extérieur, sans arriver à faire le pas vers vous, alors que je crois fermement que la solution est à gauche, et non dans le libéralisme ! La référence au marxisme c’est une chose, mais le dire en permanence ou dire que le communisme c’est "scientifique", ça a fait fuir du monde ! N’avez-vous pas été énervés parfois d’entendre sans arrêt la référence au "gaullisme", donc à un homme (culte de la personnalité) ? Est-ce qu’on ne pourrait pas laisser les gens être autonomes, libre de penser ? Certes, de grands hommes nous ont ouvert les yeux sur des réalités qu’on ne voyait pas, mais c’est à nous, à chaque génération de nous créer nos propres conditions de libération des chaînes, car aujourd’hui de nouvelles conditions économiques sont apparues comme la "mondialisation" et "les vecteurs de communications", qui n’existaient pas du temps de Marx.

      Il me semble, pour faire simple, qu’il serait souhaitable de proposer aux gens de se regrouper autour d’idées fondamentales, reposant sur le bon sens, comme le partage des bénéfices engrangés par le seul travail des salariés (c’est une idée maîtresse sur laquelle il faut insister).

      Une autre idée à creuser, c’est puisqu’on a passé un "contrat" avec l’état, par l’obtention d’un "livret de famille", d’une "carte d’identité", d’un "permis de conduire", d’une "carte vitale", de "diplômes scolaires", d’une "carte de travail", d’une "carte d’élections" dans divers domaines (politique, syndical) etc, c’est d’exiger avec fermeté et conviction, en retour : assistance, protection pour la santé, l’école, le code du travail, etc...

      Ensuite, je verrai bien qu’un député, comme un maire, viennent à l’improviste voir dans leur vie de tous les jours, leurs concitoyens, sans attendre le moment des élections, qui fait trop ressortir le but poursuivi, inavouable...

      Et la question d’argent pose problème ! Les gens comprennent pas le discours de gauche qui consiste à dire qu’elle ne veut pas entendre parler de capitalisme, mais parle du manque à gagner dans les caisses, lors des élections, ou par le manque d’adhérents ! Faudrait clarifier de ce côté là, car c’est très perturbant !

      Et aussi, pourquoi les gens font ce mouvement d’aller d’eux-mêmes frapper aux portes de l’ump (Dati, Rama Yadé...), alors qu’à gauche se sont les adhérents qui courent après les gens ?

      Voilà en gros, les questions que je me pose. Un vrai débat s’impose pour repartir de plus belle ! Les gars n’ayez pas peur des remarques acerbes, surtout quand votre engagement est sincère et que vous pensez ou savez que vous êtes du bon côté de la barrière. C’est une force (et non une tare) ! Merci pour la porte ouverte. J

    • Bien vu et entendu ...La porte est grande ouverte malgré les derniers "grognards" théoriciens qui se sont trompés depuis 1965 avec la candidature Mitterrand que j’ai combattu en son temps à la jeunesse communiste .Aujourd’hui,après l’échec de l’URSS et de l’illusion social-démocrate européenne,nous regardons tous du côté amérique latine avec ce qui se passe au Vénézuèla,en Bolivie,et même à Cuba qui a servi de base de repli aux révolutionnaires pousuivis par les dictatures sanguinaires des années 60,70,80.

      Les révolutionnaires français se sont "assoupies" après les luttes contre les

      guerres coloniales du Vietnam et de l’Algérie.Ils ont eu du mal à s’exprimer dans cette 5ème république autoritaire mise en place par De Gaulle .Depuis nous avons élu à la tête de nos organisations des dirigeants dévoués mais peu "visionnaires".La Télévision a tué le débat citoyen et la pratique militante.Mitterrand a chloroformé la gauche dans un combat anti-frontiste et pro-européen qui a édulcoré son programme de transformation sociale, pour un socialisme vraiment démocratique .Le PCF en a payé le prix dans son reflux électoral constant que les dirigeants,de Marchais à Buffet en passant par Hue,n’ont pas su stopper par des initiatives politiques fortes vis à vis de la classe ouvrière et des couches populaires laissées en déshérence .Devant ces résultats négatifs sur le plan politique pour une meilleure vie des citoyens,nous cherchons à unir toutes les bonnes volontés citoyennes qui refusent le Capitalisme et qui veulent construire une socièté socialiste ou communiste de liberté et de fraternité .Je crois que ces "volontés" ne demandent qu’à s’exprimer si nous savons nous ouvrir sans entraves quelconque,avec le seul souci de sortir notre peuple de la pauvreté et de se débarasser de cette bourgeoisie actionnaire sans foi ni loi .

      Des comités anti-capitalistes ou révolutionnaires partout dans les quartiers et les entreprises sont peut-être une forme d’organisation du peuple pour réussir la construction de cette nouvelle socièté dont nous rêvons depuis si longtemps .A l’heure de la conquête spatiale il est temps de mettre nos montres à l’heure de l’histoire en bannissant le capitalisme dans les faits et non dans les mots .........

      Bernard SARTON,section d’Aubagne