Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 mai
de La France Insoumise
La France Insoumise vous donne rendez-vous ce soir à 20h sur https://bellaciao.org/fr/ pour visionner le grand meeting de Lille pour terminer cette belle campagne des européennes avant le scrutin à un tour du 26 mai ! (ENTRÉE LIBRE) Manon Aubry, tête de liste, Leila Chaibi, candidate, Anne-Sophie Pelletier, candidate et Julien Poix, candidat, seront accompagnés des députés Ugo Bernalicis, Adrien Quatennens et Jean-Luc (...)
Lire la suite, commenter l'article...

« C’est nous les gars de la Marine… »
de : JP Garnier Via LL
lundi 2 juillet 2012 - 22h28 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Histoires de pirateries électorales

"Face à la tourmente financière que François Hollande allait devoir affronter s’il était élu président de la République, selon Jean-Luc Mélenchon il faisait figure, avec ses propositions floues sur le plan économique, de « capitaine de pédalo ».

Ce qui n’empêchera pas le grand timonier du Front de gauche, sitôt connus les résultats du premier tour de la présidentielle, de lui lancer une bouée de sauvetage en sommant ses propres électeurs de voter au second tour pour Hollande « sans rien demander en échange » ni « traîner les pieds ». De fait, sans ce report de voix pour le renflouer, le « capitaine de pédalo » aurait bel et bien coulé avec son embarcation.

Cependant, n’en déplaise à Mélenchon, point n’était besoin pour Hollande de disposer d’un plan de bataille contre les pirates des « marchés » puisque son dessein n’était autre que de voguer de conserve avec eux. Le cap avait déjà été fixé depuis longtemps : à la manœuvre, les plus émérites d’entre eux, soit une trentaine d’entrepreneurs du CAC 40 regroupés dans le Cercle de l’Industrie. Représentant les intérêts des trusts français à l’échelle européenne, partenaire du MEDEF, de l’Institut de l’Entreprise et de la Table ronde des Industriels européens, ce lobby patronal avait jusqu’à récemment pour vice–président Pierre Moscovici, un énarque et politicien arborant le fanion rose « socialiste ».

Or, c’est à celui-ci que Hollande avait fait appel comme directeur de campagne pour l’aider aller sus à « la finance », comme il l’avait promis pour mobiliser ses troupes. Proche du milieu des affaires, comme on dit, au point d’en faire partie, Moscovici était secondé, à moins que ce ne soit l’inverse, par un autre forban diplômé, Michel Sapin, dont les états de service au service de l’État, notamment comme ministre de l’Économie et des Finances (1992-93) – en réalité, de la « désinflation compétitive » – laissait augurer le meilleur, aux yeux des marchés, du « projet présidentiel » dont Hollande lui avait confié la responsabilité. Lequel, sitôt arrivé à bon port, c’est-à-dire à l’Élysée, s’empressera de propulser Moscovici et Sapin respectivement à la tête du ministère des Finances et de celui du Travail, postes stratégiques pour lancer les opérations de piraterie sociales-libérales à venir.

Pour mener à bien ce « changement » sans créer trop de remous, ce fut le branle-bas de combat général. Non pour envoyer par le fond les galions européens surchargés des richesses accumulées depuis trois décennies de surexploitation et de spéculation mais pour les maintenir coûte que coûte à flots. Tout le (beau) monde des affaires se retrouva sur le pont. À commencer par les matelots brevetés en économie néo-libérale dont Hollande s’était entouré durant sa campagne, les mêmes (Philippe Aghion, Elie Cohen, Jean-Hervé Lorenzi, Daniel Cohen, Jean-Paul Fitoussi, etc.) qui avaient déjà conseillé les gouvernants de droite, et qui, sans doute pour le faire oublier, s’étaient publiquement en déclarés en faveur du candidat Hollande peu avant l’échéance électorale. Le navire sarkozien commençant déjà à faire eau de toutes part, il était effectivement temps pour eux d’opérer un transbordement. Mais, pas question de virer de bord : plus que jamais, on prétextera la « crise finances publiques » pour convaincre les travailleurs de se résoudre à galérer indéfiniment entre austérité et régression sociale. En hissant toutefois à leur intention un pavillon de complaisance susceptible de calmer leurs apprehensions et même de leur redonner du cœur au ventre, avec inscrit en grosses lettres le mot « croissance ».

Les pirates sociaux-libéraux auraient pu naviguer sans encombre sur une mer un peu calmée si une flibustière d’origine bretonne n’avait choisi de s’embusquer non loin des rivages nordiques pour semer la confusion. Depuis des mois, elle avait pris les devants en canonnant sans répit contre le « système ultra-libéral » et les grandes compagnies qui mettaient sur la paille les prolétaires restés à terre. Bien plus, elle tirait à boulets rouges-bruns contre les « complices rosâtres » de ce système, n’hésitant pas à subtiliser une partie de ses munitions au Front de gauche, lui-même (dis)qualifié de « leurre » et de « rabatteur de voix au profit du PS » par la bougresse, qui gagnait de la sorte une popularité indéniable parmi la populace. Résultat : un score très honorable pour elle au premier tour de la présidentielle, qui fit l’effet d’un coup de semonce.

Tandis que les vigies perchées sur les hunes médiatiques signalaient aussitôt le risque d’une bourrasque « extrémiste » dans quelques zones délaissée de l’Hexagone, on ressortit à la hâte des malles « républicaines » le drapeau noir de l’ordre brun (pas mal défraîchi à force d’avoir trop servi comme épouvantail durant les années Mitterrand), pour effrayer une fois de plus le « peuple de gauche » devenu sceptique à l’égard du « socialisme de gouvernement », et l’inciter à voter malgré tout pour ses représentants afin de « barrer la route au fascisme ». Avec un certain succès, même si la vague rose attendue n’eut pas l’ampleur escomptée et si l’importance des défections dans l’électorat (plus de 43 % sans compter les bulletins blancs ou nuls, pour ne rien dire des 12 % de non inscrits) en réduisit la portée. Est-ce à dire que la flibusterie frontiste n’est plus à redouter ? On pourrait en douter.

Lors des législatives, quelques craquements désagréables s’étaient fait entendre dans la mâture du côté de l’aile gauche de la flotte sociale-libérale. Habitués à nager entre deux eaux, les Verts étaient non seulement parvenus à placer l’une des leurs sur le pont supérieur du navire amiral alors que le rafiot écologiste était loin d’avoir fait le plein des voix ; mais, grâce à une alliance tactique nouée au quartier général de Solferino, ils étaient assurés de voir nombre de leurs candidats surnager aux élections suivantes. Ce qui eut le don d’énerver les corsaires mélenchoniens, forts des suffrages glanés par leur chef au premier tour de la présidentielle.

Il faut dire que le navire du Front de gauche n’avait pas tardé à donner sérieusement de la bande, déstabilisé par les dissensions au sein de l’équipage. Tandis que les vieux briscards du PCF étaient tentés une fois de plus de baisser leur pavillon rouge délavé pour s’accrocher à leur tour au vaisseau amiral du PS et conserver ainsi les derniers sièges que leur avaient laissés les législatives, certains jeunes loups de mer du Parti de gauche se demandaient s’il ne valait pas mieux au contraire mettre résolument la barre à l’extrême gauche. Pour éviter de sombrer, au lieu de prendre le « fascisme » pour cible prioritaire, ils étaient partisans de faire feu à nouveau sur « les marchés » par tous les sabords.

Peine perdue, leur grand Timonier était bien décidé à débarquer au beau milieu du fief de Marine la Flibustière pour l’affronter dans un duel homérique, quitte à bousculer au passage un maire PS qui occupait déjà la place. Ce qui donna lieu à un curieux chassé-croisé, le Front de Gauche accusant le Front national de piller son argumentaire anticapitaliste alors que celui-ci accusait celui-là d’être une force d’appoint au social-libéralisme.

Ce qui devait arriver arriva : alors qu’il avait rêvé de jeter Marine par-dessus bord, ce fut Mélenchon qui tomba à l’eau. « Votre incapacité à vous passer de moi relève de la psychiatrie », avait rétorqué la première au second durant un débat télévisé à couteaux tirés. En réalité, la flibustière savait fort bien à quoi tenait cette incapacité. Sans voir qu’il contribuerait à renforcer le prestige de celle qu’il était allé imprudemment défier, le Grand Timonier du Front de gauche avait besoin d’un adversaire à sa taille pour s’imposer comme un corsaire d’envergure face aux pirates sociaux-libéraux qu’il avait fait mine de combattre tout en se préparant à voler à leur secours.

On sait ce qu’il en advint. Pour faire pièce au Front National dans une bourgade devenue emblématique, un « Front républicain » fut constitué. Un véritable front national, en fait, puisqu’il regroupait, outre le PS, Les Verts et le Front de gauche, le Modem et l’UMP. Et Marine fut éliminée. Mais les pirates de gauche et de droite qui se sont ligués pour se débarrasser d’elle ne devraient pas trop pavoiser. La piraterie capitaliste à laquelle ils ne manqueront pas de se livrer de plus belle dans l’avenir pourrait bien à la longue faire passer, aux yeux de peuple dont ils se réclament, la flibustière pour une justicière."

Jean-Pierre Garnier

—— Jean-Pierre Garnier a publié aux éditions Agone : Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite-bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires (2010).

A SUIVRE SUR AGONE



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
« C’est nous les gars de la Marine… »
3 juillet 2012 - 11h21

vieille rengaine qui consiste à taper sur les cocos s’en avoir le courage de s’attaquer au FN qui défend le capitalisme, pathétique !!!



« C’est nous les gars de la Marine… »
3 juillet 2012 - 18h53 - Posté par

Ah bon ??

Ou t’as vu que JP Garnier tapait "sur les cocos" toi ???

Moi j’ai vu qu’il en mettait plein la gueule à Méchanlong et à la stratégie FDG et avec justesse d’ailleurs, selon moi, il a parfaitement bien résumé et le but et l’échec et ses conséquences probable,s hélas, je le crains....

Alors si pour toi JLM et le FDG ce sont "les cocos" beh putaing cong...

LL


« C’est nous les gars de la Marine… »
4 juillet 2012 - 10h38 - Posté par RICHARD PALAO

D ’accord avec toi LL , il n y a rien d’anti-cocos dans ce texte , toutefois je lui reproche d ’être essentiellement "concentré " sur le FDG , qui dans quelque temps n ’apparaitra plus que comme une péripétie de la lutte des classes ....

c ’est HOLLANDE et pas MELENCHON qui dirige le pays , c’est le PS qui est majoritaire à l ’asemblée , pas le PCF/FDG qui a perdu la moitié de Ses députés et qui devra se contenter de gesticulations en guise d’opposition ...

Certes il ne faut pas rater MELENCHON et le FDG quand ils le méritent et ne pas hésiter à rappeler leur asservissement au PS , mais c’est la politique d’austérité de HOLLANDE qu’il faut dénoncer , c ’est cette politique qu’il faut combattre sans tarder car tout indique que les promesses ne seront pas tenues et qu’au contraire âu nom de la lutte contre la dette ce sont les travailleurs qui vont de nouveau être appelé à se serrer la ceinture .



« C’est nous les gars de la Marine… »
4 juillet 2012 - 12h37 - Posté par

Salut Richard

Oui c’est vrai il oublie le PS MAIS il cible surtout Mélenchon car c’est le FDG qui a contribué le plus à mettre ainsi le FN dans la lumière d’un combat de chefs des "fronts" (raté en plus qu ia servi à cirer les grolles de la Marine) et qui a selon lui été un appoint décisif au PS pour son élection... enfin c’est ce que j’a icru comprendre... A +

LL





26 MAI : CE VOTE EST IMPORTANT, MÊLEZ-VOUS-EN !
vendredi 24 - 12h07
de : Jean-Luc Mélenchon
FETE DE SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 : 14 MOIS DE GREVE
vendredi 24 - 09h22
JOURNALISTES À LA DGSI… DÉMOCRATIE EN DANGER
vendredi 24 - 08h18
de : Communiqué commun CGT Police et Info’Com CGT
24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 - 07h52
de : La France Insoumise
Là, on est passé, au delà de l’ignominie, il n’y a plus de mot, : ACCUSÉE DE VIOLENCES... EN FAUTEUIL ROULANT (vidéo)
vendredi 24 - 00h08
de : nazairien
1 commentaire
Marxisme-Léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 2)
jeudi 23 - 23h06
de : Lepotier
4 commentaires
POST 52 : SYNDICALISME INTERNATIONAL POUR UN AUTRE MONDE
jeudi 23 - 22h55
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Au-delà du congrès de la CGT : le syndicalisme au défi du « libéralisme »
jeudi 23 - 20h43
de : Eve76
Revue de la semaine #93 – Spéciale européennes : 26 mai, campagne, vote, attaques médiatiques (video)
jeudi 23 - 12h04
de : Jean-Luc Mélenchon
"J’ai honte de ce gouvernement" : le scénariste de la BD "Les Vieux fourneaux" refuse la médaille des Arts et les Lettre
jeudi 23 - 11h21
de : Wilfrid Lupano
1 commentaire
Manon Aubry invitée de RTL du 23 mai 2019 (video)
jeudi 23 - 10h59
de : La France Insoumise
Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes (video)
jeudi 23 - 09h04
L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla
jeudi 23 - 08h53
de : Luc Bronnel
CLIP OFFICIEL DE LA FRANCE INSOUMISE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES (video)
jeudi 23 - 08h09
de : La France insoumise
DGSI et journalistes : la récidive !
jeudi 23 - 08h04
de : Syndicat National des journalistes
Brésil : « la résistance, après avoir été glacée par le résultat de l’élection, est en train de reprendre des forces »
jeudi 23 - 07h43
Glières ; Résister encore et encore face à l’ oppression qui mène à l’Holocauste de la Terre
mercredi 22 - 22h33
de : CRHA via jyp
Meeting de Toulouse avec M. Aubry, JL. Mélenchon et M. Bompard (video)
mercredi 22 - 07h55
de : La France Insoumise
1 commentaire
Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
16 commentaires
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Rendez les choses aussi simples que possible, mais pas plus simples. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite