« Douce France », l’expo sur Rachid Taha à absolument voir avant d’aller voter

31 janvier, par Raff 1 com

De Jacques Simonian

À travers la personnalité et l’œuvre de Rachid Taha, l’exposition raconte en musique quatre décennies d’immigration. S’ouvrant au lendemain de la décolonisation de l’Algérie et s’achevant à l’aube du nouveau millénaire, « Douce France » retrace l’émergence artistique de toute une génération.

En accueillant cette exposition, le musée des Arts et Métiers de Paris a fait un pari culturel, certes, mais surtout politique. À l’heure où la stigmatisation et la peur de l’autre deviennent de véritables fonds de commerce pour certains, cette rétrospective prend le contre-pied et propose un récit à travers lequel l’interculturalité est une force, et non l’inverse. En fil rouge des quatre chapitres qui jalonnent le parcours, il y a la vie de Rachid Taha, rocker dans l’âme, combattant dans l’être. Un choix qui s’est imposé de lui-même, à la fois pour ses engagements dans la lutte contre toutes formes de racisme ou de discriminations, et la richesse de sa musique.

Afin de dresser un portrait complet de ce qu’il s’est passé en France, le propos débute dans ce Paris nocturne des années 60. En plein cœur du Quartier Latin, les artistes orientaux les plus iconiques se rencontrent et se racontent, à l’image de Dahmane El Harrachi, Warda al-Jazairia, ou Noura. Une parenthèse enchantée qui se ferme en même temps que les 30 Glorieuses. Au commencement de la décennie 70, les travailleurs immigrés deviennent des cibles, accusés de porter tous les maux. C’est là que les premiers syndicats émergent, et qu’une scène musicale autonome se crée, bien loin du grand public. Rachid Taha, lui, n’est pas encore installé à Lyon (...)

« Douce France », au musée des Arts et Métiers (Paris) jusqu’au 8 mai 2022.
- Lire l’article complet

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Du droit des femmes à disposer de leurs corps !

10 septembre, par keg26

JdG N° 51 (J + 207) – Si je ne suis pas une nana en âge de procréer, je ferme ma gueule en ce qui concerne leur liberté d’accepter ou rejeter le poids du lardon dans le tiroir (surtout que ce n’est pas (...)

LIRE LA SUITE

Un monarque réellement sans pouvoir ?

10 septembre, par Roberto Ferrario 1 com

Pour que tout le monde sort de la "légende" de la "neutralité" de la reine... Plusieurs personnes m’accuse de confondre la reine et Tatcher ! Et me précise que la famille royale britannique n’a aucun (...)

LIRE LA SUITE

« Urgence de Vous, du Gabon à la Russie », une ode à l’Humanité

9 septembre, par Bruno

« Urgence de Vous, du Gabon à la Russie » est une pièce de théâtre musical créée en 2019 au Nez Rouge, à Paris et jouée de nombreuses fois depuis à Paris, Bruxelles, Nantes, Clamart, Triel-sur-Seine etc. (...)

LIRE LA SUITE

Jean Luc Mélenchon à Rome

7 septembre, par Roberto Ferrario 6 coms

La vidéo du meeting de cette après midi à Rome, avec Unione Popolare nous sommes avec Jean Luc Mélenchon, leader de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale. Alors que les dirigeants de la (...)

LIRE LA SUITE

Roger Waters écrit à la femme du président ukrainien dans l’intérêt (...)

7 septembre, par Roberto Ferrario

Chère Mme Zelenskaja ! Mon cœur saigne pour vous et pour toutes les familles ukrainiennes et russes dévastées par la terrible guerre en Ukraine. Je suis à Kansas City USA. Je viens de lire un (...)

LIRE LA SUITE

Voiture de location, médias et fachos...

6 septembre, par Roberto Ferrario 1 com

De Jean Luc Mélenchon Chers journalistes qui enquêtez au péril de votre vie sur la terrible affaire du véhicule dans lequel je suis monté pour quitter le stand LFI de la braderie de Lille. Voici (...)

LIRE LA SUITE