Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Pourquoi le Mrap porte plainte - caricature

samedi 11 février 2006 - Contacter l'auteur - 18 coms

Chers amis,

Vous avez été nombreux depuis quelques jours à nous interpeller sur les raisons, les motivations, le sens du positionnement du MRAP sur l’affaire dite des caricatures. Aussi je tiens à porter à votre connaissance les informations suivantes.

D’abord je tiens à affirmer que les informations médiatisées selon lesquelles le MRAP aurait pris une position relative aux questions religieuses, aurait condamné TOUTES les caricatures et poursuivrait le journaliste de France Soir sont mensongères Il y a trois contre vérités dans la campagne médiatique lancée contre le MRAP.

1)Ce ne sont pas les 12 caricatures de Mahomet qui sont dénoncées par le MRAP mais UNE SEULE (celle où il porte une bombe sur la tête), ce qui prouve bien que ni le blasphème ni l’irrespect envers l’islam ne concernent le Mouvement parce que n’étant pas de sa compétence en tant que mouvement laïc. Nous réaffirmons que toutes les religions peuvent être critiquées et le MRAP est toujours partie prenante voire moteur des combats menés lorsque des droits humains sont violés par les intégrismes religieux au pouvoir quels qu’ils soient.

2)Le MRAP ne poursuit pas le journaliste mais le journal France Soir. Le MRAP est profondément attaché à la liberté de la presse mais la liberté de la presse comme la liberté en général a une limite celle de la justice et du droit. Si nous ne respectons pas cette limite alors il faut être cohérent et demander l’abrogation de la loi Gayssot, prolongement de la loi de 72 qui fait du racisme non pas une opinion mais un délit. C’est d’ailleurs au nom de la liberté d’expression que le FN réclame cette abrogation. Nous rappelons que cette loi est l’honneur du MRAP qui en est à l’origine et qui a été adoptée en juillet 1972 à l’unanimité de l’Assemblée. Cette loi rattachée à la loi de la presse (“modification de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse”) stipule que pourront déposer plainte “toute personne ou un groupe de personnes qui aura, dans un journal ou écrit périodique, fait l’objet d’imputations susceptibles de porter atteinte à leur honneur ou à leur réputation à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.”

Devrions nous au nom de la liberté d’expression accepter cet odieux concours des “meilleures caricatures sur l’Holocauste” lancé par le plus grand journal iranien et qui est l’une des conséquences désastreuses de la caricature incriminée ? Concours que nous venons de dénoncer publiquement. Nous sommes certains que pas un démocrate n’accepterait une telle dérive.

3)Si le caricaturiste avait dessiné Ben Laden avec une bombe sur la tête, le MRAP n’y aurait pas vu de la propagande raciste mais la dénonciation du terrorisme. Ce n’est pas pour le MRAP une question religieuse qui est en cause mais le message raciste et les signifiants véhiculés : cette caricature adresse un message très grave de conséquences dans le contexte politique aujourd’hui : Mahomet guide de tous les musulmans est dépeint sous les traits d’ un islamiste terroriste ; c’est l’équation véhiculée depuis le 11 septembre : “musulman = islamiste = terroriste”. L’intention du message est clairement raciste. Chaque musulman devient coupable de chaque exaction commise dans le monde par des intégristes. Le MRAP ne peut accepter un tel amalgame. Cela ne relève pas de la critique d’une religion mais de l’islamophobie telle qu’elle a été définie et acceptée au dernier Congrès :

- Par 131 voix pour 83 contre et 46 abstentions le Congrès s’est prononcé sur le fait que “l’islamophobie est une nouvelle forme du racisme anti-musulman et par conséquent entre dans le champ d’activités du MRAP” (la motion contraire non retenue était “l’islamophobie est une réalité à simple dimension religieuse”)

- Compte tenu de la majorité ci-dessus une nouvelle question à été mise aux voix lors du Congrès : a la question “le MRAP doit il poursuivre le combat contre l’islamophobie dans le cadre de la définition légale de la loi à la provocation à la haine raciale ?” Le vote fut unanime moins 23 abstentions. La décision de porter plainte contre la caricature incriminée ne fait que respecter et mettre en application ce vote de Congrès.

Le fil conducteur du positionnement du MRAP est son combat contre LE RACISME SOUS TOUTES SES FORMES. On ne peut pas se taire au nom de “liberté d’expression “ quand il s’agit de taxer tous les musulmans de terroristes et réagir quand il s’agit de caricatures antisémites.

N’oublions pas que les caricatures antisémites des années 30 ont largement contribué au développement de l’antisémitisme, de l’idéologie nazie avec toutes les conséquences que l’on sait dans l’Europe entière. Souvenons nous qu’en son temps, le MRAP , avec d’autres associations, a porté plainte contre la chaîne égyptienne Al Manar qui diffusait une série antisémite que l’on pouvait capter en France ; plainte qui s’est soldée par l’interdiction de la chaîne par le CSA. C’est au nom de l’universalité et de l’indivisibilité du combat antiraciste que le MRAP qui a, à de multiples occasions porté plainte contre des caricatures antisémites ou anti-immigrées publiées dans Présent a décidé de porter plainte contre celle islamophobe de France Soir.

La sortie dans France Soir de cette caricature doit être replacée dans le contexte mondial actuel. Ce n’est pas un hasard si elle ressort aujourd’hui (quelques mois après sa parution dans la presse danoise d’extrême droite) après la victoire du Hamas aux élections palestiniennes et au moment où l’Union Européenne menace de couper les vivres au peuple palestinien, au moment où Jacques Chirac se dit prêt à faire usage de l’arme nucléaire (contre qui ? contre l’ennemi islamique) , au moment les Etats Unis reprennent leur menace d’agression contre l’Iran ou la Syrie. Depuis le 11 septembre et la campagne lancée par G Bush sur le thème de la croisade du bien contre le mal tout est fait pour diaboliser tous les musulmans. Dans ce contexte la caricature publiée par France Soir est une allumette dans un baril de poudre. Elle a comme conséquence désastreuse l’engrenage infernal de la provocation - réactions qui fait le jeu des intégristes les plus violents .Il suffit de voir les manifestations et violences organisées dans les pays musulmans, manifestations que le MRAP a dénoncées.

Il est des caricatures comme des mots (karcher, racaille) qui sont de véritables bombes. Il est du rôle et de la responsabilité du MRAP de dénoncer cet engrenage infernal de la provocation et de la haine. Seule la justice et le droit peuvent mettre fin à cette spirale. La religion n’a rien à voir dans la plainte du MRAP qui est une exigence de condamnation politique du “pousse au crime” voulant conduire au choc des civilisations si cher à G Bush et si dangereux pour la planète. Régis Debré a déclaré que “l’humour à l’encontre de personnes constamment humiliées est une arme dangereuse.” Rappelons la position du MRAP qui à l’occasion du sketch de Dieudonné contre lequel il avait porté plainte avait déclaré “on ne peut pas rire de tout”. C’est le sens du positionnement du MRAP qui rappelons le s’est fait après un long débat au Ca avec une écrasante majorité (21 pour, 6 contre1 abstention)

Pour mémoire si Chagnon a perdu le procès en diffamation intenté contre le MRAP (ainsi que le procès en appel) c’est parce que la justice a reconnu que c’était le rôle du MRAP d’être vigilant : “ Il ne saurait être reproché à cet égard au MRAP ni d’avoir agi comme association militante, qualité qu’elle revendique ni de l’avoir fait à la légère en invoquant la provocation à la haine que lui paraissaient constituer les propos tenus en cours par CHAGNON. Cette association militant contre les discriminations et en faveur du rapprochement entre les peuples a pu estimer que de tels propos étaient passibles de poursuites pénales ou méritaient pour le moins que la question de la justice incrimination fut soumise à un Tribunal.” C’est dans le même esprit que la justice a reconnu comme légitime que le MRAP a décidé de porter plainte CONTRE UNE caricature.

En espérant que ces éléments d’information puissent vous éclairer sur les motivations précises et spécifiques du MRAP, recevez chers amis, mes cordiales salutations.

Mouloud Aounit

Président du MRAP

PS :pour compléter votre information, je vous invite à consulter le site du Nouvel Observateur où j’ai répondu à d’autres interpellations.(Nouvelobs.com) Paris, le 8 février 2006

Mots clés : Discriminations-Minorités / Justice-Droit / Presse écrite / Religions-Croyances / Visuels-BD /

Messages

  • PLAINTE CONTRE FRANCE-SOIR : PAS EN NOTRE NOM !

    Le Conseil d’Administration du MRAP a voté, malgré la mise en garde et l’opposition d’une partie des membres présents, la poursuite en justice du journal France Soir .

    Sans entretenir d’illusions sur les motivations probablement très mercantiles de la parution de ces dessins provocateurs, les soussignés entendent cependant affirmer publiquement qu’ils se désolidarisent de cette procédure..

    On peut comprendre que des croyants aient été choqués par une des caricatures reproduite dans le journal France Soir, et représentant le prophète avec une bombe sur la tête en guise de turban. Cette caricature doit être critiquée comme faisant l’amalgame entre le terrorisme et la religion musulmane dans un contexte de montée de l’intolérance.

    Mais il n’est pas acceptable de soumettre la liberté de la presse et de la caricature à la subjectivité des diverses interprétations du contenu d’un dessin. Ces caricatures apparues dans la presse danoise en septembre 2005, instrumentalisées ces dernières semaines, fournissent le prétexte à une flambée de fanatisme religieux.

    Des journalistes sont menacés de mort, des ambassades sont saccagées, un racisme inquiétant et de masse se développe orchestré par les fondamentalistes.

    Il est évident que ces déchaînements de fanatisme dans certains pays musulmans résultent de l’action d’extrémistes politiques et religieux tandis que les pressions exercées sur la presse en Europe ne procèdent pas d’un souci de lutter contre le racisme anti-musulman , mais bien de sanctionner le blasphème au nom du sacré.

    C’est là un risque majeur pour les libertés fondamentales menacées par les exigences religieuses.

    Les soussignés sont fondamentalement attachés à la liberté de culte.

    Ils affirment que la liberté de conscience comporte le droit d’être athée ou de pratiquer toute religion, mais aussi le droit de critiquer et de se moquer d’une manière ou d’une autre de toutes les religions.

    Ils maintiennent qu’il aurait mieux valu appeler à la paix et à la raison, plutôt que de se lancer dans la surenchère.

    Mais ils se dissocient de la décision du conseil d’administration du MRAP qui a décidé de poursuivre France Soir. Cette action en justice que le MRAP voudrait placer à l’aune d’une préoccupation antiraciste, se trouve diluée dans un contexte de violence et de racisme de masse dans certains pays du monde.

    Ce racisme et ces violences ne font l’objet que d’une condamnation subsidiaire de la part de la direction du MRAP, alors que l’action concrète est tournée contre le seul organe de presse concerné, fournissant par là-même l’occasion d’un habillage antiraciste aux préoccupations de ceux qui entendent soumettre la société aux exigences du sacré.

    Les élus signataires, en se désolidarisant de l’action en justice engagée, mesurent pleinement la solennité de leur prise de position, mais ils entendent maintenir l’action antiraciste du MRAP dans le cadre de la laïcité et de la liberté de la presse..

    Les soussignés ont demandé le retrait de la plainte contre le journal France-soir

    les premiers comités et fédérations

    Comité d’Albi

    Comité du pays d’ Apt

    Comité d’Aubenas

    Comité de Bourgoin-Jallieu

    Comité de Champigny-sur-Marne

    Comité de Chelles

    Comité de Dieppe

    Comité de Dijon

    comité de Fos-sur-mer

    Comité de Largentiere

    Comité de Marseille

    Comité de Moselle Ouest

    Comité de Mimizan

    Comité de Mont de Marsan

    Comité de Rouen

    Comité de Saintes

    Comité de St Etienne

    Comité de Vitrolles

    Fédération des Landes

    Fédération de la Moselle

    Fédération de Seine-Maritine

    Fédération du Val-de-Marne

    Membres du Mrap et vétérans

    Alain Jacqueline, fondatrice du comité de Saintes

    André Bernard , comité de Chelles

    Bonnet Jean-Marie, Président du comité de Montpellier

    Bourquin Jean-Marc (Membre du bureau exécutif, comité de St Denis, 93)

    Carrel Maurice, Président du comité de Grenoble et de la Fédération de l’Isère

    Charlionet Matthieu, comité de Rouen

    Charlot Vincent, comité d’Orly

    Chenu Claude et Colette, comité de St Etienne

    de Rorthais Patrice, trésorier Nord-Isère

    Delarue Christian (Membre du Bureau exécutif et du Conseil d’Administration, Vice-président du Comité d’Ille et vilaine)

    Doze Geneviève , comité Paris 5e-13e

    Erard J.P, Secrétaire du comité de Bourgoin-Jallieu

    Famaro Elie, ancien Président du comité de Nancy

    Fernandez Pedro, Président du comité local d’Aix en Provence

    Ferry Frédérique (Membre du Conseil d’Administration et Présidente du Comité de Nancy)

    Feuerwerker Hillel, Président du comité du Pays d’Apt

    Gallard Alain, comité de Vitry

    Gandwerg Georges, ancien Président du comité de Nancy

    Gianpiero Moro, Président de la Fédération de Moselle

    Goldberg Serge, Président du Comité de Saintes, ex membre du bureau national

    Janine et Roger Gendrin

    Jeanneau Fabienne, Présidente du Comité de Champigny-sur-Marne

    Kerforn Gérard (Membre du Conseil d’Administration, Président de la fédération des Landes)

    Kurys Nadia (vice-présidente, membre du bureau exécutif, fédération de l’Ardèche)

    Le Chevallier Emmanuelle (Membre du Conseil d’Administration, fédération de Paris)

    Loriette Yves (Membre du Conseil d’Administration, Président de la Fédération du Val-de-Marne)

    Loumi Samy, comité de Paris 12

    Lucas Christiane, Présidente du Mrap de Dijon

    Mekrelouf Horiya (Membre du Conseil d’Administration, Présidente du Comité de Marseille)

    Meyer René (Membre du Conseil d’Administration, Président du Comité de Toulouse)

    Mondi Mileine, comité de Bourgoin-Jallieu

    Orlianges Jacqueline, comité de Saintes

    Poupardin Didier (Membre du Conseil d’Administration, secrétaire de la Fédération du Val-de-Marne)

    Poupardin Danièle, comité d’Ivry

    Primel Danièle, Présidente du Comité de Villejuif

    Quantin Jean-François, comité de Moselle Ouest

    Saint Jean Henri, comité de Marseille

    Savigneux François, comité Nord-Isère

    Thiebaud Bernard, comité de Saintes

    Verlaque Evelyne, comité de Vitrolles

    Vigier Maya (Membre du Conseil d’Administration, Comité de Paris 5e-13e)

    Wolf Marianne, comité de Paris 5e-13e

    • Je ne suis pas au MRAP....je suivais ses actions avec beaucoup de sympathie...mais sur ce point ,le MRAP s’est planté, et bien !!!

    • Je ne suis pas de près les affaires du MRAP , mais quand je vois à l’échelle européènne se diffuser des caricatures qui ne sont rien d"autres qu’un recyclage de caricatures Nazis

    • Les caricatures nazies ne moquaient pas une religion, elles visaient
      une ethnie, elles étaient racistes. Elles s’intégraient dans une
      idéologie raciste de destruction physique des personnes. Ne
      banalisez pas ce fait, s’il vous plaît. D’autant que si on veut parler
      d’extrême droite, on la trouve chez les fanatiques musulmans qui se
      déchaînent aujourd’hui et qui s’y entendent dans les atteintes aux
      libertés dans les pays qu’ils dirigent.

      Le religion n’est pas un état de l’être humain, elle est un choix.
      Elle appartient à l’ordre des idées et des affects. Il ne peut y avoir
      de tabou. On ne peut interdire la critique et la moquerie, même si
      comme dans ce cas elle est de mauvais goût et sans grand intérêt.

      Helge

    • Il m’apparait qu’i faudrait cesser de se renvoyer la baballe "raciste" de part et d’autre
      Etre anti-musulman, si cela était le propos, serait simplement d’être contre une philosophie ou morale religieuse ce qui est du domaine de l’opinion et n’est en aucaun cas lié à la "race". penser raciste anti-musulman que ça soit pour le dénoncer ou le revendiquer est déja un amalgame douteux.
      Vouloir interdire une caricature qui dénonce l’amalgame que font eux même les extrémistes entre leur identité nationale,leur foi, leur guerre, leurs crimes sous prétexte qu’il sont arabes,perses ou autres, et que leur foi est musulmane revient à être pour l’amalgame en paraissant le dénoncer.
      Les crimes de l’inqusition, des milices chrétiennes, de l’Ira par exemple ont pu ou peuvent être caricaturés avec référence aux symboles ou aux personnages religieux sans qu’on crie au racisme.
      Certains pays musulmans qui crient comme de pures oies blanches depuis quelques jours n’ont chez eux aucune idée de ce que pourrait être le droit au culte dont nous disposons ici.
      parle-t-on de racisme anti-catho, anti-chrétien, anti bouddhiste etc ?
      Et quoi de celui qui pense que toute religion est une nuisante foutaise ? fait-il du racisme anti-je ne-sais-quoi ?

      Et si le pire blasphème la pire caricature, était de parler au nom de Dieu, de s’identifier à l’idée qu’on a de lui au point de se permettre de juger, de tuer, de maltraiter, d’exploiter en son nom, de justifier son propre orgueil, sa propre fierté, sa propre colère , sa propre misère ,sa propre identité, sa propre volonté de puissance, sa susceptibilité communautaire par sa parole ?
      Est-il difficile de comprendre que la caricature est pour l’athée, l’humaniste, pour celui dont la spiritualité ne se conjugue pas sur le mode de la foi ou de la croyance, que tout cela révulse et indigne, un moyen respectueux et paisible d’exprimer sa colère ?

    • Il n’est pas ininteressant de rappeler que parmi les 12 signataires membres du Conseil National, initiant cette expression "Pas en notre nom", figurent en particulier, un membre ayant voté pour le dépôt de la plainte, une qui s’est abstenue, un qui n’a pas pris part au vote et ce après plus de 2 heures de discussion.
      Certes au sein du MRAP, comme dans la nation, il y a interrogation. Mais vouloir dire que, parce que un peu moins de 20 comités locaux on suivi ce mot d’ordre (c’est à peine plus de 10%), comme de contester la décision de porter plainte par 70% des membres du CA (et dans la liste des signataires, pour tenter de faire nombre, il y a une poignée de membres indiqués qui se sont déjà exprimés par les comités locaux cités) c’est une certaine forme de conception de la démocratie qui est mise là en évidence.
      Mais je voudrais poser une question : si une caricature avait représenté un juif (comme les carricatures des années 30 avec un nez ultra crochu), mais surtout avec une croix gammée dessinnée sur la Kippa, ou criant "heil Hitler" dans une bulle, aurions nous trové beaucoup de défenseurs de la liberté d’expression pour ne pas soutenir le dépôt de plainte ?
      N’ayons pas une réaction à géométrie varialble.
      Refusons cet amalgame (certes un peu plus estompé aujourd’hui que juste après le 11 septembre 2001) musulman (ou même supposé) = islamiste = terroriste. Ne hiérarchisons pas les formes de racisme, elles sont toutes abjectes, condamnons-les.

      Henri

    • Les réponses ne sont pas forcement à chercher dans les interdictions et les censures...

      Nous savons tous combien de sous-entendus abjects se font et continuent de se faire en disant sans dire malgrés les lois que nous avons demandé à un appareil d’état qui est ce qu’il est , et combien ces lois partant de bonnes intentions ont conduit à des harcellements judiciaires détournant les inspirations d’origine.

      Je n’ai jamais estimé que la censure, dans un sens ou dans un autre, et surtout dans un état profondement marqué par une domination d’une classe précise souvent à l’origine de bien des discriminations et des inégalités, soit une façon valable de faire reculer des idées racistes et ségrégationnistes.

      Combattre c’est également démontrer....
      Et pour démontrer il faut bien ne pas dissimuler l’objet du débat .

      Copas

    • Parfaitement d’accord pour dire qu’on est complètement en dehors du droit dans cette affaire.

      Il s’agit justement de juger des actes non pas au regard du droit mais du simble bon sens.

      Les caricatures du dieu chrétien pouvaient avoir un sens lorsque ses institutions représentaient un danger. Aujourd’hui ca relève plus du faux rebelle en manque (vous savez ceux qui créent des blog pour dénoncer Chirac à la messe : on en tremble...)

      Tapper aux gourdins, comme un sourd, avec les mêmes procédés, en 2005...Faire abstraction...de notre société, du monde qui nous entoure...Créer des ennemis invisibles (les censeurs), faciliter la tache de ceux qui existe (les fous de dieux)....noamment pour VENDRE : ca me fait gerber.

      C’est au mieux de l’irresponsabilité totale (dans de nombreuses autres professions ce type de dérapage relève de la responsabilité professionnelle, mais la presse elle n’a aucune responsabilité, au nom de la "liberté"), de l’intérêt commerciale, au pire du racisme.

      Julien

    • Et Mouloud Aounit, qu’est ce qu’il cherche à VENDRE dans cette histoire ?
      Bon point pour lui, il ne parle que d’une caricature. Mauvais point, il fait une grosse pub pour elle. Ce qui est marrant, c’est que personne ne conteste aux "juges", aux "intellectuels" le droit de la voir cette image. C’est leur privilège : garder pour eux ce que à quoi la masse n’a pas droit.
      Je me rappelle des pin’s "touche pas à mon pote" de SOS Racisme. Les manifs monstres contre le racisme. Les profs qui fesaient la leçon à l’école.Résultat : Le Pen pèse deux fois plus que l’extrême gauche. Il s’envole chez les jeunes et les ouvriers.
      Et bien, on réessaye avec le MRAP. Je suis pressé de voir les résultats (hors sondage des amis de la Croix).
      Les nouveaux faux rebelles veulent faire condamner Val (parce que en Palestine...), mais pas Cabu (parce qu’on ne nous dit pas de le faire).
      Je ne suis pas d’accord avec Ferré, les armes et les mots ne tuent pas "pareil". Et on ne nait pas raciste. Après un bon débat, on a même déjà vu des racistes renier leurs pensées.
      Vincent

    • ""Mouloud Aounit, qu’est ce qu’il cherche à VENDRE dans cette histoire ?""

      Ben c’est la question que je me pose. A croire qu’il adore s’en prendre plein la tronche. Peut-être aussi qu’il fait ce qu’il estime être son taf.

      Pour la pub vous y allez un peu fort : Je crois pas que Mouloud Aounit soit mondialement connu, contrairement aux caricatures.

      Sur l’histoire d’sos racisme, de la "bande à julien Dray", de la récupération de la marche des beurs. D’en faire absolument une "association", pour être sûr que ca devienne pas politique (faut pas déconner quand même)...Ouais yaurais surement des trucs à dire...

      D’avoir juste quelques voies pour rappeler que c’est n’importe quoi ce bordel (merde je commene à parler comme Freche "VIREZ LES POURRIS" !), c’est dja pas si mal.

      ""nouveaux faux rebelles veulent faire condamner Val (parce que en Palestine...), mais pas Cabu (parce qu’on ne nous dit pas de le faire).""

      Moi je veux faire "condamner" personne. Je veux juste que les gens se rendent que ce sont des tarés hystériques et dangereux. Cabu bien autant que Val.

      Cabu, attends voir, c’est pas ce charmant dessinateur qui, quand Nagui à repris l’émission sur canal + ya quelques années, l’a dessiné sur un chameau devant les pyramides (trop drole mon pote !) ? C’était ou déja ? Ah ouais dans ce super canard ou on déconne bien : Charlie minute hebdo.

      Mais je vois mal partout....

      Julien

    • Merci Julien de me rappeler ce dessin de Cabu.
      La politisation de nombreuses assoc est problématique quand ils prétendent soutenir une cause universelle. Il y a même un effet repoussoir. Julien Dray au sénat, Harlèm Désir au parlement européen, Mouloud Aounit au conseil régional de Paris... Après c’est facile de sortir "Vous n’avez pas le monopole de l’anti-racisme". Il n’est pas compliqué de trouver des traces de l’arrivé de Robert Hue dans les médias dans les années 1980, suite aux manifestations du PC contre l’nstalation d’un famille marocaine dans sa ville.
      Pour la caricature du turban, il est important de la mettre à sa place (10%). J’ai entendu souvent parler des 12 caricatures.
      Les premières caricatures antisémites, coloniales, anti-maconniques, etc... que je j’ai vu, c’était au collège dans les livres d’histoire. On me disait que les juifs étaient représentés avec des gros nez. Et donc que ce n’était pas bien de dessiner des gens evec des gros nez. Depuis un petit moment j’entasse pas mal de vieux papiers. J’y retrouve énormement de caricatures. On peut leur faire dire pas mal. J’ai découvert des dessins contre la traite des noirs aux etats-unis, contre la peine de mort... utilisés par les nazis (les ennemis de mes ennemis...).
      Le conflit israelo-palestinien pollue trop de débats. Il s’agit d’une affaire économique et politique qui vire aux religieux parce que là-bas ils en ont besoin, et ici on en a envie. Appeler au respect des autres, c’est bien quand on sait que les autres commencent par ses voisins.
      Vincent

  • Beaucoup de personnes (dont moi-même) ont quand même quelques difficultés à faire la part des choses car, entre votre droit de ne pas être d’ accord sur les caricatures et le fait de prendre la train médiatique que cela a généré, la frontière semble bien mince.Vous dites être les premiers à prendre les défénses des libertés, mais lesquelles réellement ? Vos actions, qui sont je le reconnais méritantes, s’ atachent plus à la forme qu’ au fond. J’ aimerais, qu’ un jour, vous lanciez un véritable débat car les actions ponctuelles sont certes nécessaires, mais ne font en général que conforter les parties en présence dans leur opinions.

    • Je crois effectivement qu’il existe des problèmes de fond qui sont en arrière-plan des débats qui agitent une grande partie de la gauche depuis des années...

      Les questions tournant autour des libertés l’agitent.... Et il existe une partie qui veut résoudre des combats idéologiques par la loi et l’état, une autre qui souhaite que celà se fasse par les meilleurs arguments possibles . Et cette division se retrouve en l’occurence ici mais sur d’autres terrains sans que les protagonistes de cette divergence se retrouvent toujours d’un côté précis.

      Une série de logiques basées sur des limitations de libertés existe dans la gauche, on les voit là à l’oeuvre mais on les a vu également, avec d’autres protagonistes, sur la question de l’interdiction du fichu...

      Bien pire que tout, que tout propos ségrégationniste, ce qui est appelé poliment discrimination à l’embauche est un acte infiniment plus raciste dans une société que l’expression d’une opinion, même répugnante... On va me dire que ça fait partie d’un même mouvement... Oui mais on finit par sousestimer les actes et se concentrer sur l’interdiction des mots et des paroles, des représentations et des dessins, à fonctionner par symboles et être procédurier en laissant passer ce qui détruit, à petit feu et au concret notre jeunesse.

      Toutes ces questions et ces débats nourissent la reflexion sur les actes, les batailles autour des idées et les places respectives de ceux-ci dans l’évolution d’une société.

      Copas

  • quel idiotie que de parler de racisme à propos de cette caricature.
    il me semble plutôt que de dénoncer se dessin. il faut se tourner vers la minorité musulmane qui pose des bombes au nom de leur dieu, à la forte minorité qui les aprouvent, et la très large majorité qui ne dénoncent, ni ne condamne ceux qui salisent l’islam, avec tous ces crimes depuis des dizaines d’années.
    le racisme ce n’est pas de dessiner des fous de leurs divinités qui tuent en son nom.
    Dire que de caricaturer c’est du racisme, c’est idiot, mais cela fait le jeu de ceux qui veulent à nouveau réinstaurer le blasphème comme crime.
    Pour leur mahleur critiquer leurs divinités voir même blasphèmer n’est plus puni.
    alors ils ont trouver autre chose, traiter de raciste et/ou xénophobe tous ceux qui ne veulent pas se soumettre à leurs dogmes.

    Merci aux danois pour avoir lancer ce débat, et en espérant que cela déclenchera un réflexe salutaire dans la communauté musulmanne pour qu’elle se débarasse de ces idées moyenne-ageuses, et de leurs suppots, pour enfin retrouver l’Islam humaniste et tolérent.

    T-Buster

    • """il faut se tourner vers la minorité musulmane qui pose des bombes"""

      C’est à dire le contraire de ce que fait ce dessin.

      ""forte minorité qui les aprouvent""

      Marrant cette gradation : Vous avez des chiffres ? Une évaluation tangible ?

      """et la très large majorité qui ne dénoncent"""

      Donc il reviendrait aux citoyens français de culture musulmane, en priorité, de dénoncer le terrorisme ? C’est à dire de confirmer l’amalgame vendu tous les jours que le terrorisme à quelque chose à voir avec leur croyance ou leur culture ? C’est quoi ce délire !

      """fait le jeu de ceux qui veulent à nouveau réinstaurer le blasphème (...)"""

      Des exemples ! Des exemples !

      "Bravo aux danois" : Je sui au moins rassuré de voir que c’est l’ensemble de votre manière de penser qui marche sur l’amalgame, et pas que dans un sens. Pour rappel, beaucoup de danois se sont insurgés contre ses dessins, émis par un torchon limite xénophobe.

      Mais là je rentre dans le détail.

      Je pense que vous pouvez postuler au droit de savoir pour appliquer la ligne éditorial de Charles Villeneuve : "Il ne s’agit pas de montrer les faits, mais de démontrer ce quon cherche".

      Julien

    • İl existe dans mon Pays " Musulman" des centaines d’ouvrages en vente libre , avec diffusion et publicité nationale et meme international ,des ouvrages qui ont fait que moi je suis devenu athée convaincu ,moi née d’une famille traditionelle musulmane.

      A alors de grace arreté avec le voile de la liberté d’expression qui soit disant existerai dans vos pays !!

      si votre liberté s’arrete ou commence la mienne ,le bon esprit serait que ce qui me blesse n’est plus de votre liberté ,

      autrement votre liberté devient impériales et sachez ce que la dignité fait toujours partie de l’education du plus grande nombre dans mon pays,de par sa culture.

      vous etes les peuples les plus policé ,les plus surveillé ,les plus encadrés et pourtant vous vous dites toujours les plus libres, quel non sense !

      c’est de haut de tellement de préjugés que vous juger le monde ,celui qui n’a jamais vue la bite de l’autre pense que le sien est aussi grand qu’un minaret dit la sagesse populaire ici

      Ramo

    • Pas tout compris, mais je je croix que je suis assez d’accord :-)

      Julien

  • Mouloud Aounit

    je suis de ceux qui, de par cette plainte, s’éloigne du MRAP. Il n’était pas utile d’en faire une tartine pour nous expliquer que la liberté d’expression avait des limites et qu’à cette occasion elle avait été atteinte. L’argument est lui même une caricature, il fallait être dans la mouv.
    Je ne reprendrai pas les endroits où cette même liberté est inexistante. La liberté de croire est plus en danger par la disparition de la "liberté d’expression" que par la caricature de la religion. Il y a cette hypothèse : S’il n’existe plus de caricatures c’est qu’il n’y a peut être plus de religion ou peut-être plus d’hommes libres pour en faire. Dieu a, à mon avis, un humour bien plus grand que le notre, et qu’en prétendant parler en son nom, on fait de l’arrogance une sorte de vertu mortelle .. pour les autres.

    Francis Maquin

Derniers articles sur Bellaciao :