Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Jack LONDON - sur la classe ouvrière et la richesse, extrait de "Ce que la vie signifie pour moi".
de : via La Louve
jeudi 1er avril 2010 - 00h15 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 25.4 ko

"(...) Comme marchand de cerveau, j’ai remporté du succès.

La société m’ouvrit ses portes toutes grandes.

J’entrai directement à l’étage du salon, et mes désillusions firent de rapides progrès.

Je dînais avec les maîtres de la société, avec les épouses et les filles de ces maîtres.

Les femmes étaient magnifiquement habillées, je le reconnais ; mais je fus naïvement surpris de m’apercevoir qu’elles étaient faites de la même argile que toutes les autres femmes que j’avais connues en bas de l’échelle, dans la cave. "L’épouse du colonel et Judy O’Grady étaient sœurs sous leurs peaux" - et sous leurs robes.

C’était moins cela, toutefois, que leur matérialisme, qui me choquait. C’est la vérité : ces femmes magnifiques, magnifiquement habillées, jacassaient sur de charmants petits idéaux et de chers petits problèmes moraux ; mais en dépit de ces bavardages, la note dominante de leur vie était matérialiste. Et elles étaient si sentimentalement égoïstes ! Elles participaient à toutes sortes de charmantes petites œuvres de charité, elles le faisaient savoir à tout le monde, alors que ce qu’elles mangeaient et les splendides robes qu’elles portaient était payé par des dividendes tachés du sang versé par la main-d’œuvre enfantine, l’exploitation du travail, et même la prostitution.

Lorsque j’énonçais ces faits, croyant, dans mon innocence, que ces sœurs de Judy O’Grady allaient sur le champ se dépouiller de leurs soieries et de leurs bijoux souillés de sang, elles s’énervaient au contraire, se fâchaient, et me lisaient des prêches sur l’absence d’esprit d’économie, l’alcoolisme et la dépravation innée qui sont à l’origine de tous les malheurs de la cave de la société. Quand je répondis que je ne voyais pas très bien comment l’absence d’esprit d’économie, l’intempérance et la dépravation d’un enfant de six ans à moitié mort de faim le faisaient travailler toutes les nuits pendant douze heures dans une filature de coton des Etats du Sud, ces sœurs de Judy O’Grady se sont attaquées à ma vie privée et m’ont traité d’"agitateur" - comme si, en vérité, cela avait mis fin à la discussion.

Et je ne m’en suis pas mieux tiré avec les maîtres eux-mêmes.

Je m’attendais à trouver des hommes propres, nobles, vivants, avec des idéaux propres, nobles, vivants. Je m suis trouvé parmi des hommes occupant des postes élevés - prédicateurs, politiciens, gens d’affaires, professeurs, rédacteurs en chef.

J’ai mangé de la viande et bu du vin avec eux, été avec eux en automobile, et je les ai étudiés. C’est vrai, j’en ai trouvé beaucoup qui étaient propres et nobles ; mais à part quelques rares exceptions, ils n’étaient pas vivants. Je crois vraiment pouvoir compter ces exceptions sur les doigts de mes deux mains. Là où ils n’étaient pas vivants parce que pourris, vivant d’une vie malpropre, ils étaient simplement des morts non enterrés - propres et nobles, comme des momies bien conservées, mais pas vraiment vivants. Dans cet ordre d’idées, je peux spécialement faire mention des professeurs que j’ai rencontrés, ces hommes qui réalisent cet idéal de l’université décadente, "la poursuite sans passion de l’intelligence sans passion".

J’ai connu des hommes qui invoquaient le nom du Prince de la paix dans leurs diatribes contre la guerre, et qui mettaient des fusils dans les mains des Pinkerton pour qu’ils s’en servent afin de descendre les grévistes dans leurs propres usines. J’ai connu des hommes bouleversés d’indignation devant la brutalité des matches de boxe, mais qui participaient au frelatage des aliments qui tuent chaque année plus d’enfants en bas âge que n’en avait tués le sanglant Hérode en personne.

J’ai parlé dans des hôtels, des clubs, des maisons particulières, des compartiments Pullman, et sur des paquebots des capitaines d’industrie, et je me suis étonné du peu de chemin qu’ils avaient parcouru dans le royaume de l’intellect. En revanche, j’ai découvert que leur intellect, pour ce qui est du sens des affaires, était anormalement développé. J’ai également découvert que leur moralité, quand il s’agissait d’affaires, était nulle.

Ce gentleman délicat, au physique aristocratique n’était, en tant que directeur, qu’un homme de paille, jouet entre les mains de sociétés qui volaient secrètement les veuves et les orphelins. Ce monsieur ,qui collectionnait les belles éditions et était un mécène littéraire, subissait le chantage du patron mafflu, aux épais sourcils noirs, d’un groupement s’occupant de politique municipale. Cet homme, qui publiait un journal insérant de la publicité pour des spécialités pharmaceutiques et n’osait pas imprimer la vérité sur ces produits par crainte de perdre ses recettes, m’a traité de vaurien démagogue parce que je luis avais dit que son économie politique datait de l’Antiquité et sa biologie de Pline. Ce sénateur était le jouet et l’esclave du chef d’un important groupement politique, sans aucune éducation, une marionnette entre ses mains ; ce gouverneur et ce juge à la Cour suprême se trouvaient dans le même cas - et tous les trois voyageaient en chemin de fer avec des titres de transport gratuit. Cet homme qui parlait avec sobriété et sérieux des beautés de l’idéalisme et de la bonté de dieu, venait à peine de trahir ses camarades dans la conclusion d’une affaire. Cet autre, pilier de l’Eglise et important soutien des Missions étrangères, faisait travailler dix heures par jour ses employés de magasin pour un salaire de famine et, de ce fait, encourageait directement la prostitution. Cet autre encore, qui subventionnait des chaires dans des universités, se parjura devant les tribunaux pour une question de dollars et de cents. Et ce magnat des chemins de fer a trahi sa parole de gentleman et de chrétien en accordant un rabais à un capitaine d’industrie qui était engagé avec un autre capitaine d’industrie dans une lutte à mort.

C’est la même chose partout : crime et trahison, trahison et crime - des hommes qui sont vivants, mais qui ne sont ni propres ni nobles, des hommes qui sont propres et nobles, mais qui ne sont pas vivants.

Et puis, il a la grande masse sans espoir, qui n’est ni noble ni vivante, mais simplement propre. Elle ne pèche pas activement, ni délibérément ; mais elle pèche par passivité et par ignorance, en acceptant l’immoralité générale et en en profitant. Si elle était noble et vivante, elle ne serait pas ignorante, et elle refuserait de partager les profits de la trahison et du crime.

Je me suis aperçu que cela ne me plaisait pas de vivre dans la société à l’étage du salon. Intellectuellement, je m’y ennuyais. Moralement et spirituellement, j’étais écœuré. Je me rappelais mes intellectuels et mes idéalistes, mes prédicateurs défroqués, mes professeurs congédiés, et les travailleurs à l’esprit clair, qui ont une conscience de classe. Je me rappelais mes jours de soleil et mes nuits sous la lumière des étoiles, où la vie était une merveille sauvage et douce, un paradis spirituel d’aventure altruiste et de romanesque moral. Et je vis devant moi, toujours brûlant et étincelant, le Saint Graal.

C’est pourquoi je suis retourné à la classe ouvrière, dans laquelle je suis né et à laquelle j’appartiens. Je ne me soucie plus de monter. L’imposant édifice de la société qui s’élève au-dessus de ma tête ne recèle pour moi rien de délectable. Ce sont les fondations de cet édifice qui m’intéressent.

Là, je me contente de travailler, la barre à mine à la main, au coude à coude avec les intellectuels, les idéalistes, les travailleurs ayant la conscience de leur classe, en m’assurant de temps à autre une prise solide pour secouer tout l’édifice.

Un jour, lorsque nous aurons pour travailler quelques mains et quelques barres à mine de plus, nous le renverserons, en même temps que tous ces vivants pourris et ces morts sans sépulture, son égoïsme monstrueux et son matérialisme sordide. Alors, nous nettoierons la cave et nous construirons une nouvelle habitation pour l’humanité, dans laquelle il n’y aura pas d’étage du salon, où toutes les pièces seront claires et aérées et où l’air qu’on respire sera propre, noble, et vivant.

Telles sont mes perspectives. J’aspire à l’avènement d’une époque où l’homme réalisera des progrès de plus grande valeur et plus élevés que ceux qui concernent son ventre, où il y aura pour pousser les hommes à l’action un stimulant plus noble que le stimulant actuel, qui est celui de leur estomac. Je garde intacte ma confiance dans la noblesse et l’excellence de l’espèce humaine. Je crois que la délicatesse spirituelle et l’altruisme triompheront de la gloutonnerie grossière qui règne aujourd’hui.

Et en dernier lieu, ma confiance va à la classe ouvrière. Comme l’a dit un Français "L’escalier du temps résonne sans cesse du bruit des sabots qui montent et des souliers vernis qui descendent"."

Jack LONDON, extrait de "Ce que la vie signifie pour moi", Iowa, novembre 1905.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Jack LONDON - sur la classe ouvrière et la richesse, extrait de "Ce que la vie signifie pour moi".
1er avril 2010 - 01h02

La vie (et la mort) de Jack London nous rappellent aussi qu’il est difficle de mettre ses idées en pratique.

Le Talon de Fer

Le peuple d’en bas

Martin Eden

à lire, à relire et à méditer.

Bigoudène



Jack LONDON - sur la classe ouvrière et la richesse, extrait de "Ce que la vie signifie pour moi".
4 avril 2010 - 11h14 - Posté par

Merci Bigoudène :)


Jack LONDON - sur la classe ouvrière et la richesse, extrait de "Ce que la vie signifie pour moi".
1er avril 2010 - 12h54 - Posté par guillot

"Et en dernier lieu, ma confiance va à la classe ouvrière. Comme l’a dit un Français "L’escalier du temps résonne sans cesse du bruit des sabots qui montent et des souliers vernis qui descendent"."

J’ai lu "le Talon de fer" dans les années 70. Cette phrase est typique
d’un conception linéaire du progrés.
Les "sabots" ne montent pas toujours et les souliers vernis ne descendent pas toujours, au XX° comme au XXI° siècle.
C’est cet optimisme béat qui avait fait croire à la gauche sociale démocrate ou stalinienne, que le Socialisme tombera du ciel comme un fruit mûr de son arbre.

Pourtant, au XX° siècle, le courant de pensée marxiste ne manquait pas d’hérétiques pour démentir ce fatalisme historique (Après Auguste Blanqui, Benjamin, Naville, voire Léon Trotsky avec sa théorie de la révolution permanente...)



Jack LONDON - sur la classe ouvrière et la richesse, extrait de "Ce que la vie signifie pour moi".
4 avril 2010 - 02h45 - Posté par copas

C’est la photo de London que je préfère.

La lecture de Martin Eden est étrangement autobiographique et prophétique sur la fin de Jack London.

Elle exprime bien un malaise d’une personne issue de la classe populaire qui pénètre dans une classe bourgeoise en ayant épouse et proches de cette classe.

le malaise de ne pas se trouver dans son monde et sa culture dans une classe prédatrice, dominante, est profond.






15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nous devons apprendre à vivre comme des frères, faute de quoi nous périrons comme des imbéciles. Pasteur Martin Luther King
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite