Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Italie : l’antifascisme militant et l’antifascisme banalisé

de : Enrico Campofreda
vendredi 17 mars 2006 - 06h22 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 14.5 ko

de Enrico Campofreda Traduit de l’italien par karl&rosa

Corso Buenos Aires, le Boulevard commercial milanais, soumis à une guérilla urbaine par les jeunes des centres sociaux qui occupent la rue contre les nostalgiques défilés funèbres (autorisés par la Préfecture de Police) de l’allié de Berlusconi, Fiamma Tricolore. Cela se passe à moins d’un mois des élections, dans une ville médaille d’or de la Résistance, qui exposa le cadavre du duce à la fin d’une tragédie cherchée avec acharnement pendant un quart de siècle par le soi-disant "homme du destin". Quelques marchands et citoyens "modèle" se montrent "fâchés" envers les manifestants et essayent de les agresser après qu’une police hyper - répressive effectue plus de 40 arrestations. Tout cela parce que le samedi commercial du village a été compromis et avec lui la certitude de la recette. L’opposition, jusqu’à Refondation, se démarque en soutenant n’avoir rien à partager avec les violents.

Chacun raisonne sur les effets, personne sur la cause : les lugubres drapeaux d’un passé criminel que des malheureux du Troisième Millénaire baladent au cri de "Heil Hitler" en faisant le salut romain. Et alors est-ce que ce sont les jeunes antifascistes des centres sociaux qui sont violents ou est-ce que ce sont ceux qui ne descendent pas dans la rue pour éviter le meeting fasciste, même sans la nécessité d’endommager un McDonald qui deviennent inattentifs ou lâches ? L’antifascisme n’a jamais été verbeux. Pendant le fascisme, sur le front libéral aussi, on distinguait clairement l’esprit de véritable opposition de Gobetti des mielleuses prises de distance d’un Benedetto Croce, qui taxait la première dictature du XX siècle en Europe de "maladie de l’esprit". Que l’antifascisme ne se faisait pas par les mots l’apprirent à leurs frais tant de militants socialistes : en suivant le réformisme de Turati, qui jacassait de ne pas accepter les provocations des groupes de choc fascistes, ils finissaient rôtis dans les Maisons du Peuple incendiées par les disciples de Farinacci.

L’antifascisme n’a pas été banalisé ni pendant la lutte de Libération, comme la leçon partisane l’a montré, ni dans les années suivantes, pendant la recrudescence noire qui du gouvernement Tambroni arrive à la stratégie de la tension. Une période pendant laquelle le mouvement ouvrier et estudiantin gardait par la militance dans la rue la praticabilité politique des lieux publics ensanglantés par les groupes de choc fascistes d’Almirante et de Fini et des associations parallèles nourries par les Renseignements Généraux, protégées par les protecteurs de l’ordre, couvertes par la Démocratie Chrétienne. On ne doit pas oublier les centaines de morts, de Piazza Fontana au rapide 904. L’antifascisme de ces années-là ne se faisait ni ne pouvait se faire par les mots, il fallait une présence ponctuelle, décidée, ferme même si elle conduisait parfois sur un terrain violent.

La violence de ceux qui se défendent n’est jamais comparable à celle de l’agresseur et les campagnes antifascistes de jadis et les nouvelles qui devront redémarrer défendent les individus et la collectivité de ceux qui, exclus de l’Histoire, ne proposent à nouveau que des pratiques de fanatisme anciennes et catastrophiques. L’asile politique aux fascistes, pour lequel certains braient aujourd’hui ? Mon œil. Son droit politique le fascisme l’a perdu en entraînant le Pays vers la ruine et ce passé ne peut et ne doit pas revenir. Jamais. Même la Gauche réformiste des années Soixante-dix admettait qu’on ne pouvait pas regarder en arrière, alors que maintenant elle baisse la garde en parlant de dignité des "garçons de Salo’" et d’autres sottises anti-historiques. Il faut bien garder en mémoire les principes par lesquels l’Histoire a condamné inexorablement le nazi fascisme.

Si samedi ce centre-gauche, tout entier - des socialistes aux communistes - avait fait appel au peuple, à ses militants, à ses électeurs et à ses sympathisants, Corso Buenos Aires aurait été envahi par la vague démocratique qui veut changer l’Italie. Laquelle aurait pu, éventuellement, lancer des fleurs plutôt que des cailloux aux fascistes et aux CRS. Avec une mobilisation de masse, aucun jeune aurait incendié des poubelles et les misérables militants de la Fiamma Tricolore n’auraient même pas mis le nez dehors. L’Unione toute entière, avant de prêcher et de blâmer, devrait réfléchir sur son manque à accomplir une tâche prévue par la Constitution Républicaine, selon laquelle "La réorganisation sous n’importe quelle forme, du parti fasciste dissous, est interdite".

C’est le manque gravissime, au-delà de l’insoutenable vide politique de ces heures, de Prodi et de ses alliés.

http://bellaciao.org/it/article.php...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Italie : l’antifascisme militant et l’antifascisme banalisé
17 mars 2006 - 19h54

À MEDITER...

À méditer d’autant plus que chez nous aussi les fafs se réveillent et s’agitent comme on peut le voir à l’occasion du mouvement anti-CPE...
La droite en difficulté s’appuie dessus pour mener à terme ses desseins...
Et nous aussi on devra réagir fermement plutôt que laisser lâchement le terrain à ces nostalgiques de la terreur noire ou brune...

NOSE



> Italie : l’antifascisme militant et l’antifascisme banalisé
18 mars 2006 - 00h04

Le patron de Co-Findustria ne peut pas être le représentant de la coalition centre gauche italienne. En 1948, 11 industriels nazis échappèrent à la condamnation. L’Italie ne peut oublier le rôle des castes industrielles et financières dans la sélection inconditionnelle des hommes, des femmes, des familles ( " Si c’est un Homme " de Primo LEVI ).
Plus d’égalité dans votre combat politique italien !!! Plus de syndicalisme !!!
STOP aux mains tendus de l’extrême droite. STOP aux mains de " l’ordre de la force bleue ".

Le 17 Mars 2006
Saludos de Izquierda ( saluts de gauche ), Vladi GARCIA,
FRANCE - Zone NON AGCS







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite