Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Morte et enterrée

vendredi 2 janvier 2015, par Detrez Jean-Pierre - 9 coms

La cgt du CG59 n’existe plus, ceux qui s’en réclament actuellement sont des usurpateurs mis en place par la Fédé et l’Ud du Nord.

La déconfiture aux élections professionnelles du 4 décembre démontrent l’incapacité de cette équipe à rassembler. Notre syndicat qui rassemblait presque 700 syndiqués avant le pusch de juillet. après avoir perdu 5 siéges sur 9, ce sont les syndiqués qui s’en vont vers d’autres horizons et ils ont raison car il n’y a rien à attendre de cette dictature bureaucratique.

Nous n’avons reçu le soutien que de quelques militants à travers la France qui connaissaient ceux qui nous tiraient dessus merci à eux. Mais pas une instance UL ou UD nous a soutenus, bien trop peur de perdre sa petite place de permanents bien au chaud dans son bureau.
Qu’importe la CGT est finie, et ce n’est pas les scandales mis au grand jour et ceux étouffés par ces nantis qui vont redorer son blason.

Militants de la base ouvraient vos yeux, vous êtes TRAHIS !!

Messages

  • Heu....T’as réveillonné avec Gattaz ?

    Parce que je l’ai pas vu crier VICTOIRE à la TV !

    Tu penses que si la CGT était "morte et enterrée" , il serait venu nous faire partager sa joie !

    • 88.***.149.***

      Cette affaire CGT du CG59 est pourtant simple à comprendre : des bureaucrates fédéraux et départementaux ont décidé de torpiller un syndicat (700 syndiqués) qui refusait les permanents.

      l’historique est ici :
      http://blog.cgtcg59.snark.lautre.net/

      ou ici sous le titre :
      Comment la toute puissance des Fédérations CGT tue le militantisme CGT
      http://cyril-lazaro.over-blog.com/50-categorie-11299853.html

    • Quel crève-coeur, ces syndiqués qui regardent les militants se faire dézinguer par les autorités départementales et fédérales sans réagir ! Bel exemple de servitude volontaire, servitude à l’autorité politique, servitude à l’autorité syndicale (légitimes ou non, plus souvent établies par cooptation et influence des réseaux que par les élections, la compétence et la valeur). Servitude volontaire se manifestant par une cécité politique fatale au mouvement.

      Le camarade Jean-Pierre, quand il réveillonne, c’est en famille mais son métier fait qu’il est encore à ce moment-là en exercice, car il travaille 24/24 - 7j/7 ; certaines missions de l’aide sociale sont exigeantes, indispensables à la société et très mal reconnues statutairement.

      L’élite syndicale, par contre, était peut-être au Crillon ? Qu’en penses-tu ? Un petit dîner du siècle pour fêter toutes les victoires 2014 de notre ennemi de classe, programmer celles de 2015, féliciter (et récompenser ?) les dirigeants syndicaux capables de sidérer et d’anesthésier leurs enfants de troupe...Une petite manif. godillots en janvier peut-être ? Ben oui, il faut quand même faire semblant de temps à autre.

      Qui se souvient de Le Paon déclarant qu’une victoire de la Cgt aux élections professionnelles (menées comme des élections politiques : campagne avec agence de communication, bonbons, cartes à jouer, slogans vides) serait un "signal cinglant" pour le gouvernement ? Le gouvernement en tremble encore. Il est vrai que la victoire de la cgt est en demi-teinte, le profil bas et les trahisons commencent à plomber la centrale.

      La Cgt n’est peut-être pas "morte et enterrée" ; le patronat et le gouvernement ne peuvent pas le souhaiter, trop dangereux pour eux. La cgt, par contre, est bien "sous influence et réformiste", "discrétionnaire et opaque", bref, j’y reviens, un vrai taulier et ce sont les salariés qui lui donnent des sous pour se faire enfumer !

    • laisser la base s’exprimer, car comme les enfants, elle porte souvent une vérité crue

  • chers camarades nous venons de prendre connaissance du texte dans lequel ta grande amertume fait ressortir le non soutien de camarades . Ors l’analyse que tu fais de la situation est partagée par grands nombres de camarades comme vous. Surtout, surtout ne quittaient pas le bateau. cela serait leur faire honneur. Leur intéret sait de faire partir les véritables Cégétistes. Aussi je te joins le document " défendons la CGT". Nous te demandons de le faire circuler et SIGNER !!!Tu peux me renvoyer les signatures à mon adresse mail je les regroupe et celles ci sont déjà nombreuses
    Fraternelle amitié
    Haut les coeurs
    vous n’etes pas seuls
    barrera.francis@orange.fr

    • Il vaut mieux garder un syndicat ok , mais il ne faut pas que ça dure encore et encore avant de faire partir ceux qui nous trahissent , le gouvernement et le Medef nous attaquent sans cesse et il faut arrêter les compromis et les conciliations , le fruit est mur maintenant pour faire partir ceux qui trahissent, même s’il y en a beaucoup, et reprendre les choses en main pour se mettre en ordre de bataille contre les mesures d’ austerité. Si cela n’est pas fait la cgt sera morte et la classe ouvrière aura subi un échec cuisant au bénéfice du medef. Alors allons au bout des discussions redefinissons ce que sont nos interêts , refusons toutes formes de bureaucratie et reprenons nos affaires en mains, pour une cgt forte de lutte de classe.

    • Si ce n’est pas résolu dès janvier - et nous savons comment ils manoeuvrent tous actuellement - il faut scissionner rapidement. Il n’est plus temps d’être tolérants et polis avec des gens qui détruisent l’outil revendicatif et trahissent les salariés. Il faut virer les socialistes de la confédération et les FdG élus dans des exécutifs socialistes. À quoi ça rime d’être courageux et offensifs face à nos employeurs, de foutre en l’air parfois nos déroulements de carrière ou de prendre des risques certains si c’est pour se donner les mêmes tauliers dans l’organisation syndicale et accepter la langue de bois néo-bureaucratique mixte de technocratie, de volapuk managerial et de techniques commerciales d’enfumage.

  • Ma position depuis 7ans c’est de cotiser et simplement de dire aux imposteurs à demain pour les manifs et à demain aussi dans les actions militantes puis d’aller à la pêche et utiliser les mêmes excuses que ces professionnels du syndicalisme

  • Qu’est-ce qui se passe lorsqu’un syndicat comme celui de jean-Pierre se fait dézinguer ?
    Les meilleurs militants, les "vrais", les "purs et durs", s’en vont.
    Restent les tordus qui ont volé le pouvoir, mais qui ont le cul assis sur un tas de ruines, et restent aussi une part non négligeable d’adhérents (et non de militants) qui ont passé leur temps à compter les coups en évitant soigneusement de se mouiller.
    Les premiers, les "vrais" ceux qui ont pris tous les risques et se sont battus contre la machine infernale (Fd Ud bien acoquinés avec les "institutions") ont pu mesurer la GRANDE solitude dans laquelle ils se sont trouvés et pour tout dire l’absence (sauf exceptions à saluer) TOTALE de solidarité syndicale.
    Ce qui donne à réfléchir ...et à conclure que décidément la pourriture du fruit est vraiment très avancée.
    Je ne veux pas rabattre l’énergie des camarades qui ont décidé de partir à la bagarre pour essayer de remettre la Cgt à l’endroit.
    Mais alors la question comme toujours est : quel est le rapport des forces entre les "vrais" et les "jaunes" à l’interne ?
    Une pétition, c’est bien, mais on est dans un pays où les puissants se permettent se s’assoir sur un référendum, alors j’ai comme un doute...
    Les militants qui se barrent, vont voir ailleurs (sud, cnt et autres) ou nulle part,
    C’est sans doute ce qui se passe à Lille, mais en ce moment partout à la Cgt.
    Imaginez-vous camarades, la première ligne de défense -politique- est dans les choux, et voilà que le second (et dernier) rempart contre la bête capitaliste -le syndicat- se met à craquer de partout !
    J’entends et je lis partout le mot d’ordre "résistance". Ok, on connait, on a donné et on donne encore.
    Mais perso depuis le temps je commence à en avoir ma dose,et je me dis qu’après la résistance, normalement, vient la libération, non ?
    Et si on libérait la Cgt, les copains ?

Derniers articles sur Bellaciao :