Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Non à Macron, Oui à la Révolution !

samedi 28 février 2015 , par Boris - Contacter l'auteur - 5 coms

La loi Macron s’inscrit dans un projet beaucoup plus vaste que celui auquel on croit. Elle a pour but de déstabiliser fondamentalement ce qu’est le socialisme :
En menaçant la défense traditionnelle des salariés : le travail du dimanche
En protégeant les plus riches : exonération de taxe sur les "actions libres" (c’est à dire celle sut les nouvelles technologies. En somme seul ceux possédant déjà un portefeuille d’investissement conséquent, verront la taxe sur leur bonus diminué de 50 %.

EN FINIR AVEC CETTE FAUSSE GAUCHE

Bien comprendre l’avènement récent de Macron au gouvernement, c’est bien comprendre l’avènement d’un nouveau courant de pensée néo-conservateur au sein même de la gauche française. Pour cela, il faut revenir à l’élection en 1997 de Lionel Jospin en tant que 1er ministre. Jacques Chirac avait décidé de dissoudre l’assemblée nationale afin de se reconstituer une vrai majorité de droite. Malheureusement (ou heureusement ) pour lui, la gauche passa donc à la majorité des sièges.

La politique qu’il décida de mener s’appuya sur une croissance mondiale positive, et les cinq années qui suivirent, 1997-2001, permirent au Parti Socialiste d’engager de grandes réformes. On doit notamment l’apparition des 35heures à Martine Auvbry. Mais pour le reste, une des plus grande vagues de privatisation de l’économie tout gouvernement confondu, s’engagea. Aussi, était il difficile de comprendre l’acceptation de la logique du marché tout puissant dans laquelle la "Gauche" semblait croire à présent.

Mais la croissance économique favorable, ainsi que ces fameuses 35h ou encore la création d’une police de proximité ; masquaient véritablement l’âme du projet socialo-capitaliste : permettre à la grande entreprise de prospérer, et ce, par tous les moyens permis, même et surtout ceux prônés par le patronat et la droite. Le "Grand Schisme" intervint donc lors de la campagne de Lionel Jospin en 2002, où il nous dit :
"ce programme électoral, n’est pas un projet socialiste". Onde de choc, stupeur, mais à la faveur des évènements qui allaient suivre, tous cela allait être un peu oublié.

MENER LE COMBAT DES IDEES

On comprend bien que dès lors, il était difficile de comprendre pour qui voter, si la gauche traditionnelle dénigrait elle même le sigle qui la composait. Le premier tour, fruit d’une massive abstention, porta Jean Marie Le Pen au second tout face à Jacques Chirac. Des manifestations monstres suivirent, afin de conjurer l’abominable homme à l’œil de verre (j’en fut naturellement). Mais la supercherie consista cette fois à nous faire croire qu’il pouvait gagner le second tour. Et on nous appela massivement à voter pour le candidat de droite, pour faire barrage au Front National.

C’était dire aux électeurs, que la base de 5 millions d’électeurs du FN pouvait passer à 10 millions en une semaine et envisager une victoire. J’ai donc voter blanc, évidement. Mais tous ceci montre bien à quel point la lutte des idées est importante. Avec un combat clair, et des idées précises sur ce que doit être la société, on fait déjà l’essentiel du travail électoral. Les luttes pour changer de société doivent trouver des adversaires naturels.

En ce sens, l’avènement d’Emmanuel Macron montre un profond dysfonctionnement dans l’appareil du parti socialiste. C’est un banquier, non un banquier philanthrope, mais un vrai banquier misanthrope. Il faut comprendre que mettre en avant une telle personnalité, qui échoue face à l’adversité du combat politique en se réfugiant dans la finance, est symptomatique de ce qui compose l’homme. Attiré par les sirènes de la finance à des fins d’enrichissement personnel, il doit son aura politique à la seul valeur de son appétit sans scrupules pour la gloire et le vice de l’argent.

AGIR MAINTENANT

Il s’agit donc de se regrouper, de se fédérer et de décider ensemble d’un nouveau tournant pour la gauche française. J’avais déjà mis en garde contre Valls ici, bien avant qu’il soir premier ministre. Aussi, avec le nouveau petit génie de la finance au gouvernement, on a ici l’épée et le bouclier de l’oligarchie qui dirige le pays. Alors que faire ?

1. La priorité des priorités dans une société est de libérer l’individu de ce qui l’asservi physiquement : les contraintes naturelles liés à son environnement par exemple. Aussi, il ne doit plus exister une seule personne sans toit en France. Toute les conditions sont déjà remplies, puisque par exemple en Ile De France , de nombreux logements vides existent, suffisant pour accueillir la plus large population de SDF au sein de notre pays.

2. La seconde des priorités est de permettre à chacun de pouvoir manger à sa faim. Dans la cinquième économie du monde, cela ne devrait vraisemblablement pas être un problème. Surtout que nous ne sommes "que" 60 millions. Aussi, la transformation par un contrôle sanitaire des repas gaspillés doivent pouvoir être reconditionnés et distribués. Tout comme la bataille sur les dates de péremption de la grande distribution doivent pouvoir profiter aux plus démunis.

3. Enfin, la dernière des priorités fondamentales, est de donner aux citoyens de ce pays le pouvoir de changer leur destin et le cours de l’ Histoire. Pour ce faire deux leviers doivent leur être remis :
- un levier institutionnel, à travers l’expression de la démocratie participative.
- un levier financier, à travers le revenu minimum garanti.

C’est maintenant, après la politique de cow-boy de Nicolas Sarkozy, et les errements de François Hollande, que doit se constituer un groupe de combat pour faire valoir ces droits.

Révolutionnairement Vôtre,

Boris Rannou

Mots clés : Gouvernements / Partis politiques /

Portfolio

Messages

  • Non à Macron, Oui à la Révolution !

    1) Une majorité de Français approuve la loi Macron. Sans la connaître ni en mesurer les conséquences, évidemment. Sinon le résultat serait peut-être autre.

    2) Une majorité de Français approuve les frondeurs. Qui se sont en partie constitués en opposition à la loi Macron.

    Bon courage à nous.
    (pour la révolution)

  • C’est un succes, les verts D’EELV vont rejoindre le gouvernement Valls Macron apres les elections ,apres avoir trompe les electeurs

  • Comme le représente l’effigie du cochon : TOUT EST BON DANS LA LOI MACRON !

    Non, je plaisante, tout est mauvais dans la "loi fourre-tout" de MACRON.
    Mais qui l’a lue en entier ?

    VENANT DU LIBERAL ISSU DE CHEZ ROTSCHILD, non adhérent au PS depuis 2009, "frère jumeau de VALLS", on se doute bien que cette loi "moderniste qu’il disent au PS et au Gouvernement" est très libérale.
    Mais, je le répète, il faut la lire dans son intégralité.
    VOIR aussi la vidéo de Gérard FILOCHE, Inspecteur du Travail mais toujours au PS ! Comment il fait ?
    Voir le site "la bas si j’y suis" pour la vidéo.

    Cette loi, passée avec le 49/3 doit aller au Sénat début avril.

    Qu’Est-ce qu’on fait ? On attend sagement qu’elle soit votée ou non ?

    ON SE MOBILISE ? ON NE DIT RIEN ? ET APRES, on pleure ?

Derniers articles sur Bellaciao :