Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Un syndicaliste tué en Grèce

de : CNN via LL
jeudi 20 octobre 2011 - 17h53 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Un parlementaire annonce la mort d’un syndicaliste qui aurait été tué lors de la manifestation à Athènes ce jour.

Pas plus de détail pour l’instant

 :’(

http://news.blogs.cnn.com/2011/10/2...

#Greece #Grèce #protests #uncut


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Un syndicaliste tué en Grèce
20 octobre 2011 - 18h10 - Posté par arnold
Un syndicaliste tué en Grèce
20 octobre 2011 - 18h12 - Posté par arnold

Belle série de photos sur les violences à Athènes sur le site Naftemporiki.gr
ici :
http://downloads2.naftemporiki.gr.e...


Un syndicaliste tué en Grèce
20 octobre 2011 - 20h48

un camarade m’a donné quelques precisions :

"De violents affrontements ont éclaté aujourd’hui entre le service
d’ordre du syndicat stalinien PAME, tenu par le KKE, le parti
communiste grec.
Pour résumer les staliniens voulaient éviter les violences et se sont
rangés devant le parlement, entre les flics et les anarchistes. Pris
en étau entre les flics et les stals, ceux ci se sont fait défoncer.
Un militant du PAME est mort, apparement a cause de ce bordel, d’une
crise cardiaque. Aprés avoir accusé les anars, la version actualisée
est une crise cardiaque due a une trop forte exposition aux gaz."



Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 18h38 - Posté par

un camarade m’a donné quelques precisions :

(...)

Pour résumer les staliniens voulaient éviter les violences et se sont
rangés devant le parlement, entre les flics et les anarchistes. Pris
en étau entre les flics et les stals, ceux ci se sont fait défoncer.

Des précisions comme ça rendent les choses limpides.

Donc si j’ai bien compris les staliniens se mettent entre les anars et les flics, jusque là je suis.

Par quel tour de magie ce sont les anars qui sont pris en étau, alors que ce sont les staliniens qui étaient censés être au milieu ?

Bon, des fois c’est mieux d’attendre d’avoir des infos sérieuses avant de s’exprimer. Notre époque est celle de l’urgence et de l’émotion, au détriment de la réflexion et de la raison...

Chico


Un syndicaliste tué en Grèce
20 octobre 2011 - 21h00
Un syndicaliste tué en Grèce
20 octobre 2011 - 22h21

Se couvrir du drapeau rouge pour faire le boulot des flics, c’est dégueulasse...Le PAME et la jeunesse du KKE (PC grec) ont commis une grave erreur en préférant se battre contre les anars et les communistes "dissidents" plutôt que de s’attaquer au parlement. Apparemment les leçons de l’histoire sont mal retenues...



Un syndicaliste tué en Grèce
20 octobre 2011 - 22h28 - Posté par

J’ajoute en revanche que je salue la mémoire du syndicaliste décédé. Membre du PAME, tué par les flics. Espérons que ça rappelle à certains qui est l’ennemi...


Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 20h43 - Posté par

oui, le fait qu’on ne soit pas d’accord sur les stratégies ne doit pas faire oublier que nous avons un meme but, le meme reve.
chacun se révolte comme il l’entend selon sont passif et sa rage, tous n’ont pas les meme contencieux avec le pouvoir et le capitalisme de façon plus globale.
il faut respecter et soutenir la révolte des opprimés aussi violante soit’elle car elle est légitime (défense), en tout cas c’est ce que devrais faire toute personne se disant l’allié de la révolution.

rouge et noir cote à cote, no pasaran !!!

bakou l’intrépide


Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 02h13

Bon, d’après ce que j’ai pu comprendre des communiqués diverses et variés, voici les différentes versions des évènements :

PAME : les émeutiers sont des policiers infiltrés et/ou des provocateurs issus du cortège GSEE-ADEDY, le service d’ordre du PAME a agi avec mesure et fermeté contre la violence des dits provocateurs, la mort du syndicaliste de 53 ans est liée à cette violence.

Mouvement "Je ne paie pas" : le PAME et le KKE ont confisqué la colère du peuple, et l’ont empêché d’aller jusque devant le parlement, que celui-ci souhaitait atteindre pour tenter de stopper le vote des mesures d’austérité. Le PAME et le KKE ont ainsi déclenché la colère de milliers de travailleurs qui souhaitaient s’exprimer librement, indépendamment d’eux. Le maintien du caractère pacifique de la manifestation n’était qu’un prétexte pour occuper le terrain en interdisant totalement le passage à tout autre manifestant. Le mouvement "je ne paie pas" condamne également les attaques des groupes de jeunes et les jets de morceaux de marbre ou de cocktails molotov depuis les rangs de ces groupes. Les ennemis véritables du mouvement sont le gouvernement, l’UE, le FMI et tout exploiteur. Le mouvement exprime également sa tristesse devant la mort du syndicaliste du PAME. Est exprimée la nécessité de refuser toute direction autoritaire au mouvement, que celle-ci vienne du PAME ou de la GSEE et d’ADEDY.

Contra info (anarchisant) : le PAME a cherché l’affrontement, en réalisant dès le début de la journée une démonstration de force avec des militants armés et casqués. Le PAME a interdit tout accès à l’esplanade devant le parlement, jouant ainsi le rôle de flics, ces derniers ayant été absents, hormis lors de jets de lacrymogènes ou de grenades assourdissantes depuis les rues adjacentes à Syntagma. Le PAME tente ainsi d’empêcher toute velléité insurrectionnelle, et de maintenir un caractère "réactionnaire" à la mobilisation. Le service d’ordre du PAME a même demandé à contrôler les cartes de presse des photographes/cameramen présents (enfin, c’est ce que j’ai compris, le texte original n’est pas très clair sur ce point précis), et a livré au moins un manifestant aux forces de police. Le PAME, le KKE et la KNE ne peuvent en aucun cas être qualifiés de "communistes", et sont donc désignés sous le terme de "staliniens", car ce sont "des balances et des voyous à la solde du régime". Le PAME a du quitter la place sous la protection de la police.

Beaucoup de témoignages de manifestants "lambda" (non-impliqués directement dans les affrontements) disent leur incompréhension devant l’attitude du PAME, du KKE et de la KNE, qui ont forcé les taxis grévistes, les employés municipaux ou le mouvement "Je ne paie pas" à rebrousser chemin, le tout sous la menace...

Des vidéos des affrontements : http://athens.indymedia.org/front.p...



Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 07h48 - Posté par Cop

D’abord l’impasse du mouvement populaire

Ensuite les pas de deux du KKE qui joue avec le feu depuis un moment qui parlerait d’anarcho-fascistes (ce qui rappelle autre chose), et de l’autre une grande partie des anars et petits groupes révolutionnaires qui se heurtent aux forces de répression, d’une façon improductive .

Il semble se recouper qu’une partie du KKE a cherché à éviter l’attaque du parlement.
Et qu’il ne l’ai par fait dans la dentelle.

L’étape actuelle du mouvement de la classe populaire est de construire une légitimité politique et démocratique supérieure à celle du parlement de la démocratie limitée, une légitimité politique et démocratique qui prend d’autres décisions que le parlement des serviteurs de la bourgeoisie.

Une légitimité qui vote le refus du remboursement de la rente accordée aux copains bourgeois du régime, qui hausse les salaires et les pensions, qui annule les dépenses militaires dispendieuses, qui ordonne aux flics de se mettre au service des comités démocratiques de travailleurs et de la classe populaire...

Cette légitimité nécessite une lutte résolue pour construire ces organes démocratiques de la classe populaires, les occupations des entreprises et de quartiers qui légifèrent et décident, élisent leurs représentants , etc..

Sans l’auto-organisation des travailleurs et de la classe populaire, tous courants syndicaux et politiques confondus, sans la coordination de ceux-ci sur des décisions de mobilisation et des actes de pouvoir, le jeu se résume en une pression autour d’un parlement au service de la bourgeoisie.

Faire reculer la bourgeoisie dans l’affaire ne ressort pas d’une bataille syndicale ou revendicative, mais bien d’une bataille politique où le mouvement populaire doit se hisser au même niveau de légitimité que le parlement bourgeois.

Il ne s’agit pas là d’interdire ou de détruire cette dernière institution de démocratie limitée de l’appareil d’état, mais bien de construire un pouvoir démocratique, légitime, apte à prendre les mesures de souveraineté populaire que le parlement fantoche ne prend pas : Refus de payer un seul euro de la dette, annulation des achats de matériel militaire dispendieux, extension de la démocratie aux entreprises, préparation d’une constituante qui refonde la société autour de la démocratie réelle, augmentation des salaires, confiscation des biens des plus riches, augmentation des pensions, interdiction de licencier, etc

Mais pour cela, pour prendre ces mesures qui combinent la défense des intérets immédiats et fondamentaux de la classe populaire en Grèce il s’agit d’avoir la légitimité politique de le faire.

Celle-ci peut se construire que par l’appel à occupation de toutes les entreprises, services et commerces, l’appel à des AG dans toutes ces entreprises et dans les quartiers pour décider de la prise en main de la société, de l’élection de représentants contrôlables qui vont à la coordination d’un nouveau pouvoir qui prenne contre-pied d’un parlement qui a abdiqué tout pouvoir face à la bourgeoisie et l’appareil d’état de l’UE.



Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 11h15 - Posté par La Louve

Tout à fait d’accord avec toi Cop’. Le noeud du problème est bien là.

Et contrairement à ce que disent certains néo-staliniens en France pour glorifier et excuser les actes d’une partie du PAME et du KKE (la même chose au fond), oui la situation en Grèce est pré-révolutionnaire (si on se fonde par exemple sur l’esquisse de définition qu’en donne Lénine dans le texte que j’ai republié la semaine dernière), et le mouvement est mûr pour un tournant réellement politique.

A condition que les néo-staliniens ne fassent pas ch... et n’amorcent pas, du fait de leur comportement et de leur positionnement politique, une inévitable réaction en engrenage avec les anarcos-autonomes, ou provocateurs fascistes qui rendra cette situation infertile en termes révolutionnaires.

Or ça les staliniens hélas on les connaît bien, c’est un peu leur spécialité dans l’histoire que de déballonner un mouvement dans une situation pré-révolutionnaire...

Cela est notamment du à leur culture de fétichisme du pouvoir et de vénération de l’Etat, ainsi qu’à leur conception extrêmement autoritaire du communisme.

Je souhaite de tout mon cœur que dans ce mouvement grec se lève un renouveau communiste moderne débarrassé des néo-staliniens comme des provocateurs stériles. La régénérescence du communisme est en partie dans le retissage de ses liens avec l’anarchisme. Il ne faut pas passer à côté de cela. C’est la conclusion de N. Makhno (qui le rendit lui et la Makhnovtchina, victorieux plusieurs fois en Ukraine contre les blancs et contre les bolchéviques) : "je suis anarchiste parce que je suis communiste".

Il faut aller de l’avant se débarrasser des institutions actuelles et construire une autre légitimité. La poussée contre la bourgeoisie grecque, notamment compradore, et ses représentants politiques de tous bords doit être violente et si possible coordonnée entre tous les acteurs du mouvement, et la proposition nouvelle doit être cohérente et tenir compte des différents aspects exprimés dans le mouvement.

Si le PAME et le KKE essaient de rejouer ce que le PCI a fait dans les années 60/70 en Italie, ça sera une catastrophe pour le mouvement, pour la lutte et donc, pour les exploités de ce pays et on pourra alors se demander dans quelques mois QUI A ETE "L’ALLIE OBJECTIF" ?

Et évidemment, le PAME et le KKE en paieront le prix c’est logique et ça sera bien fait. (mais ça nous fera une belle jambe).

Ce n’est pas parce que les autres syndicats sont des pourris à la botte de la bourgeoisie (en gros presque tous) que le PAME a raison sur ce qui se joue actuellement en Grèce. Et notre devoir fraternel est de le lui faire entendre, sous forme de questionnement et d’analyse. C’est aussi ça la solidarité internationale c’est d’interpeller d’une position "tierce" mais de classe, certains groupes de camarades sur leurs modalités d’action. Camarades grecs du PAME et du KKE êtes vous sûrs de choisir la bonne voie ?

Après ce que nous avons vu hier, j’émets les mêmes doutes que ceux que j’émets quand je discute avec certains copains syndiqués là-bas.

LL


Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 09h34 - Posté par ZanK

pas besoin de parler grec, ni d’être un anti-communiste pour comprendre avec cette vidéo, qu’ un service d’ordre empéche les gens de passer, et que parmis cette foule en colére il n’y a ni infiltré, ni "dangereux" black bloc :
http://www.youtube.com/watch?featur...
Ca semble plutot claire... non



Un syndicaliste tué en Grèce
21 octobre 2011 - 10h45 - Posté par

diviser pour mieux régner ...

ils ont essayer la flicaille solo en armure , les flics infiltrés "casseurs" pour faire peur aux plus modérés

mais aujourd’hui il n’y a plus de modéré le peuple est à genoux et ne peut que se relever pour contre attaquer.
alors il essaye une nouvelle méthode diviser les gens de gauche pour ne laisser qu’un choix possible : l’extrême droite fasciste.

attention c’est dangereux car dans un état de choc comme celui que subissent les grecs la tentation de l’extrême droite est très forte.

Ce qui ne serait pas pour déplaire au capitalisme qui par le passé à toujours montré qu’il cohabitait voir épousait parfaitement les idée fasciste.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite