Le programme économique de Jean-Luc Mélenchon, meilleur atout pour un retour de la gauche au pouvoir

10 avril, par Paindegauche 8 coms

Planification écologique, relocalisation de la production industrielle, rétablissement de l’impôt sur la fortune et augmentation du SMIC… Le programme économique de Jean-Luc Mélenchon, dévoilé courant novembre, a tout pour déplaire aux puissances d’argent et médiatiques, qui ne manquent d’ailleurs pas de le critiquer. Élaboré en collaboration étroite avec des économistes renommés, le programme de la France insoumise est le seul programme chiffré et le seul à même de mettre la France sur le cap de la transition écologique et de la redistribution des richesses.

L’Avenir en commun est un programme particulièrement ambitieux pour la France, qui permettra à la fois d’inverser la tendance en matière écologique et de réduire les inégalités, qui se sont fortement aggravées sous le quinquennat d’Emmanuel Macron. Il est enfin temps que la France cesse d’être la championne des inégalités, des délocalisations et des dividendes versés aux actionnaires du CAC 40 pour devenir le pays de l’égalité et de l’harmonie entre les hommes et la nature.

La réduction des inégalités passera par une fiscalité plus juste

Comme l’ont révélé les Pandora Papers, les grandes entreprises et les ultra-riches utilisent depuis longtemps des astuces et des magouilles plus ou moins légales pour échapper à l’impôt. Jean-Luc Mélenchon veut faire payer aux riches et aux multinationales leur juste part et les faire contribuer à l’effort fiscal.

Rétablissement de l’ISF, instauration d’un impôt sur le revenu progressif en 14 tranches, nouvelles taxes sur les multinationales… Toutes ces propositions devraient permettre d’alléger les taxes sur les classes populaires et les classes moyennes étouffées par la pression fiscale, comme l’a démontré la crise des Gilets jaunes. L’objectif affiché est de faire baisser les impôts pour les personnes qui gagnent moins de 4000 euros par mois, c’est-à-dire l’écrasante majorité des Français. Pour rappel, le salaire médian en France est de 1940 €.

Concernant les salaires justement, Jean-Luc Mélenchon propose d’instaurer un SMIC à 1400 € net par mois. Une proposition qui permettra aux salariés les moins bien payés de respirer face à la montée des prix de première nécessité, de l’énergie et de l’essence, notamment. Concernant les produits de première nécessité justement, le candidat insoumis a proposé d’en bloquer les prix, afin de les faire sortir de la logique du marché et de l’emprise des spéculateurs.

Du côté des entreprises, la France insoumise veut rétablir l’égalité devant l’impôt entre les TPE-PME et les grands groupes. Il est effectivement particulièrement injuste que les petites entreprises aient un taux d’imposition supérieur à celui des multinationales dans les faits, alors que ces dernières gavent de dividendes leurs actionnaires.

Un grand plan d’investissement pour vraiment lancer la transition écologique

Le candidat de la France insoumise propose d’investir 200 milliards d’euros pour financer la transition écologique. Cet investissement permettra d’instaurer une agriculture relocalisée et écologique et de planifier le passage à 100 % d’énergies renouvelables.

Jean-Luc Mélenchon ne cède pas non plus d’un pouce sur l’abandon du nucléaire. Une position constante chez lui, loin des revirements d’opportunité d’Emmanuel Macron qui décidait d’acter la fermeture de la centrale de Fessenheim et qui se déclarait « en même temps » favorable à l’ouverture de nouvelles centrales.

Jean-Luc Mélenchon veut revenir sur les privatisations

Le candidat de la France insoumise a proposé de revenir sur plusieurs privatisations, dont certaines avaient été imposées par Emmanuel Macron contre l’avis général des Français. Le leader des Insoumis souhaite notamment renationaliser les aéroports, les autoroutes, la Française des Jeux ainsi que les grandes banques afin de créer un pôle public bancaire.

Les propositions de nationalisation des banques et de la Française des Jeux vont dans le bon sens, car elles redonneront de la souveraineté et des marges de manœuvre importantes afin de financer des politiques sociales ambitieuses au service de tous. La logique mortifère du profit à tout prix sera ainsi dépassée.
La proposition de renationaliser les autoroutes (lesquelles sont techniquement toujours la propriété de l’État) et les aéroports (la vente de ADP a été au moins retardée en raison de la crise sanitaire) veut suivre ce même combat en faveur d’une économie plus juste. Une politique de renationalisation pourrait pourtant avoir des effets contre-productifs. En effet, l’objectif est – pour les autoroutes – de faire baisser les prix des péages devenus trop chers pour de nombreux automobilistes contraints de se déplacer en voiture. Or, la résiliation des contrats de concession et le retour de la gestion des autoroutes dans le giron de l’État entraîneraient des coûts insupportables pour les finances publiques et les Français. En effet, la seule résiliation des contrats coûterait environ 40 milliards d’euros à l’État. Une somme astronomique qui en entraînerait d’autres, car la gestion de ces infrastructures nécessite des centaines de millions d’euros chaque année. Autant faire peser ce coût sur des entreprises privées que l’État doit bien encadrer notamment pour mener à bien les politiques de transition écologique. La tarification des péages pourrait être revue par l’État avec pour principe de faire contribuer plus les hauts et très hauts revenus. Une manière de répondre à l’urgence de justice sociale et de s’éloigner d’une proposition portée par le Rassemblement national.

Mettre fin à la destruction de nos services publics et de nos acquis sociaux

La gestion désastreuse de la crise du COVID-19 et trente années de New Public Management dans l’hôpital public ont montré qu’il était temps de reconstruire un véritable service public hospitalier. La tarification à l’acte, adoptée jadis par les mêmes qui se lamentent aujourd’hui de l’état de nos hôpitaux sur les plateaux télé, doit être définitivement jetée à la poubelle. Il est plus que nécessaire d’adopter une sécurité sociale renforcée avec remboursement à 100 % et intégration des mutuelles privées.

Enfin, toujours dans le secteur du service public, Jean-Luc Mélenchon a déclaré vouloir « titulariser immédiatement les 800 000 personnes contractuelles » qui travaillent dans la fonction publique.

Jean-Luc Mélenchon veut et doit mettre un grand coup de pied dans la fourmilière lors de cette campagne présidentielle. En imposant ses sujets sur la fiscalité des ultra-riches et des multinationales, sur la redistribution des richesses et bien sûr sur la transition écologique, il n’aura aucun mal à convaincre les indécis à rejoindre ses rangs et à porter la gauche au pouvoir.

Commentaires

  • 10 avril, 10:39, par Thomas

    En sondage, Mélenchon fait plus qu’en 2017 avec le PC.......

  • 10 avril, 13:39, par zorba

    Attends 20 heures pour avancer des chiffres, et ne sois pas trop pressé pour mesurer la déception que l’Insoumission française, inspiration néo-bobo, apportera probablement aux supporters de l’équipe Union populaire. Tsipras et les socialistes européistes ont déjà montré la route de la trahison.

  • 11 avril, 14:33, par Thomas

    Le lendemain, prédiction réalisée. Même que Roussel s’est empressé de soutenir Macron, comme un vulgaire PS ou écolo, avant le résultat final. Et si Mélenchon avait été sélectionné, je te dis pas le malaise au PC ! Il reste au PC à faire l’union avec Union Populaire, car il vaut mieux une place gagnate en suppléant qu’une place perdu en seul premier.

  • 11 avril, 20:12, par zorba

    @thomas : Roussel complète la liste des dirigeants communistes perdants à une élection présidentielle, liste commencée avec Marchais et l’union de la gauche, poursuivie avec Hue, Buffet et Roussel. Quel intérêt d’avoir un strapontin avec des alliés socialistes ou écologistes pour soutenir la politique d’un Hollande, ou d’un Valls-El-Konnery pour rester dans le temps pas trop éloigné où l’union de la gauche faisait déjà une politique de droite, comme celle de Macron et des socialistes de droite qu’il a pris à ses côtés.
    La priorité pour les communistes est de briser l’union de la gauche, pour réorganiser les militants sur la base de la luttes des classes et de repartir avec ceux d’en bas contre ceux d’en haut, souvent bien défendus par les alliés issus de la fausse gauche.

  • 11 avril, 21:55, par Thomas

    ""La priorité pour les communistes est de briser l’union de la gauche, pour réorganiser les militants sur la base de la luttes des classes et de repartir avec ceux d’en bas contre ceux d’en haut, souvent bien défendus par les alliés issus de la fausse gauche.{}""
    C’est la politique du NPA et de LO mais sans briser l’union de la gauche. Marchais cela fait 50 ans et le résultat est un score ne dépassant pas 3% sur 40 ans. Le PC n’a pas su prendre ni guider le virage du prolétariat, c’est tout, il n’a pas d’autres excuses.

  • 12 avril, 04:43, par zorba

    Un peu comme l’UMP qui n’a pas su prendre ni guider le virage de la grande bourgeoisie et se retrouve également chou blanc face au parti de l’étranger germano-américain, disons européiste pour faire court. À contrario, l’UMP n’a jamais prôné l’union de la droite et la situation ressemble à celle du PCF.

  • 12 avril, 09:38, par keg26

    Journal de guerre N° 19 - https://wp.me/p4Im0Q-5vw - 12/04/2022 – Il est stipulé que les amis de mes amis sont mes amis et que les amis de mes ennemis sont mes ennemis. Avec cela on fait marcher le monde entier, au pas cadenassé, par leurs élites….et on l’engage là où il ne voudrait pas aller. Faut-il traduire ce qu‘est un Mc’ron ?

  • 14 avril, 07:49, par keg26

    et la suite ....

    Journal de Guerre N° 20 - https://wp.me/p4Im0Q-5vJ - 14/04/2022 - Ils ont trahi leurs encartés, ils ont trahi leurs électeurs, ils ont trahi la République, ils ont trahi la France, Passez les par les armes en les lavant plus blanc que blanc, c’est tout ce qu’ils méritent. Et ils vont vous demander votre confiance pour très bientôt alors qu’ils vous enfoncent dans un double tousaufisme mortel !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Élisabeth Borne à Matignon, un bras d’honneur aux mouvements (...)

16 mai, par Rap2F

Jean Castex a donné sa démission trois semaines après la réélection d’Emmanuel Macron à un second quinquennat. Une heure plus tard, le suspense sur le nom de son remplaçant était dissipé, après de (...)

LIRE LA SUITE

A Montreuil des financiers tentent de s’emparer de la coopérative (...)

13 mai, par Chris 1 com

« COMMUNIQUÉ » du COMITÉ de DÉFENSE de la COOPÉRATIVE LES NOUVEAUX ROBINSON Découvrant qu’un projet de cession des neuf magasins les plus rentables (fonds de commerce et actifs immobiliers) est mené (...)

LIRE LA SUITE

Suicides chez France Télécom : comment les syndicats ont obtenu la (...)

10 mai, par Rap2F 1 com

En 2019, plusieurs dirigeants de France Télécom ont été condamnés pour harcèlement moral institutionnel. Le procès n’aurait jamais eu lieu sans action syndicale. À l’occasion de l’ouverture du procès en (...)

LIRE LA SUITE

Ukraine, partie prenante de la bataille mondiale du lithium

Avril 2022 De la part de l’unité spéciale du Pentagone pour la stabilité commerciale… “La bataille du lithium”, un article sous ce titre fut publié par le journal italien “Giornale”, décrivant le (...)

LIRE LA SUITE

Foutez nous la PAIX

5 mai, par Thomas 1 com

« Paix sur la terre aux hommes de bonnes volontés » paroles de Saint Luc évangéliste. « Igitur qui desiderat pacem, praeparet bellum » de l’auteur romain Végèce du Vème siècle de notre ère. En version (...)

LIRE LA SUITE

Ségur des travailleurs sociaux : après l’annonce, le désenchantement

4 mai, par Rap2F 1 com

Au bout d’un an et demi de mobilisation, les professionnels du travail social et médico-social avaient obtenu l’extension des 183 euros net du Ségur. L’annonce avait été faite à la mi-février, par Jean (...)

LIRE LA SUITE