« Douce France », l’expo sur Rachid Taha à absolument voir avant d’aller voter

31 janvier 2022, par Raff 1 com

De Jacques Simonian

À travers la personnalité et l’œuvre de Rachid Taha, l’exposition raconte en musique quatre décennies d’immigration. S’ouvrant au lendemain de la décolonisation de l’Algérie et s’achevant à l’aube du nouveau millénaire, « Douce France » retrace l’émergence artistique de toute une génération.

En accueillant cette exposition, le musée des Arts et Métiers de Paris a fait un pari culturel, certes, mais surtout politique. À l’heure où la stigmatisation et la peur de l’autre deviennent de véritables fonds de commerce pour certains, cette rétrospective prend le contre-pied et propose un récit à travers lequel l’interculturalité est une force, et non l’inverse. En fil rouge des quatre chapitres qui jalonnent le parcours, il y a la vie de Rachid Taha, rocker dans l’âme, combattant dans l’être. Un choix qui s’est imposé de lui-même, à la fois pour ses engagements dans la lutte contre toutes formes de racisme ou de discriminations, et la richesse de sa musique.

Afin de dresser un portrait complet de ce qu’il s’est passé en France, le propos débute dans ce Paris nocturne des années 60. En plein cœur du Quartier Latin, les artistes orientaux les plus iconiques se rencontrent et se racontent, à l’image de Dahmane El Harrachi, Warda al-Jazairia, ou Noura. Une parenthèse enchantée qui se ferme en même temps que les 30 Glorieuses. Au commencement de la décennie 70, les travailleurs immigrés deviennent des cibles, accusés de porter tous les maux. C’est là que les premiers syndicats émergent, et qu’une scène musicale autonome se crée, bien loin du grand public. Rachid Taha, lui, n’est pas encore installé à Lyon (...)

« Douce France », au musée des Arts et Métiers (Paris) jusqu’au 8 mai 2022.
- Lire l’article complet

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

La défaite du jour du souvenir

27 janvier, par Roberto Ferrario 1 com

Article de Paolo Ferrero ex secrétaire général de Refondation Communiste, coordinateur de l’Union Populaire en Italie vice président de la Gauche Européenne Aujourd’hui, le 27 janvier, c’est le jour (...)

LIRE LA SUITE

Les chars en Ukraine nous emmènent dans la troisième guerre (...)

26 janvier, par Roberto Ferrario 3 coms

Article de Paolo Ferrero ex secrétaire général de Refondation Communiste, coordinateur de l’Union Populaire en Italie vice président de la Gauche Européenne Les chars en Ukraine nous emmènent dans la (...)

LIRE LA SUITE

Pour la vérité sur la mort d’une bénévole de la Croix-rouge de (...)

24 janvier, par Himalove 1 com

Une lettre adressée aux gilets jaunes de Malataverne que je n’hésite pas devant la gravité de l’affaire à exposer aux yeux de tous notamment les camarades communistes de Bellaciao. Bonjour les gilets (...)

LIRE LA SUITE

Projection-débat : les raisons de la guerre en Ukraine

23 janvier, par Roberto Ferrario 2 coms

Finalement après des mois ça commence à bouger à gauche et jesuis fier que ça commence par ma ville... CGT union départementale VAL de Marne Vendredi 27 janvier à 20h / Ivry-sur-Seine Projection-débat : (...)

LIRE LA SUITE

« Inflation, le retour » Angle d’ATTAC !

21 janvier, par Podcasts

Première émission Angle d’ATTAC 2023 sur Radio Campus ce Samedi 21 Janvier de 12 à 13 heures, https://www.campuslille.com/ Après plusieurs décennies d’une inflation modérée, voire maîtrisée, (rappel (...)

LIRE LA SUITE

La retraite pour les morts - C’est l’Heure de l’Mettre (...)

18 janvier, par Podcasts 3 coms

En des temps reculés, la CGT qualifia le premier système de retraites de « retraites pour les morts ». Fixée à 65 ans (tiens tiens...), la retraite ne pouvait concerner qu’une infime quantité de (...)

LIRE LA SUITE