Bella Ciao de Hervé Barulea (Baru)

4 novembre, par Roberto Ferrario

Bella ciao, c’est un chant de révolte, devenu un hymne à la résistance dans le monde entier... En s’appropriant le titre de ce chant pour en faire celui de son récit, en mêlant saga familiale et fiction, réalité factuelle et historique, tragédie et comédie, Baru nous raconte une histoire populaire de l’immigration italienne. Bella ciao, c’est pour lui une tentative de répondre à la question brûlante de notre temps : celle du prix que doit payer un étranger pour cesser de l’être, et devenir transparent dans la société française. L’étranger, ici, est italien. Mais peut-on douter de l’universalité de la question ? Bella ciao, prévu en trois volumes, pourrait bien être le grand oeuvre du Grand Prix d’Angoulême 2010.

Dans le premier tome, Teodoro Martini, le narrateur, reconstruit son histoire familiale, au gré des fluctuations de sa mémoire, en convoquant le souvenir de la trentaine de personnes qui se trouvaient, quarante ans plus tôt, au repas de sa communion. Le récit se développe comme la mémoire de Teodoro, tout en discontinuité chronologique. Il y est question d’un massacre à Aigues-Mortes en 1893, de la résistance aux nazis, du retour au pays, de Mussolini, de Claudio Villa, des Chaussettes noires, et de Maurice Thorez... Des soupes populaires et de la mort des hauts-fourneaux... En tout, du prix à payer pour devenir transparent.Avec Quéquette Blues, publié dans les années 80, et les Années Spoutnik, publié au tournant du siècle, Bella ciao peut être vu comme le dernier volet d’une trilogie, pensée comme la colonne vertébrale de l’univers narratif de Baru.

Dans le deuxième tome, Teodoro Martini, le narrateur, reconstruit son histoire familiale, au gré des fluctuations de sa mémoire, en convoquant le souvenir de la trentaine de personnes qui se trouvaient, quarante ans plus tôt, au repas de sa communion. Le récit se développe comme la mémoire de Teodoro, tout en discontinuité chronologique. Il y est question d’un massacre à Aigues-Mortes en 1893, de la résistance aux nazis, du retour au pays, de Mussolini, de Claudio Villa, des Chaussettes noires, et de Maurice Thorez... Des soupes populaires et de la mort des hauts-fourneaux... En tout, du prix à payer pour devenir transparent.
Avec Quéquette Blues, publié dans les années 80, et les Années Spoutnik, publié au tournant du siècle, Bella ciao peut être vu comme le dernier volet d’une trilogie, pensée comme la colonne vertébrale de l’univers narratif de Baru.

Dans le troizième tome, Teo, le narrateur, poursuit le récit familial, que ses souvenirs en marabout d’ficelle restituent en autant d’histoires vives et hautes en couleur, tragiques ou comiques. Celle de sa grande frousse quand il allait porter la gamelle à son père au pied des hauts fourneaux, dans le vacarme assourdissant des tuyères et la chaleur étouffante de la coulée. Celle de la « morra », sans doute le jeu de mains le plus vieux du monde, qui se joue à deux et qui, immanquablement, se termine en castagne ! Celle de Domenico, le grand-père de Teo, qui pouvait passer de longs moments, assis sur sa chaise, à contempler l’eau du robinet couler dans l’évier. Celle encore où il est question des garibaldiens de l’Argonne et d’un certain Lazzaro Ponticelli, devenu Lazare après sa naturalisation en 1939, qui fut pendant quelques mois le dernier poilu de 14-18 encore vivant et, à ce titre, reçut l’hommage de la Nation !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Qui a dit de Macron :

9 décembre, par sendep

"Monsieur Macron, c’est le chien savant des banquiers d’affaires" https://tinyurl.com/mu8w9zvm

LIRE LA SUITE

Comme la nuée porte l’orage - C’est l’heure de l’mettre (...)

7 décembre, par Podcasts

Ce Mercredi 30 Novembre 2022, à 18h30 c’était L’Heure de l’mettre, et la sainte coupe du monde 2022 sur Radio Campus Lille, 106,6 Mhz, https://www.campuslille.com/ On ne peut pas envisager que des (...)

LIRE LA SUITE

9 ans après le décès de Nelson Mandela

5 décembre, par Roberto Ferrario

⁠ 9 ans après le décès de Nelson Mandela, nous nous souvenons du combattant de la liberté sud-africain qui a sacrifié des décennies de sa vie en luttant pour une société exempte d’oppression et (...)

LIRE LA SUITE

Vote des députés P« C »F au sujet de l’Ukraine : La guerre, le (...)

5 décembre, par la forêt de Yablokov 2 coms

Fadi Kassem, Rachida El Fekaïr, Georges Gastaud, Gilliatt de Staërck, secrétaires nationaux du PRCF ; auxquels se joignent : Léon Landini, président du PRCF, adhésion au PCF 1942, ancien officier (...)

LIRE LA SUITE

Nordine, victime de 7 tirs policiers est menacé de prison.

4 décembre, par sendep 1 com

Après avoir survécu à 7 balles de tirs policiers, Nordine est aujourd’hui jugé pour un « refus d’obtempérer ». Le verdict du délibéré aura lieu le 29 novembre 2022 et est attendu non sans une certaine (...)

LIRE LA SUITE

Honte à Mathilde Panot !!!

30 novembre, par Roberto Ferrario 3 coms

Chers amis et camarades après cette déclaration je vraiment un problème de conscience politique si on peux l’appeler dans cette façon... Et je me demande quel futur pour ma personne dans la France (...)

LIRE LA SUITE