Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)


de : via La Louve
mardi 31 janvier 2012 - 23h15 - Signaler aux modérateurs
34 commentaires
JPEG - 101.4 ko

Voilà.

On m’a offert pour mon anniversaire un très bel exemplaire du Manifeste du Parti Communiste.

Je l’ai relu dernièrement, avec attention et plaisir.

Et étonnement aussi.

D’où mon souhait de vous en faire partager quelques extraits (que j’ai choisis en essayant de ne pas dénaturer le sens global des extraits et de l’esprit du texte).

En réalité, on devrait relire le Manifeste à chaque fois qu’on l’oublie. C’est à dire, souvent. Non comme un dogme religieux qui s’apprendrait par cœur, non comme une "vérité révélée", ni comme un "mode d’emploi" à appliquer, mais pour ce qu’il est (ce serait déjà pas mal). Une des œuvres politiques prophétiques la plus juste et la plus puissante qui soit. Un souffle. Une inspiration. Un élan.

La "visée" communiste, elle est toujours dans ces pages.

Et parce qu’à chaque stade de notre vie, en fonctions des conditions historiques on peut comprendre des choses qu’on n’avait pas comprises avant. Il ne suffit pas (mais il est nécessaire) de le relire (et de le faire lire). Encore faut-il aussi l’analyser et en débattre. De tels ateliers de lecture-débat aujourd’hui seraient salutaires.

Je vous laisse avec ces extraits de notre Manifeste. LL


"Un spectre hante l’Europe  : le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich et Guizot , les radicaux de France et les policiers d’Allemagne.

Quelle est l’opposition qui n’a pas été accusée de communisme par ses adversaires au pouvoir ? Quelle est l’opposition qui, à son tour, n’a pas renvoyé à ses adversaires de droite ou de gauche l’épithète infamante de communiste ?

Il en résulte un double enseignement.

Déjà le communisme est reconnu comme une puissance par toutes les puissances d’Europe.

Il est grand temps que les communistes exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leurs buts et leurs tendances ; qu’ils opposent au conte du spectre communiste un manifeste du Parti lui-même.

C’est à cette fin que des communistes de diverses nationalités se sont réunis à Londres et ont rédigé le Manifeste suivant, qui est publié en anglais, français, allemand, italien, flamand et danois." (...)


"Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s’implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations.

Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. Au grand désespoir des réactionnaires, elle a enlevé à l’industrie sa base nationale. Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour. Elles sont supplantées par de nouvelles industries, dont l’adoption devient une question de vie ou de mort pour toutes les nations civilisées, industries qui n’emploient plus des matières premières indigènes, mais des matières premières venues des régions les plus lointaines, et dont les produits se consomment non seulement dans le pays même, mais dans toutes les parties du globe.

A la place des anciens besoins, satisfaits par les produits nationaux, naissent des besoins nouveaux, réclamant pour leur satisfaction les produits des contrées et des climats les plus lointains.

A la place de l’ancien isolement des provinces et des nations se suffisant à elles-mêmes, se développent des relations universelles, une interdépendance universelle des nations.

Et ce qui est vrai de la production matérielle ne l’est pas moins des productions de l’esprit. Les oeuvres intellectuelles d’une nation deviennent la propriété commune de toutes. L’étroitesse et l’exclusivisme nationaux deviennent de jour en jour plus impossibles et de la multiplicité des littératures nationales et locales naît une littérature universelle. " (...)


"Par le rapide perfectionnement des instruments de production et l’amélioration infinie des moyens de communication, la bourgeoisie entraîne dans le courant de la civilisation jusqu’aux nations les plus barbares. Le bon marché de ses produits est la grosse artillerie qui bat en brèche toutes les murailles de Chine et contraint à la capitulation les barbares les plus opiniâtrement hostiles aux étrangers. Sous peine de mort, elle force toutes les nations à adopter le mode bourgeois de production ; elle les force à introduire chez elle la prétendue civilisation, c’est-à-dire à devenir bourgeoises. En un mot, elle se façonne un monde à son image." (...)


" Une épidémie qui, à toute autre époque, eût semblé une absurdité, s’abat sur la société, - l’épidémie de la surproduction. La société se trouve subitement ramenée à un état de barbarie momentanée ; on dirait qu’une famine, une guerre d’extermination lui ont coupé tous ses moyens de subsistance ; l’industrie et le commerce semblent anéantis.

 Et pourquoi ? Parce que la société a trop de civilisation, trop de moyens de subsistance, trop d’industrie, trop de commerce. Les forces productives dont elle dispose ne favorisent plus le régime de la propriété bourgeoise ; au contraire, elles sont devenues trop puissantes pour ce régime qui alors leur fait obstacle ; et toutes les fois que les forces productives sociales triomphent de cet obstacle, elles précipitent dans le désordre la société bourgeoise tout entière et menacent l’existence de la propriété bourgeoise. Le système bourgeois est devenu trop étroit pour contenir les richesses créées dans son sein.

 Comment la bourgeoisie surmonte-t-elle ces crises ? D’un côté, en détruisant par la violence une masse de forces productives ; de l’autre, en conquérant de nouveaux marchés et en exploitant plus à fond les anciens.

A quoi cela aboutit-il ? A préparer des crises plus générales et plus formidables et à diminuer les moyens de les prévenir. Les armes dont la bourgeoisie s’est servie pour abattre la féodalité se retournent aujourd’hui contre la bourgeoisie elle-même. " (...)


"Cette organisation du prolétariat en classe, et donc en parti politique, est sans cesse détruite de nouveau par la concurrence que se font les ouvriers entre eux. Mais elle renaît toujours, et toujours plus forte, plus ferme, plus puissante. Elle profite des dissensions intestines de la bourgeoisie pour l’obliger à reconnaître, sous forme de loi, certains intérêts de la classe ouvrière : par exemple le bill de dix heures en Angleterre.

En général, les collisions qui se produisent dans la vieille société favorisent de diverses manières le développement du prolétariat. La bourgeoisie vit dans un état de guerre perpétuel ; d’abord contre l’aristocratie, puis contre ces fractions de la bourgeoisie même dont les intérêts entrent en conflit avec le progrès de l’industrie, et toujours, enfin, contre la bourgeoisie de tous les pays étrangers.

Dans toutes ces luttes, elle se voit obligée de faire appel au prolétariat, de revendiquer son aide et de l’entraîner ainsi dans le mouvement politique. Si bien que la bourgeoisie fournit aux prolétaires les éléments de sa propre éducation, c’est-à-dire des armes contre elle-même." (...)


"De plus, ainsi que nous venons de le voir, des fractions entières de la classe dominante sont, par le progrès de l’industrie, précipitées dans le prolétariat, ou sont menacées, tout au moins, dans leurs conditions d’existence. Elles aussi apportent au prolétariat une foule d’éléments d’éducation.

Enfin, au moment où la lutte des classes approche de l’heure décisive, le processus de décomposition de la classe dominante, de la vieille société tout entière, prend un caractère si violent et si âpre qu’une petite fraction de la classe dominante se détache de celle-ci et se rallie à la classe révolutionnaire, à la classe qui porte en elle l’avenir. De même que, jadis, une partie de la noblesse passa à la bourgeoisie, de nos jours une partie de la bourgeoisie passe au prolétariat, et, notamment, cette partie des idéologues bourgeois qui se sont haussés jusqu’à la compréhension théorique de l’ensemble du mouvement historique.

De toutes les classes qui, à l’heure présente, s’opposent à la bourgeoisie, le prolétariat seul est une classe vraiment révolutionnaire. Les autres classes périclitent et périssent avec la grande industrie ; le prolétariat, au contraire, en est le produit le plus authentique. " (...)


"Les classes moyennes, petits fabricants, détaillants, artisans, paysans, tous combattent la bourgeoisie parce qu’elle est une menace pour leur existence en tant que classes moyennes. Elles ne sont donc pas révolutionnaires, mais conservatrices ; bien plus, elles sont réactionnaires : elles cherchent à faire tourner à l’envers la roue de l’histoire. Si elles sont révolutionnaires, c’est en considération de leur passage imminent au prolétariat : elles défendent alors leurs intérêts futurs et non leurs intérêts actuels ; elles abandonnent leur propre point de vue pour se placer à celui du prolétariat. " (...)


"Toutes les sociétés antérieures, nous l’avons vu, ont reposé sur l’antagonisme de classes oppressives et de classes opprimées. Mais, pour opprimer une classe, il faut pouvoir lui garantir des conditions d’existence qui lui permettent, au moins, de vivre dans la servitude. Le serf, en plein servage, est parvenu a devenir membre d’une commune, de même que le petit-bourgeois s’est élevé au rang de bourgeois, sous le joug de l’absolutisme féodal.

L’ouvrier moderne au contraire, loin de s’élever avec le progrès de l’industrie, descend toujours plus bas, au-dessous même des conditions de vie de sa propre classe. Le travailleur devient un pauvre, et le paupérisme s’accroît plus rapidement encore que la population et la richesse. Il est donc manifeste que la bourgeoisie est incapable de remplir plus longtemps son rôle de classe dirigeante et d’imposer à la société, comme loi régulatrice, les conditions d’existence de sa classe.

Elle ne peut plus régner, parce qu’elle est incapable d’assurer l’existence de son esclave dans le cadre de son esclavage, parce qu’elle est obligée de le laisser déchoir au point de devoir le nourrir au lieu de se faire nourrir par lui. La société ne peut plus vivre sous sa domination, ce qui revient à dire que l’existence de la bourgeoisie n’est plus compatible avec celle de la société. " (...)


"Quelle est la position des communistes par rapport à l’ensemble des prolétaires ?

Les communistes ne forment pas un parti distinct opposé aux autres partis ouvriers.

Ils n’ont point d’intérêts qui les séparent de l’ensemble du prolétariat.

Ils n’établissent pas de principes particuliers sur lesquels ils voudraient modeler le mouvement ouvrier. " (...)


"Les communistes ne se distinguent des autres partis ouvriers que sur deux points : 1. Dans les différentes luttes nationales des prolétaires, ils mettent en avant et font valoir les intérêts indépendants de la nationalité et communs à tout le prolétariat. 2. Dans les différentes phases que traverse la lutte entre prolétaires et bourgeois, ils représentent toujours les intérêts du mouvement dans sa totalité. " (...)


"On nous a reproché, à nous autres communistes, de vouloir abolir la propriété personnellement acquise, fruit du travail de l’individu, propriété que l’on déclare être la base de toute liberté, de toute activité, de toute indépendance individuelle.

La propriété personnelle, fruit du travail et du mérite ! Veut-on parler de cette forme de propriété antérieure à la propriété bourgeoise qu’est la propriété du petit bourgeois du petit paysan ? Nous n’avons que faire de l’abolir, le progrès de l’industrie l’a abolie et continue à l’abolir chaque jour.

Ou bien veut-on parler de la propriété privée d’aujourd’hui, de la propriété bourgeoise ? " (...)


"Mais est-ce que le travail salarié, le travail du prolétaire crée pour lui de la propriété ?

Nullement. Il crée le capital, c’est-à-dire la propriété qui exploite le travail salarié, et qui ne peut s’accroître qu’à la condition de produire encore et encore du travail salarié, afin de l’exploiter de nouveau.

Dans sa forme présente, la propriété se meut entre ces deux termes antinomiques ; le Capital et le Travail. " (...)


"Ce que nous voulons, c’est supprimer ce triste mode d’appropriation qui fait que l’ouvrier ne vit que pour accroître le capital, et ne vit qu’autant que l’exigent les intérêts de la classe dominante.

Dans la société bourgeoise, le travail vivant n’est qu’un moyen d’accroître le travail accumulé. Dans la société communiste le travail accumulé n’est qu’un moyen d’élargir, d’enrichir et d’embellir l’existence des travailleurs. " (...)


"Vous êtes saisis d’horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée. Mais, dans votre société, la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres. C est précisément parce qu’elle n’existe pas pour ces neuf dixièmes qu’elle existe pour vous. Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut exister qu’à la condition que l’immense majorité soit frustrée de toute propriété.

En un mot, vous nous accusez de vouloir abolir votre propriété à vous.

En vérité, c’est bien ce que nous voulons." (...)


"On a objecté encore qu’avec l’abolition de la propriété privée toute activité cesserait, qu’une paresse générale s’emparerait du monde.

Si cela était, il y a beau temps que la société bourgeoise aurait succombé à la fainéantise, puisque, dans cette société, ceux qui travaillent ne gagnent pas et que ceux qui gagnent ne travaillent pas." (...)


"En outre, on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité.

Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot.

Déjà les démarcations nationales et les antagonismes entre les peuples disparaissent de plus en plus avec le développement de la bourgeoisie, la liberté du commerce, le marché mondial, l’uniformité de la production industrielle et les conditions d’existence qu’ils entraînent.

Le prolétariat au pouvoir les fera disparaître plus encore. Son action commune, dans les pays civilisés tout au moins, est une des premières conditions de son émancipation.

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme, et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Du jour où tombe l’antagonisme des classes à l’intérieur de la nation, tombe également l’hostilité des nations entre elles. " (...)


"Ces mesures, bien entendu, seront fort différentes dans les différents pays.

Cependant, pour les pays les plus avancés, les mesures suivantes pourront assez généralement être mises en application :

 Expropriation de la propriété foncière et affectation de la rente foncière aux dépenses de l’Etat.

 Impôt fortement progressif.

 Abolition de l’héritage.

 Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles.

 Centralisation du crédit entre les mains de l’Etat, au moyen d’une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’Etat et qui jouira d’un monopole exclusif.

 Centralisation entre les mains de l’Etat de tous les moyens de transport.

 Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production ; défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d’après un plan d’ensemble.

 Travail obligatoire pour tous ; organisation d’armées industrielles, particulièrement pour l’agriculture.

 Combinaison du travail agricole et du travail industriel ; mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre la ville et la campagne.

 Education publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail des enfants dans les fabriques tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Combinaison de l’éducation avec la production matérielle, etc." (...)


"C’est vers l’Allemagne que se tourne surtout l’attention des communistes, parce que l’Allemagne se trouve à la veille d’une révolution bourgeoise, parce qu’elle accomplira cette révolution dans des conditions plus avancées de la civilisation européenne et avec un prolétariat infiniment plus développé que l’Angleterre et la France au XVII° et au XVIII° siècle, et que par conséquent, la révolution bourgeoise allemande ne saurait être que le prélude immédiat d’une révolution prolétarienne.

En somme, les communistes appuient en tous pays tout mouvement révolutionnaire contre l’ordre social et politique existant.

Dans tous ces mouvements, ils mettent en avant la question de la propriété à quelque degré d’évolution qu’elle ait pu arriver, comme la question fondamentale du mouvement.

Enfin, les communistes travaillent à l’union et à l’entente des partis démocratiques de tous les pays." (...)


"Les communistes ne s’abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l’ordre social passé.

Que les classes dirigeantes tremblent à l’idée d’une révolution communiste !

Les prolétaires n’y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner.

PROLÉTAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !"

source du texte dont sont issu les extraits :

http://www.marxists.org/francais/ma...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 07h15 - Posté par kan

Je suis contre sortir de son contexte un récit aussi important que Le Manifeste.

C’est un tout petit bouquin quelques dizaines de pages seulement ( 50 pages pas plus ), de grâce ne le massacrer pas, lisez le entièrement et souvent.

Alors, comme je le fais pour tout petit bouquin capable de réveiller un peu les consciences, je le prète, j’invite celles et ceux à qui je le prète de le faire lire à leur entourage.

C’est ainsi que l’on réveillera les masses populaires et que l’on deviendra plus fort.

L’idéal : trouver une liste d’ouvrages important, fondamentaux mais facile à lire et trés peu volumineux( l’épaisseur de certains ouvrages rebute nombre de futurs/pseudos lecteurs ).

J’ai déjà prété le Manifeste, Indignez- vous, les nouveaux chiens de garde, etc, etc .....tout n’est pas du même niveau mais l’essentiel est d’inciter à lire, réfléchir, réagir, .....et pour finir se révolter



Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 08h39 - Posté par marino

je regrette que les communistes aient baissés les bras et qu ils ne soient pas a la sortie des usines laissant la place libre a marine lepen ;; ;;

comment que trouver cette belle force et solidarité de 1936 ?


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 09h07 - Posté par Jean-Louis

Quels "communistes" ? 1936 ? C’est, avec mai 68, la démonstration que l’outil le plus efficace, c’est la grève générale, n’en déplaise aux petits bourgeois qui ne cessent d’essayer de nous convaincre que le prolétariat n’existe plus. C’est tout le contraire. Et le Manifeste n’a jamais été plus "vrai". Tout y est.


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 09h03 - Posté par Jean-Louis

"C’est ainsi que l’on réveillera les masses populaires et que l’on deviendra plus fort."

Mal formulé. Ce qui importe, à mon sens, c’est serons-nous capables de faire les bonnes propositions quand les masses se réveilleront ? Le Manifeste a pour but de rassembler les "communistes". Ce n’est pas un outil pédagogique pour les "masses". Quant aux autres "petits bouquins"... J’ai lu la plaquette de Hessel... assez pitoyable. Le contexte du Manifeste ? Je ne vois pas qu’il ait changé depuis 150 ans. Au contraire.


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 09h25 - Posté par

Allons, allons,... pas d’idolâtrie ! Le manifeste explique que ce sont les "classes exploitées" qui renversent les système,... Rien n’est plus faux. Les paysans n’ont jamais renversé l’Ancien Régime. Pas plus que la classe ouvrière qui devait devenir révolutionnaire et renverser le capitalisme... Elle s’y est au contraire parfaitement intégré (voir tout le 20e siècle dans les pays industriels développés)... Quant au modèle soviétique,... il n’a même pas tenu un siècle.

Marx s’est trompé sur la stratégie... On ne peut pas lui reprocher, mais au moins aujourd’hui devons nous le reconnaitre au risque de stagner et de permettre au capitalisme de se perpétuer.

R.C


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 14h03 - Posté par Joannès

Attention de ne pas ramener la sociologie d’un seul pays à toute la planète ! Les opprimés de toutes corporations peuvent aussi se coaliser pour se révolter pour la justice sociale et le droit de vivre dignement ! Les exemples ne manquent pas de par le monde ! Ne pas oublier que le capitalisme dans sa sauvagerie fait des victimes, et elles s’allongent, même chez les petits rentiers qu’il a ruiné . A nous à un mouvement d’avant-garde à faire en sorte qu’ils ne rejoignent pas un aventurier ! ! !


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 09h43 - Posté par aude

Curieuse interprétation de MARX.., cher Jean Claude,

Ce qui importe, à mon sens, c’est serons-nous capables de faire les bonnes propositions quand les masses se réveilleront ?


Cette conception du prémâché de "bonnes propositions"
élaborées par une avant-garde pour que les masses s’en saisissent quand elles ’"s’éveilleront..c’est tout ce qui a existé comme modèle , en France et dans le monde(avec des ajustements locaux parfois intéressants comme par exemple en Yougoslavie , voire à CUba avec les CDR) et qui est une copie inadapté d’un léninisme importé comme un "paquet cadeau" global.

Que pour X raisons ,dès 18 , Lénine et ses compagnons aient du faire face à une telle situation que la dictature TEMPORAIRE du prolétariat aie conduit de Staline à Eltsine à une réelel dictature SUR le prolétarait incite, selon moi et bien d’autres, à revisiter Marx, Rosa Luxembourg et Gramsci(je parle des principaux ) Pour que le Communisme du 21 ° sièckle -et l’Orga révolutinnaire qui va avec- soient de construction par et pour les masses ;

"lesSoviets partout" volà ce qui est d’autant plus" neuf" que cela n’a ..pratiquement jamais servi !

Le contexte du Manifeste ? Je ne vois pas qu’il ait changé depuis 150 ans

Tues bien certain ?
Ni en ce qui concerne le Capitalisme ?

Ni en ce qui concerne les niveaux d’exigence objective deprise de décisions (que nous appelerons "autogestion" ) par les masses , ?

Tu ne sens pas le rejet du prêt à porter, l’exigence du "sur mesure" ?

Ce qui n’a pas changé c’est l’existence de santagonismes de classes.

Ce qui a changé c’est que le stade actueldu Capitalisme dans sa crise systémique globale impose REVOLUTION ou Barbarie...

Que le K ne peut plus se permettre de donner le moindre grain à moudre à ceux qui se disent" moralisateurs" "régularisatuers" , de droite ou de Gôôche.

Ce qui change en permanence c’est le Monde et les contradictions  : Intercapitalistes(Chine -Etats unis par exemple) , combinées à des réactions populaires à l’intolérable6

De Castro à Morales en passant par les balbutiements de démocratie qu’il ya dans les révoltes arabes, voire avec des limites que tu dénonces fort justement, dans ce qui inspire de l’"Indignation"- que je préfère toutefois à la "résignation "- sommes nous bien conscients des possibilités d’un nouvel internationalisme, avons nous bien en tête que la violence dans la Guerre des classes, à l’échelle mondiale, la férocité de l’adversaire à abattre n’est pasun signe de"force" , d’"assurance" mais de la convulsion d’agonie dangereuse ?

Rester fidèle au Manifeste du Parti communiste, c’est en 2011, s’en servirpour que le Communisme ne soit pas qu’une utopie que les masses n’aurontpas pu construire pour cause de refus des révolutionnaires de se débarrasser des habits de"papa"..

"Les Masses font l’Histoire"certes à condition que les Révolutionnaires de se racontent pas...des histoires !

Cordialement

A.C


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 09h44 - Posté par A.C

"aude" ?

 :))

Erreur de frappe pour A.C.


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 11h37 - Posté par Jean-Louis

Il n’y a pas de contradiction avec ce que j’ai écrit. Tu ne peux nier l’existence (hors processus révolutionnaire) d’une petite fraction "éclairée" (= qui a, par exemple, lu et compris, le Manifeste), une fraction interne au prolétariat pas extérieure, celle qui va pousser à la création des "soviets", le moment venu, parce qu’à ce moment-là, ça coulera de source pour les ’masses" mobilisées appelées à créer l’Histoire, à nous faire dépasser la préhistoire. Non ?


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 13h53 - Posté par

est ce que Marx avait prévu les dérapages du stalinisme
les staliniens ont trahi leur cause leurs camarades leur idéal
ils ne pouvaient pas se regardaient en face
encore aujourd’hui
alors que hitler a tenu ses promesses atteint son but


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 14h29 - Posté par

je regrette que les staliniens aient baissés les bras et qu ils ne soient pas a la sortie des usines laissant la place libre a marine lepen ;; ;;


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 17h54 - Posté par A.C

je dois fatiguer.

je ne pige pas ce qui peut" couler de source "pour les ’masses.., pas plus que je n’ai compris cette notion de"réveil des masses" que j’avais relevé dans ton commentaire.
Pas plus que je ne partage cette affirmation que "Le contexte du Manifeste ? Je ne vois pas qu’il ait changé depuis 150 ans"

Je vais relire...pour voir ou je déconne.

A.C


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
3 février 2012 - 12h32 - Posté par Jean-Louis

Exemple d’un truc qui coule de source (histoire vraie... et fréquente). Dans l’usine (3000 (3000 travailleurs, c’était dans le temps !), on annonce un plan de licenciements (onze, pour être précis). Je propose une virée à l’étage de la direction (mon service et finalement toute la boîte se retrouve dans les couloirs : "non aux licenciements") et se dirige vers les bureaux de la direction. Ça "coule de source" et notre "masse" s’est bel et bien réveillée (ou a ouvert au moins un oeil !). Un truc qui ne coule pas de source ce jour-là, à ce moment-là : travailleuse, exigez de votre compagnon/mari... le partage des tâches ménagères, ou encore "à bas le Figaro", ou encore "vive le communisme du 21e siècle"... En cherchant bien... Je n’aime pas trop le terme "masse", en fait. À propos du contexte du Manifeste, je vois mal en quoi la notion de vol de la plus-value, d’accumulation capitaliste, d’argent-crédit, de spéculation, de mondialisation... est actuellement caduque. Or, le Manifeste, c’est ça avant tout et plus, non ?


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
3 février 2012 - 09h09 - Posté par

On a du mal se comprendre. Personne ici n’a dit qu’il en fallait pas le lire dans son intégralité. Par ailleurs ce n’est pas "sortir de son contexte" (lequel ?) un texte que d’en citer de l arges extraits pour inciter à sa lecture, mais bon.


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 14h36 - Posté par RICHARD PALAO

LL en effet tu as reçu un beau cadeau et j en profite pour te souhaiter un très bon anniversaire .

J ’aime beaucoup cet extrait :

"...mais est ce que le travail salarié , le travail du prolétaire crée pour lui de la propriété ?
Nullemnent , il crée le capital , c’est dire la propriété qui exploite le travail salarié , afin de l’exploiter de nouveau .
Dans sa forme présente , la propriété se meut entre deux termes antinomiques , le capital et le travail ..."

lorsque l’on hésite , il n est pas inutile de revenir aux "fondamentaux "comme on dit au rugby , alors s’en vouloir réouvrir le débat sur les nouveaux adjectifs que certains voudraient accoler au mot salaire , je ne vois pas comment on peut utiliser le terme "salaire socialisé" alors que MARX nous explique que le salaire , c’est le CAPITAL ...

Mais je n ’ai peut-être rien compris et j ’accepte volontiers que l’on m’explique .



Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 15h53 - Posté par RICHARD PALAO

Je sais je tape trop vite et je fais des fautes d orthographe , mais celle là , elle est belle : s’en vouloir , au lieu de SANS vouloir ...


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 16h31 - Posté par La Louve

Salut Richard et merci ;-)

Oui, tu vois, hier soir, je me disais un truc, en relisant cette phrase, exactement, que tu as soulignée.

Je me sentais "gratouillée" par la revendication de "trouver un repreneur" pour les usines menacées de fermeture ou délocalisation...

Je me demandais si c’était bien aux communistes (y compris aux syndicalistes communistes) de porter cette revendication, finalement, qu’on pourrait traduire par "trouver un nouvel exploiteur"...

alors je sais bien que "trouver un repreneur" ça veut dire dans ce système pouvoir continuer à toucher un salaire...et que sans salaire dans ce monde tu ne peux pas vivre si tu es un prolétaire, a fortiori si tu es un ouvrier...je sais bien...et il ne s’agit pas de nier cela.

Mais quand même. Cela veut dire aussi chercher un exploiteur, renforcer le capital.

Lutter en amont contre la fermeture et les licenciements et surtout, en même temps, POUR les conditions de travail le salaire (cf GOODYEAR) ce n’est pas pareil qu’arriver a posteriori à "travailler" à des solutions de "reprise".

Bref je ne sais pas, ça me "gratouille" tout ça...

Bon je fais vite et en très résumé là parce que je n’ai pas bcp de temps. Mais à + pour la suite de la discussion,

LL


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 17h43 - Posté par A.C

Tiens,c’était ton anniv’ et fesse Bouc ne m’informe pas ?
GRRR

alors je sais bien que "trouver un repreneur" ça veut dire dans ce système pouvoir continuer à toucher un salaire...et que sans salaire dans ce monde tu ne peux pas vivre si tu es un prolétaire, a fortiori si tu es un ouvrier...je sais bien...et il ne s’agit pas de nier cela.

Mais quand même. Cela veut dire aussi chercher un exploiteur, renforcer le capital

OUI..mais augmenter nos salaires est un mot d’ordre tout autant , sinon plus, rempli d’"a-marxisme" puisque nous sommes pour abolir le salariat..

Dès lors, et tant que les conditions du dépassement/abolition du Capitalisme ne sont pas en processus avancé..., exiger qu’un outil de travail soit maintenu,, je ne vois vraiment pas -sauf à se prendre les pieds dans la solution selon moi d’échec garanti à terme, de SCOP ou autre formule d ’auto-exploitation en régime actuel- - pourquoi la recherche dans la lutte de"reprise d’activité" serait une source de "grattouillage"

..

 :))

Si on allait jusqu’au bout -maisje précise que je "plaisante"-le Capitaliste qui lourde une taule, libérant ainsi le travailleur du lien d’exploitation qui le liait à son patron..serait un Révolutionnaire qui s’ignore... _ :))

Biz et bon anniv’.

A.C


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 18h49 - Posté par La Louve

Oui bon je t’en veux à mort de pas m’avoir souhaité mon anniv (c’était le 7/1 et c’est un complot de Fesse de bouc c’est évident) -armmf, évidemment si j’avais habité Marseille par exemple.... ;-))) tu m’aurais pas oubliée ainsi .... mais bbbooonnnnnnnnnnnn....ppaaaassssooonnnssssss :-D

Maaaah non bien sûr c’est po ce que je veux dire.

Et évidemment, je suis consciente des arguments que tu avances ( euhh tu sais ou tu as peut être oublié -moi pas ;-)) - mais j’ai passé quelques années syndicales dans la CGT, et pas comme permanente, dois je le préciser, puisque je peux me rappeler avec délice d’avoir fortement emmerdé un vieux bout de "notre" patronat réac et moisi avec mes copines, en créant la première et unique section syndicale CGT de la dite profession ;-)) - et bon, même si on forme pu’ les syndicalistes, j’ai la chance d’avoir eu des "vieux" et "vieilles" camarades autour de moi pour m’éduquer un peu ;-) fin de la parenthèse)

MAIS d’une part, on ne peut pas écarter d’un revers de main par des affirmations "ressassées"( que je suis la première à ressasser d’ailleurs - et probablement justes, mais ça reste quand même à voir aujourd’hui dans le détail) les questions paradoxales que soulève notre situation de prolétaires, donc, je crois qu’on a l e droit de poser toutes les questions (même les plus cons en apparence) - parce qu’évidemment ce qui est intéressant à une question même con, c’est l’éventuelle réponse intelligente ;-)

et SURTOUT, il ne t’aura pas échappé que "trouver un repreneur" signifie en général dans 90 % des cas :

 geler ou baisser les salaires,
 ne rien changer aux conditions de travail
 déqualifier + ou - (regarde donc not’ bon Wauquiez il est allé proposer aux filles de Lejaby de faire des valises et pu’ des soutifs - et moi je peux te dire qu’une valise et un soutif c’est PAS pareil :-D quel va être leur avenir professionnel et comment vont elles passer du soustingue à la mallette ?? )
 diviser les exploités d’un lieu de travail donné entre "ceux qui partent/ ceux qui restent"
 le cas échant, fermer la boite avec pertes et fracas deux ou trois ans plus tard.

Où est l’entorse au Capital là dedans ? Même pas un coup de griffe ni un coup de dent.
Que du bonheur, non ?

Bisous, vieux matou,

LL


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 19h34 - Posté par La Louve

Car je précise (ça me semble vraiment important pour pas engager le débat sur de mauvaises bases), moi je parle "reprise".

et toi tu me parles "maintien".

Dès lors, et tant que les conditions du dépassement/abolition du Capitalisme ne sont pas en processus avancé..., exiger qu’un outil de travail soit maintenu,,

On voit bien qu’on parle là de deux choses différentes.

Enfin je crois.

re bises


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 20h33 - Posté par A.C

moi je parle "reprise".

et toi tu me parles "maintien".

OUI..mais ce maintien , puisque l’ancien proprio fait "défaut"suppose que la reprise d’activités se fasse avec un repreneur comme aurait dit le marxiste La Palice.

 :))

Je sais bien que le repreneur ne vient pas par humanisme et j’entends bien tes arguments sur ce que sera la "douloureuse".

mais, entre nous, (exemple du piège des 35H telles que Aubry les a concoctées..,) est ce que ce n’est pas en opposant "droit à un emploi" contre pertes d’acquis -y compris en termes de pouvoir d’achat via le salaire- que toute l’en c..ie fonctionne ?

Et n’est ce point justement ce chantage de merde que voudraient t voir instauré Sarko-Parisot quand ils parlent d’en finir avec des accords "nationaux", un code du Travail s’appliquant à tous, pour aller vers un système abject de choix entre la peste de la précarité et le choléra des minimas encore plus réduits, par boites, quand on connait l’état hélas dudésert syndical dans les PME ?

Ce débat , selon moi, sur "repreneur"-que j’ai repris  :))
........ au vol comme d’ailleurs sur d’autres aspects de ce qu’est le syndicalisme depuis qu’il est une fonction "régulatrice" modératrice" dans la ldc, pose la question des limites du "compromis"..

Non seulement aujourd’hui la crise duK interdit qu’on aboutisse à des compromis acceptables par les salariés..mais en plus, ont a une nomenklatura CES (CGt nationalement incluse sauf quelques Fédés. ;et deuxtrois ud) qui se meuvent dans la "compromission".

Qui ont acté que c’est lec ahier revendicatif du MEDEF qu’on a sur la table des négociations !!

Comment, dans ces conditions, alors que les stages de la CGt n’osent m^me plus évoquer les "fondamentaux" marxistes , imaginer que , dans ce contexte de précarité, de pédagogie du " chacun pour soi’" , on puisse penser que le mouvement syndical ne s’alignera pas, dans son expression, sur la langue debois, pardon, de pute.. de la classe dominante ?

Et que le terme de"repreneur " soit utilisé puisque "reprendre ce qui est a NOUs" c’est à dire exproprier l’exploiteur-possédant n’est pas , n’est plus dans la un repère militant.

Qui s’insurge quand on ose parler des"dépenses deSanté" alors que c’est la maladie qui est un coût -et quel coût, souvent, hélas !- ??

Qui, dans les boites réfute le concept pourri des"coûts salariaux" ..ce qui supposerait à tout le moins que "salaires-prix-profits" soit en débat permanent, pour aller dans le "vif" à savoir rappeler que ce qui est un fardeau, d’un côut intolérable pourl’immense majorité des "gens" c’est loi du fric-roi.. et le beoin , pour des raisons desurvie, que lois tendancielles des taux de profit soient examinées à la loupe dans les Conseils d’administration
Ou seuls les Patrons reconnaissent la modernité du Marxisme comme outil d’ analyse d’une Société !

Est ce que la réaction sur les questions de "productivité"(sur-exploitation donc..) quand on nous fait chier en parlant des "français fainéants et nantis" est omniprésente dans les discussions ?

C’est sur cela que nous butons , non ?

Tant que ces thèmes ne feront l’objet que d’échanges entre"initiés" marxisants du Net, (dont nous sommes) , on ne pourra pas avancer dans les masses les questions clés que soulève cet article.

Selon moi, du moins..

Bonne soirée
et rebiz

A.c


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 21h31 - Posté par La Louve

Bon, nonobstant le fait que je ne suis pas du tout convaincue que maintien = reprise ;-) bien sûr une bonne partie de ce que tu avances est pertinent.

C’est bien pour ça que je demandais "est ce à nous (communistes ou communards ou communisants) de faire, notamment via la CGT, cette partie du "job" (comme disent les "winners") ?

Une des choses que m’ont apprises ces "vieux camarades " de la cgt justement c’est que c’est pas la CGT qui choisit les tauliers. Or là est ce que ce n’est pas ce qu’on fait ? :-/

Évidemment que les salariés ont et doivent avoir leur mot à dire sur les conditions des "reprises "proposées en ce qui les concerne EUX et là la cgt doit jouer son rôle à plein (c’est à dire comme on en discutait avec roberto toute à l’heure, pas sur "l’activité" , nuance) dans le cadre de la démocratie (c’est à dire pas en allant à 3 ou 4 dans les bureaux du préfet ou du ministre mais que eux viennent en effet dans les taules et que ce soient les AG qui décident tous les docs en main).

Évidemment aussi que je suis d’accord sur l’énorme bourrage de crâne l’acculturation patronale le sens des mots etc.

Mais c’est pour ça que je demandais "notre rôle à nous communistes" ;-)

Je veux dire que bien qu’étant nous même en règle générale, partie du prolétariat, nous ne sommes pus tout à fait des prolétaires exactement comme les autres puisque nous avons une différence qui s’appelle d’une part la conscience et d’autre part le rapport théorie /praxis (et donc aussi la théorie, théorie que j’en ai marre de voir balancer aux orties tous les jours avec des prétextes complètement néo-stals ouvriéristes du style :" Ouais ben vos questions, les gauchisses, c’est gentil, mais elles nous donnent pas à bouffer" - oui ok mais bon l’absence de questions non plus ne file pas à bouffer , d’autant que a priori les "gauchisses" en question sont rarement des gens qui vivent en dehors des conditions réelles du prolétariat donc, ils sont la preuve qu’on peut être confrontés à des difficultés inhérentes à la condition prolétarienne et néanmoins se poser des questions et faire des analyses "théoriques"- je ne dis pas ça pour toi évidemment).

Là où je ne suis pas d’accord du tout c’est sur le fait qu’échanger "entre nous" (ou de façon supposée telle, ce qui reste à voir - car écrire sur un forum, notamment celui-ci c’est écrire sous plein de paires d’yeux qui te lisent sans forcément prendre part au débat et sans doute sans partager toutes nos idées - selon nos stats, depuis bientôt 10 ans, grosso merdo à peine 10 % des lecteurs interviennent dans les discussions ici) que cela cet échange serait grosso merdo inutile (si je t’ai bien compris). Ben moi je crois pas. Ce n’est jamais inutile.

En revanche ce que tu pointes (et c’est là uen chose dont nous seront toutes et tous d’accord) c’est sur la difficulté aujourd’hui du passage à l’action pour beaucoup d’entre nous, pour des raisons qui ne tiennent pas tant au fait d’être "un révolutionnaire du clavier" mais au fait de ne plus avoir d’orga politique et/ou syndicale actives...

To be continued....


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 22h59 - Posté par A.C

Là où je ne suis pas d’accord du tout c’est sur le fait qu’échanger "entre nous" (ou de façon supposée telle, ce qui reste à voir - car écrire sur un forum, notamment celui-ci c’est écrire sous plein de paires d’yeux qui te lisent sans forcément prendre part au débat et sans doute sans partager toutes nos idées - selon nos stats, depuis bientôt 10 ans, grosso merdo à peine 10 % des lecteurs interviennent dans les discussions ici) que cela cet échange serait grosso merdo inutile (si je t’ai bien compris). Ben moi je crois pas. Ce n’est jamais inutile.

NON je ne dis pas cela.
Tout échange est UTILE.
J’ai voulu noter que c’était"insuffisant"
J’ai écrit :

Tant que ces thèmes ne feront l’objet que d’échanges entre"initiés" marxisants du Net, (dont nous sommes) , on ne pourra pas avancer dans les masses les questions clés que soulève cet article

J’ai mis exprès en gras tes propos et les miens.

Tu veux qu’on se crèpe ton chignon ?

 :)

ls sont la preuve qu’on peut être confrontés à des difficultés inhérentes à la condition prolétarienne et néanmoins se poser des questions et faire des analyses "théoriques"- je ne dis pas ça pour toi évidemment).

ça veut dire que je ne me pose pas de questions ?
Je ne fais pas d’analyses théoriques ?

Je ne suis pas confronté à des conditions de vie difficiles ??

 :)) Je plaisante !, j’ai bien lu la phrase....

@+ sur d’autres aspects .
.
AC


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 23h26 - Posté par La Louve

Tu laisses mon chi(g)non tranquille NOM DE ZEUS !!!!

 ;-))


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 10h32 - Posté par A.C

Revenons sur cette question

’est bien pour ça que je demandais "est ce à nous (communistes ou communards ou communisants) de faire, notamment via la CGT, cette partie du "job" (comme disent les "winners") ?

Une des choses que m’ont apprises ces "vieux camarades " de la cgt justement c’est que c’est pas la CGT qui choisit les tauliers. Or là est ce que ce n’est pas ce qu’on fait ? :-/

Je partage globalement ton positionnement, on m’excusera de rebondir pour repréciser ma position -des plus discutables —

Sur cette première partie de la question, les communistes -ausens le plus "large" savent bien que dans la CRISE, tout ce qui n’est pas d’un "plus " dans la formation du profit pour que le rapport "Benéfices" /investissssement(qu’on l’appelle taux de profit ou retour sur investissement) "freine" la baisse tendancielle, n’intéresse pas le Capitaliste.

c’est d’ailleurs là que des copains ont , selon moi, des difficultés
"Ils ferment notre boite alors qu’on gagnait de l’argent"
Attention..
Cette réaction pourrait laisser supposer que lourder des prolos en affichant des"pertes" rendrait presque inéluctables certaines décisions de mise au chomdu

Le Capitalisme a ses règles :

Si, compte tenu de l’impact des côuts en terme de techonologies, formations necessaires pour qualité de production , le Capitalo gagne 100 millions d’euros quand il doit en constitution de capital-matériel ET force de travail à rémunérer, investir 1000 millions

............, sa "rentabilité immédiate n’étant que de 10 pour cent, il peut décider d’aller se positionner sur les "marchés financiers" et alimenter la bulle spéculative, fossoyeuse de vies, pour un rapport de 2 fois plus !

D’ou bien sur, toujours , inlassablement tenir les"deux bouts " dans la lutte..
Y compris que puisque le POSSEDANT DECIDE, il faut une appropriation Sociale pour que des DECISIONS satifaisant les besoins de VIE du plus grand nombre remplacent les choix de classe, dictés par un besoin d’ahjouter du "pus" sur lees plaies que cause l’exploitation capitaliste/
(c’est en cela d’ailleurs que j’avais apprécié le slogan de O.B "Nos vies valent plus que leurs profits")

Ceci rappelé, traquer(plutôt que rechercher ) du repreneur pour une activité de création de richesses est certes contradictoire avec ce que tu avances à juste raison - et que je résume : « les tauliers -exploiteurs c’est quand m^me pas à laCégèt de faire le job de partir à leur recherche. »
.
Mais il se trouve qu’avec un soutien de masses ur le "fond" , à savoir le BESOIN pour l’intérêt général de la production que le Capital sacrifie, on est quand m^me dans une démarche -certes je répête contradictoire- d’un "bout delutte de classe"..

Puisque nous connaissons les lutteurs FRALIB et leurs soutiens marseillais.....obliger à ce que du THE, utile à la consommation soit fabriqué à Gémenos par une usine ou risquent être mis en jachère les savoir et savoir faire de salariés -kleenex pour cause de taux de profit du Groupe Unilever..c’est du combat de classe.

A la condition que tu as mille fois raison d’avancer

Évidemment que les salariés ont et doivent avoir leur mot à dire sur les conditions des "reprises "proposées en ce qui les concerne EUX et là la cgt doit jouer son rôle à plein (c’est à dire comme on en discutait avec roberto toute à l’heure, pas sur "l’activité" , nuance) dans le cadre de la démocratie (c’est à dire pas en allant à 3 ou 4 dans les bureaux du préfet ou du ministre mais que eux viennent en effet dans les taules et que ce soient les AG qui décident tous les docs en main

C’est pourquoi d’ailleurs je plaide pour que le Comité de Grêve et d’occupation, ou l’AG souveraine des travailleurs soit le seul interlocuteur des patrons et pouvoirs publics-

Bien entendu avec "dedans" les représentants des Fédés -Ud des secteurs concernés-ne serait ce que pour "aider" dans la réflexion d’ensemble et sur le plan concret -"juridique" comptable"

Y compris aussi pour que ces AG décidant de A à Z..nourrissent aussi leurs analyses , dela rencontre, du débat avec d’autres salariés d’autres acteurs sociaux..ou assos de"consommateurs"..etc etc..

Autrement on est objectivement dans une forme délégataire dont lesv ieux loups comme moi savent ou cela conduit en terme de risques de compromissions.

POUTOU sait aussi bien que moi-et certainement l’ at il vécu cruellement- comment l’UD CGT 33 a tenté -non sans succès partiel- de s’immiscer dans le conflit FORD.

Pour que les prolos en rabattent-y compris sur leurs formes delutte décidées démcratiquement par EUX- car « "on" était en discussions (? ?) avec un repreneur (? ?) »

Cette opacité qui tourne autour de l’argument

« "On" peut pas vous en direplus ».

. assorti de "Attention à l’aventurisme qui découragerait le repreneurque nous avons rencontré avec tel Président de tel Conseil Régional" , voire avec cette connerie qui me fait rugir :

"Oulala, ya pas du gauchiste embusqué la dedans ?"

ou

« " les Fralib à Bordeaux, avec leur CGT..oui..mais aussi avec les potes à Hoareau et avec des mecs comme tels ou tesl "canardeur de FDG 33 »

,..........NON, cette démarche de tous les dangers.., ce n’est plus le syndicalisme de classe démocratique et unitaire !

C’est là que la sensibilité communiste fait défaut aujourd’hui.

Désolé de le dire à ceux qui adorent se farcir les "cocos" depuis 1924...
L’existence de cellules du PCF et , contradictoirement aussi, le poids du PC dans la CGT d’"hier" -en gros la notion de "courroie" , bref un espace de débat "POLITIQUE" -fut il certes assorti d’une démarche globale "programmatique" - a été un sacré outil pour aborder ces questions

Avant que la courroie de transmission ne continue de fonctionner, mais pour relayer tout le"renoncement" qui a creusé le fossé entre"le Parti" et les masses..

Nous ne devons pas être en grand désaccord..

Nous sommes plein sujet..

Car c’est biennde lire et relire le Manifeste pour en écrire, TOUS ensemble ; les pages de l’an 2000 dont il est question, non ?

Ni la spontanéité des masses, ni l’avant gardisme d’un "groupe" dirigeant ne peuvent déblayer le chemin pour la construction du "NEUF" "

Si ,marxistes, nous répétons que TOUJOURS ;l’"ancien le dispute au Nouveau".. dans les rangs militants (CGT notamment) il y a beaucoup de résistance à faire un travail(y compris PERSONNEL) d’analyse pour porter en débat de masse le fait que dans l’"ancien" qui verrouille le changement..il y a beaucoup trop de NOS dirigeants actuels...

Je ne parle pas que de ceux qui sont aux commandes dans la CGT ou au PCF, bien entendu.

Mais j’arrête, on pourrait penser à tort que je vise tel ou tel Parti dont le problème est , selon moi, davantage dans son rapport aux couches populaires, au monde du travail ..que dans les difficultés organisées pour -nous ditil- le priver de500 signatures de notables...

A.C


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 10h55 - Posté par

Bon alors nous sommes globalement d’accord sur beaucoup de choses là ici.

et attention dans le cas des fralib, justement, leur revendication n’est pas "retrouvez nous un patron" ils ont abordé la question par "la bande" et ce de façon juste intelligente et positive en regardant "plus loin".

LL


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 21h44 - Posté par La Louve

J’ajouterai aussi que ce qui m’angoisse quand je vois tout ça, c’est que finalement, pourquoi élire autre chose que des représentants de la bourgeoisie (de préférence donc à droite) puisque finalement ce sont eux les mieux à mêmes de "trouver des repreneurs" ?

On le voit bien là avec les copines de Lejaby.

Qui est le "repreneur" pour Yssengeaux ?

Vuitton.

Vuitton = LVMH = Bernard Arnault = Pote à Sarko.

Bah voyons.

Tu vois ce que je veux dire ?


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
1er février 2012 - 18h53 - Posté par vériane

Lire "l’actualité du manifeste" de S ZIZEK c’est pas mal, comme ZIZEK en général ,même s’il part dans tous les sens.....mais bon cela change de la production pipi de chaton dont on nous abreuve



Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 08h33 - Posté par Cop

La puissance et l’importance actuelle du prolétariat urbain dans le monde est exceptionnelle.

Le changement depuis l’époque de Marx est énorme, nous sommes passés de situations où la paysannerie dans toutes ses déclinaisons était dominante à une situation où le prolétariat urbain est maintenant la classe majoritaire dans le monde .

Quand on parle de secousses dans le monde dit "arabo-musulman" c’est de ce type de sociétés de prolétaires urbains dont on parle , sauf encore pour quelques années pour l’Egypte (et encore, la densité de la population tresse une relation ruralité-urbanité particulière et dense.

Et ce phénomène se voit un peu près partout , la Chine au cours des années 2010-2011 est passée probablement à ce stade d’un prolétariat urbain majoritaire (avec aussi dans certaines régions une densité exceptionnelle qui fait que la situation d’interpénétration de la ville dans la campagne crée une forme de prolétariat particulière, aux côtés de grandes migrations (classiques là) de jeunes des campagnes vers d’autres régions pour aller dans les zones industrielles et le batiment .
Ce dernier aspect nous l’avons bien connu en France dans les années 50-60 quand des usines se sont montées avec des travailleurs venus des campagnes (qui allaient donné des aspects particuliers à certaines grèves ouvrières ).

Bref, depuis Marx, il faut bien regarder l’immensité du chemin parcouru du point de vue des classes en présence.

La dernière poussée du capitalisme qui a eut lieu ces dernières 30 années a contribué à écraser un peu plus dans les vieux pays industriels, les autres classes. la petite bourgeoisie a largement été écrasée ou vit dans un salariat caché, la paysannerie est tombée à un niveau résiduel, la bourgeoisie s’est concentrée en jetant par la fenêtre une partie d’elle-même afin d’augmenter sa part de gâteau.

Bref, là où un courant idéologique important parlait de la fin du prolétariat dans les vieux pays riches , on constate l’inverse et une poussée continuelle .

Mais si il y a un truc qui n’a pas changé c’est sur la domination idéologique et matérielle.

"Nous ne sommes rien , soyons tout" ne ressort pas d’une phrase inutile mais au contraire toute la difficulté que nous avons à nous émanciper du contrôle global par la bourgeoisie. Il n’y a pas de conquête possible pas à pas par la classe ouvrière qui fasse que les choses changent , à la différence de l’ascension qui avait amené la bourgeoisie vers le pouvoir.

Les rapports de force n’évoluent pas progressivement, mais par ruptures et marquent ensuite des périodes entières.

La question de l’émancipation et de la bataille sur le terrain de ce qui renouvelle et fabrique le capitalisme, les lieux de création de richesses, demeurent des bunkers du despotisme non visités par la démocratie du système tel qu’on la connait.

L’entreprise est le plus dur des lieux pour militer, faire de la politique, c’est pourtant là que la bourgeoisie tire sa puissance , et là que le prolétariat démarre sa soumission.

Les tentatives de changer le monde en contournant cet os dur d’où la bourgeoisie tire les moyens pour se payer la démocratie, n’ont jamais bien marché. Une défaite des travailleurs vide souvent la surface sur laquelle se crée d’autres contestations très intéressantes.

Mais toujours est-il que quand je parle des lieux de production de richesses, il y a bien sur une évolution profonde par rapport à la période des énormes usines des années 50-60. Les montées de productivité ont tellement été colossales qu’il ne faut plus beaucoup d’ouvriers pour produite énormement dans de petites unités (quand on regarde les usines en Chine c’est aussi les mêmes traits qui s’imposent, usines de milliers de travailleurs au max, mais pas de dizaines de milliers).

En France et en Europe, le développement du capitalisme a également été le bouleversement permanent des lieux de production, de construction, de services, de commerce, etc, sans arrêt détruits et reconstruits, avec des prolétaires de plus en plus formés et communiquant, mais également plus précaires.

Les questions d’ailleurs de nos organisations de l’émancipation prennent un tour différend de l’époque des grandes concentrations ouvrières uniformes . L’arrogance qu’il y aurait à penser que c’est parce que Renault aurait fondu au soleil que tout serait foutu ne reflète finalement que l’attachement à la résistance dans des lieux précis . Mais pas au mouvement profond qui s’observe et est sans cesse renouvelé de différentes façons et éventuellement sur d’autres lieux. Sans compter que le prolétariat des usines de l’automobile par exemple ne se laisse pas liquider et résiste tout du long pas à pas aux agressions (Contis, etc).

Mais ça ne change rien au dilemme de fond et de l’affrontement entre les classes. Ces 3/4 dernières années nous vivons une grande crise mondiale du capitalisme dans laquelle la bourgeoisie se livre à un assaut généralisé pour comprimer les parts du prolétariat, après avoir liquidé la place des autres classes.

Face à cela, ces dernières années, le prolétariat urbain a montré ses muscles, a montré qu’il était un colosse.

Mais un colosse sans plan, sans organisations à hauteur, un colosse sans objectifs bien définis et moyens pour y arriver.

C’est la pensée de l’émancipation, c’est la gauche politique qui a failli dans cette histoire, pas la capacité à mobiliser (à condition que celle-ci se nourrisse de victoires, sinon elle refluera).

Il y a des tas de pays qui ont bougé sans existence de partis de l’émancipation, sans organisations de masse de résistance , mais avec des prolétariats urbains énormes se mettant en mouvements.

Le renouvellement de la pensée et pratique politique de l’émancipation au sein de la classe ouvrière est devenu maintenant un impératif absolu ;

Les marges de manœuvre sont celles du risque de fascisme dans une partie des vieux pays européens, mais dans un cadre où la base sociale de la bourgeoisie, construite sur d’autres époques par des alliances de classe de la bourgeoisie , a été laminée par le mouvement naturel du capitalisme.

Les classes qui ont été réellement à l’œuvre dans la montée du fascisme des années 30 (d’après le renouveau des analyses de ces 20 dernières années) ont été laminées par la bourgeoisie : paysannerie, petite bourgeoisie, rendant ainsi plus compliquées les cartes fascistes qui auraient autrement gagné depuis 15 ans dans des pays comme la France.

Ce qu’il y a au fond demeure quand même les rapports sociaux de fond :

 quelles sont les alliances de la bourgeoisie quand celle-ci a liquidé une grande partie des classes et couches sociales qui existaient entre elle et le prolétariat ? Le parti de l’émancipation prend-t-il en compte cette nouvelle donne ?

 qu’est ce qui peut unifier, améliorer l’organisation et faire prendre confiance en soi notre classe devenue maintenant écrasante numériquement mais demeurant naine politiquement ?
Je n’ai pas de doute sur le moteur increvable des résistances de notre classe qui ressurgit même après des coups de marteau pilon terrible. Là où ça ne va pas c’est sur la permanence à haut niveau de la résistance, son organisation et ses progrès politiques.



Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 10h23 - Posté par RICHARD PALAO

LL , je préfère ceux que "ça gratouille " et j ’en suis, à ceux qui ont des certitudes , car on sait ou cela mène ...

Avec mes faibles connaissances théoriques je vais essayer de préciser ma position , toutes mes excuses si c ’est un peu confus :

MARX n ’ a jamais dit que le chemin qui mène à l’abolition du salariat serait facile et qu’il n ’y aurait pas de contradictions à résoudre :

ce n ’est pas parceque obtenir une augmentation de salaire , c’est créer davantage de capital , qu’il faut renoncer à ce que les travailleurs obtiennent en échange de leur travail , un salaire qui leur permette de vivre dignement et de satisfaire leurs besoins vitaux .
On ne devient pas naturellement plus révolutionnaire parceque l’on a le ventre et la tête vide , sinon les pays qui connaissent la misère depuis des siècles en serait déja au stade du socialisme .

L’erreur serait, à mon avis , de mener uniquement des luttes syndicales essentiellement axée sur les augmentations de salaires et les revendications corporatistes ; mais si ces luttes pour obtenir un meilleur niveau de vie , sont menées simultanément avec des luttes plus "politiques " ayant pour objectif de détruire les institutions bourgeoises , de renforcer le pouvoir ouvrier dans les entreprises et d’aller vers l’autogestion , on aura fait un bon bout du chemin qui mène à l’abolition des salaires , et nous n aurons plus à nous poser la question de savoir si nous renforçons le capital en revendiquant une augmentation de salaire .

A+ LL


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 10h51 - Posté par

On est bien d’accord donc richard.

LL


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 11h49 - Posté par RICHARD PALAO

tout à fait d accord


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 10h59 - Posté par A.C

t nous n aurons plus à nous poser la question de savoir si nous renforçons le capital en revendiquant une augmentation de salaire .

A+ LL

 :))
C’est surtout moi, méchamment,... qui ai volontairement poussé le bouchon sur cette question qui fait se masturber mes"amis" communisateurs pour , en provocateur, la filer dans les dents de notre LL qui parlait , elle, des démarches CGT pour rechercher des"repreneurs"..
L.L. va croire qu’on a décidé de la titiller..

Gratouillée, titillée, pauvre copine..

 :))


Le Manifeste du Parti Communiste - K.MARX et Fr. ENGELS (Extraits)
2 février 2012 - 11h09 - Posté par



Manif. Nationale des Pompiers à Paris : Les brutes de Macron encore étaient là !
mardi 28 - 18h07
de : JO
8 commentaires
La Chine est-elle un pays capitaliste ou communiste ?
mardi 28 - 11h12
de : Beng
5 commentaires
Emissions - Radio Manif - Paroles de grévistes
lundi 27 - 21h45
de : Emission Polémix et La Voix Off
1 commentaire
Grenade GLI-F4 : derrière le coup de com de Castaner, la mort d’une salariée en 2014
lundi 27 - 12h05
3 commentaires
Retraites : Vous prenez les Français pour des imbéciles ! | Adrien Quatennens
lundi 27 - 11h00
de : jean1
GLI-F4 : que sait-on de leurs remplaçantes, les GM2L ?
lundi 27 - 10h03
COMMENT LES RICHES DÉTRUISENT LA PLANÈTE
dimanche 26 - 16h00
de : Ernest London
2 commentaires
RIO obligatoire dans le dos
dimanche 26 - 12h36
Des Lannionnais déterminés : La retraite aux flambeaux finit au buffet de Lannion agglo (vidéo)
samedi 25 - 23h15
de : nazairien
4 commentaires
Funérailles grève 24 janvier Lycée français de Barcelone
samedi 25 - 22h15
de : coppola
Déjà en 2018 : Mise en scène d’une « décapitation » de Macron : 3 gardes à vue
samedi 25 - 12h44
de : laVeuve
8 commentaires
Le Conseil d’Etat, réforme des retraites : Le Gouvernement devra revoir sa copie !
samedi 25 - 10h05
de : JO
Le peuple-classe de France tient à l’Etat social.
samedi 25 - 01h36
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Beyrouth - y’a Carlos G., mais y’a aussi ça :
vendredi 24 - 20h03
de : Rolon
E3C : épreuves surveillées par des enseignants retraités, lycée du pays de Retz, Pornic
vendredi 24 - 19h30
de : Rolon
Les 200 familles
vendredi 24 - 19h14
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La part anarchiste des communs
vendredi 24 - 19h12
de : jean1
La France s’embrase : Retraites aux flambeaux organisée à Paris et dans toute la France
jeudi 23 - 21h49
de : nazairien
10 commentaires
La CFDT condamnée en appel pour abus de pouvoir
jeudi 23 - 15h24
4 commentaires
Avancée Sociale possible ? Oui en Espagne !
jeudi 23 - 15h21
de : JO
Affaire Benalla : "Le panier de crabes" vers son dénouement ?
jeudi 23 - 14h47
de : JO
1 commentaire
VENEZUELA : Rencontre Internationale Anti-impérialiste de Caracas !
jeudi 23 - 14h30
de : JO
3 commentaires
POUR UNE HISTOIRE AMÉRINDIENNE DE L’AMÉRIQUE
jeudi 23 - 13h37
de : Ernest London
Inondons l’Elysée avec un courrier "licenciement MACRON l’imposteur
jeudi 23 - 10h06
de : Martine
1 commentaire
La dictature des minorités - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 22 - 21h40
de : Hdm
1 commentaire
Et si l’incurie de nos dirigeants était la principale cause de chômage en France ?
mercredi 22 - 21h05
de : Gerard989
1 commentaire
A vous de juger de l’indépendance des médias aux ordres !
mercredi 22 - 18h03
de : JO
Thèses sur le mouvement en cours
mercredi 22 - 15h49
de : Paroles Libres
Oligarchie souterraine : mais qui sont les membres du club si fermé des « Canetons du Châtelet » ?
mardi 21 - 19h23
de : MathF
9 commentaires
Dans un billet sur twitter, Gérard Filoche dénonce, le "Hold Up" géant de macron (texte dans document cliquable)
mardi 21 - 14h38
de : nazairien
8 commentaires
MYTHOPOÏESE
mardi 21 - 13h14
de : Ernest London
Réforme des retraites : ces économistes proches de Macron qui conseillent la CFDT
lundi 20 - 15h48
de : Bertrand Bissuel et Raphaëlle Besse Desmoulières
7 commentaires
Police partout, Justice nulle part !
lundi 20 - 14h58
de : JO
1 commentaire
Dunkerque : CGT et avocats attendent Macron de pied ferme pour sa visite d’un fleuron industriel (vidéo)
lundi 20 - 11h57
de : nazairien
1 commentaire
Au Théâtre ce soir : Par où t’es rentré ? On t’a pas vu sortir . . . .
dimanche 19 - 22h04
de : Bouffe du Nord
1 commentaire
Présence irrégulière d’une députée RASSEMBLEMENT NATIONAL au CESER de GUADELOUPE.
dimanche 19 - 13h50
de : UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe)
Denis Robert : la révolte du peuple citoyen, pour défendre ses droits : EN MARCHE VERS L’AFFRONTEMENT TOTAL(vidéo)
dimanche 19 - 13h06
de : nazairien
10 commentaires
ONG, syndicats et agriculteurs signent une tribune commune face à "l’urgence climatique"
dimanche 19 - 12h45
de : jean1
Comment vont être calculés vos droits au chômage à partir du 1er avril ?
dimanche 19 - 08h19
A visionner (YouTube) : Concert des artistes de l’Opéra de Paris ! Emotionnant !
samedi 18 - 16h41
de : JO
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin. Henry Ford Sr
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite