Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Crise sanitaire : "Pour les dictateurs en herbe, il n’est plus très difficile d’abattre toutes les libertés"


de : joclaude
jeudi 27 août 2020 - 11h40 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Crise sanitaire : "Pour les dictateurs en herbe, il n’est plus très difficile d’abattre toutes les libertés" Source : MARIANNE Publié le 22/05/2020 à 11:18

Robert Redeker Philosophe, auteur notamment de L’école fantôme (Descléee de Brouwer, 2016) et L’Eclipse de la mort (éditions Desclée de Brouwer, 2017).

Pour Robert Redeker, le Covid-19 pourrait être le début d’une dystopie. Le printemps 2020 a vu apparaître une forme nouvelle de mondialisation : la réduction, partout sur la Terre, de toutes les questions politiques à une seule, qui n’en est pas vraiment une, la question sanitaire. Cependant les Etats se sont emparés de cette question, l’ont intégrée à leur dispositif, pour détruire la politique. Toutes les élucubrations sur la fin de la mondialisation, sur "le monde d’après", font l’impasse sur ce fait majeur : les Etats, à de rares exceptions près, se sont lancés dans le même type de gestion de la crise sanitaire. Tous ont réduit les libertés fondamentales. Tous ont formé des projets de suivi technologique – le fameux "traçage" - des êtres humains comme s’ils s’agissait d’animaux. Beaucoup ont utilisé les drones à la façon de chiens de berger mécaniques. Tous ont transformé leurs habitants en rats de laboratoire sur qui expérimenter les formes nouvelles de gouvernance. L’espace de quelques mois une sorte d’Etat mondial antipolitique s’est dessiné, où le droit fut universellement bafoué par la loi.

LA THÉOLOGIE DU COVID-19 Un basculement se produisit du jour au lendemain : nous vîmes la dépolitisation des peuples, placés en garde-à-vue à leur domicile. Tout d’un coup, nous avions basculé dans un autre monde, ressemblant fort aux Etats policiers, comme si une trappe, sans crier gare, s’était ouverte sous nos pieds. Une caractéristique n’a pas été assez soulignée : assignés à résidence, désintégrés en isolats, les peuples n’avaient plus de rapport à la vie collective qu’à travers la télévision. Autrement dit : ils n’avaient plus d’existence que virtuelle, sur les écrans. La télévision leur communiquait les ordres, les consignes, le prêt-à-croire officiel. Peu de choses dans la société sont aussi dramatiques que le seul-à-seul des personnes ou des familles avec la télévision, au moment où l’on a procédé à l’évanouissement artificiel de toute réalité extérieure. La télévision doublait la garde-à-vue physique, assurée par la police, d’une garde-à-vue mentale.

Force est de constater, pour tous les dictateurs en herbe, qu’il n’est plus très difficile d’abattre toutes les libertés

Que dire d’un temps – le confinement planétaire – qui se signala comme celui de la destruction de toutes les libertés, y compris celle de caricaturer (en France, les auteurs de banderoles ridiculisant Emmanuel Macron, furent systématiquement conduits au poste de police, comme si, au lieu de protéger les Français, les forces de l’ordre étaient en guerre contre eux), de toute parole libre, et de toute opposition ? Ceci : les hommes y firent l’objet de la simulation d’une nouvelle forme d’Etat totalitaire, le totalitarisme sanitariste mondialisé. Il importe d’entendre le mot de simulation dans son sens d’expérience scientifique pratiquée à grande échelle sur toute la population, transformée en cobaye. Force est de constater, pour tous les dictateurs en herbe, qu’il n’est plus très difficile – grâce à la machine à broyer les intelligences pour fabriquer du consentement, de la servitude volontaire, qu’est devenue la télévision – d’abattre toutes les libertés. Plus besoin d’un coup d’Etat à la Pinochet, toujours risqué : la déclaration de l’état d’urgence sanitaire appuyée sur la télévision apparaît désormais plus efficace. Comprenons la simulation à la façon d’une répétition générale. Oui, le confinement fut la "générale", comme disent les gens de théâtre, d’un totalitarisme nouveau. Elle fut une expérience sur les humains zoologisés, la plupart des pays ayant été, pour l’occasion, transformés en parcs humains bien gardés.

Réfléchissant au "discours sur la garde et l’élevage de l’être humain", sur "une politologie pastorale européenne", Peter Sloterdijk signale ces "discours qui parlent de la communauté des hommes comme d’un parc zoologique qui est aussi un parc à thèmes" [Peter Sloterdijk, Règles pour le parc humain (1999), Paris, Mille et Une nuits, 2000, pages 44-45]. Depuis le début du confinement, ces discours sont tenus sans aucune honte par des politiciens, des journalistes et des médecins. Ils sont la matrice du flot de paroles déversé tout au long de cette crise par les ondes du matin au soir. Mais, peut-on se demander, quel est leur usage et leur but ? Une réponse jaillit : celui de créer les conditions de possibilité discursives, ce que Michel Foucault appelait un "épistémè", d’une simulation. La crise sanitaire fut l’occasion d’une simulation grandeur nature : celle de l’utopie du parc humain. Sauvages ou domestiques, les animaux ne sont plus vraiment naturels : leurs déplacements sont de plus en plus souvent suivis par des puces, implantées dans leur organisme. Le zoologique est alors une dépendance de la technique. La tentative s’accélère de transformer les hommes en vivants hightech, zootechnologiques, évoluant sur des territoires changés en parcs digitalement quadrillés. Ainsi travaille-t-on à fabriquer des êtres nouveaux mi-naturels, mi-techniques, surveillés par des drones et par la télévision, suivis depuis des satellites à travers leur téléphone portables. Traçables. La crise sanitaire est l’expérimentation de leur élevage. La simulation expérimentale de l’humain traçable. Cette utopie remplace la politique par la gestion des affaires et la bergerie des flux humains. Elle est une anthropofacture tératologique : l’usinage d’hommes qui ne sont plus des hommes, mais des mixtes de bête et de robot.

La crise de la COVID-19 est l’événement inespéré qui ouvre tout l’avenir à cette superstition propre à installer le peuple dans la position du coupable par nature

La célèbre affirmation de Joseph de Maistre selon laquelle "toutes les maladies sont des châtiments" [Joseph de Maistre, Les Soirées de Saint-Pétersbourg (1821), Tome 1, Paris, Guy Trédaniel, éditions de la Maisnie, 1991, p.61.] hante l’esprit des gouvernants modernes. Elle forme la théologie, implicite et inconsciente, du totalitarisme sanitariste. Mieux : elle constitue l’inconscient collectif de tous les dirigeants de la planète, ainsi que de leurs supplétifs chargés de la propagande. A la maladie, il faut un coupable ; le coupable c’est le peuple ! Cette superstition non dite mais tout le temps exprimée de manière aussi voilée qu’évidente, propre aux gouvernements, légitime la surveillance généralisée et la loi des suspects. Car, de fait, tout citoyen est suspecté a priori de répandre le mal ; il est implicitement coupable, quasi coupable d’exister. La crise de la COVID-19 est l’événement inespéré qui ouvre tout l’avenir à cette superstition propre à installer le peuple dans la position du coupable par nature. Elle est la simulation expérimentale d’un nouvel âge de fer.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Crise sanitaire : "Pour les dictateurs en herbe, il n’est plus très difficile d’abattre toutes les libertés"
27 août 2020 - 12h06 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1

Que fait-on pour arrêter cet engrenage ?



Crise sanitaire : "Pour les dictateurs en herbe, il n’est plus très difficile d’abattre toutes les libertés"
27 août 2020 - 17h05 - Posté par Pedro

https://www.lemonde.fr/les-decodeur...
En fait de fake news, l’article des décodeurs avoue que cette simulation a bel et bien existé. Une coïncidence ? Quand même étonnante !
https://www.mondialisation.ca/coron...



Crise sanitaire : "Pour les dictateurs en herbe, il n’est plus très difficile d’abattre toutes les libertés"
28 août 2020 - 17h19 - Posté par Pedro



journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
1 commentaire
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
2 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28
L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme - HPR répond à JLM (Marianne)
mercredi 2 - 07h34
de : Christian Delarue
La République En Masques : une armada de collabos !
mardi 1er - 15h25
de : Claude Janvier
3 commentaires
Le PCF du Tarn agressé par l’extrême droite, le PRCF 81 apporte son soutien et sa solidarité antifasciste.
mardi 1er - 12h01
de : jodez
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite