Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Qui a dit... ? Le Monde diplomatique

mercredi 23 novembre 2005 - 14 coms

Qui a dit... ?

La révolte des banlieues a suscité beaucoup de commentaires. Dont ceux-ci :

« En France, on voudrait bien réduire les émeutes à leur niveau social. Voir en elles une révolte de jeunes de banlieues contre leur situation, la discrimination dont ils souffrent et contre le chômage. Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s’identifient à l’islam. Il y a en effet en France d’autres immigrants en situation difficile, chinois, vietnamiens, portugais, et ils ne participent pas aux émeutes. Il est donc clair qu’il s’agit d’une révolte à caractère ethnico-religieux. »

(...)

« On nous dit que l’équipe de France est adorée par tous parce qu’elle est “black blanc beur”, en fait aujourd’hui elle est “black black black”, ce qui fait ricaner toute l’Europe. Si on fait une telle remarque en France, on va en prison, mais c’est quand même intéressant que l’équipe de France de football soit composée presque uniquement de joueurs noirs. »

(...)

« Il y a aussi les paroles des chansons de rap, des paroles très préoccuppantes, de véritables appels à la révolte, je crois qu’il y en a un, il s’appelle docteur R., qui chante “Je pisse sur la France je pisse sur de Gaulle”, etc. Ce sont des déclarations très violentes de haine de la France. Toute cette haine et cette violence s’expriment maintenant dans les émeutes. Y voir une réponse au racisme français, c’est être aveugle à une haine plus large : la haine de l’Occident qui est responsable de tous les crimes. »

(...)

« Moi, je n’ai pas parlé d’Intifada des banlieues, et je ne pense pas qu’il faille utiliser ce terme. J’ai pourtant découvert qu’eux aussi envoyaient en première ligne de la lutte les plus jeunes, et vous en Israël vous connaissez ça : on envoie devant les plus jeunes parce qu’on ne peut pas les mettre en prison lorsqu’ils sont arrêtés. Quoi qu’il en soit, ici, il n’y a pas d’attentats et on se trouve à une autre étape : je pense qu’il s’agit de l’étape du pogrom anti-républicain. Il y a des gens en France qui haïssent la France comme République. »

(...)

« On change l’enseignement de l’histoire coloniale et de l’histoire de l’esclavage dans les écoles. On y enseigne aujourd’hui l’histoire coloniale comme une histoire uniquement négative. On n’enseigne plus que le projet colonial voulait aussi éduquer, apporter la civilisation aux sauvages. On ne parle que des tentatives d’exploitation, de domination et de pillage. Mais en fait qu’est-ce que veut Dieudonné ? Il exige une Shoah et pour les Arabes et pour les Noirs. Mais, si l’on met la Shoah et l’esclavage sur le même plan, alors on est obligé de mentir, car ce n’était pas une Shoah. Et ce n’était pas un crime contre l’humanité parce que ce n’était pas seulement un crime. C’était quelque chose d’ambivalent. »

(...)

« On les a traités comme des révoltés, comme des révolutionnaires. C’est la pire des choses qui pouvaient arriver à mon pays et je suis très malheureux. Pourquoi ? Parce que le seul moyen de surmonter c’est de les obliger à avoir honte. La honte, c’est le début de la morale. Mais au lieu de les pousser à avoir honte, on leur a donné une légitimité : ils sont “intéressants”. Ils sont “les damnés de la terre”. Imaginez un instant qu’ils soient blancs comme à Rostock en Allemagne ; on dirait immédiatement : le fascisme ne passera pas. Un Arabe qui incendie une école, c’est une révolte ; un Blanc, c’est du fascisme. Je suis daltonien : le mal est le mal, peu importe sa couleur. »

(...)

« Moi, on m’a envoyé à l’école pour apprendre. La culture et l’éducation ont une justification en elles-mêmes. Tu vas à l’école pour apprendre, c’est ça, le but de l’école. Et ces gens qui détruisent des écoles, que disent-ils en fait ? Leur message n’est pas un appel à l’aide ou une exigence de plus d’écoles ou de meilleures écoles, c’est la volonté de liquider les intermédiaires entre eux et les objets de leurs désirs. Et quels sont les objets de leurs désirs ? C’est simple : l’argent, les marques et parfois des filles. »

(...)

« Imaginez que vous gérez (...) un restaurant, que vous êtes antiracistes, vous pensez que tous les hommes sont égaux, et en plus, vous êtes juifs, c’est-à-dire que pour vous, parler d’inégalité entre les race pose problème, et imaginez qu’un jeune des banlieues vienne demander un emploi de serveur, il a l’accent des banlieues, vous ne l’engagerez pas, c’est très simple. Vous ne l’engagerez pas parce que c’est impossible. Il doit vous représenter, et ceci exige de la discipline, de la politesse et une manière de parler. »

(...)

« Je pense que l’idée généreuse de guerre contre le racisme se transforme petit à petit monstrueusement en une idéologie mensongère. L’antiracisme sera au vingt et unième siècle ce qu’a été le communisme au vingtième. »

(...)

« Mais s’ils ont une carte d’identité française, ils sont français et, s’ils n’en ont pas, ils ont le droit de s’en aller. Ils disent : “Je ne suis pas français, je vis en France, et en plus ma situation économique est difficile.” Personne ne les retient de force ici, et c’est précisément là que se trouve le début du mensonge. Parce que s’ils étaient victimes de l’exclusion et de la pauvreté, ils iraient ailleurs. Mais ils savent très bien que partout ailleurs, et en particulier dans les pays d’où ils viennent, leur situation serait encore plus difficile pour tout ce qui concerne leurs droits et leurs chances. »

(...)

De qui sont ces propos ? De Jean-Marie Le Pen ? De Bruno Mégret ? Non : d’Alain Finkielkraut, dans un entretien au quotidien israélien Haaretz publié le 18 novembre 2005 (lire la version intégrale en anglais). Et les journalistes qui ont réalisé l’interview jugent utile de préciser que ces déclarations « n’émanent pourtant pas d’un membre du Front national, mais de la bouche d’un philosophe qu’on considérait autrefois comme l’un des porte-parole de la gauche française, et l’un des philosophes qui ont mûri dans la révolte des étudiants de mai 68 »...

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2005-11-23-Qui-a-dit -

Messages

  • Finkielkraut ? Le figaro, Haaretz, nous aurons peut être bientôt droit au nouvel obs’ , pourquoi pas. Tien juste au passage « Personne ne les retient ici ! » ce n’est qu’une transformation philosophique d’un des slogans FN qui invite les étranger à « retourner chez eux ». A méditer.

    • Finky t’es un tocard. Finky t’es même pas philosophe. Finky t’es rien, et t’arrete pas de le montrer à tout le monde.

      Exhiber sa connerie devrait être sanctionner par le Code Pénal.

    • Cracher sur ceux qui ne pensent pas comme vous sans argumenter, c’est exhiber sa propre connerie.On n’est pas obligé de tout approuver, mais tout ce qui est dit n’est pas faux , parce que c’est lui qui le dit ! Certains faits sont gênants et pour ne pas avoir à les analyser ,on préfère les ignorer. Par exemple, les émeutiers étaient très majoritairement jeunes, arabes et noirs, et musulmans.Pourquoi pas les blancs,les asiatiques,etc. Il y en a pourtant beaucoup dans les cités et qui connaissent les mêmes conditions de vie. Explication,SVP.

    • Qu’est ce qu’il en sait, 84***32, que "les émeutiers étaient très majoritairement jeunes, arabes et noirs, et musulmans ? D’où tient-il ses sources ?

      Et en particulier quand il dit "musulmans" ? comment peut-il affirmer cela ? où en France trouve-t-on des questionnaires officiels concernant la religion ? et qui s’est renseigné ? certainement pas un organe officiel. Dans un état laïc, la religion relève du domaine privé.

      Et qu’est-ce qui permet d’affirmer que le "faciès" de quelqu’un indique sa religion ?

      Mais peut-être les a-t-on vus sortir en trombe d’une mosquée, des cocktails molotov à la main et on en a déduit qu’ils étaient tous musulmans ? Là encore une telle affirmation ne pourrait être que subjective et parcellaire, non ?

      En outre, cela m’étonnerait qu’un "échantillon suffisamment représentatif" d’"émeutiers" se soit prêté à un sondage...

      Et, donc, qui dit qu’il n’y avait ni "Blancs" ni "Asiatiques" non plus ? Y-a-t-il des chiffres fiables ?

      Quand on gobe tout sans se poser de questions, quand on relaie des affirmations parfaitement subjectives sans réfléchir parce qu’elle vont dans le bon sens du poil, il est évident qu’on peut penser que le pseudo-philosophe cité plus haut dit des vérités.

    • Il y a des propos qui jouent avec le racisme comme LePen sait en jouer pour provoquer et éviter de se faire condamner.

      Car il est malin le bougre, quoique je pense qu’à un certain moment, à force de se déboutonner dans sa haine ethnique, il va franchir la ligne jaune.

      Mais au delà de chacun de ses propos, l’appréciation de l’ensemble donne une image de l’évolution de sa pensée qui fait froid dans le dos.
      Il n’exprime rien d’autre, pas à pas, que ce qu’une Oriana Fallacci exprimait avec une violence allucinante des USA vers son pays d’origine, l’Italie.
      Quand celle-ci avait éructé un langage ordurier envers la religion musulmane, les personnes de confession musulmane, les personnes présumées de confession musulmane, les enfants et petits enfants de personnes d’origine d’une région du monde musulmane installés en Europe, notre philosophe avait bien réagi pour caractériser ce type de langage mais sans oser l’authentifier pour ce qu’il est, un remugle des années 30 où on biffe "juifs" pour le remplacer par "arabes".

      Mais, finalement, progressivement et pas à pas, il revient sur son regard en rejoignant pas à pas ceux qui se livrent à des pogroms symboliques contre des minorités ethniques désheritées socialement , frappées de plein fouet par les politiques des bouregoisies européennes, en utilisant les hauts-parleurs médiatiques complaisemment fournis.

      Il ne manque plus que les bourreaux pour tirer les consequences de ce type de langage. Nul doute , petit à petit, Mr Finky, l’enfantement de vos monstres va se faire sur le tremplin de vos paroles.

      Copas

    • .../...Et ce n’était pas un crime contre l’humanité parce que ce n’était pas seulement un crime.../...

      en parlant de l’esclavage.

      Rappelons que l’esclavage fut un crime contre l’humanité, caractérisé ainsi par les lois de la république.

      "L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

      Article 1er

      La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité."

      Et on peut ajouter celà :
      Art. 24 bis. (L. n. 90-615, 13 juill, 1990, art. 9). - Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale ;[...]

      Alors ?
      C’était plus rapide avec Dieudonné les procédures ?

      Copas

    • "Beaucoup d’arabes et de noirs dans les emeutes et pourquoi ?"
      Tout d’abord, est-ce vrai et sur quoi se baser pour avancer des pseudo-resultats de statistiques.

      Et meme si cela etait vrai ne serait ce pas parce qu’il y a plus de noirs et d’arabes emprisonnés dans ces ghettos ?

      Ce n’et pas l’origine raciale ou culturelle qui est en cause mais l’origine sociale...
      J’ai appris cela au lycée en seconde, apparement Finkel.. n’a pas ete jusque la ( et pourtant ecrivain philosophe, etc... ).
      Avec de tels propos je me permet d’en douter

      Qu’attendre de quelqu’un qui pense que les noirs sont une race inferieur et que le colonialisme n’a que du bon en "apportant la civilisation aux savages"...

      La france devient doucement comme l’allemagne du debut des années 30, faisons attention...

    • Pas besoin d’explication : il suffit d’écouter Finky et d’être intelligent.

    • Il vous faut une argumentation pour vous prouver qu’être totalement en désaccord avec ces propos n’est pas de la "connerie" je ne vous en ferai pas. La raison, le bon sens et l’intélligence feront mieux que n’importe quelle argumentation.
      Sans revenir sur ce qui à été dit par notre "penseur Universel", ne trouvez vous ses propos absurdes, pardon, racistes ? Le fait d’avoir donner cette interview pour un quotidien étranger n’a t’il pas delayé un peu trop la langue de ce cher Finkielktraut ? Etonnant de la part d’un ancien "révolté" de 68 non ?
      Nous connaissons désormais la vrai nature du personnage...
      Cher monsieur, NON ! Nous ne sommes pas obligés d’approuver ces propos, et OUI ! Nous sommes choqués de les lires.
      Je vous invite (en toute amitié et sans aucune pensée chafouine de ma part) à relire l’article, je doute que vous en ayez saisi tout le sens et la gravité.

    • La raison, le bon sens et l’intelligence veulent que l’on regarde la réalité en face même et surtout si celle-ci dérange.Pas besoin de statistiques sujettes à caution. Tout un chacun a pu constater à travers tous les reportages sur le vif,les interviews des émeutiers, que ces derniers étaient jeunes, très majoritairement noir et arabes ...et se réclamant de l’islam.Mais çà,motus, il ne faut pas le dire, car cela défie toute explication "politiquement correcte" d’un côté comme de l’autre.Il n’y avait pas d’adultes, ni d’individus d’autres origines ethniques.Pourquoi ?
      Il ne s’agissait pas d’une explosion sociale, alors même que la situation dans ces quartiers réputés difficiles pouvait parfaitement le légitimer, tout le monde en convient.Il ne s’agissait pas de révolutionnaires, mais d’émeutiers, qui s’en prenaient aux forces de l’ordre, mais aussi aux pompiers, qui brûlaient les voitures mais aussi des gymnases et des écoles maternelles contraignant les populations de ces mêmes quartiers à s’organiser pour les préserver. Au nom de quel principe ou de quelle idéologie veut-on m’interdire d’ouvrir les yeux sur la réalité ? J’aimerais une explication que refusent de donner toutes les bonnes âmes qui ne sont pas moins racistes ou islamophobes que moi.

    • faux !! dans le nord la majorité des émeutiers était française !!!!
      pas de raccourci merci

    • Pardonnez moi, je rectifie.

      Je vous invite donc, à regarder avec beaucoup plus de recule ce qui n’est qu’un montage (et je pense que vous êtes assez perspicace pour entrevoir ce genre de pratique commun aux médias) d’image déstiné plus à réaliser de l’audimat plutôt qu’a réèllement informer de façon objective.

      Un réalité dites-vous ? Pourquoi n’y avait-il pas d’autres origines éthnique ? avez vous la preuve qu’il n’y en avait pas ? ou alors étiez vous peut être sur place ? avez vous calculer la proportion de "noirs et d’arabes" par rapport aux autres origines présentent sur les lieux des émeutes ?

      Tout ce que je vois dans votre réponse, c’est du "j’ai vu à la télé" un peu comme une discussion "café du commerce ou boulangerie du coin" où l’on parle du dernier vrai journal de K.Z où d’une emission de Julien Courbet.

      Alors oui Monsieur, nous avons tous vu ces jeunes "à la télé", ca ne nous empêche pas néanmoins de penser et d’aller au delàs d’une simple interprétation au premier degrès de l’image qui vous donne plus une indigestion cérébrale qu’une réèlle information.

      Je terminerai juste en précisant l’objet de ma précédente réponse englobait à la totalité des propos de M.Finkielkraut...

  • le MRAP porte plainte
    http://www.lemonde.fr/web/depeches/texte/0,14-0,39-26122981,0.html

    mais ou est donc passée cette association nommée SOS racisme ?

Derniers articles sur Bellaciao :