Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

NPA Débat interne

lundi 30 novembre 2009 - Contacter l'auteur - 7 coms

Contribution de Raoul Marc Jennar

Les membres du NPA sont invités à s’exprimer sur l’orientation que doit prendre notre parti à l’occasion des élections régionales. Il est extrêmement important qu’ils le fassent et que, pour ce faire, ils participent massivement aux assemblées qui vont être convoquées. Car c’est de l’avenir du NPA dont il s’agit.

Deux questions préalables se posent :

1) un parti radicalement anticapitaliste et antiproductiviste doit-il se présenter aux élections si celles-ci sont uniquement considérées comme des moments de propagande et de témoignage, si la perspective d’avoir des élus est perçue comme le début d’une perversion ?

2) dans l’hypothèse où avoir des élus n’est pas considéré comme une dérive électoraliste, mais bien comme un atout pour les luttes, un parti radicalement anticapitaliste et antiproductiviste qui entend se présenter aux élections peut-il passer des alliances électorales avec d’autres si ceux-ci sont automatiquement considérés comme moins radicaux, moins purs et présentant donc un risque sérieux de contamination réformiste ?

Il est utile d’avoir des élus s’ils sont soumis à des règles qui interdisent toute forme de professionnalisation (mandat impératif du parti ; pas de cumul ; nombre de mandats successifs limités à deux ou trois selon les mandats, révocabilité). Des élus, ce sont des voix qui peuvent faire entendre avec plus d’efficacité la voix de celles et de ceux qui souffrent. Des élus sont en situation de recueillir des informations utiles pour les luttes à mener et d’exprimer nos positions avec plus de chances qu’elles soient relayées. Des élus sont en capacité de dénoncer et de lancer des alertes. Des élus enfin, ce sont des moyens financiers pour l’action.

Il faut pouvoir s’allier sur un contenu et des enjeux. Mais cela réclame un réel volontarisme. Et cela demande une maitrise de la crainte obsessionnelle de perdre sa pureté.

Si le NPA a pris l’initiative d’une démarche unitaire pour les élections régionales, s’il a manifesté l’indispensable volontarisme dans les premiers temps des rencontres, il s’est crispé, il s’est raidi. Sans doute, le PCF lui a-t-il donné d’excellentes raisons. Ce durcissement s’est encore accentué après le CPN, bien que la position majoritaire n’y ait recueilli que 56% (et non davantage ; puisque nous exigeons publiquement que les abstentions soient comptabilisées lors des scrutins officiels, commençons par le faire entre nous). Il s’est même encore fortement durci entre la dernière position majoritaire du CE et le texte de la position A soumis au vote des membres du NPA. Ce durcissement s’est également traduit par des petites phrases dévastatrices prononcées à dessein. Au volontarisme unitaire a succédé un volontarisme solitaire. Le retour au naturel des origines.

Malgré un bon début, nous avons échoué à manifester une volonté crédible d’unité.

Je considère comme contraire au principe même du débat démocratique la formule trop entendue depuis des mois du type « si on n’adopte pas mon point de vue, je m’en vais ». Mais force m’est de constater la réalité d’une érosion née d’une déception croissante. Le parti, dans ses choix électoraux comme dans son fonctionnement, ne répond pas aux espérances qu’il a suscitées. Il se voulait contagieux ; il est crispé dans la crainte d’être contaminé. Il se voulait ouvert ; il demeure très largement contrôlé par celles et ceux qui ont initié sa création. Il n’attire plus. Il retient encore, faute de mieux. Mais pour combien de temps ?

Et pourtant, les attentes sont fortes. Et il n’est pas trop tard. Le NPA peut présenter une nouvelle offre. Elle est contenue dans la position C. Si celle-ci l’emporte, un signal fort sera envoyé qu’on peut résumer en ces mots : au terme d’un intense débat, le NPA est en capacité de faire des propositions qui ne renient en rien ses principes fondateurs et qui sont acceptables par ses partenaires.

Une telle offre ne pourra pas être négligée. Elle constituera un fait nouveau majeur. Si on peut douter qu’elle modifie la position de la direction du PCF, elle ébranlera. Sans nul doute chez les autres partenaires potentiels, mais également à la base du PCF. Et si, en fin de compte, le NPA continue à être traité en paria, nous éviterons qu’on dise que le NPA a choisi de partir seul. Sans avoir besoin d’explications tortueuses comme celles déjà préparées pour justifier la position A.

Et nous donnerons un nouveau souffle à la construction d’un NPA ouvert, démocratique, volontariste, anticapitaliste et antiproductiviste. A un parti de masse.

Je me joins donc à celles et à ceux qui souhaitent que la position C l’emporte.

Il faut plus que le sentiment d’avoir raison pour que le peuple nous donne raison.

Raoul Marc Jennar (CPN, 66)

Mots clés : Partis politiques / Raoul Marc Jennar / Régionales 2010 /

Messages

  • J’suis déçue de ta position....

    J’suis vraiment déçue...mais bon se ne sera pas ma première ni ma dernière déception...

    à la prochaine !

  • Les quelques réactions très personnalisées à cette prise de position très respectable, même si on la partage pas tout à fait, démontre que l’on est loin du NPA auquel on rêvait il a quelques mois.

    Je n’aime pas ces raidissements sectaires

    • les gens pourraient étre déçus et argumenter mais tout de suite lamentable

      non vraiment sectaire comme ça c’est plus possible

      vous vous faites du mal à déconsidérer les avis différents mais pourtant pas trés eloignés

      c’est vous qui étes lamentable

      vous osez donner des leçons sur les differences mais ne les acceptez pas entre vous

      oui vraiment lamentable

    • he Chico tu pense que bellaciao est le site du NPA ??? tu te trompe lourdement... ici tous le monde peux s’exprime si n’on insulte pas, si n’on désinforme pas... on discute entre camarades point a la ligne et franchement ont sont fous éperdument de ta carte d’adhésion...

      OUI C’EST LAMENTABLE !!!

      De voir un parti que se auto-défini "anticapitaliste et nouveau" (dans le parcours, il a perdu le terme "communiste" et "révolutionnaire"...) mais se comporte tel quel un parti social-démocrate, le seul but dans les derniers mois ont été les élection bourgeoise pour acede a des poste d’élus sans que on conne son programme politique... parlons pas de la lutte idéologique ou du reste en réalité pour le reste l’énergie été presque absent... ou définitivement moindre compare a l’énergie dépensé pour des réunion a la con avec des gens que du départ ne voule pas d’unité sur de base anticapitaliste.... pfffff

      Voila

      RF

  • Les réactions aux 1ères réactions font comme si les attaques contre Jennar venaient du NPA. Alors que rien ne le montre. Il faut un peu plus de sérieux avant de monter sur ses grands chevaux.

    En effet, rien n’indique que ceux qui trouvent "lamentable" la position de Jennar font partie du NPA (il s’est déjà fait violemment attaquer lorsqu’il y est entré). Je pense même qu’elles n’en viennent pas (ça sent le troll !) car au NPA (comme avant à la LCR) on accepte le débat contradictoire et les tendances organisées, on respecte les orientations divergentes, tant que les règles et les statuts sont eux-mêmes respectés (ce que n’avait pas fait Picquet en son temps).

    Ce texte de Jennar est sa contribution tout à fait officielle et normale au débat (en faveur de la position C) et à la consultation en cours au NPA.

    Lamentable de voir autant d’ énergie militante dépensée en vaines discussions.

    Les discussions internes au NPA ne sont pas vaines, elles permettent des échanges de vues, de réflexions, donc des progrès pour tous. C’est tout simplement le signe d’une démocratie interne vivante.

    Notre AG locale aura lieu dimanche, un certain nombre de camarades hésitent entre 2 positions (A/B ou A/C), c’est la discussion et l’échange qui vont nous permettre de nous positionner.

    Je suis persuadé qu’il vaut mieux un excès de discussions et de démocratie au sein d’un parti que l’inverse. L’Histoire le démontre, il me semble...

    Chico

  • Chers camarades du NPA, du PCF et du PG...

    Lisez ceci attentivement :

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article94783

    Vous aurez alors une vague idée du ridicule (surtout pour certains dont on attendait VRAIMENT mieux) des gesticulations régionalisantes électoralistes auxquelles vous êtes en train de vous livrer...

    Et pourquoi le peuple, dont on ne sait plus si vous le méprisez , le maternez, ou le dévorez, vous renverra toutes et tous plus ou moins dos à dos avec un for taux d’abstention à deux chiffres....

    Je dis ça, je dis rien, mais sincèrement, ce débat est désolant et ne déparerait pas au PCF.

    Foutez vous dans le crâne au NPA au PC et ailleurs : pour x et Y raisons, le peuple ne veut plus de vous en tant que "partis de gôche", ne peut plus vous voir en peinture.

    Le NPA bénéficiait d’un fort potentiel de sympathie à l’origine, et patatras, il s’est tiré tellement de balles dans le pied tout seul depuis sa création qu’il va choir.

    Et c’est bien dommage.

    Mais tous ces partis réfléchissent et réagissent de faction archaïque, convenue, pour tout dire, petit-bourgeoise et pleine de la pensée dominante, face aux institutions de l’Etat bourgeois....

    voilà.

    Mais bien sûr si vous voulez continue à vous étriper pour savoir si c’est la motion B ou C ou G ou X, libre à vous.

    Il vous reste UNE chance de ne pas enterrer définitivement le NPA. A vous de jouer.

    Frater. LL

    Ps :Sinon faudra quand même qu’on m’explique un jour finalement, pkoi avoir tué la LCR qui était un instrument de contre propagande bien plus affuté et efficace que ce que nous voyions aujourdh’ui du NPA...

Derniers articles sur Bellaciao :