Discrimination à la Médiathèque Maurice-Pic

Publié le 11 décembre 2022 par Himalove
5 commentaires

Un montilien banni d’un espace public

Montélimar 11 décembre 2022

Bonjour,

Je suis un opposant de toujours au pouvoir en place et un ennemi de toute forme de dictature.

J’ai refusé successivement les attestations dérogatoires que « le Dauphiné libéré » me proposait de remplir pour sortir une heure lors des absurdes confinements, les injections expérimentales de poison et, bien sûr, le pass sanitaire.

Pendant cette période avec d’autres rebelles et gilets jaunes, nous avons manifesté à Montélimar chaque samedi notamment devant la médiathèque Maurice-Pic où un personnel de Kollabos masqués jusqu’aux oreilles auscultait les certificats de vaccination et les pass sanitaires des abonnés.

Souvent des personnes âgées au minimum vieillesse qui n’ont pas les moyens de s’acheter livres, journaux et DVD.

Contrairement à d’autres salariés courageux de médiathèque comme ceux de Grenoble que je salue ici, les employés de la médiathèque de Montélimar par lâcheté et soumission bureaucratique ont obéi aux consignes du gouvernement de demander un laisser-passer pour pénétrer dans une bibliothèque.

Du jamais vu dans l’histoire de France.

Même pendant « la grippe espagnole » (1917-1920) et l’Occupation (1940-1945), jamais des grouillots de bibliothèque ont demandé un « ausweiss » ou un carnet de vaccination à un lecteur.

Je crois que les employés ont poussé le délire ici jusqu’à confiner les livres et DVD qu’on leur rendait pendant plusieurs jours avant de les manipuler avec des gants.

Devant un déployement d’autant de conneries « sanitaires », je ne pouvais que boycotter la médiathèque Maurice-Pic et son personnel que même Georges Orwell ou Ray Bradbury n’auraient pu imaginer...

Je m’amusais du reste à les brocarder sur face book, LinkedIn et VK (un réseau social que je recommande : il est le seul à ne m’avoir jamais censuré !).

Cependant j’étais loin de m’imaginer que mon opposition politique au pass sanitaire et mes railleries du personnel de la médiathèque Maurice-Pic allaient entraîner un bannisement de l’espace public au-delà de l’état d’urgence.

Le 23 novembre 2022 en début d’après-midi, je décidais de retourner consulter journaux et livres à la médiathèque...

Je demandais innocemment à l’employée de l’accueil que je ne connaissais pas de renouveler ma carte d’abonnement.

Or à la lecture de mon nom qui apparaissait sur l’écran, la jeune femme se leva brusquement de son siège et courut chercher sa responsable.

Cette dernière que je connaissais pour l’avoir vue à l’oeuvre dans son rôle de « gestapiste amateur » me dit avec un sourire vengeur : « vous ne pouvez plus entrer à la bibliothèque ; vous avez écrit contre nous sur les réseaux sociaux et manifester ».

Après que je lui ai demandé son nom, elle bredouilla qu’elle avait l’aval de ses chefs pour me bannir de l’espace public...

Je décidais de me rendre au commissariat de la police nationale où un officier de police judiciaire me conseilla de demander une explication écrite au maire de Montélimar. Ce que j’ai fait. A ce jour, je n’ai reçu aucune réponse ni du directeur de la médiathèque Maurice-Pic ni du maire, Julien Cornillet.

Ma plainte pour discrimination a été acceptée et enregistrée cependant par le défenseur des droits (N/Réf : 22-033501 ; N/Suivi : 870883B09052).

Au-delà de cette affaire singulière, il y a quelque chose de grave : la mise en fiche des dissidents et la circulation d’une liste noire dans les réseaux administratifs de Montélimar.

HIMALOVE

Messages

  • En tant qu’ancien bibliothécaire, je ne peux que constater qu’effectivement la plupart des bibliothèques ont prescrit les consignes gouvernementales. Le vieil homme de 77 ans que je suis aujourd’hui en a été choqué ; je les ai boycottées jusqu’à ce que le "passe" ne soit plus nécessaire, ici à Bordeaux.
    Mais de là à éjecter complètement un lecteur, on franchit un pas dans la honte et le déshonneur. Certes, en l’occurrence, la décision est municipale, mais le bibliothécaire que j’étais n’aurait jamais accepté ça, et aurait fait de la désobéissance civile en inscrivant le lecteur soit-disant interdit. Et plutôt deux fois qu’une : il est vrai que le jeune bibliothécaire que j’étais, au début des années 70, était imprégné des idées de mai 68, et que j’acceptais mal de tels diktats !

  • On comprend mieux la situation actuelle en partant des "événements de mai 1968", première révolution de couleur dans un état peu compréhensif à l’ordre américain.
    Dany Cohn-Bendit et Georges Pompidou ont vraiment bien aidé, tous les deux dans la même direction : contre le communisme et pour l’intégration européenne. Pour le moment, ils peuvent se féliciter du résultat, RIP pour Pompidou.

  • @ zorba
    Mai 68 a été la plus grande grève de l’histoire qui s’est répandue jusqu’en Argentine. Ce qui s’est passé plus tard en Pologne n’était pas forcément lié, tout au moins directement. Que l’impérialisme américain ait joué un rôle (qu’il ne faut pas surestimer) est relativement anecdotique. Que la CIA ait fait débrayer 9 ou 10 millions de travailleurs, j’y crois moyen.
    Contre le communisme ? En tout cas l’idée ne s’est certainement pas trouvée affaiblie. Ni l’impérialisme américain, ni la banque Rothschild, ni Pompidou, ni Cohn-Bendit n’ont tout maitrisé.

  • Je viens d’apprendre que mon affaire de discrimination à la médiathèque de Montélimar a été confiée à monsieur Denis HAVEL, Délégué du Défenseur des droits dans la Drôme...

    Le Défendeur de droit de Paris me demande de lui transmettre les explications écrites du directeur de la médiathèque Maurice-Pic, Michel Wong Man Wan ou du maire, Julien Cornillet.

    Or ces derniers font le dos rond et la sourde oreille aux courriers que je leur envoie même en recommandé...

  • A propos de la médiathèque Maurice-Pic de Montélimar. Que la direction et la famille Cornillet and co n’aiment pas les dissidents communistes n’est pas nouveau...

    Je viens de déterrer cette information qui date de janvier 2012 livrée par un communiste montilien au journal "L’Humanité".
    Une décision inique Montélimar, (Drôme).

    https://www.humanite.fr/tribunes/les-lecteurs-en-direct-488720

    Je viens d’apprendre par les employées de la médiathèque de Montélimar, avec une dose d’incrédulité d’abord puis avec beaucoup d’incompréhension mêlée de colère, que la direction de celle-ci avait décidé de suspendre son abonnement au quotidien national l’Humanité sans le faire savoir d’aucune manière aux usagers ! Je suis scandalisé par cette décision inique, en tant que citoyen ordinaire d’un pays, la France, dont la Constitution, par un de ses articles, pose comme fondement essentiel de la démocratie, la liberté d’expression et, par voie 
de conséquence, celle 
de la presse.


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?


2001-2023 Bellaciao
Contact | Mentions légales |
Les publications d'articles sont modérées a priori.
L'inscription est obligatoire pour publier et participer aux forums.
Les auteurs sont responsables de leurs écrits et assument pleinement leurs publications.

Archives Bellaciao 2001-2021

Bellaciao FR Bellaciao IT Bellaciao EN Bellaciao ES