Décès et disparitions de migrants, Entre criminalisation et fermeture des frontières

3 octobre, par Guillermo 5 coms

Chaque année, dans différentes régions du monde, la pauvreté, le manque de travail et la violence produisent des migrations transfrontalières de millions de personnes. Depuis des décennies, ces contextes d’expulsion des migrants se sont multipliés avec l’augmentation structurelle des inégalités, la dégradation des conditions de vie d’une grande partie de la population et l’accumulation de richesses issues de la mondialisation néolibérale.

Les migrations internationales impliquent la redistribution spatiale à travers différents pays de populations importantes et d’une main-d’œuvre massive (indispensable aux processus productifs des pays du Nord). Mais il y a aussi des milliers de migrants qui, année après année et sur des routes géographiques très défavorables et dangereuses, perdent la vie et disparaissent, dans des endroits comme la Méditerranée et le désert de la frontière Mexique-États-Unis d’Amérique (USA). Selon le Missing Migrant Project, et sachant qu’il s’agit de chiffres conservateurs qui ne reflètent pas la gravité de la situation, en 2021, il y avait 6 041 migrants morts et disparus dans le monde. Et les chiffres historiques de 2014 à ce jour, et selon les principales régions du monde, sont très drastiques : 24 667 migrants morts et disparus en Méditerranée ; 11 816 en Afrique ; et 6 672 en Amérique, principalement à la frontière américano-mexicaine, un endroit avec plus de 60% du continent.

De même, depuis des années et en divers endroits du Nord (États-Unis, certains pays européens, entre autres régions), les récits et les pratiques sociales et étatiques de stigmatisation, de discrimination et de racisme se sont également multipliés, ce qui, sans fondement empirique et sans preuves , rend migrants responsables de divers problèmes sociopolitiques et économiques des pays et sociétés de destination. Il y a une tendance croissante dans divers pays et régions du nord global vers la fermeture des frontières, le confinement et la criminalisation par l’État des populations migrantes irrégulières.

Dans ce contexte, et comme l’ont souligné différentes études et rapports (Réseau de documentation des organisations de défense des migrants, Service jésuite des migrants, Médecins sans frontières), les décès et disparitions de migrants ne sont pas des événements naturels et neutres ; elles ne sont pas non plus « uniquement » dues aux risques liés aux environnements biophysiques des routes migratoires. Au contraire, ils ont des processus de construction sociale et sont liés à l’exercice d’une ingénierie politico-juridique par les pays de transit et de destination pour concevoir et « produire » les migrants comme des hors-la-loi et des criminels. De la part de l’appareil d’État et de certains secteurs du système médiatique, le fait que les populations migrantes soient « montrées » comme des contrevenants aux cadres juridiques, permet la configuration de politiques qui les criminalisent, ferment les frontières et violent leurs droits. Cela rend également les migrants plus vulnérables aux attaques, aux abus et aux crimes à leur encontre ; et, pour échapper aux autorités des pays de transit et de destination, ils s’exposent à des voies de transit beaucoup plus dangereuses, peu sûres et invisibles.

Un exemple de cela est ce qui se passe dans les processus de migration irrégulière d’Amérique centrale et du Mexique vers les États-Unis. Comme l’ont montré les enquêtes de Cornelius, Heyman et Martínez et le travail de divers réseaux et organisations pro-migrants (Réseau de documentation des organisations de défense des migrants, Service jésuite des migrants, Médecins sans frontières), sur la base des politiques d’immigration américaines de criminalisation de la migration et la fermeture/militarisation des frontières du milieu des années 1990 au début de ce siècle (considérant à ce jour), les voies de transit migratoires ont été modifiées et sont devenues beaucoup plus dangereuses et peu sûres. Cela a conduit à une augmentation substantielle du nombre de migrants morts et disparus à la frontière américano-mexicaine, principalement dans des endroits où les processus de franchissement irrégulier des frontières sont intenses, comme le désert de l’Altar (entre Sonora et l’Arizona) ou le Rio Bravo. Par exemple, entre 2014 et aujourd’hui seulement, le Missing Migrant Project a enregistré 4 071 décès et disparitions à la frontière américano-mexicaine.

C’est un rappel frappant que, pour sauver des vies, il est nécessaire d’arrêter de criminaliser les migrants et de s’abstenir de fermer et de sécuriser les frontières. Au contraire, nous devrions nous concentrer sur le respect des droits de l’homme et l’exercice de la justice sociale envers les populations étrangères en situation irrégulière. Les migrants ne sont pas des criminels, mais des personnes qui, avec diverses stratégies et capacités d’action, essaient d’avoir une vie meilleure en recourant à la migration.

Commentaires

  • 5 octobre, 01:51, par Stirner

    Ce qui est dramatique, c’est qu’on doive expliquer ce qui est évident et se focaliser sur des faux problèmes (les phénomènes migratoires) , au lieu de se concentrer sur les vrais problèmes : le réchauffement climatique ou le vol que les ultra-riches commettent à l’encontre des peuples. Il est vrai qu’il est plus facile pour les têtes vides de s’en prendre à leurs voisins musulmans, qu’à ces 5 salauds de Français (je dis bien 5 Français sur 67 millions de Français), qui gagnent ces 5 crapules autant que 27 millions de leurs compatriotes . Ce que je dis , j’aimerais bien que ce soit faux ; mais c’est vrai ; vérifiez-le.

  • 5 octobre, 15:02, par zorba

    Mettre le "réchauffement climatique" et le vol des ultra riches à l’encontre de leurs peuples est une perte de temps. D’abord rien ne prouve que ledit réchauffement est d’origine humaine et qu’il sera durable, alors autant se concentrer sur les problèmes d’origine humaine, en commençant par le vol des ultra riches est avéré, constaté et nuisible, restera à s’occuper de la pollution causée par les moteurs thermiques, en appliquant les méthodes de la lutte des classes. Avant de se mettre en pull à col roulé pour sauver la planète

  • 7 octobre, 17:16, par spartacus

    Entre defenseurs de la guerre de Poutine en ukraine et les climatosceptiques("D’abord rien ne prouve que ledit réchauffement est d’origine humaine et qu’il sera durable," ) ce que dément la communauté scientifique ,il y a consensus là dessus, ce site se fait le relais de positions douteuses.

  • 7 octobre, 18:22, par zorba

    Quand tout le monde pense pareil (consensus de la communauté scientifique internationale et pro américaine pour faire court), il est temps de commencer à réfléchir.
    De omnibus dubitandum... repris par K. Marx, pas le restaurateur !

  • 8 octobre, 08:31, par spartacus

    ce n ’est pas tout le monde c ’est l’ensemble de la communauté scientifique , c ’est pas toi ni moi qui sommes totalement incapables de mener un débat scientifique sur le réchauffement .Comme 98 % de la population.
    Alors le mieux à faire dans ce cas c ’est de suivre l’avis consensuel des scientifiques de la planéte.
    la vitesse de la lumiére est une constante , je suis incapable de le démontrer , mais la communauté des physiciens est d’accord .
    vais je dire :"quand tout le monde pense pareil, il est temps de réfélchir" ,
    avec mon petit bac ce serait vraiment stupide .

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Qui a dit de Macron :

9 décembre, par sendep

"Monsieur Macron, c’est le chien savant des banquiers d’affaires" https://tinyurl.com/mu8w9zvm

LIRE LA SUITE

Comme la nuée porte l’orage - C’est l’heure de l’mettre (...)

7 décembre, par Podcasts

Ce Mercredi 30 Novembre 2022, à 18h30 c’était L’Heure de l’mettre, et la sainte coupe du monde 2022 sur Radio Campus Lille, 106,6 Mhz, https://www.campuslille.com/ On ne peut pas envisager que des (...)

LIRE LA SUITE

9 ans après le décès de Nelson Mandela

5 décembre, par Roberto Ferrario

⁠ 9 ans après le décès de Nelson Mandela, nous nous souvenons du combattant de la liberté sud-africain qui a sacrifié des décennies de sa vie en luttant pour une société exempte d’oppression et (...)

LIRE LA SUITE

Vote des députés P« C »F au sujet de l’Ukraine : La guerre, le (...)

5 décembre, par la forêt de Yablokov 2 coms

Fadi Kassem, Rachida El Fekaïr, Georges Gastaud, Gilliatt de Staërck, secrétaires nationaux du PRCF ; auxquels se joignent : Léon Landini, président du PRCF, adhésion au PCF 1942, ancien officier (...)

LIRE LA SUITE

Nordine, victime de 7 tirs policiers est menacé de prison.

4 décembre, par sendep 1 com

Après avoir survécu à 7 balles de tirs policiers, Nordine est aujourd’hui jugé pour un « refus d’obtempérer ». Le verdict du délibéré aura lieu le 29 novembre 2022 et est attendu non sans une certaine (...)

LIRE LA SUITE

Honte à Mathilde Panot !!!

30 novembre, par Roberto Ferrario 3 coms

Chers amis et camarades après cette déclaration je vraiment un problème de conscience politique si on peux l’appeler dans cette façon... Et je me demande quel futur pour ma personne dans la France (...)

LIRE LA SUITE