Open, le fact-checker italien de Facebook, publie quatre fake news en trois jours

17 octobre, par Roberto Ferrario 3 coms

Ici une traduction automatique d’un article sur un des sites italiens "collaborateur" de Facebook. Sa "mission" est de traquer les "fake-news", mais le problème est triple :

- primo : "Open" lui même publié plein d’articles bidons "fakes"
- secundo : "Open" est loin d’être objectif et manifeste une forte "sympathie" pour le gouvernement de Zelenski
- tertio : "Open" œuvre fortement pour faire bannir de Facebook tout profil qui essaie de dénoncer la politique fascisante en Ukraine, chose que "Open" est arrivé a faire avec la page Facebook du

"Comitato per il Dombass Antinazista"

Le communiqué :

"OPEN NOUS A FAIT BANNIR DE FACEBOOK
Malheureusement, ce que nous craignions s’est réalisé. En raison d’une série de rapports pour "Fake News" par le projet de vérification des faits "Open" d’Enrico Mentana, nous avons été définitivement bannis de Facebook (51 000 abonnés). Même les messages mêmes dans lesquels nous avons contesté la vérification des faits d’Open ont été signalés comme faux, ils ne nous ont même pas laissé un moyen de débattre du faux pro-Kiev qu’ils défendent effrontément. Nous répondrons à cette atteinte à la pluralité des informations par tous les moyens possibles, y compris par voie légale.
Comité pour la Dombass anti-nazie"


L’article traduit automatiquement :

Open, le fact-checker de Facebook, publie quatre fake news en trois jours

De Elisabetta Burba

Eschyle a dit que « dans la guerre, la vérité est la première victime ». 2 500 ans plus tard, l’aphorisme du dramaturge grec doit être multiplié au énième degré. Surtout si les médias sociaux propagent la prétendue vérité.

Emblématique est le cas d’Open, le journal en ligne fondé par Enrico Mentana qui depuis le 12 octobre 2021 est le partenaire italien de Facebook « dans la lutte contre la désinformation ». La section de vérification des faits d’Open fait partie du réseau de plus de 80 vérificateurs de faits indépendants qui, comme indiqué sur le site, surveillent "les informations fausses ou trompeuses diffusées en Italie et à l’étranger, en fournissant un service d’information constant et correct".

Un grand pouvoir, celui que Facebook a attribué à Open : quand le journal Mentana définit une "fausse" nouvelle, le site qui l’héberge est lourdement pénalisé et parfois même bloqué. "Nous rendons le contenu mal informé visible pour moins de personnes : une fois étiqueté comme faux, modifié ou partiellement faux, ce type de contenu sera affiché plus bas dans la section Actualités, exclu de la section Explorer sur Instagram et moins mis en évidence dans le flux, et dans les Stories » expliquent les « Informations sur le fact-checking sur Facebook ». « De cette façon, le nombre de personnes qui le voient est considérablement réduit. Nous rejetons également les publicités dont le contenu est évalué par des fact-checkers ».

Eh bien, peut-être qu’Open devrait également vérifier un peu les informations qu’il publie sur son site Web. En trois jours, le journal en ligne a publié quatre articles de sources ukrainiennes sans pièces justificatives.

Le premier cas concerne une image macabre : le cadavre d’une femme marquée par une croix gammée gravée sur le ventre. La première à publier cette photo sur Twitter a été une députée de Kiev, Lesia Vasylenko, le 3 avril : « Le corps torturé d’une femme tuée et violée ». Le 4 avril, la photo a été retweetée par Oleksiy Arestovych, conseiller du chef de cabinet du président ukrainien, qui a écrit : « Le corps d’une fille qui a été torturée à mort à Gostomel » expliquant que la croix gammée est faite de brûlures. Et le site Open l’a publié le 5 avril à 20h10. L’image s’est retrouvée dans un article intitulé "Les histoires de femmes et d’enfants torturés à Irpin".

Ouvrez le ciel. Le web a augmenté : l’histoire de cette femme torturée puis défigurée avec le symbole nazi est bien connue, aussi parce que des journalistes occidentaux comme Maurizio Vezzosi et Patrick Lancaster l’ont photographiée à l’école numéro 25 de Marioupol. Comme l’a témoigné Maurizio Vezzosi, « dans le sous-sol d’une école de Marioupol utilisée jusqu’à il y a quelques jours comme base par le bataillon Azov, j’ai photographié avec un collègue le corps sans vie d’une femme - dont l’identité est pour le moment inconnue - à qui Je suis De nombreuses tortures ont été infligées. Sur le ventre de la femme - entre trente et quarante ans - il y a une croix gammée faite avec de nombreuses coupures et des brûlures évidentes ».

Le journaliste, que Panorama connaît, a ajouté : "Sur le bas-côté de la femme, il y a un hématome compressif en forme de botte : le détail laisse penser que les tortures ont été infligées alors que la femme était vivante et que les tortionnaires étaient au moins deux". Les bras de la femme étaient attachés dans le dos avec du ruban électrique : le détail n’est pas visible sur cette photo, mais observable du côté gauche de la femme. Le sac en plastique et le ruban adhésif sur le cou de la femme suggèrent qu’elle a été tuée par suffocation. ’

À ce moment-là, il ne restait plus à Open qu’à rectifier : le 6 avril, il a supprimé le tweet et admis que la photo avait été prise à Marioupol. Le site de vérification des faits, cependant, passe sous silence le fait que la femme se trouvait à l’intérieur d’une base du bataillon néo-nazi Azov. Oleksiy Arestovych, conseiller de Volodymyr Zelensky, a également supprimé le tweet.

Mais ce n’est pas tout. Dans le même article du 5 avril, une autre nouvelle non vérifiée est apparue. « La Repubblica raconte dans un article de Brunella Giovara le témoignage d’une femme, Alina, sur ses voisins : « Les adultes ont été abattus par les Russes. Il reste un garçon et sa sœur, qui ont été violés pendant longtemps, puis tués. Les corps ont été récupérés, et ils ont également pratiqué une autopsie pour recueillir les traces organiques des violeurs". Alina dit qu’une fille a un Z dessiné sur son ventre ».

D’où vient cette autre histoire d’horreur ? De la page Facebook de la journaliste Alina Dubovksa, journaliste du journal ukrainien Public, qui a posté une nouvelle dont elle avoue ne pas avoir vérifié la véracité : « Je n’ai pas été témoin. L’histoire est basée uniquement sur les paroles d’un de mes proches." Et il se plaint : « Ils ont gravé la lettre Z sur la poitrine d’Angel et lui ont éventré le ventre. Ma haine ne bout plus ! Ça brûle comme une fusée au phosphore !" écrit le journaliste, qui conclut alors : « Toute la Russie doit en répondre ! ».

La nouvelle fait le tour du monde et nombreux sont ceux qui veulent en savoir plus. À ce moment-là, le journaliste ukrainien prend du recul et cache le poste. Le 6 avril, Alina Dubovksa en publie un deuxième, dans lequel elle avoue que la source est sa cousine : "J’ai dû cacher sur ma page un post sur une famille perdue et une fille violée pour la résonance de cette histoire." Et, avec une excusatio non petita, il ajoute : « Je vous en prie, ne jugez pas mon cousin qui n’est pas encore prêt à parler. Il y a des raisons à cela, notamment la peur de la vie.’ Dans ce cas, Open ne se sent pas obligé d’informer les lecteurs de l’inverse de sa source.

Toujours le 5 avril, Open publie un autre article. Titre : "Asanbekovich et l’unité 51460 : qui sont le commandant et la brigade accusés du massacre de Bucha ?" Le site explique que des militants d’InformNapalm "ont déclaré qu’Asanbekovich, qui a environ 40 ans, fait partie des Bouriates, la plus grande minorité ethnique d’origine mongole en Sibérie. Pour faire la guerre à l’Ukraine, l’unité 51460 est partie de Knyaze-Volkonskoye, sur le territoire de Khabarovsk, à l’extrême est de la Russie".

Open publie également une photo de groupe des massacres présumés de l’unité 51460. L’image montre une vingtaine de très jeunes garçons en uniforme avec un air joyeux : quelqu’un rit ouvertement, un dit "bonjour" avec la main. En peu de temps, il s’avère que la photo date de 2019. Et le journaliste du Manifeste Luigi De Biase trouve et interviewe certains des soldats représentés, découvrant qu’il s’agit d’un groupe de conscrits.

« Ceux sur la photo sont censés être les auteurs du massacre de Bucha. La photo a été publiée dans de nombreux journaux mardi » explique De Biase. « J’ai réussi à parler à deux d’entre eux. Ils vivent en Yakoutie. Ils ont quitté l’armée pendant des mois. Ils n’ont jamais mis les pieds en Ukraine. Pas même en tant que civils. L’un des soldats sur la photo, Vladimir Osipov, 20 ans, m’a dit que la photo avait été prise à Khabarovsk en 2019 au début du repêchage. Ils l’ont renvoyé en décembre. Il est depuis retourné en Yakoutie. Il vit avec sa famille ». Le journaliste du Manifeste ajoute : « Osipov a servi dans la 64e brigade entre 2019 et 2021. Ceux sur la photo sont des conscrits yakoutes. Il m’a dit qu’à sa connaissance, tout le monde a quitté l’armée en décembre. Un autre des soldats, Andreï, a demandé qu’on me désigne uniquement par mon nom. Personne ne se sent obligé de nier : ni Open, ni les journaux qui avaient convoqué les hordes d’assistants et tiré sur les « bouchers » de Yakoutie.

Et nous arrivons au 7 avril. Comme d’autres journaux, Open dénonce également : "La Russie utilise des fours crématoires pour brûler les corps des femmes et des enfants." Et il précise la source : "Cela a été dit hier par la vice-première ministre ukrainienne Irina Vereshchuck dans un discours sur Sky Tg 24". Dans ce cas, Open ne publie pas d’images. Sur les réseaux sociaux ukrainiens, en revanche, il y a une photo d’un camion ouvert à l’arrière qui est défini comme un four crématoire ambulant. « C’est ce que les crimes de guerre russes utilisent à Marioupol pour cacher leurs crimes. L’apogée de l’horreur » tweete le boxeur Volodymyr Klitschko. Sur la même longueur d’onde, la page officielle du ministère ukrainien de la Défense : « Ils ont détruit les corps de centaines de citoyens torturés et assassinés ». Et, citant le maire de Marioupol, il ajoute : "Le monde n’a jamais vu une tragédie de l’ampleur de Marioupol depuis l’époque des camps nazis."

Ici aussi, les doutes surgissent immédiatement. Bientôt, il s’avère que la photo est en fait une image fixe d’une vidéo, postée sur YouTube le 26 août 2013, postée par Turmalin, une entreprise qui produit des incinérateurs. "Test d’une seule installation de destruction thermique (incinération) de déchets biologiques - un crématorium mobile IN-50.1K", lit-on dans la légende. En d’autres termes, il s’agit d’un incinérateur de déchets animaux et végétaux.

Dans la rubrique "Vérité ou faux" de la chaîne de télévision France 24, la journaliste Catalina Marchant de Abreu a analysé l’histoire, concluant qu’"il n’y a aucun rapport indépendant indiquant que ces fours crématoires ont été utilisés". Les vérificateurs de faits ouverts, en revanche, ont publié les informations fournies par le vice-Premier ministre ukrainien sans les vérifier. Et ils ne se sont pas sentis obligés d’intervenir même lorsque la controverse a éclaté. Avec tout le respect que je dois à Eschyle.

https://www.panorama.it/news/cronaca/open-fact-checker-facebook

Commentaires

  • 17 octobre, 16:57, par Pedro

    Il faut bien sûr dénoncer les atrocités de quelque côté qu’elles soient. Mais il s’agit d’une guerre interimpérialistes. Il n’y a pas à prendre parti.

  • 18 octobre, 17:38, par Roberto Ferrario

    Hee Pedro dénoncer c’est prendre parti ????

  • 19 octobre, 09:01, par Pedro

    Il va sans dire que non mais encore mieux en le disant.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Le fact-checking de Facebook : est une forme de censure (...)

26 novembre, par Roberto Ferrario 1 com

Hier je été "obligé" d’effacer deux articles accusé par les modos de Facebook d’être un comme une fakenews et l’autre de "contexte manquant" pour le dernier je précise les choses dans le prochain (...)

LIRE LA SUITE

Au revoir Kiev, bonjour Côte d’Azur

25 novembre, par Roberto Ferrario

Di Olga Sukharevskaya, ex diplomatica ucraina Alors que les Occidentaux envoient de l’aide, voici comment les élites corrompues d’Ukraine profitent du conflit Depuis le début de l’offensive (...)

LIRE LA SUITE

Samedi 26 novembre 2022, 15h - Rassemblement devant le siège (...)

25 novembre, par Longues marches

Samedi 26 novembre 2022, 15h Rassemblement devant le siège d’Apple 114, avenue des Champs-Élysées (Paris) Soutien internationaliste aux ouvriers chinois de Foxconn soulevés contre le despotisme (...)

LIRE LA SUITE

La Russie État terroriste ????

24 novembre, par Roberto Ferrario 4 coms

De Paolo Ferrero ancien secrétaire général de Refondation Communiste Italie Le Parlement européen a voté à une large majorité une résolution définissant la Russie comme un État parrain du terrorisme. (...)

LIRE LA SUITE

Le haut du panier - C’est l’heure de l’mettre !

22 novembre, par Podcasts 1 com

Ce Mercredi 16 Novembre 2022, à 18h30 c’était L’Heure de l’mettre, et la sainte agnés panier du marché sur Radio Campus Lille, 106,6 Mhz, https://www.campuslille.com/ Madame du Haut du Panier, Chief (...)

LIRE LA SUITE

Partout c’est la même chose...

22 novembre, par Roberto Ferrario 1 com

Macron parle de "démocratie" mais applique le "débat" parlementaire à coup du 49.3 Macron parle de "démocratie" et finance avec notre argent public les nazis ukrainiens Macron parle de "écologie" (...)

LIRE LA SUITE