Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

HALTE A LA REPRESSION - CREER UN MOUVEMENT DE LUTTE POUR LES DROITS ET LIBERTES

de : La Louve
samedi 5 novembre 2011 - 16h28 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Je suis absolument scandalisée par le traitement qui a été réservé hier soir aux campeurs de #LaDéfense qui se sont fait violemment charger par les CRS alors qu’ils étaient absolument pacifiques.

RIEN ne justifie l’usage d’une telle violence à l’égard de ces manifestants, que l’on partage ou pas leur action ou leurs motivations.

Les campeurs, ne serait-ce que comme symboles de nous tous, doivent avoir toute notre solidarité.

J’en connais certain-e-s, je lis leurs témoignages, leurs messages, ce qu’ils ont vécu hier soir me révolte au plus haut point.

Nous savons bien quel est l’objectif de cette violence policière si rapide, si brutale, dès maintenant : c’est d’impressionner, de décourager, de faire peur , de dire aux gens, de leur coller dans la tête une petite musique d’angoisse qui leur susurre : "Restez chez vous braves gens, sinon...GARE A VOUS !"

Cette violence là, aveugle, gratuite, de classe, c’est une de plus, une de trop aujourd’hui.

 Cela arrive après le terrible accident des 3 camarades à Lyon suite à une charge et à un gazage.

 Cela arrive après les violences policières dont on été victimes cet été les participants de la mission "Bienvenue en Palestine" à l’aéroport de Roissy.

 Cela arrive après le décès de l’interpelé dans le RER E.

Nous sommes à présent de plain-pied dans l’Etat policier et la répression, aveugle, brutale.

Il faut se réveiller d’urgence, l’heure n’est plus à "l’indignation", mais bien à l’organisation et à l’action pour résister.

Soyons humbles mais efficaces ; chacun à sa mesure,avec ses moyens et ses compétences. Mais chacun FAISANT le peu qu’il ou elle peut faire.

Les avocats aux gardes à vue et aux procès, les travailleurs dans les grèves (je sais, ce type de grève sera qualifié "de grève de solidarité" et ne répondra pas aux critères), les policiers dans la grève du zèle, le personnel administratif dans la désobéissance, les élus dans leur présence et leur soutien etc... et nous toutes et tous dans les manifestations qu’il faut absolument pousser toutes nos organisations à mettre en place, et vite.

Il y a déjà bien 3 ans que le niveau de violence et de répression a été sérieusement relevé dans ce pays.

 Combien de jeunes manifestants ont failli perdre un œil par des tirs de flash-balls ces dernières années ?

 Le 4 février 2008 à Versailles, tandis que nous défendions pacifiquement notre "NON" au TCE de 2005 ("NON" sur le point d’être piétiné par un Congrès véritablement versaillais), nous avions déjà pu constater que certains des "forces de l’ordre" avaient la gâchette de la lacrymo’ un peu facile, et nous en avions été plusieurs à en prendre généreusement et très gratuitement (enfin, gratuitement, si on veut, car il faut quand même rappeler que ce sont nos impôts qui arment et équipent la répression !) plein la poire.

Est-ce bien le rôle de forces d’intervention payées par nos soins (nos impôts, toujours nos impôts) que de nous gazer ou de nous casser la gueule quand nous manifestons pacifiquement pour des droits, des libertés ? Qui parmi nous, le pense aujourd’hui ?

 Avons-nous déjà oublié le sort qui a été réservé à "Tarnac", à Yldune Lévy et Julien Coupat ?

 En 2009, 49 jeunes avaient été inculpés après avoir été saisis lors d’une rafle à la fin d’une manifestation à Nation, le 19 mars. A l’époque, avec d’autres partis et syndicats, nous avions créé une solidarité et une coordination d’avocats pour essayer de ne laisser aucun jeune inculpé "sur le carreau".

 Des camarades de la CGT à Saint-Nazaire avaient été tabassés et emmenés au poste.

 Lors d’une manifestation à Opéra contre l’opération "Plomb durci" menée par Israël, nous avons été gazés jusque dans les couloirs du métro, alors que RIEN ne s’était passé qui pouvait le justifier.

 Des militants et certains de nos camarades de la CGT sont poursuivis comme des criminels pour avoir refusé de donner leur ADN...et combien d’entre nous fichés, hélas ? Combien de fichiers créés aujourd’hui, d’ailleurs, de toutes sortes ?

 Les sans-papiers poursuivis, arrêtés, enfermés dans des CRA, des enfants des grands-parents.. expulsés comme du bétail, des Rroms harcelés et désignés à la vindicte populaire...

Et j’en passe, hélas !

Donc, je me demande : jusqu’à quand allons-nous considérer le niveau d’inaction (insupportable) de nos organisations politiques et syndicales, au niveau national, comme légitime ou juste ou normal face à un tel désastre ?

Jusqu’à quand allons-nous penser "élections", ou "en 2012" , au lieu de penser" MAINTENANT" ?

Conditionner l’implication des organisations actuelles, le travail qui doit être établi collectivement entre les "organisés" et les "non-organisés" au sempiternel "t’as qu’à adhérer si tu veux faire bouger les choses" n’est plus acceptable. On n’est plus à ce stade, dans un contexte où les préoccupations plus ou moins boutiquières sont recevables.

Nous, militants, ne sommes-nous pas responsables de cette apathie infernale ? Je sais, ça ne plaît pas de lire cela (ça ne me plaît pas de me le dire non plus mais je le dis sans juger).

Car il y a une différence de fond entre le militant et le non-militant qui s’appelle la conscience. C’est un cadeau empoisonné, c’est vrai, la conscience, mais il faut faire avec, car on ne peut pas faire sans, à moins de se rendre fou.

Si nous attendons d’être "majoritaires dans le peuple" pour agir, nous attendrons fatalement un jour ou l’autre en prison ou à la rue.

Jamais autrefois nous n’aurions attendu d’être "majoritaires" pour entamer un mouvement ou une action ( car nous savions que ce sont les actions qui nous rendent majoritaires et que c’est dans la lutte que l’on syndique ou organise le mieux et le plus) et même quand la syndicalisation de la seule classe ouvrière était d’une importance autre que ce qu’elle est aujourd’hui, nous étions de toute façon minoritaires.

Minoritaires mais pas inefficaces car déterminés et habiles.

Pendant la seconde guerre mondiale, les résistants de la première heure n’étaient guère plus que quels poignées de centaines d’hommes et de femmes.

Ceux qui disent le contraire inventent.

Alors je vais me répéter (je dis la même chose depuis plusieurs années, je sais, je RADOTE ;)), tant pis :

- nous devons pousser partout A LA BASE, dans le cadre de la démocratie de nos organisations respectives, des associations (parents d’élève etc) auxquelles nous appartenons, mais avec ténacité et fermeté, pour que soit ENFIN organisé (et VITE), le plus largement possible, un GRAND MOUVEMENT national pour la défense des droits et des libertés et contre l’Etat policier.

Un dernier exemple ?

Après la scandaleuse contribution à l’aide juridique de 35 euros mise en place depuis le 1er octobre 2011, on annonce une disposition qui doit faire l’objet d’un prochain décret d’application, prévoyant, tenez-vous bien, que le Conseil National des Barreaux établisse une liste d’avocats habilités à assister les gardés à vue dans les affaires de terrorisme et de grande criminalité !

Pas la peine de dire sur quels critères seraient faits les choix.

S’il y a une urgence aujourd’hui, elle est donc bien là.

On ne défendra pas notre pain si on ne défend pas notre peau.

Pour revendiquer, il faut être libre et ne pas avoir peur de la répression patronale policière et administrative.

Je crois que vu ce qui se passe en Grèce, en Italie, après l’annonce de Fillon sur le budget d’austérité, en pleine crise systémique du Capitalisme, nous voyons bien comment cela va tourner pour nous tous .

Répétons-le sans fin : le fascisme n’est pas l’antichambre de la révolution prolétarienne !

Entendons-nous bien, qu’on ne me fasse pas (encore) ce reproche de soi-disant "faire la morale" ou d’être "donneuse de leçon". Non. Je ne fais la morale à PERSONNE, et je ne juge PERSONNE.

Je la fais d’autant moins, la morale, que je me compte dans "le tas" et que j’essaie d’abord de m’appliquer à moi-même les quelques idées que j’exprime. Je connais assez bien la vie de militant-e pour savoir qu’elle n’est pas un chemin semé de pétales de roses et qu’elle est pleine d’embûches et de difficultés de toutes sortes. Je me fiche bien de juger, de donner des bons ou des mauvais points à X ou Y, ce n’est pas mon but du tout, même si j’ai quelques idées sur tel ou tel sujet (qui aujourd’hui n’en a pas ?) ; mon but c’est, avec bien d’autres, d’essayer de rassembler dans l’action et l’organisation, comme bon nombre d’entre nous.Voilà.

Comme nombre d’entre vous, bien lucides, et bien au courant, je suis véritablement catastrophée par ce à quoi nous assistons depuis des années, je me sens souvent impuissante, bien que militante, comme nombre d’entre nous, et j’en ai franchement assez.

Je crois que la" prise de conscience individuelle" n’a jamais été aussi aiguë ni aussi forte que ces dernières années, et qu’elle touche des gens dont on n’aurait même pas pu imaginer il y a 40 ans qu’ils aient cette prise de conscience individuelle (c’est ça que signifie le succès du bouquin de Hessel, c’est ça que signifiait les millions de personnes dans les rues contre la casse des retraites).

Ce qui fait défaut aujourd’hui, qui ne faisait pas défaut, bon gré mal gré, il y a 40 ans, c’est la suite à donner à ces millions de prises de conscience individuelles, justement.

Ce qui fait défaut cruellement, ce n’est pas l’individualisme ni l"individualité mais bien le collectif. Je dirais même que c’est l’excès de conscience individuelle qui ne trouve aucun débouché collectif qui est en train de nous assassiner à petit feu.

Il faut donc nous organiser largement, les actions individuelles un peu "désespérées" étant à mon avis radicalement à proscrire dans un tel contexte. Je pense qu’il faut aussi tout faire pour entraîner les orgas "classiques" dans ce mouvement, sans pour autant les "attendre".

Pour nous organiser, nous sommes nombreux à le dire ici et là (et dans le mouvement anarchiste et anarco-syndicaliste, nombreux sont ceux qui l’ont compris et mis en œuvre depuis longtemps, nous avons toutes et tous , enfin, des leçons à en tirer de l’anarchisme en général), il faut commencer par créer des collectifs locaux là où l’on est (" fleurir là où l’on pousse "), type "comités populaires pour la défense des droits et des libertés" ou quel que chose de ce type, prendre nos "bâtons de pèlerins", essayer de mobiliser avec des tracts, des mots, nos voisins, nos proches, etc.

Il faut commencer par le commencement et , sans faire d’angélisme, savoir ne pas être "sectaires" sur cette organisation. Nous n’avons plus le choix.

La résistance, la rébellion, la révolte, la révolution (au choix de chacun ;)) doit commencer en nous et par nous.

La critique et les contre-propositions sont ouvertes !

Fraternellement

La Louve (en "habits de Cassandre" -(K-CENDRES ?), et qui espère bien ne pas finir pareil ;))


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
HALTE A LA REPRESSION - CREER UN MOUVEMENT DE LUTTE POUR LES DROITS ET LIBERTES
5 novembre 2011 - 18h43

Ben, ça me plait drôlement, à moi, de lire votre article. J’étais extrèmement déçue du traitement de l’occupation de la Défense par Bellaciao (sans parler évidemment du reste de la presse "de gauche" "vraie" ou "fausse"). Merci, LL. Ca me rassure un peu.



HALTE A LA REPRESSION - CREER UN MOUVEMENT DE LUTTE POUR LES DROITS ET LIBERTES
6 novembre 2011 - 01h05 - Posté par Nemo3637

Nous envisageons, avec certains secteurs syndicalistes, le lancement d’une campagne "pour la justice et nos droits" ici, en Martinique. Ce sera une campagne ingrate et de longue haleine.



HALTE A LA REPRESSION - CREER UN MOUVEMENT DE LUTTE POUR LES DROITS ET LIBERTES
6 novembre 2011 - 09h25 - Posté par La Louve

Formidable. Vous avez certains cas pas piqué des vers. Par exemple la campagne (judiciaire pour le coup) qui est faite contre une des secrétaires de la CGT M . Tenez nous au courant (en passant par le mail du site c’est mieux ;)) , il faut que nous soyons main dans la main autant que possible sur ce sujet si important. Nous ici à Paris nous allons nous atteler dare-dare à la création de ce comité.
Oui ça va être très ingrat mais bon.


HALTE A LA REPRESSION - CREER UN MOUVEMENT DE LUTTE POUR LES DROITS ET LIBERTES
7 novembre 2011 - 02h23

" La critique et les contre-propositions sont ouvertes".

Bien sûr,je n’ai pas de critique sur ton article.Comme tout(e) militant(e) ayant le sens des responsabilités,après le constat tu fais des propositions sérieuses.Ce n’est,hélas,pas le cas de tous(es) qui restent dans le confort des formules incantatoires.

Si tu permets,et ça ne te surprendra pas,je rajouterai une touche plus "agressive" à notre démarche militante,à mon avis nécessaire en fonction d’une situation,d’un contexte que tu as parfaitement décrit.

L’angélisme (sauf pour faire l’andouille),je sais pas trop faire.Quant au sectarisme,que je sache la pratique démocratique ce n’est ni le bordel,ni un échappatoire,ni le paravent servant de justificatif pour évacuer ses responsabilités quand on à été élu pour les prendre.

Ce dernier aspect de " la démocratie " s’adressant aux directions confédérales,y compris la mienne la CGT.

" ce qui fait défaut cruellement,ce n’est pas l’individualisme,ni l’individualité mais bien le collectif.Je dirai même que c’est l’excès de conscience individuelle qui ne trouve aucun débouché collectif qui est en train de nous assassiner à petit feu."

Je pense que tu as raison,mais je rajouterai un petit complément.Si je prends,comme
toi,le conflit sur les retraites il est certain que ce manque de débouché collectif a été ressenti,mais par qui ? par les millions de manifestants ? non,dans les faits par une minorité composée,en particulier,par les raffineries et les cheminots confrontés à un environnement délégataire. Délégation de pouvoir = grève par délégation.

Le film sur la raffinerie de GrandPuits : " GranPuits et petites victoires " ouvre le débat sur les prises de conscience,et met chacun devant ses responsabilités.

Lors d’assemblées générales mes propos ont parfois heurtés,mais dans la situation où nous sommes je ne les regrette pas.Comment des parents peuvent regarder leurs enfants dans les yeux en restant passifs,en laissant massacrer l’héritage social qu’ils ont reçu,ne léguant à leur tour que chômage et répression,leur ouvrant la voie vers le secours populaire ou les restos du coeur ?

C’est terminé les petits" arrangements" à la con,contre nature,ce qu’il est convenu d’appeler LA COLLABORATION DE CLASSE.

C’est terminé de jouer aux "3 petits singes" sourds-muets-aveugles.Cela s’adresse "en bas" mais aussi "EN HAUT".

Regarder passer le train c’est bon pour les vaches,pas pour les victimes du capitalisme.Sans réaction de masse,la répression continuera et s’amplifiera.Toutes initiatives,y compris et surtout celles que tu proposes,sont les bienvenues.

Bises



HALTE A LA REPRESSION - CREER UN MOUVEMENT DE LUTTE POUR LES DROITS ET LIBERTES
7 novembre 2011 - 02h25 - Posté par

J’ai oublié de signer

Le Réboursier






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite