Pour une vraie réforme sociale des retraites !

Publié le 12 mars 2023 par Boris
5 commentaires

Pour une vraie réforme sociale des retraites !

Le lien original : ici !

POUR UNE VRAIE REFORME SOCIALE

Il est impératif, dans ces moments cruciaux pour la défense, la préservation et l’amélioration de notre modèle social, d’exiger autre chose que le renoncement pur et simple à cette réforme des retraites. L’organisation des forces salariales, la mobilisation de ces dernières à tous les échelons de la société, est en route.

C’est le début de quelque chose, il y a un mouvement, une onde, un courant électrique qui fait frissonner le sens de l’Histoire. Bien évidemment, comme il est usuel de l’observer, les médias rabâchent à longueur de temps que le mouvement s’essouffle, que le nombre de grévistes est en baisse, que tout cela n’est finalement qu’un caprice d’enfant, gâté au possible par le système néo libéral et qu’il est maintenant temps de rentrer dans le rang et de filer dans sa chambre bien sagement.

Lorsqu’on écoute les éditorialistes de tous les plateaux télé, ils s’acharnent la plupart du temps sur des syndicalistes qui défendent leurs idées, et sont dans la plupart des cas, de bien sages opposants aux abrutis féroces qu’on leur oppose. Il est évident, que pour la tenue de débats biens policés, la réputation de ceux qui sont invités sur les plateaux tv ne doit pas être sulfureuse : ils doivent être bien doctes et polis et écouter les inepties de leurs contradicteurs.

Pourtant, à force, on comprend bien que tous les arguments spécieux employés par les médias, ne fonctionnent plus. Les médias possédés par neuf milliardaires je vous le rappelle ici. Leurs employés n’ont donc aucun intérêt, comme l’a fort bien rappelé Maitre Hanouna à mordre la main qui le nourrit.

Les débats sont donc stériles et creux, et démonter ces arguments spécieux est tellement facile, que nombre de figures alternatives s’y sont déjà collé.

I) L’opportunité de la mobilisation

En revanche, il est bien plus intéressant, de profiter de cette mobilisation pour multiplier les lieux de rencontres. Les occasions d’échanger et de débattre sont fondamentales, et il ne faut surtout pas l’oublier : internet est fantastique pour organiser des rassemblements mais le plus important c’est d’y être !

Il est plus que nécessaire de profiter de ces mobilisations pour élaborer collectivement des pistes de réflexion et des propositions concrètes en vue d’une revendication sociale bien plus large.

L’attentisme qui consiste à courber le dos et attendre les prochains coups : ça suffit ! Il faut passer à l’offensive et revendiquer nos droits, passés et nouveaux. Il est impératif de repenser notre avenir en ayant au cœur le modèle social proposé et adopté par le conseil national de la résistance.

Ce modèle a posé les bases d’une société meilleure, plus juste, plus équitable et sereine. En limitant le champ d’action des superstructures d’entreprises, qui cassent et conditionnent la vie de millions de salariés. Ambroise Croizat, Léon Blum, Jean Jaurès sont des hommes qui ont compté pour l’élaboration de ces idées.

Ceux qui les ont fait vivre sont les travailleurs, et les manifestants. Les manifestants posent alors la question de la violence, lorsqu’ils revendiquent ces droits. Car la violence est le monopole légal de l’Etat. Est-elle toujours légitime lorsqu’elle est exercée par l’Etat ? Si l’Etat a le monopole de la violence comment faire entendre nos droits ? Il est vain et illusoire de s’imaginer qu’une révolution progressive et pacifiste peut se jouer sans rapport de force.

La nature même de notre engagement au pacte social, la communauté dans laquelle nous évoluons, résulte de l’acceptation et de la soumission à la force de l’Etat. C’est Rousseau, dans son contrat social, qui nous l’exprime très clairement : « Les clauses [du pacte social] se réduisent toutes à une seule : l’aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté : car premièrement, chacun se donnant tout entier, la condition est égale pour tous ; et la condition étant égale pour tous, nul n’a intérêt de la rendre onéreuse aux autres. » (Livre I, Chapitre 6)

Donc ici, nous comprenons que les principes mêmes de notre acceptation à suivre l’ordre du souverain est illégitime puisque ce dernier nuit au plus grand nombre. Les conditions nécessaires pour s’opposer ne peuvent plus se résumer à manifester pacifiquement : il faut organiser un blocage ferme et définitif du pays tout entier, exactement comme en 1995 et 1968.

Et, nécessairement, nos camarades qui bloquent les raffineries, vont être soumis à l’épreuve de cette "violence légitime". L’urgence est donc la fédération des mouvements et la convergence des luttes !

II) Quelques propositions

A) Pour commencer, comme je l’ai dit, il faut arrêter de subir et d’être sur la défensive.

C’est le moment d’exiger une véritable société égalitaire, et l’avancée de nombreux droits. Pensez bien que le principe de la politique est toujours le même : ceux qui posent ces lois exigent beaucoup pour obtenir, au final, ce qu’ils veulent après amendements doucereux et modifications bégnines.

Il faut en finir avec ce fonctionnement méprisable, porté par une caste de ministres et un président croulant sous les affaires judiciaires. Nous sommes revenus au temps du second empire.

B) Ensuite il faut exiger la retraite à 55 ans après 30 années de cotisations.

Nous ne sommes pas là pour subir indéfiniment le poids d’un travail qui a perdu de son sens et de sa reconnaissance pour bon nombre d’entre nous. Il faut y voir un horizon et il faut surtout y voir un espoir : celui d’améliorer le sort de nos enfants, de leur permettre de faire des études, de pouvoir se loger et de se nourrir dignement. La retraite à 55 ans c’est un rapport au travail différent, une autre vision du monde : le temps de l’existence est partagé entre une première partie où l’on s’instruit, l’autre où l’on travaille et la dernière où l’on transmet.

Le fondement de cette mécanique a été éprouvé depuis des siècles, et lorsqu’il a commencé à s’appliquer au plus grand nombre grâce à l’instruction publique, les progrès extraordinaires des sciences et de la médecine ont permis de réduire la mortalité infantile, d’allonger l’espérance de vie, d’augmenter le confort et d’offrir des perspectives nouvelles à l’homme.

Il n’est donc pas question qu’un petit nombre d’ultra favorisé, nous prive de ces siècles d’accomplissement. Qu’ils restent dans leur arriération et nous restituent ce qu’ils nous volent : le fruit de notre travail !

C) Puis le financement par la répartition de l’impôt

La répartition de l’impôt conditionne de manière très étroite la notion de justice sociale. Chacun le sait. L’histoire du système de l’impôt en France remonte au Moyen-âge, et de la dime à la gabelle en passant aujourd’hui par la csg, il a beaucoup évolué et est censé offrir les meilleures chances à tous de pouvoir vivre heureusement.

Mais, et c’est bien là où le système est à bout de souffle, une minorité de citoyens votent et s’accaparent les pleins pouvoirs pour continuer de pouvoir jouir en toute impunité du fruit du travail de ceux qu’ils ont convaincu que le vote est inutile.

La répartition de l’impôt doit être exclusivement progressive. La proportion de l’imposition doit être juste : on doit commencer à être taxé si on gagne + de 100% du smic soit 2700 euros par mois. En effet 72 % de l’impôt total collecté l’est par les 10% des foyers les plus aisés, ceux qui gagnent plus de 15000 euros par mois...

Et c’est surtout dans les tranches les plus hautes que l’imposition doit augmenter pour compenser les 28% d’exonération pour les foyers taxés jusqu’à présent : les 1% les plus riches qui s’acquittent de 21% soit 60 000 euros en moyenne, doivent passer à 30% soit 360 000 euros. Quand on gagne 1 200 000 euros par an...ça devrait aller.

D) Enfin le financement par la taxe des super profits

Reste maintenant les ultra riches : les multi millionnaires et milliardaires de ce pays. Ils ne sont pas très nombreux, voici la liste et leurs fortunes. Une taxe, dite taxe de justice fiscale, doit leur prélever, 10 % supplémentaire par an sur l’ensemble des bénéfices réalisés au terme de l’année civile écoulée.

Les sommes ainsi récupérées, devraient très largement contribuées au rééquilibrage des prélèvements et présenter un excédent confortable. Excédent confortable qui financera, tout simplement, la retraite pour tous à 55 ans ! Les niches fiscales et autres tour de passe-passe à l’impôt, c’est fini ! Du passé !

Il est important de comprendre aussi qu’on ne peut pas devenir multimillionnaire ou milliardaire à la seule force de son travail. Il faut nécessairement que l’on exploite et sous-paye des milliers d’employés pour y parvenir. Le politique est parvenu aujourd’hui à protéger ce système et les allers retours public-privé illustrent bien les travers de cette caste qui vit en parasite de notre société.

Il faut donc allouer un budget spécifique de l’Etat à la traque de l’évasion fiscale. Celle ci s’élève à 100 milliard par an et ne connait qu’un taux de regourment de 3 %. Alors que la fraude sociale, elle n’est que de 3 milliards mais connait un taux de recouvrement de 80 %...

A qui profite le crime ?

E) Et bien évidemment le financement par la hausse des salaires

Le plus simple, le plus évident, le plus logique, le plus empreint de bon sens. Plus votre salaire est élevé, plus vous cotisez plus le régime est renfloué et meilleures les perspectives sont.

Epilogue

Voilà...Je vous proposerais donc chaque semaine un billet, sur les réformes en cours, les batailles en cours, les luttes à venir et les espoirs à conquérir.

Bien à vous,

Bonne semaine et bon dimanche !

Révolutionnairement vôtre,

Boris Rannou

Messages

  • Comme première action de refus, nos représentants syndicaux doivent planter leur tente Quechua devant l’Assemblée Nationale, soutenues par les salariés jusqu’à le retrait de cette loi nocive. Puis en contestation, sortir en liquide le maximum que l’on peut de notre compte en banque (fini les paiements par CB) Là ça va bouger.

  • Evidemment, c’est par le travail des prolétaires (leur force de travail) que la canaille capitaliste s’enrichit. Mais là nous traversons une période historique où ce qui devrait être en jeu, n’est plus la simple révolte mais la révolution car il est évident que le capitalisme, du moins le capitalisme occidental , commence à s’effondrer ; ainsi l’organisation des BRICS le dépasse depuis peu, il est clair là que les agressions incessantes de Macron et des capitalistes contre les travailleurs viennent de cette compétition entre l’ancien capitalisme et le nouveau , qui est émergeant, et certainement pire que son ainé, en tout cas pas plus tendre. Donc il devient de plus en plus urgent de penser la réponse révolutionnaire à cette situation dramatique pour tous les peuples.

  • Ah oui l’organisation capitaliste occidentale est nommée le "G7" (du moins il me semble) et elle a dernièrement, devant la concurrence des pays formant les BRICS,dépossédé nombre de peuples occidentaux de leur travail en transférant ( en Chine e.g ) les usines,et les moyens de travailler. Ne pas tirer de conclusions hâtives et s’en prendre aux prolétaires de ces pays (comme le font les petites crapules nazies , qu’on connaît bien ...) mais bien voir que ce constat nous prouve, s’il le fallait encore, que l’internationalisme prolétarien (coopération entre ouvriers chinois et français e.g) est le seul moyen de lutter contre la paupérisation que les ennemis capitalistes du "G7" s’efforcent de faire accepter aux peuples européens.
    Il faut donc lire entre les lignes sur les questions d’inflation, de retraites etc... Il n’y a pas de problème de retraites ou d’inflation. C’est une action des capitalistes pour nous faire accepter la paupérisation qu’ils nous imposent...

  • OK avec Stirner, mais l’action locale des peuples se fait d’abord contre la politique régressive des gouvernements. Aujourd’hui c’est les retraites, demain les salaires et après la libération du travail sans règles. Si déjà on les fait reculer sur les retraites, c’est bon pour le moral des travailleurs et les encourage à aller plus loin.

  • Oui c’est vrai, tu as raison Thomas ; une première victoire sur les retraites nous redonnera confiance et nous lancera dans d’autres combats pour défendre notre niveau de vie.


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?


2001-2023 Bellaciao
Contact | Mentions légales |
Les publications d'articles sont modérées a priori.
L'inscription est obligatoire pour publier et participer aux forums.
Les auteurs sont responsables de leurs écrits et assument pleinement leurs publications.

Archives Bellaciao 2001-2021

Bellaciao FR Bellaciao IT Bellaciao EN Bellaciao ES