Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

De l’instrumentalisation du droit des faillites par les groupes de société : Attention, chef d’oeuvre

de : Chronique Ouvrière, via P. Bardet
dimanche 4 décembre 2011 - 21h08 - Signaler aux modérateurs

L’arrêt de la 15ème chambre de la cour d’appel de VERSAILLES du 31 octobre 2011 rendu sous la Présidence de Monsieur LIMOUJOUX Jean Michel en "bi-rapporteurs", est de ceux qui marqueront l’histoire du droit du travail.

L’arrêt mériterait un commentaire très approfondi, mais l’urgence commande de le rendre public au plus vite, je me contenterai donc d’une simple "brève".

Chacun sait qu’en matière de licenciement économique l’employeur est débiteur d’une obligation de reclassement laquelle peut être recherchée au sein du groupe à laquelle il appartient, que cette obligation reste d’actualité en cas de liquidation judiciaire et qu’elle peut aussi toucher les sociétés étrangères du groupe.

Mais chacun sait aussi que cette obligation de reclassement dans le groupe reste souvent purement théorique et que la Cour de cassation a rejeté l’idée de rechercher la responsabilité des groupes en ce domaine.

Résultat, les groupes de sociétés n"hésitent pas à "sacrifier" des filiales et mêmes à en organiser les faillites, tout en mettant à charge de la collectivité les conséquences sociales de ces fraudes, dont les salaires impayés et indemnités de rupture au frais de l’AGS, jusqu’au dommages et intérêts de toutes natures.

C’est "tout bénéfice" pour le groupe, qui de plus échappe au conflit social ( les syndicats étant quasi indigents sinon mal armés juridiquement en ces domaines comme en d’autres ) et au PSE.

Les salariés sont alors quadruplement pénalisés. Ils perdent leurs emplois, ils ne bénéficient d’aucun PSE digne de ce nom, ils ont bien du mal à faire juger les licenciements économiques prononcés par le mandataire liquidateur nul ou sans cause réelle et sérieuse et leurs créances sont même plafonnées à environ 70 000 € ( plafond 6 AGS ).

Jusqu’à présent, l’AGS n’avait jamais tenté de réagir et aucun salarié licencié dans de telles conditions n’avait songé à rechercher la responsabilité des véritable "donneur d’ordre".

Il faut donc rendre hommage à Me Hubert de FREMONT du barreau de VERSAILLES qui, contre l’avis initial de l’avocat des 97 salariés, vient de rendre possible la mise en cause forcée de la holding d’un Groupe dont un filiale a été liquidée judiciairement en fraude aux droits de l’AGS et des salariés.

Dans cette affaire la Cour d’appel retient la responsabilité délictuelle du groupe anglais KLARIUS ( équipementier automobile ), pour avoir orchestré la mise en liquidation judiciaire de sa filiale française par la mise en oeuvre d’une politique commerciale visant à l’asphyxier aux fins de rentabiliser une réorganisation de son activité malmenée par la "crise" de 2008.

Après avoir déclaré recevable l’intervention forcée en cause d’appel de deux sociétés anglaises KLARIUS ( en soi la motivation sur ce point de procédure mériterai un commentaire autonome ), la cour d’appel retient que la cessation d’activité de la société KLARIUS française ne résultait que de choix stratégiques décidés au niveau du Groupe, notamment en ce qui concerne les conditions financières de la cession de la filiale française.

La cour ajoute que les deux sociétés britanniques ont délibérément planifiées la faillite de leur ancienne filiale française, de sorte que les 97 licenciements prononcés par Me GORRIAS mandataire liquidateur sont privés de cause réelle et sérieuse, car conséquences d’une faute délictuelle ayant conduit à la perte des emplois.

Notons que les salariés ne gagnent que sur ce point, la cour estimant que le PSE n’est pas insuffisant, que les lettres de licenciement sont correctement motivée et que Me GORRIAS a fait les efforts nécessaires au parfait respect de l’obligation de reclassement, tout reclassement s’étant avéré impossible.

Ainsi, sans l’initiative "révolutionnaire" du conseil de l’AGS, les 97 salariés, qui ne s’y rallieront qu’au dernier moment et à titre subsidiaire, perdaient leur procès.

La Cour condamne les sociétés anglaises à environ 2 millions € au profit de l’AGS en remboursement des sommes déjà avancées par l’association au titre de la rupture des 97 contrats de travail et elle alloue aux 97 salariés demandeurs des dommages et intérêts à hauteur de 20 000 € en moyenne ( soit près de 2 millions € ).

L’AGS évite donc de payer 4 millions € en lieu et place du groupe KLARIUS et les salariés sont entièrement couvert de leur créance qui n’est alors plus plafonnée.

La Cour de cassation sera, à n’en pas douter, saisie d’un pourvoi par les sociétés anglaise.

Il est donc urgent de s’emparer de cette jurisprudence qui conjugue les intérêts des salariés et de l’AGS, mais plus largement du corps social dans son ensemble.

A vos dossiers.

Alain HINOT

http://www.chronique-ouvriere.fr/sp...

PDF - 2 Mo

Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite