Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Archives Bellaciao FR - 2002 -2021 Archives : IT | EN | ES

Rafael Correa : la gauche gagnante de l’Equateur

mardi 16 janvier 2007

Le nouveau président Rafael Correa a pris officiellement ses fonctions ce lundi pour un mandat de quatre ans, lors d’une cérémonie d’investiture émouvante, sonnant comme un retour aux sources, à laquelle ont assisté onze chefs d’Etat, dont les principaux représentants de la gauche anti-américaine en Amérique latine, parmi lesquels son ami le président vénézuélien Hugo Chavez, mais aussi le président iranien Ahmadinejad, en tournée dans la région, dans un contexte de crise avec les Etats-Unis.

L’arrivée au pouvoir de Rafael Correa, premier président de gauche en Equateur depuis le retour de la démocratie en 1979, renforce l’axe de gauche en Amérique latine, où les Etats-Unis voient leur influence remise en cause. Le nouveau président veut renégocier la dette extérieure et réformer la Constitution pour mener à bien ses réformes.

Vêtu d’un poncho traditionnel, entouré de ses « amis », les présidents vénézuélien Hugo Chavez et bolivien Evo Morales, et devant quelque 20 000 Indiens venus des quatre coins du pays, Rafael Correa a reçu « le bâton du chef », la plus haute distinction symbolique accordée par les Indiens. Geste d’autant plus significatif, que c’est la première fois que les Indiens équatoriens le remettent à un président élu. Avec l’attribution de cet insigne, ancien et vénéré, les communautés indigènes ont voulu ainsi exprimer leur affection et leur reconnaissance envers le jeune Rafael Correa qui, après ses études universitaires, s’était engagé comme volontaire auprès des Indiens d’Zambahua et a ainsi appris la langue quechua.

« Comme l’Amérique latine a changé ! Et continuera de changer. Ce que nous vivons n’est pas une période de changements, c’est un changement d’époque ! », a déclaré Rafael Correa ce dimanche, à Zumbahua, dans les montagnes de la province de Cotopaxi, au sud du pays, où il a été intronisé par les communautés indigènes, lors d’une cérémonie sans précédent et haute en couleur.

« C’est comme si un miracle avait renversé les gouvernements serviles et le modèle néo-libéral et qu’il ait commencé à apparaître au 21ème siècle une Amérique latine, libre, souveraine et socialiste » a déclaré Rafael Correa, entouré d’Hugo Chavez et d’Evo Morales. Il a ainsi donné le ton en rejoignant le camp anti-américain. Qualifiant Rafael Correa de « nouveau dirigeant d’une ère nouvelle en Amérique latine », Hugo Chavez a annoncé la signature d’accords d’intégration avec l’Equateur semblables à ceux qu’il a déjà signés avec la Bolivie. Tandis que le Bolivien Evo Morales a appelé à la « fin du modèle néolibéral et aux nationalisations ».

Professeur d’économie, formé en Belgique et aux Etats-Unis, le nouveau président Equatorien n’a pas l’habitude de mâcher ses mots, prenant volontiers pour cible le président américain George Bush et sa politique qu’il a souvent qualifiée « d’hégémonique ». Il a ainsi annoncé qu’il ne prolongerait pas en 2009 l’accord de 1999 permettant à Washington de disposer d’une base militaire sur le territoire équatorien, installée à Manta, ville portuaire de l’océan Pacifique pour mener les opérations de lutte contre la drogue, mais aussi contre les FARC, la guérilla marxiste colombienne. Il a aussi déclaré s’opposer à la signature d’un traité de libre-échange avec les Etats-Unis.

Investiture à Quito

Dans son premier discours à la Nation, lors de son investiture ce lundi à Quito, Rafael Correa a annoncé qu’il renégocierait pendant son mandat la dette extérieure de son pays, évaluée, en novembre, à 10 milliards et 328 millions de dollars, soit 25,3% du Produit intérieur brut (PIB), selon les chiffres de la Banque centrale.

Sur le plan intérieur, le nouveau chef de l’Etat a annoncé « la révolution Constitutionnelle avec un changement profond de la classe dirigeante » et souligné que « les institutions politiques en Equateur se sont effondrées ». Rafael Correa est décidé à réformer la Constitution afin de mener à bien sa politique de réformes et mettre fin à une instabilité politique chronique. Au cours de la dernière décennie, aucun des trois présidents élus n’a réussi à terminer son mandat. Tous ont été chassés par des révoltes populaires.

Sa tâche ne s’annonce cependant pas facile. En effet, il veut organiser un référendum pour obtenir le soutien populaire afin de convoquer une Assemblée constituante, mais se trouve confronté à l’opposition de droite qui dirige le parlement et laisse planer la menace d’une crise politique. « Correa veut se convertir en un empereur du style Napoléon, et nous ne pouvons pas permettre cela » a déclaré le conservateur Jorge Cevallos qui vient d’être élu président du parlement.

Mais, s’il en a les moyens, et avec des institutions légitimées et de nouveaux revenus, Rafael Correa pourra alors s’attaquer à la principale industrie du pays : l’exportation d’immigrants ! Plus d’une centaine d’Equatoriens quittent quotidiennement leur pays pour fuir la pauvreté. Septante-deux pour-cent de ses habitants vivent avec moins de deux dollars par jour contre moins d’un sur deux dans les années 1970 !

Un « cauchemar néolibéral », selon les mots de M. Correa, auquel il ne sera pas aisé de mettre un terme. Depuis la « dollarisation » de 2000, l’Equateur ne dispose même plus du principal levier d’un Etat sur son économie : la monnaie. Conscient du risque d’attaques monétaires s’il revenait au « sucre », le leader d’Alianza País ne s’y hasardera pas « durant les quatre prochaines années ».

Rafael Correa a compté avec la présence de onze chefs d’Etats, dont les principaux dirigeants socialistes d’Amérique du sud, récemment élus. En effet, à côté des représentants de la gauche la plus « radicale », le vénézuélien Hugo Chavez et le bolivien Evo Morales, se trouvaient aussi le nicaraguayen Daniel Ortega, la chilienne Michelle Bachelet, et le brésilien Lula da Silva. Egalement invité pour la cérémonie d’investiture de Rafael Correa, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, bête noire de l’administration Bush.

Alors que le nouveau secrétaire américain à la Défense Robert Gates vient de lancer une mise en garde à peine voilée à l’Iran, en présentant lundi le renforcement de la présence militaire américaine dans le Golfe comme un signal adressé à la République islamique, à Quito, le président Ahmadinejad a accusé les Etats-Unis d’être « en guerre contre le monde entier, y compris contre les latino-américains » et promis l’aide de l’Iran à « chaque peuple qui est décidé à se défendre ».

M. Correa ne gagnera que 4000 dollars par mois, soit 25 fois le salaire minimum dans son pays, ou encore, la moitié du salaire de son prédécesseur. Les rémunérations des hauts fonctionnaires ne pourront désormais être supérieures à 3500 dollars par mois. Les économies réalisées sur ces réductions de salaires seront transférées dans le secteur social.

Dimanche, il avait réaffirmé sans ambiguïté son refus d’un Traité de libre-échange avec les Etats-Unis et son intention de renégocier la dette extérieure (11 milliards de dollars pour 12 millions d’habitants). Son futur ministre de l’Economie, Ricardo Patiño, est d’ailleurs un chaud partisan de la suspension des remboursements, jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé avec les créanciers.

Rafael Correa s’est également engagé à renforcer la société pétrolière d’Etat Petroecuador et à rejoindre l’OPEP (abandonnée en 1992). Il a en outre promis de ne pas renouveler la concession accordée jusqu’en 2009 aux Etats-Unis pour leur base militaire de Manta, point stratégique du Plan Colombie.

www.changer-le-ps.com

Messages

  • avec cet article on se rend compte de l’intervention NEFASTE de la politique USA dans

    tous les pays du monde HORRIBLE

    MAIS les indiens "sous hommes " relèvent la tête la France va-t-elle réagir ? c’est

    maintenant ou....... jamais alors avril 2007 ?????

    A bon entendeur salut

    oeil de bison

  • Dans différentes interventions j’ai souvent abordé la necessité de lier le local à l’international,ce qui se passe en Amérique latine tant centrale que du sud montre à mon avis les possibilités existantes de lutte contre l’impérialisme US :

    Lorsqu’un peuple quelqu’il soit obtient son indépendance politique ,il remet en cause la mainmise économique des USA ,ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il obtienne sa propre indépendance économique et que le regime mis en place soit authentiquement démocratique.Cependant nos criteres sur la" démocratie " peuvent-ils être les mêmes que dans un pays en voie de développement ?

    Nos valeurs directement inspirées d’une culture judeo-chrétienne,mais modérées ou sublimées par un humanisme economico-social du à l’apport de l’idéologie allemande et du socialisme français, peuvent elles être une référence à l’ensemble des pays en voie de développement et plus particulierement dans cette partie du monde,je crois qu’il faut laisser aux peuples qui se liberent la détermination du choix de societe collective et sociale qu’ils ont à construire.

    Ce que réalise H.Chavez au Vénézuéla est véritablement révolutionnaire ,en ce qu’il modifie en profondeur la societé,:Education,santé,social,réforme agraire,nationalisation des ressources naturelle.En ce sens le mode de production traditionnel (capitalisme) s’affaibli.C’est un processus lent au niveau des individus (même si le niveau de vie s’éleve pour les plus défavorisés) mais relativement rapide au niveau de la societé et de ce fait encore fragile compte tenu de la lutte farouche que menent les opposants ,aidés en cela par les anti-castistes et les USA auxquels ils faut rajouter les lobbys sionistes des USA.

    Dans cet ensemble Vénézuéla,Bolivie,Equateur,Nicaragua et bien sur Cuba,des différences existent tant idéologiques qu’économiques ,mais pourtant leur force réside dans leur lutte pour l’indépendance vis à vis des USA et en ce sens leur combat nous aident nous les Européens à condition de mener un même combat.

    Roger bretagne

    P.S. Il conviendrai aussi de parler aussi :du groupe de Sanghai,de ASEA,de certains pays d’Afrique,des résistances du Moyen Orient avec idéologies sans doute différentes mais convergentes sur leur lutte contre l’impérialisme. R.

  • En 2000 la dollarisation de l’Equateur, on ne peut pas faire pire en matière d’impérialisme, et je crois que cette info n’est jamais arrivé en europe. En tout cas bonne chance à Correa !!

    • a quand une afrique unie dirigee par ses fils (et non les petits de la franafrique les eyadema, bongo, biya , deby , iog..)
      je pense que la france devrait plutot reflechir a sa politik en afrique
      avant les revolutionaires noirs la degage de l’Afrique
      chose qui va certaine arriver un jour proche vu comment les noirs sont traites en france
      je parle des sevran freche finekelcroot et autre patit nico

      VIVE L AFRIQUE LIBRE

      nous mettrons fin a la francafrique

  • IL FALLAIT VRAIMENT UN PRESIDENT COMME RAFAEL CORREA EN ECUADOR POUR CHANGER TOUTE CETTE MELASSE QU ?ONT LAISSE TOUS LES MINABLES POLITICIENS ANTERIEUREMENT/// APPAUVRISSANT CE MAGNIFIQUE PAYS ET CES MERVEILLEUX HABITANTS